WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

chronique de disques

Fil des billets

vendredi, mars 24 2017

ZEAL & ARDOR – Devil Is Fine


ZEAL___ARDOR___Devil_Is_Fine.jpg

Mr. Manuel Gagneux, originaire de Suisse et basé à New-York est le compositeur de ce « Devil Is Fine » et maître de cérémonie du projet Zeal & Ardor. Le gonze a fait parler de lui comme un mouton noir, car ce diable rouge ramasse du coton sonique pour tisser en impie un faux black métOl avec du collage sonore. Cela fait penser à une sorte de Basquiat prophétique à l'age de feu, maniant les platines avec le sortilège de chants d'esclaves et d'incantations sataniques pour une révolte blasphématrice.

Zarbi le truc, vraiment, et à la fois pas si con que ça non plus, mais impossible de ne pas relier avec une tonne de référence. Du genre : Moby a foutu la veste à paillette du Wu Tan Clan pour une libation avec Faith No More, où comment prêcher l’enfer avec la folie opiacée d’un métissage musical ? Où l’impossibilité de corrélation semble ne plus être une fatalité, mais bel et bien une injonction à châtier le traditionaliste. Il y a tellement de variations que c'est peut-être le premier gars qui essaye de saturer du black 2.0 après avoir écouté plus que de raison le « Discovery » de Daft Punk en le mélangeant avec la dark cendreuse du Ku Klux Klan, afin de traverser le mur du son de la musique blanche pour amplifier la ferveur de la musique noire.


ZEAL___ARDOR_1.gif

Aussi zarbi, à un moment il y a un titre instrumental avec du xylophone, comme Si Yan Tiersen était venu carillonner sa mélancolie pour une introduction à un titre d’Alice Cooper avec sa malice enfantine. Oui vous dîtes bizarre, vous avez dit bizarre, mais comme c’est bizarre nan ?

C'est tellement foutraque que le grand soir est arrivé, celui qui précède les ténèbres. Zeal & Ardor apparaît comme un chaman Ghostien oscillant le crépusculaire où fleurisse les préceptes voodoo, capable de transformer le sel sonique en poivre sonore, ou en coussin péteur si vous êtes un trve.

Voilà en tout cas un disque totalement urbain. Et oui la grande différence dans le black tient fatalement à ceci. Le gars se cale avec cet esprit d’ouverture et de métissage que l’élevage dans les galeries d’art en permet la pleine capacité, à la différence d'un gars de la campagne dont l'ignorance du métissage se réalise dans la la primitivité de son existence, que réserve la pleine puissance de sa bestialité tout naturellement.


ZEAL___ARDOR_2.gif

Ce patchwork de combinaisons musicale est dans cette veine ouverte de TV On The Radio chez Belzébuth. Mais pas de quoi fouetter une nonne avec non plus. Que ce soit clair pour tout le monde ce n'est pas du black métOl, c'est juste un producteur assez futé et doué pour conjurer avec la diablerie la dissipation blasphématoire que l'on prête à Satan.

Bref, j’ai la sensation que l’on peut nous faire tout avaler ces temps-ci, et nous sommes devenus tellement malléables à tout. Par ce fait il vous vaut mieux re-écouter l'endiablé Chuck ! (r.i.p)


ZEAL___ARDOR___Devil_Is_Fine_3.gif


lundi, mars 13 2017

8°6 CREW – Working Class Reggae


8_6_CREW___Working_Class_Reggae.jpg

« Working Class Hero » chantait le grand blond avec des bottines pailletées pendant les seventies, mais depuis la mondialisation, les Patrick Bateman sacralisent l’époque bling-bling et l’avidité de la réussite économique. Alors de sans culottes à sans couilles, il s'est passé le temps d'une publicité de lessive qui a assoupli les esprits. De supplicié à tortionnaire, les écrous de sûreté ont sauté avec le même principe fondateur pour tout remettre dans l'ordre pyramidal. Chaque jour il y a la plèbe qui se fait lyncher sur la place publique. La populace jalouse a détourné son regard sans honte pour que le sang coule sans interruption de programme, et coagule avec une jalousie haineuse comme unique monnaie de survie. De ce fait, la working Class est au chomdu, remplacée par la déshumanisation du tertiaire.


8.6_crew.gif

Mais alors, à qui s’adresse ce disque ?

8°6 Crew débute en quatuor au milieu des années 90 en banlieue Parisienne avec de la oi, puis vers le ska & co…En 1999 sort leur premier album « Bad Bad Reggae » publié par les Allemands de Mad Butcher Records, en 2001 c’est le maxi-ep « Ménil’ Express » sorti sur Big 8 Records. S’ensuit une période de latence pendant laquelle les divers membres en profitent pour s’exprimer dans d’autres groupes comme Ya Basta, Happy Kolo, Acapulco Gold, Upten. Après un gig à Genève en 2008 l’équipe se retrouve et leur second album, « Old Reggae Friends », sort en 2010 sur le label nantais UVPR (Une Vie Pour Rien) et sur Mass Prod. Le troisième album « Working Class Reggae » (chez UVPR), bénéficiera en plus d’une édition allemande chez Grover Records (cd et vinyle + cd).

À qui s’adresse ce disque ? À tous ceux qui aiment danser sous la chaleur du Ska, Two Tone, Rocksteady, et vas-y que ça caracole dans la tête et secoue les hanches, et ouaie il n’y a pas à dire cet album est constellé de titres catchy. Le groupe a relevé son niveau, en tout point. Tout est hyper bien travaillé, chaque idée retenue calibre comme il se doit les nouvelles compositions vers la cime. Sans faire étalage d’une démonstration ronflante, 8.6 Crew parvient à nous en foutre plein la vue, et tout ceci est dû à l’art minutieux de la simplicité. Voilà en quoi le groupe a gagné comme maturité essentielle, et cela va droit au cœur et à la tête, car la musique danse sur les mots et les chansons restent en tête à danser sans cesse.

Ce n’est pas de la magie, c’est un sens inégalable de l’équilibre des forces. C’est un disque de grand frère munit d’une indicible mélancolie, génératrice de relier les générations entre-elles, pour les reconnecter au réel, au combat de rue, avec cette faculté et cette maîtrise d’allier au plaisir mélodique la beauté éducative de raconter simplement une chanson avec la ferveur de l’érudit, avec la flamme du passionné, avec la décontraction de l’insolent, avec le béguin du sentimental.

Captivant, passionnant, frénétique, enthousiasmant, attachant, sympathique, boxant, stimulant, anachronique, gagnant cet aspect mélodramatique de la vie en un point névralgique que tend à merveille toute bonne chanson. Munit de référence basique et d’une éthique prolétaire qui fait vivre le ballon, cette clique donne douze titres qui critique et éloigne le chimérique, décortique tout un pan esthétique de la culture à damier sur l’échiquier politique par son constat de désillusion.

La pratique polyphonique des cuivres fait reluire une douce saveur que propulse la rythmique. Le chant a lui aussi gagné en assurance, et légitime l’aboutissement dithyrambique qui en résulte.

8.6 Crew vient de sortir cet album indispensable et fédérateur que le rock réalisait quand le métissage n’était pas galvaudé comme pilleur, mais plutôt comme repère et dynamo du courant alternatif, au point d’incarner le jalon des LSD, The Clash, The Spécials, etc…Il est à noter qu’il y a en toute fin une relecture dub de certain titre.

Après « Bad Bad Reggae » et « Old Reggae Friends », « Working Class Reggae » possède une cohésion et influence qui lui confère une véritable harmonie, identifiable comme faisant partie intégrante des albums qui comptent dans une vie, et pour les générations qui suivent.


8_6_CREW___Working_Class_Reggae_1.gif


lundi, mars 6 2017

ALEA JACTA EST – Dies Irae


ALEA_JACTA_EST___Dies_Irae.jpg

Attention, cet album ne casse pas les couilles mais bel et bien les nuques !

