WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - XTREME FEST

Fil des billets

samedi, août 7 2021

RISE ABOVE


223698840_10157933296102536_5061770452179171740_n.jpg

Quel pied, ah ouiiiiiiiiiiii, mais quel p#tain de bonheur d’avoir pu revivre de tels moments musicaux avec ce week-end rédempteur. D'ailleurs l’expression de salubrité publique « Spectacle Vivant » a pris tout son sens.

Il y avait longtemps que je n’avais pas vu autant de visages radieux, illuminés par un seul désir : l’aboutissement du brasier collectif. Mais pour ce faire, il a fallu passer des immondices.


2.gif

Vivre c’est affronter l’adversité, et pour certain cela passe par le collectif.

Ceci, l’Xtrmefest l’a toujours mis en pratique. Corporatiste pour survivre dans un monde ultralibéral, communautaire unificateur et inclusif pour exister et conserver forme humaine. Cette multitude forme une amarre, issue du même tronc commun et résulte vers une finalité, unifier le temps d'un festival toutes et tous les électrons libres en une poche de résistance, prête pour conserver les valeurs underground punk hardcore metal à leur apogée. L’Xtremefest est un manifeste, un exutoire significatif pour la rage, le chagrin et la joie, c'est un modèle positif de solidarité et d’autodétermination, c'est un exemple de désir sonique destructeur et créatif.



Une lassitude avait envahi certain esprit en un signal vers la paresse, comme l'étroitesse que l'oublie collectionne dans un quotidien usé.

Pour que l'esprit humain comprenne la valeur d'une chose, il faut l'en priver. La carence covid 19 a révélé la teneur du spectacle vivant à hauteur de cœur. L'Xtremefest en épouse fondamentalement l'essor. Les équipes ont tout mis en œuvre pour que le festival existe. Ce fut une résistance de stakhanoviste, une forme de lutte contre vent et marée, basculant dans la tempête médiatique pour finir par survivre tel le radeau de la méduse du peintre Théodore Géricault. Se prouvant dans l'épreuve que la voie du courage, de la ténacité, du positivisme trouverait la transition possible à l'aboutissement humain.

Fédérer une famille n'est pas chose aisée, tant la singularité de chacun résonne en un brouhaha existentialiste. Il faut savoir écouter, et surtout entendre chaque voix pour trouver et choisir la voie à suivre. Ainsi, garder le cap de l'inclusivité reste selon moi, un choix fort et intelligent que le festival a choisi d’honorer. C'est cet universalisme qui est le fondement de la scène underground. Les révélations médiatiques ont actionné la scission de la scène, et inaugurent une nouvelle ère. Il est regrettable que ce qui nous avait jusqu’à présent unifié soit oublié, même au plus fort de la tempête. Il y a assez de barrière partout pour n’en créer de supplémentaire. L’espérance de se retrouver toutes et tous demeure…

L’underground s'est bâti sur l'exil volontaire, vers un modèle d’activité horizontale et participative, respectueuse des personnes, et capable d’admettre chaque différence comme un atout, toutes ces idées utopiques et marginales sont le fondement et l’essence de cette communauté. Je ne connais personne n’ayant jamais commis d’erreur. Personne. Tout le monde traverse des troubles, fait face à des fantômes, des peurs, des monstres, et se retrouve toujours contre soi.

"Aucun homme ne peut trouver en ce monde de plus redoutable ennemi que lui-même." Alain

Pour s'absoudre de faute, il faut savoir se remettre en question pour avancer, et ce festival affirme sa volonté par des démarches constructives.


12.gif

Ce n’est peut-être pas assez pour certain.nes mais c’est toujours un pas de plus vers l’autre d’accompli.

La communication s’avère être décisive dans un monde ultra-connecté. Le moindre silence, le moindre mot, le moindre visuel devient une signification kaléidoscopique de sens giratoire selon son axe de vue. Il me semble qu’il est sain de faire un pas de côté pour ne plus voir uniquement ce que l’on s’est forgé comme axe, mais d’avoir une vue d’ensemble de tous les éléments.

De toute façon si tout demeure, rien n'est jamais figé, tout se métamorphose, change, évolue, mute, si nous en sommes encore là aujourd'hui, ce n'