Plaisant, caustique, récurant avec brio le hardcore de son cellophane, Alea Jacta Est atomise un mini album hostile et groOovisant avec superbe et crânerie géniale. Je ne connais pas le latin de fabuleux mais magnificus, magnifica, magnificium me semble plus approprié de toute façon pour cet ep.

Parce que l’épaisseur des riffs plafonne dans cette lourdeur qui brise les vertèbres, et la densité de leurs titres agite avec elle une maîtrise féconde pour aller librement se percuter à leur mur du son (encore plus consistant en concert). Propre à leur patte, il y a toujours ces insertions de dialogues désopilantes qui amènent à chaque fois un plus à leur identité sonore, et puis il y a même oOoune titreeeee en esSspagnOoulllll qui fait rimer cabrones avec corones.

« Dies Irae » c'est du riff en mitraille, une rythmique toute en percussion, un chant fédérateur qui harangue, la notion de guerilla HxC est ici une réalité bravache que les pleutres ne pourront accéder à son retentissement sans se blesser à l’entre-jambe.

Bref, il y a des disques de minet fait pour les femelles, d’autres fait par des hommes pour des hommes…Celui-ci est pour les mâles et il frappe fort, très fort, un peu comme une claque sur un cul, et carrément comme une fessée qui soulage.

Il fait mal, car :


ALEA_JACTA_EST___Dies_Irae_1.gif

« Et tu tapes, tapes, tapes, c'est ta façon d'aimer ; Ce rythme qui t'entraîne jusqu'au bout de la nuit; Réveille en toi le tourbillon d'un vent de folie » pour paraphraser un duo des 80's.


jeudi, mars 2 2017

DANKO JONES – Wild Cat


DANKO_JONES___Wild_Cat.jpg

Whaouuuuu, le Danko a appuyé sur la pédale turbo catchy et son album est absolument dantesque !!!

Danko Jones est un trio canadien since in 96 à Toronto de rock’n roll -Garage rock- punk rock-hard rock, depuis le combo a sorti des alboums dont la formule est rodée, lustrée, directe, efficace, avec cette tendance qui confine à la répétition de pétulance chromatique Motörheadesque, acdciste voire Airbournime.

Danko Jones: Guitare/Chant + John Calabrese (de l'excellent groupe Calabrese): Basse + Dan Cornelius: Batterie = Trio de choc pour un disque de percussion auditive maximum rock’n’roll.

A chaque sortie le groupe n’a eu de cesse d’accentuer sa maturité de composition en alliant le real rock’n’roll avec une persévérance mélodique, qui aujourd’hui trouve son incandescence avec l’énergie et la qualité d’un songwriting ultra efficace et catchy.

Ce groupe sait exactement placer sa formule à l’endroit exact, qui est le standard pour faire des titres de rock’n’roll ultimes, c’est-à-dire une intro, un refrain, un couplet, à nouveau un refrain, un pont et une outro…Tout ici est millimétré pour faire un carton plein sur les radios rock, que ce soit avec les riffs, le dosage de la rythmique et ses coups dur qui te téléportent dans la stratosphère Hi-energy rock, que ce soit avec le chant et la qualité de ses diverses textures mélodiques, qu’avec la qualité de pénétration de la basse, des compositions luxuriantes, omnipotentes, vigoureuses, athlétiques, invincibles, énergiques, aguerries, talentueuses, malignes, et forcément imbattables.

Oui mesdames, nous avons pour ainsi dire à faire ici à un disque indispensable. Parce que Danko Jones ne prône pas l’abstinence, oooooooh que non. Il proclame ouvertement à la révolution sexuelle de la sauvagerie rock la plus épanouissante, pour cela il terrasse avec la force surpuissante de la lubricité des lyrics Kissinien, le stupéfiant classic rOck d’Aérosmith, le punk punchy pop de The Knack, du punk rock des Misfits à sa surdose ramonesque, et avec tout ce qu’il faut de caresse pop, de hardiesse Hi-energy, pour une facilité d'écoute absolument vivifiante, et ce, sur la totalité des titres accrocheurs, percutants, frais et Rock And Roll.

Faut-il encore que j’en rajoute pour que vous remuez de la croupe ? Nan je ne le pense pas.


DANKO_JONES___Wild_Cat_1.gif

Calibré pour faire dresser les poils du pubis, cet album est l’antithèse de la masturbation sonique, à l’opposé de la branchitude du moment. Car le rock à moustache est au rock’n’roll ce qu'un barbier est chez un charcutier, tout simplement inutile.

Danko Jones (le gars) est la version Vin Diesel de l'action, il est chauve, glabre, et va ‘’droit au but’’ rajouterait Jean-Pierre Papin. Il écrit (écrivait) par ailleurs pour Close-Up Magazine (Suède), Rock Zone Magazine (Espagne), un édito hebdomadaire pour The Huffington Post, ainqi que pour Rock Hard, Guitar For The Practicing Musician (Allemagne), Mute Magazine (Norvège), Rockstar Magazine (Suisse), Lángoló Gitárok (Hongrie) + son blog, bref le gars est ultra prolixe, prolifique, dans ce pur-jus de concentré stakhanoviste, avec la flamme purificatrice du rock perpétuellement en feu cousue de main de fer sur le poitrail.

Danko Jones (le groupe) est rock'n'roll, et tu sais ce que cela signifie ?

Nan ! Hey mais Le rock n’est pas qu'un appareil de mesure permettant de commenter avec plus ou moins de précision, combien il fait mouiller de chatte dès son effet dilatateur en action. Le rock’n’roll provient d’une frustration avec comme aboutissement une libération sexuelle via sa puissance émancipatrice. Et ceci, Danko Jones l’a très bien assimilé, pour ne pas dire incorporé dans sa musique avec des offrandes jubilatoires au dieu de la six corde et de son pouvoir d’humidification vaginale par du foutre Hendrixien.

Et malgré le fait que certains titres de Danko Jones ont servi dans les séries comme True Blood ou des films comme Kick-Ass 2, ce groupe est tout de même sous-estimé.

Je gage qu’avec cet album il n’en sera plus de même, où alors effectivement Johnny Hallyday est un dieu vivant, mais reste à savoir de quoi ?

Ce «Wild Cat » est un sans-faute absolument terrifiant de percussion érectile, il est profondément et fondamentalement garantie à 500% de Rock’n’härd-roll.




mercredi, février 22 2017

Half Hearted Hero - Isn't Real


Half_Hearted_Hero_-_Isn__t_Real.jpg

Ces gars-là auront beau jouer de charme pour affirmer leur trouble face au comportement subtil et déconcertant de la gent féminine, il n’en reste pas moins qu’ils savent y faire pour perpétuer le désarroi masculin avec la douceur de Weezer et le sucre lent de Save The Day.

Mais tout d’abord parlons du style musical propre à cet ouvrage. L’émorock possède cette particularité essentielle de frictionner avec délicatesse le puit sans fond de l’émotion, pour en faire remonter l’aqueux bouleversement sensitif. Leurs mélodies possèdent cette simplicité désarmante, cette beauté diaphane, capable avec sa spontanéité d’ouvrir les veines du teenage spirit en moins de deux.

Ce qui m’amène à un premier enseignement à tremper dans la solution de votre discernement, puisque : On veut bien aller étudier les textes sacrés d'Aristote, ou bien d’autres philosophes ayant traduit à leur gré la certitude qui est la leur, mais la seule vérité qui existe en ce bas monde se trouve dans les yeux éperdument amoureux d'une femme. C’est une chose puissamment poétique avec laquelle l’émorock en impose la constance.

Par ce fait, le troisième long d'Half Hearted Hero est saturé de soin poppy, avec mid-tempo pour masser et prendre soin du visage de leur titre, lissage parfait entre le couplet/pont/refrain, un maquillage simple et naturel pour la production, et l’ensemble est catchy.

Le rock a permis à des gars disgracieux de draguer plus facilement des filles, avec cet album Half Hearted Hero va en niquer un plein wagon. Puisque et la chose est primordiale pour notre époque transgenre, pas d’émo qui pleurniche, pas d’indie qui se la raconte, pas de punk qui vomit. Ici tout est poli, poncé, encaustiqué, tamponné, adouci, satiné, peaufiné, léché, c’est amoureusement émöpop !


dimanche, février 19 2017

THE BLACK ZOMBIE PROCESSION – IV : Heca-tomb


THE_BLACK_ZOMBIE_PROCESSION___IV_Heca-tomb.jpg

Alors que certains se posent la sempiternelle question de savoir si l’on peut rire de tout, d’autres plus affranchis se vautrent dans les viscères avec la joie non contenu du cochon pataugeant dans la fange la plus excrémenteuse.

BZP vient de signer son œuvre la plus perverse, suppurant d’un pue sanguinolent à l’audace inventive la plus jouissive qu’il soit, pour des siècles et des siècles !


2.gif

Animés par une curiosité insatiable pour la sous-culture, les gaziers de BZP possèdent une érudition aussi importante que la passion outrecuidante qui en anime l’essor. Preuve si il en est de leur discographie imposant son hétérogénéité avec différents groupes et styles musicaux, leurs fanzines, podcast, etc…Ils ont poussé le vice jusqu’à y consacrer leur vie toute entière. Ce sont des créateurs pur-jus au même titre que Von Frankenstein, et des pur-sang Draculien mais façon cannibale.


La créativité demeure l’art culturel qui repousse les limites de l’impossible, et impulse à l’inhibition de s’ouvrir comme le boucher éventre un petit bovin tout mimi tout plein. Pour cela BZP a ébahi un six titres turgescent d’hémoglobine, il est lourd, dur, rapide, saillant, et le groupe a eu la morbidité joviale de fournir une histoire immorale qui accompagne l’album dans le carnage, écrite par Zaroff, un auteur de la série Trash éditions, dont la pestilence prose recouvre avec aisance des charniers entiers de barbaque humaine. Je ne spolierais rien sur le récit édité par Zone 52, juste que la collaboration entre l'écrivain et le groupe est aussi étroite qu’une vierge, et aussi profonde qu’une hardeuse qui vient de prendre des bites colossales dans tous les trous disponibles. Le livre est une commande et défini les influences du groupe, en cristallise l'esprit décadent, tout comme le mood et l'épaisseur horrifique.


1.gif

Ne vous y trompez pas, BZP fait dans le splatter-gore sonique, sa putréfaction musicale est aussi violente que burlesque. On saigne des oreilles dans cet amas de cruauté en même temps que sa démesure est divertissante. Tout est fait en XXL, la brutalité est barbare, la rage est un courroux au bras vengeur, la puissance de feu est en excès sur tous les fronts, la frénésie est un déchaînement de bestialité, et chaque assaut est d’une férocité malveillante.

Heca-tomb est une infection musicale capable d’une altération de l’esprit tant l’ébranlement subi est à la hauteur de l’ensevelissement ressenti. Alors ferez-vous partie de ces indignés qui accuseront cette masse d’agressivité de verser de la lave dans le brasier de la dégénérescence ? Ou bien alors de ceux qui vont savourer cette putréfaction culturelle ébranler toute leur carcasse ?


3.gif

Je l'ai déjà dit mais The Black Zombie Procession est un putain de groupe crossover par excellence !

Leur crossover est l’aboutissement digestif de la somme culturelle ingurgitée par les membres qui composent le groupe. Le malin plaisir pour eux c'est de créer des ponts entre tous les éléments culturels, et que tout s’imbrique, s'unifie dans une révolution qui tourneboule la tête tellement c'est vaste, mouvant, fluctuant, et vivifiant.

Vous voulez jouer avec eux ? Avec cet album, devinez à qui ils tendent des clins d’œil, de qui ils s’inspirent, avec qui ils parlent à l’envers pour invoquer les esprits maléfiques, etc…Pour les réponses vous pouvez écouter l'épisode #62 du podcast Now it's Dark qui revient avec des commentaires sirupeux sur ce mini album, le roman, les influences et tout le processus de création.

Vraiment passionnant et attractif c'est un bonus de fanboys que le groupe en réitère la formule, puisqu’il avait fait de même avec leur précédent album « Vol. III : The Joys of Being Black at Heart  » sur DVD en sus de l'album.


5.gif

Ici les lyrics doivent autant à Cannibal Corpse qu’à Unsane, qu’à la série littéraire Gore la plus craspec qu'aux œuvres de la Hammer et à celle grand-guignolesque de la cinéphilie populaire. Le chant d’Elie regorge de cette putridité horrifique précipitant un taux de vilenie absolument propre à la violence graphique de la pochette, dessiné par Andrei Bouzikov (Toxic Holocaust, Ghoul, Skeleton Witch, etc.) et Paskal Millet (The Meteors) pour l'illustration du livret intérieur.

Ce disque est conçu pour les vrais fans de musique.

Les riffs de Nasty Samy dégorgent du thrash et du HxC directement de la tronçonneuse à Leatherface, de la manchette à Jason, du couteau de Maniac Cop, mais oui, tous ont pris possession du guitariste, pas un seul boogeyman ne sera écarté de cette mission destructrice. La section rythmique n’est pas en reste, elle abreuve sa violence pure dans une aliénation de tapage nocturne pour que vous ne puissiez plus fermer les yeux de la nuit. C'est-à-dire que la basse ferraille de l’acier qu’elle transforme en bombe à napalm, pendant que la batterie propulse des obus à un rythme très soutenu.

Et vous pensez encore y survivre ?


6.gif

Pénétrer dans l’orifice du splatter-gore requiert une pugnacité tenace pour affronter une innommable dépravation. Ça pue, ça couine, ça suppure et ça larde du viscère lourd et sanguinolent. La déviation sonique en corrélation avec la perversion littéraire trouvent ici un épanouissement à sa mesure, à sa démesure.

L’œuvre la plus immature est en fait la plus réfléchie et spontanée du groupe, celle qui a demandée d’ajourer par différentes strates musicales pour une écoute brute et brutale, accessible et intraitable, évidente et anormale, lumineuse et sombre, divertissante et dangereuse, lucide et douteuse, obscure et singulière.

Cet aspect trashy vous pousse à des sensations animales et intuitives, et carrément au régressif.


4.gif

La version LP est proposée par Les Productions Impossible Rds, le pack (CD+Roman) est fortement conseillé et est disponible sur le site Nasty Merch.

* En concert :

22 février : BESANCON (LES PDZ) + Cadaveric Allegiance

23 février : NANCY (LA MACHINE) + Whales At The Crossroads + Sick but not dead

24 février : STRASBOURG (LA MAISON BLEUE) + Mercyless 

25 février : HERICOURT (LE CATERING CAFE) + White Butchery + The Hateful Three

27 février : PARIS (GLAZART) + Doyle (ex Misfits)


Est-ce que Bzp a poussé l’avilissement à saturation ?

Point du tout, par contre il a fait preuve d’une audace dans l’immondice cul-turel en proposant non pas la 3D, mais les 3B qui font écarquiller les yeux (Beast, Blood, Boob), et surtout avec l’obscénité bravache de savourer sa souillure discographique dans le panthéon de son œuvre avec orgueil. Oui il y a de quoi être fier dans toute cette flétrissure artistique de rendre les honneurs passionnels à tous ceux qui ont contaminé ce qui fait corps avec l’esprit de BZP : La liberté épanouissante de raconter la saleté immorale par le biais d’une pure violence assourdissante.


7.gif


vendredi, février 17 2017

SUPERJOINT – Caught Up To In The Gears Of Application


SUPERJOINT___Caught_Up_To_In_The_Gears_Of_Application.jpg

Énième groupuscule de Jimmy Bower & Anselmo sound spirit DöwnPanterabreakdancepoum and The Illegals…etc....

Superjoint est donc le rejeton de Superjoint Ritual dissout en 2004 et recomposé à l’occasion du larron.

Les crocs ferreux qui s’entrechoquent dans ce malstrom sonique outrecuidant ont toujours la capacité de témoigner chez moi la plus ardente passion. Je prends un malin plaisir à entendre le crépitement savoureux des chairs musicales en flammes, à un point tel que ceci est quelque chose de totalement attrayant.

Superjoint est un groupe bicéphale, à tête chercheuse. Plusieurs membres en délibèrent l’étendu sonique avec comme unique cible la déforestation cérébrale, au point qu’à la fin il ne vous reste plus que les os rachidien. Le groupe terrasse dans les enfers un sludge « stonique » extrudant la matière punk heavy en la faisant dégorger à outrance.

Pour votre information : « Stonique » c’est du stoner tellurique.

Superjoint c’est entre autre, la limaille de Corrosion Of Conformity avec le punk heavy de Venom, la foudre de Slayer avec un Crowbar dans le slipbard, la froideur de Celtic Frost avec l’altérité lunatique de Voivod, la chaleur glaciale de Darkthrone avec l’affranchissement libertaire de Black Flag.

“Caught Up To In The Gears Of Application” est le genre d’opus dont le vase d’expansion intensif déborde en tous sens. Le combo enfonce la violence dans l’aliénation avec une maturité roublarde. C'est-à-dire que le groupe sait très bien manipuler ses intentions dans le but de satisfaire, et d’y rassasier ses assouvissements.

Mais là où le groupe est très très fort, c’est qu’il prend un plaisir malin à desquamer ses mélodies poreuses à leur indice le plus brut.


SUPERJOINT___Caught_Up_To_In_The_Gears_Of_Application.gif

Le constat final est sans appel : Superjoint fume la tête.


dimanche, février 12 2017

KING DUDE – Sex


KING_DUDE___Sex.jpg

Thomas Jefferson Cowgill a débuté son art par la noirceur du black metal avec Book of Black Earth et le hardcore de Teen Cthulhu, sans jamais trouver la formule adéquate pour dégorger son éducation. Car voilà un gars atypique issue d’un divorce, élevé au spiritisme par une mère lunaire pratiquant les incantations païennes, et par un père priant les cieux en buvant jusqu’à la lie le sang du Christ en bon chrétien américouain. Tout sera affaire d’astres pour ce dandy gothique qu’est King Dude qui enfantera comme par magie noire à un mystique « Apocalyptic Folk », un sous-genre de Johnny Cash chez les gothiques, brûlant dans l’essence de Nick Cave les restes de Death In June sous le regard fantomatique de Buddy Holly et la bienveillance de Bob Dylan.

King Dude est un projet né d’un coup de bluff, une esquisse rageuse envers une colère sourde, reposant sur une rédemption luciférienne qui épouse le charme des balades vespérales innocentes pour mieux nous crucifier à son autel caverneux. On s’accorde dans ces méandres musicaux à puiser un esprit sein à téter pour trouver l'obscurité dans l'étincelle de ce folk, et y crever de ce poids mort existentiel pour ne plus être mauvais.

Mourir c’est renaître après, et King Dude applique ce genre d’illumination remplit d’amour et de lumière que les coups tordus de la vie changent en désespoir et amertume. Sa formule de politesse pour signer son acte de pensée est tout aussi clairvoyante : “With the Love, Light and Glory of Lucifer upon us all! “- King Dude

Une fois encore le Dude nous confie les passages sombres de sa genèse avec « Sex », dont la famille Manson cristallise l'horreur satanique. Il en est question ici.

Avançant dans la pénombre blafarde, le disque déroule sa funèbre torpeur musicale avec l’aspect cadavérique du dark-rock. L’ombre de Sister Of Mercy plane dans les atours funestes de l’américain et aussi celle de Tom Waits, qui supplante même tout, et de loin. Car King Dude sait parfois faire retentir un blues lugubre, faire rutiler un vieux truc lointain qui vient de l’âme, et dans ce genre d’amertume émotionnelle qui en délivre toute la portée sépulcrale. Le côté bancal de son approche sonore (pour ne pas dire lo-fi), apporte une dimension atrabilaire, permettant d’intensifier à bon escient la face éplorée et mortifère. Maiiiis tout n’est pas tout noir dans « Sex », car cet homme sombre a la bonne idée de remettre du punk dans les esgourdes pour fluidifier la gravité de certain de ses titres. Alors il en profite pour sulfater avec un esprit bordélique de garage rock punk, et ça refout un coup de peps bienvenu ici-bas.

J’ai énormément apprécié au Hellfest 2016 sa prestation, en un instant de plénitude noire, contrastant avec la théâtralité excessive de la majorité des groupes du Hellfest. D’autant plus que j’avais moins accroché à son album « Songs of Flesh & Blood - In The Key of Light », il me manquait une épaisseur à la fois sombre et cotonneuse qui en faisait tout le charme et l’épaisseur lors du concert. Chose que je retrouve avec cet opus, bien plus fourni, malléable avec ses atmosphères que l’étaient les précédent opus. Il y a aussi un côté robotique punk à la Devo en filigrane et puis une face new wave pour apporter de la profondeur de ton à l’ensemble.

Oui King Dude a pour ainsi dire fait acte de modifier sa messe, et ceci n’est pas pour me déplaire.

Voilà un album vraiment cool, tant il regorge de différent moods, tout en restant dans la cohérence. Je pense qu’il a voulu court-circuiter cet aspect trop macabre, trop sérieux et souffreteux. Par ce fait de multiple alternance il apparaît encore plus humain avec cette diversité, tout en restant dans ce pathos qui en a fait son sceau dès que le ton s’aggrave vers les ténèbres intérieures. C’est un contrat maléfique très justement admis par la forte acuité sensitive du mal qui touche à l’émotion pure ici, car cela fait mouvoir un envoûtement de méditation et d’occultisme à la fois que l’on ressent comme une brûlure intense et pérenne à son écho.

Mon conseil : « Sex » est un disque à écouter en lisant « California Girls » de Simon Liberati.


vendredi, février 10 2017

HELLBATS – 500 Miles In The Midwest


HELLBATS___500_Miles_In_The_Midwest.jpg

Pour ne jamais oublier l’homme a inventé la photographie, la littérature, le cinéma, la musique, la peinture, enfin l’art en général, puis il a jeté tout ce monde sur les routes du globe pour partager afin que chacun puisse voyager et cultiver sa différence.

L’ADN d’Hellbats est fait d’un crossover Be bop a lula Vs Hell Awaits, avec l’envie rock’n’rollienne d’assouvir ses pulsions soniques avec la morsure fatale que réserve les dignitaires assoiffés de sang à des vierges effarouchées. Leur rock est épidémique, il capte la sève des grandes branches de l’arbre de la connaissance rock’n’rollienne et éclot pour un crossover bourgeonnant en une discographie émérite.

« 5000 Miles... » retrace l’épopée du groupe aux States en 2005, 16 jours pour 14 dates en 8000km, et on peut concevoir leur voiture, une Mercury V8, comme une Delorean.

La tournée des grands ducs tels qu’Aerosmith a pu la concevoir à l’époque démesurée du rock à papa sur groupie frivole s’avère éloignée du réalisme primesautier d’Hellbats. Mais dans la crudité de leur unique tournée américaine le groupe a statufié un instantané d’authenticité que le futur fantasme et que le passé en intensifie la nostalgie.

Ce DVD sort enfin de sa malédiction avec son lot d’image fantomatique qui relie les vivants aux morts et son devoir de mémoire, ainsi qu’avec la subtilité d’évoquer les désordres de la vie et la fatalité de l’existence, en fait à tous ces instants où la communion entre les hommes est palpable.

Elek'Vins, le gars derrière la caméra virevolte à dénicher des plans, simples, libres, il est dans une relation de justesse et de recherche, on regarde avec ses yeux le galbe original et parfois désabusé de ces gars du Doubs repousser les chimères aux oubliettes. Il y a une forme d’orgueil et de compassion à visionner cette jeunesse folle ressentant la saveur inoubliable de prendre des chemins de traverse, plutôt que la routine d’une vie normale que le salarié cadenasse en vissant des boulons et consume comme un clope.

Les moyens étaient précaires et les connexions ne tissaient pas encore leur toile instantanée avec les réseaux sociaux. Ici l'aventure est totale, au point que l’indépendance d’une telle initiative aussi courageuse et libertaire qu’elle soit, s’entrave à une forme de précarisation avec comme seul moyen de survie la solidarité des différentes communautés qui soudent la coopération à la survie de chacun.

Hellbats prend la route d'Amérique avec la démangeaison des patients de la varicelle, sans penser une seconde prendre la mer avec l’ennui d’une mer calme et tout aussi bien que la fougue d’une tempête exécrable quand les emmerdes usinent autant que pendant les trente glorieuses. Contre toute logique rationnelle à cette prise de risque, aucune préméditation ne sera possible pour découvrir le charme de l’inattendu, tant que l’offrande de soumettre ses chairs créatrices devant les autres libèrent cette nudité que le spectacle stimule. La concrétisation de vivre le rock pousse les groupes underground à préférer mourir debout plutôt que coucher à ne rien faire. Ce n’est qu’en ayant ce fait que l’on peut regarder ce film avec un minimum de conscience propre à cette réalité peu commune.

En plus de la tournée, il y a une sorte de clip filmé à l’arrache démontrant la capacité D.I.Y et de sa valeur créatrice bien plus impactant émotionnellement que des grosses productions d’un clip de U2, tout simplement parce qu’Hellbats se révèle avec modestie sous un regard témoin et complice, bravant sans le savoir que la vérité n’est présente que seulement quand on l’oublie.

Espérer son rêve Amériouain est aussi aléatoire que l’espérance de vie, mais vivre son rêve est aussi puissant que de le partager. L'existence de ce DVD en est le témoignage réel.


vendredi, février 3 2017

MORS PRINCIPIUM EST – Embers Of A Dying World


MORS_PRINCIPIUM_EST___Embers_Of_A_Dying_World.jpg

Mors Principium Est naît en 1999 à Pori en Finlande un soir estival où l’hiver regagna son logis. Leur Death Mélodique d’inspiration Dark Tranquillity, In Flames et Soilwork, abonde de tension sombre pour des compositions complexes et des ambiances noires, assez éloignées désormais du futurisme d’un disque comme « The Unborn ».  Moins thrashy et agressif que lors de leurs derniers opus, Le groupe re-calque des structures reprises et répétées de death mélodique carrées et intenses avec l’homogénéité que cela requiert pour que le disque soit et advienne un bon melodeath.

Ce death mélodique manifeste ce brin de mélancolie essentiel à la propagation vaporeuse des superbes solos aériens, et avec ce qu’il faut d’orchestrations synthétiques pour vétiller sur des atmosphères baroques. Il y a une forte corrélation mirifique entre le contraste du doux et du rêche, du vespéral (chant death) et du séraphique (voix féminine), enfin tout ce qui fait le sel et poivre du style du death mélodique. Les titres commencent généralement calmement s’ensuit un tonnerre de riffs ou de déluge de notes mélodiques que la rythmique suit avec fracas.

La production synthétique esthétise l’ensemble par une théâtralité de pacotille mais qui ne dessert pas l’œuvre dans son ensemble, et lui apporte foncièrement le caractère conforme d’un album léché par des vampires.


lundi, janvier 30 2017

ROPOPOROSE – Kernel, Foreign Moons


ROPOPOROSE___Kernel__Foreigh_Moons.jpg

« Elephant Love » leur premier opus avait su oser et surprendre par sa découverte. Son côté bricolage lo-fi, sa liberté tenace, et peut-être sa dépossession de tout acte de compromission avait permis au duo de prétendre à poursuivre l'aventure.

Il n'est pas rare que les soubresauts du collage rock indie isole plus qu'il ne fédère, les chenapans s’écharnant à manipuler à outrance dans un hermétisme qui stature vers cet état de tête à claque. Hors il n'en est rien pour ce duo. Ropoporose est arrivé à ce stade de maturité qui de garnement passe avec facilité à cette épaisseur sensitive de l'exaltation.

L'inventivité au service de la composition, la maîtrise au service de l'inventivité, tout ceci inaugure des compositions denses, folles, contrastées. Les styles rock indie se mélangent, se jugulent, s'épousent dans des formes que seuls les Barbapapas sont capables de telles contorsions. Le duo agite une féerie subtile, poétisant sur l'abstrait avec une vérité flottante jusqu'à donner vie à la beauté musicale. C'est un fait, Ropoporose est le digne rejeton des Pixies, Tortoise, Sonic Youth, Stereolab.

Leur attrait pour coloriser la mélancolie leur confère une douceur que les plus humanistes d'entre-vous en comprendront les bienfaits. Il y a une transe frénétique dans tout se désordre homogène que l'on peut y entendre les célébrations de David Byrne dans Talking Heads. Il est vrai aussi que ce disque étend le spectre des 80's et de l'avènement 2,0 à son incandescence.

Chercher l'exaltation ici et vous trouverez le noyau des lunes étrangères de Ropoporose, avec son impétuosité dessinée façon Arcade Fire à l'affabilité abrasive de PJ Harvey, sa mise en orbite satellitaire configurée de Grandaddy au Beta band.

Noisy, kraut, indie, pop, post...Le rock est passé à la moulinette rêveuse, et en plus de la profusion élastique des compositions, on le doit à la joliesse sonore de Thomas Poli (Montgomery, guitariste de Dominique A, Laetitia Sheriff), qui a permis de jalonner une empreinte singulière dans la constellation contemporaine.

Labellisé par l'excellent défricheur Yotanka Productions (Kid Francescoli, Zenzile, Von Pariahs), ce disque se devra de vous faire aimer plus que de raison à l'univers sensoriel de Ropoporose, parce que la beauté insensée et silencieuse que génère ce vacarme musical à l’intérieur de soi est saisissante.


ROPOPOROSE___Kernel__Foreigh_Moons_1.gif


jeudi, janvier 26 2017

TRUE WIDOW - Avvolgere


TRUE_WIDOW_-_Avvolgere.jpg

Adepte d’un rock « stonegaze » True Widow est un trio underground de la scène heavy psychédélique formé à Dallas en 2007.

Nota : Stonegaze c'est du stoner avec du shoegaze.

Précédemment dans leur discographie, « Circumambulation » datant de 2013 avait obstrué la pleine élévation de True Widow par sa longueur, chose que l’on ne retrouve plus dans le minimalisme troisième album d’« Avvolgere ».

La douceur affectueuse de cet album appose dans chaque titre une langoureuse tendresse, avec laquelle vous serez sensible pour vous alanguir à sa portée. Séductrice par sa justesse flottante à manier la volupté avec une lascivité prévenante, le groupe facilite dans sa faculté musicale a apporté une lenteur câline, permettant de tomber en amour avec son œuvre. Il y a une évidence à devenir sentimental à son écoute d'ailleurs.

Le band se porte à ce croisement entre Mazzy Star et The Jesus and Mary Chain, avec l'aplomb du stoner rock psychédélique. Il y a aussi ce liant d’ambiance moite et la lourdeur éthérée de My Bloody Valentine pour allonger avec de la profondeur. Dopée dans cette dose d’éther sonique l’opus est une sur-impression mélancolique de rock indé, imprégné dans le buvard de mélodies stoner et de reverb riffs shoegaziens. La mixité vocale avec Nicole Estill (basse) et DH Phillips apporte une réelle complicité à l’œuvre et est vouée à faire naître des émotions étourdissantes dans cette insistance de brumes mystiques.

« Avvolgere » détrempe la lourdeur d’une canicule sur une chape de torpeur de plomb, arrivant même à ralentir chaque mouvement sombre jusqu’à les éclairer.


mercredi, janvier 18 2017

TOUCHE AMORE – Stage Four


TOUCHE_AMORE___Stage_Four.jpg

La bataille contre un cancer, la relation ultime et essentielle des derniers instants, le décès d'une mère, la nostalgie, la mélancolie, la colère, toute une palette d’émotions pour laquelle il est impossible de tricher. Le chanteur  Jeremy Bolm de Touche Amore en célèbre le constat avec fulgurance et justice. À partir de quoi, plus rien ne sera comme avant.

Cet album coule de source Emocore, sa douce vérité est communicative, son charme immédiat. Car il y a des choses qui parfois laissent à l’instant la pleine capacité de les vivre avec un naturel déconcertant. C’est la qualité première de ce groupe que de précipiter la saveur de sa musique avec aisance. Alors que l’on sait très bien toutes les qualités insurmontables que cela requiert et l’absolu casse-tête d’équilibriste à disposer, pour que l’ensemble soit et advienne un feu d’artifice démentiel. Surtout au vu du contexte avec lequel on pouvait tomber dans le pathos le plus insupportable, d'autant plus que l'album est vachement moins geignard qu'à l'accoutumé.

Pour cela la formation de Los Angeles est plus mâture avec ses mélodies et moins pressante avec ses débordements fulgurants d'antan de screamo-post-hardcore, qui ne pouvaient aller au bout sans se ramasser la gueule par terre.

Désormais chaque inflexion jouissive est poussée dans tous les sens par cette musique débordante, œuvrant à la confusion des genres punk, hardcore, emo. Le processus de création est basé sur une approche instinctive, sur une question d'équilibre, laquelle trouve son angle de vie dans la pleine absorption du groupe à digérer ses émotions, innovant sans cesse en les intensifiant musicalement et simplement.

La litote musicale est étirée jusqu'à son vice le plus colossal, jusqu’à faire apparaître avec passion le cœur même d’une émotion jamais désavouée par des artifices, mais toujours libre de toute entrave, parce que sa puissance de souffle existentiel demeure ultime, percutante, et surtout naturelle.

Les récalcitrants à ce groupe devraient jeter leur mauvaise foi dans le feu insalubre de leur connerie pour profiter amplement du caractère fort de cet album, signé par le label Epitaph.

Les fans quant à eux seront conquis par sa fulgurance à manier le désordre émotionnel, avec cette aptitude à l’expression immédiate.

Pour les hésitants, ils devront passer dans ce brasier sonore et mettre à l’épreuve du feu le négatif de leur sensibilité, pour qu’à la fin, ne reste plus que le silence de leur respiration qui s’est emballée devant la folle déflagration sonique de cet album, qui vous fait comprendre que vous êtes vivant.


TOUCHE_AMORE___Stage_Four_1.gif

« Stage Four » s’avère être un disque qui flotte dans le nœud coulant de la fatalité existentielle, avec la sensation d'y voir séjourner la bénédiction de l'humanité toute entière.


jeudi, janvier 12 2017

OPETH - Sorceress


OPETH_-_Sorceress.jpg

« Sorceress » qu’est-ce ?

Ce sont de superbes mélodies troublantes, poétisées comme des écrins de cristaux liquides qui se meuvent au gré d’atmosphères planantes, presque vespérales, dans la moiteur originelle du premier jour.

Ahhhhhhhhh l’on se sent poète et poussé par des ailes d’ange en écoutant un tel album. Faut dire que Opeth pète plus haut que son cul, il surenchérit même avec audace dans la célébration qu’il voue à son rock progressif pour hippie. Cela a de quoi faire ricaner les aigris passéistes, qu’importe, je m’absous de toute cette guéguerre pesante pour nacrer mon inconscience, et la nourrir d’une telle musique avec outrecuidance, surtout quand elle est munie par un mood Pink-Floydien folkisant à outrance l’apesanteur sensible d’une délicatesse création musicale, allons bon, comment ne pas aimer être cajolé de la sorte ?

Avec le titre «  The Seventh Sojourn » On se voit dans « Lawrence d’Arabie. », la vue est immense et l’arabisation musicale est en technicolor. Alors certes, Opeth n’a plus le même goût que jadis. Il faut se rendre à l’évidence le groupe dit Yes au progressif, et ce oui énumère les obédiences très discutables dont nous nous sommes méfiés (pour ne pas dire gaussés) jadis à l’écoute d’un album de Marillion.

Il fait donc nuit dans le passé discographique du groupe, et l’aurore du précédent opus apparaît avec encore plus de soleil dans ce nouvel opus, où l‘amour apporte des ailes de papillon à ceux qui éclos de leur chrysalide quotidienne pour une vie poétique. C’est ce que réalise Opeth, pour qui l'existence d’un tel album possède le goût salé d'une larme de bonheur qui glisse jusqu'à la commissure de tes lèvres, et fait frémir ton cœur comme le vent pousse la voile. Rooooooooh comme c'est beau !

Bref, après avoir puisé dans l'arbre de la connaissance du précédent album « Pale Communion », le groupe nous propose de croquer dans le fruit défendu.


OPETH_-_Sorceress_1.gif


dimanche, janvier 8 2017

CRYSTAL VIPER – Queen Of The Witches


CRYSTAL_VIPER___Queen_Of_The_Witches.jpg

Les polonais reviennent après « Possession » en 2013 avec un album suintant la mémorable ère de l'acier dont les gens de + de 40 ans en connaissent toute la valeur intrinsèque.

Pour les matheux : Dio + Doro + Iron Saviour + Manowar = Crystal Viper. Rien de moins et pas plus. A partir de quoi vous avez une idée de la somme power métOl teutonne qui façonne ce concept album dont je vous passe les détails donjon et dragon.

Le groupe n'a pas son pareil pour être aussi miséricordieux avec la doctrine du power MétOl, tant il puise depuis ces débuts en 2007 avec « The Curse of Crystal Viper » dans la substantialité qui glorifie la fratrie du métOl et de sa flamme purificatrice. L'album est donc sans saveur, juste caricatural. Pourtant, derrière ce salpêtre se dépose le sédiment imputrescible du heavy métal le plus pur, balades incluses.


crystal_viper.jpg

La chanteuse Marta Gabriel fait péter les vitres avec sa puissance aiguë Maidenesque, et les titres suivent la même bravoure lors de passages médiévaux, cavalcades endiablés dans le riff turgescent, mâchicoulis rythmique, c'est heavy et épique à souhait. Trois invités spéciaux se présentent dont le cofondateur de Manowar le  guitar  héros Ross The Boss, ainsi que Jeff Dunn (alias Mantas) de Venom / Venom Inc, puis au chant Steve Bettney (Saracen).

L'album a été produit par Bart Gabriel (Cirith Ungol, Mythra), et conçu par Mariusz Pietka (Burning Starr de Jack Starr, Lonewolf). La pochette de l'album a été créée par le l'artiste allemand, Andreas Marschall (Running Wild, Blind Guardian, Obituary).


mercredi, janvier 4 2017

WHISKEY MYERS – Mud


Whiskey_Myers____Mud.jpeg

En écoutant « Mud » je me suis dit qu’« On dirait le sud », ce sud que je reconnais alors que je suis à l’ouest de l’éden, perdu dans les affres existentiels d’un cadastre sans foi, ni loi.

Chaque personne ici-bas cherche une boussole de survie. C’est une quête souvent longue et épineuse, avec laquelle la proposition des chemins de traverse à prendre est nombreuse, et l’incertitude de se tromper fait que l’on passe son temps à marcher à côté de ses pompes pour finir par passer à côté de sa vie. La prise de risque confine souvent à ne rien faire, les plus valeureux réussiront par le vice de leur certitude par mordre la queue du serpent qui les mènera de la gloire à leur propre perte.

La vie est un voyage temporaire qui glisse sur le même rythme qu’une ballade, et les émotions que l’on découvre vous mettent à nu et vous façonnent. Durant cet accomplissement on cherche hagard quelque chose qui souvent ne viendra pas. On voudrait sans cesse retenir la nuit magique et calmer les douleurs que le temps n’efface jamais. On se subtilise à outrance pour s’accomplir en une destinée alors que l’on ne voit plus que ce que l’on veut bien voir. Ainsi on s’isole en pensant que l’on est aussi seul au monde que dans cette carcasse corporelle qui fait corps avec l’esprit, et vaille que vaille l’on continue à chercher un signe. On trace des points pour segmenter sa vie pour ne plus se perdre, et à chaque fois on revient à son point de départ, en se laissant guider par la lumière familiale qui indique tout le temps d’où l’on vient.

Il arrive fréquemment que la boue mélancolique s’immisce dans chaque commissure et vous inonde jusqu’à l’asphyxie, au point de sombrer dans cet état lamentable que la médecine occidentale la caractérise par le terme de dépression.

La boue de Whiskey Miers n’a rien à voir avec un état dépressif. Sa mélancolie est un endroit nostalgique où la tradition est un sanctuaire. Boire jusqu’à la lie à cette fontaine de jouvence vous fera sortir de cet état confédéré à bâfrer ce que l’on vous refile à becqueter comme junkfood musicale, pour préférer la légende du son sudiste.

Tu sais le sud, cet endroit éloigné du monde que le temps ne parvient pas à effacer la sauvagerie. Là-bas la vie a ce goût imputrescible d’une rivière claire qui coule le long du sablier mortel des habitants qui la peuple. Il s’y passe ce que la vie veut bien vous apporter, pas plus, ni moins.

Ce band vient du Texas et il perpétue la tradition du Country Southern Rock& Folk, « Mud », leur 4ème album studio, est produit par Dave Cobb (Chris Stapleton, Rival Sons…) avec deux titres qui sont co-signés avec Rich Robinson (guitariste des Black Crowes).

Whiskey Miers œuvre en tous sens dans cette qualité sudiste de faire perdurer ce mythe musical, de sa tranquillité traditionnelle jusqu’à son honnêteté à retranscrire la beauté simple d’une vie modeste, d’ouvrir son cœur avec la romance naturelle des hommes de caractère, de puiser sans fin dans le puits sans fond de la passion du sud éternel, d’établir un toit sur chaque titre, de mettre du bois dans le foyer des mélodies pour réchauffer les émotions. C'est toute l'Americana de ZZ Top, The Allman Brothers,  Creedence Clearwater Revival,  The Georgia Satellites,Lynyrd Skynyrd, Hank Williams Jr, Waylon Jennings...

Avec « Mud » une voix chaude vous ranime l’âme et vous parle avec sincérité, c’est un repère certain dans la brume sombre et froide qui enserre la vie. Chaque sentence résonnera en vous dans cette beauté sauvage que les hommes conservent pour affilier à chaque génération la saveur d’avoir accompli ce labeur qui tend à la raison, qui relate encore et toujours que les choses les plus simples se découvrent à soi, avec la douce sauvagerie d’être revenu de tout, et de retrouver la douceur enfantine des joies simples et réconfortantes du Home Sweet Home !



Message à la Lune :

Stéphanie, ma sœur, tu me manques tu ne peux pas savoir à quel point depuis ta disparition. J’ai tout le temps la peur au ventre de perdre ton visage à chacune de mes courtes nuits, d’oublier tout simplement d’être le dépositaire de ton existence. Cet album d’hérédité musicale et de sagesse indomptée m’a remémoré notre enfance, ta force de vivre, qui par malheur t’a quittée un soir de 19 Août 2005.

Je regarde à chaque fois la pleine lune pendant quelque instant car je suis certain que tu te caches dedans, je sais que tu fais tout pour me protéger sur terre, mais je souffre éperdument et constamment de ton absence. Tu es et restera ma boue, mon eau claire qui me lave chaque jour d’être ton petit frère.


lundi, janvier 2 2017

METALLICA – Hardwired...To The Self-destruct


METALLICA___Hardwired.To_The_Self-destruct.jpeg

Un nouvel album de Metallica mec ! Ce n’est pas rien. Le temps s’arrête, fini la pignole, OH ! C’est sérieux maintenant. Chuttttttt car les mets appliquent le principe égalitaire de répartir de façon inné chaque angle musical qui a façonné sa carrière.

Du coup s’il te semble que tu as déjà entendu un bon paquet de riff du groupe, tu seras aussi surpris de voir à quel point ce band est génial pour faire vivre la flamme éternelle de son inventivité musicale. Car les mets savent y faire en matière de composition. Leurs titres sont progressifs dans l’âme et l’entre-jambe. Les gars gardent leur ossature identitaire et te fourguent le carburant nécessaire pour t’embrasser avec la fougue de leurs contrastes, épaisseurs, distances caractéristiques, nuances, particularités, analogies, sacres, blasphèmes, parités, accords, etc…

Ok, seulement la vérité, c’est que l’on devrait oublier le passé des Mets, pour ne se focaliser uniquement que sur ce nouvel album. Pour ensuite apprécier comme il se doit la force naturelle et centrifugeuse de ce fuselage progressiste musical ascensionnel, pour qu’enfin vous puissiez être surpris de la qualité intrinsèque de cet opus.

Oui Metallica est un monument, mais arrêtons le simulacre, tout autant le mémorial du passé que vous chérissez tant jusqu’à l’orgueil, que diable, Metallica n’est pas de marbre, il le prouve une fois encore en réalisant cette sculpture sonique efficace, habile, maligne. Cela vous ennui de ce qu’ils sont devenus avec toute cette gloire, cette manigance de vendeur d’art contemporain qui ne cesse de clignoter en faisant appel d’air. Vous ne les voyez plus en honnête artisan, pourtant les mets sont des créateurs. Ils ressassent uniquement pour ceux qui n’ont que le regard tourné vers le passé. Si c’était la première fois que tu écoutais Metallica jeune primesautier, tu te dirais quoi ?

La nouveauté réside dans le fait que les Mets se sont sortis les doigts du cul pour réaliser des compositions qui tiennent la route, le jus à 100 % Oublié Death Magnetic, le film chiadé « Through the Never », Lulu avec Lou Reed, et autres facéties, Metallica vient de livrer son white album et c'est éblouissant ! Le groupe ne doit plus rien à personne désormais. Il est affranchi de toute entrave, munit d’un D.I.Y avec lequel il assemble son équipe, son label, son studio d’enregistrement, il compose et repose toutes ses attentes sur sa liberté créatrice. Le résultat est saisissant puisque le groupe ne tergiverse plus comme avant, il va là où bon lui semble. C’est un album riche en tous sens, immaculé par la sérénité dont chaque titre est compensé par son propre équilibre.

On remarquera avant tout que le heavy est revenu foudroyer les vastes compositions d’aujourd’hui, et que de ce passé fondateur dans le heavy métOl qui a fait éclore la musique de ce groupe, Metallica garde intacte cette consistance tout comme il conserve son accroche singulière avec l’efficacité de se renouveler.

Après toutes ces années à faire vivre sa marque, à pérenniser son gagne-pain, à servir de faux-semblant sur les douloureuses séparations, à se clouer au pilori des mutations musicales pour survivre à tout, jusqu’aux mensonges, Metallica est revenu du combat chaotique contre tous ses démons, enfin libre et insoumis.


vendredi, décembre 16 2016

TREES OF ETERNITY - Hour Of The Nightingale


TREES_OF_ETERNITY_-_Hour_Of_The_Nightingale.jpg

“La femme est l'être le plus parfait entre les créatures; elle est une créature transitoire entre l'homme et l'ange.” Honoré de Balzac

D'après les lettres de noblesse que le metal gothic se charge d'en imposer la lecture pour sa façon de déposer des plumes d'ange avec la flamme purificatrice du guerrier nordique, Trees Of Eternity en élève la douceur volcanique avec son premier opus.

Le groupe est né de la coopération entre le guitariste Juha Raivio (SWALLOW THE SUN) et la chanteuse Aleah Stanbridge (qui avait collaborée aux derniers opus de SWALLOW THE SUN et AMORPHIS).

La particularité de cet album réside dans sa sortie à titre posthume puisque Aleah Stanbridge est décédée le 18 avril 2016 dernier d’un cancer. Forcément l'écoute n'est plus la même, car elle se charge d'une torpeur mélancolique très forte.

Plus qu'un hommage, ce disque est en lui-même source d'une caresse profonde avec laquelle nous cherchons entre le Soleil et la Lune le signe qui démontre qu'elle est au paradis, tant le poids suprême de l’obscurité renferme avec lui la brillance du rayonnement vocal de la belle reine défunte.


TREES_OF_ETERNITY_2.gif

“Venez, chère grande âme, on vous appelle, on vous attend.” Arthur Rimbaud

Son chant est « capable de changer le jour en la nuit la plus sombre, ou changer l’obscurité en une lumière aveuglante avec un seul mot ou murmure. » dixit Juha Raivio à son propos.

Leur musique est souvent décrite comme une mélancolie down-tempo avec l'angélisme d'une voix féminine fantomatique, et se rapproche par accointance du métal symphonique pour ce contraste de force masculine et de douceur féminine. Le cœur de leur mélopée mélancolique est véritablement noir (un doom vespéral) et brisé (mélancolique), mais à chaque fois résonne cette voix d’ange qui transperce l’obscurité comme une flèche enflammée.

Les autres musiciens participant à l’album sont les guitariste et bassiste Fredrik Norrman et Mattias Norrman (OCTOBER TIDE, ex-KATATONIA) et le batteur Kai Hahto(WINTERSUN, NIGHTWISH, ex-SWALLOW THE SUN). Les chanteurs Mick Moss (ANTIMATTER) et Nick Holmes (PARADISE LOST) apparaissent chacun sur une chanson.

Juha Raivio concluait à propos d’Aleah « Je n’ai jamais rencontré une personne et un musicien plus connectée avec l’essence-même de l’émotion absolue et l’âme de chaque note et mot qu’elle a écrit ou chanté. Elle voulait que sa musique et ses paroles soient à cent-dix pour cent honnêtes et sincères, absolument rien en dessous n’aurait convenu. La musique était sa religion et passion, une porte vers son âme et au-delà. Il n’y aura jamais d’autre compositrice comme elle ou voix comme la sienne. »


TREES_OF_ETERNITY_1.gif

“Il y a des femmes qui inspirent l'envie de les vaincre et de jouir d'elles ; mais celle-ci donne le désir de mourir lentement sous son regard.” Charles Baudelaire


mercredi, décembre 14 2016

TESTAMENT – Brotherhood Of The Snake


TESTAMENT___Brotherhood_Of_The_Snake.jpg

Finie la pignolle, Testament est revenu avec une agressivité conséquente. Pour cela il explose le genre thrashy en un kaléidoscope sonique.

La carrière de ce groupe est longue de 30 ans de dur labeur et a récolté qu'un infime succès, mais n'efface en rien la qualité première de sa musique et de l'estime que les fans de métAl lui profèrent. « Brotherhood Of The Snake » en libère toute la saveur en conceptualisant sa trame narrative :

Le monde tourne dans une paranoïa impulsive qui donne la pleine disposition aux opportunistes d'y inoculer leur félonne vérité. Testament part de ce postulat pour donner libre court à une société secrète, La confrérie du serpent.

Toujours aussi progressiste dans sa volonté de tisser sa trame narrative par l'apport d'une musicalité décomplexée, le groupe écharpe avec une tension constante pour un album hargneux, combatif, qui marque au fer par sa dimension aliénante.

En Testament on y entend le maelstrom catchy des Mets, le heavy de Motörhead, l'exigence progressiste de Annihilator. On ne parlera pas de renouveau, ni d’expérimentation, pourtant le groupe ne ramollit pas avec l'age, ses solos sont purs, enivrants, ses rythmes changeants contrastent l'ensemble des titres de manière significatives, le chant de Chuck Billy est savoureux. Nous avons un disque avec de l'ampleur, et de la consistance, peut-être même un classique en lui donnant le temps de s’insérer en nous avec cette saveur que le temps n'en fait que bonifier sa splendeur équanime.

Il y a ici un remarquable travail de précision capable d'apparier les diverses variations millimétrées de texture sonore, et les entendre se dissoudre dans ce magma étanche. Cet album est une musique à l'âme sombre et sauvage, dont l'aspect brut et indomptable en façonne la sculpturale nature indocile, comme une voix lumineuse en soi.


jeudi, décembre 8 2016

GOJIRA – Magma


GOJIRA___Magma.jpg

J’ai eu un mal fou à intégrer Gojira dans ma vie.

Certainement dû à la simple évidence d’expurger l’apparition de cette nouvelle génération génératrice d’innovation, et qui tuait l’ancienne.

J’ai eu un mal fou à intégrer Gojira dans ma vie, à me laisser séduire par son métAl, par sa soif légitime d’hybridation et de nouveauté musicale. Avec les oreilles en feux, prisent dans la déflagration sonique que je m’étais instruite, je n’avais de yeux que pour les anciens. J’étais trop enclin à satisfaire le culte de ce passé, là où les fondamentaux fondent l’édifice, jusqu’à ne sublimer uniquement cela, à tort bien évidement.

Il m’a fallu de temps pour apprécier la masse tellurique imposante de leurs riffs « Helmetique », l’artillerie en béton brut de la musique industrielle, leur alliage métAl pour les nouvelles générations. Il y a dans Gojira une force naturelle qui ne fait pas écho à la force dite « satanique » dont on nous a montrée jadis la face obscure et théâtrale dans le métOl spectacle.

Gojira est dans une dimension poétique, brute, et puissante. Il n’y a rien de punk, ni de heavy chez lui, c’est un instantanée de pureté solide. Sa musique se lie dans le chaos de l’univers avec l’insistance de dérober en vous une éblouissante grandeur, surtout quand elle parvient à vous détacher du sol. Je veux dire par là, que Gojira vous fait entendre la musique métAl sous un nouveau jour quand on parvient à s’extraire de son passé, quand on en consent la légitimité existentielle. On s’arrache du sol, parce que le sol se dérobe, parce que l’on n’est plus au ras des ténèbres, mais en flottaison, en orbite, au-delà de la saturation. On intègre la fission métallique qui vous plaque en même temps qu’une aqueuse apesanteur, et c’est à ce moment-là que l’émotion suscitée par leur musique, donne ses fréquences soniques que lui seul est à même d’en délivrer le plein impact.

Avec le temps j’ai dénoué le lien épineux vers une sérénité d’absorption avec Gojira, pleinement conscient que leur musique aussi nouvelle dans sa légitimité, pouvait résonner en moi comme une libération. L’on en retrouve l’imprégnation en live, car sur scène Gojira est ce monstre goulu qui vous dévore tout entier. Aussi hype qu’il peut apparaître en étant ce fer de lance hexagonal, Gojira transparaît pourtant avec la grandeur et l’humilité de son ambition : Différent.

Le « Magma » de Gojira est l’aboutissement depuis toutes ces années à souder son univers avec la pierre angulaire de son édifice, tout en étant souverain de son hybridation sonique. Il apparaît ainsi indestructible, certain de sa masse, prêt à tout dévaster sur son passage par la somme d’un hybridisme turgescent.

Immaculé de sa différence et sombre par son volume sonore, « Magma » est et sera.....La clef de voûte de l'oeuvre de Gojira.


- page 2 de 7 -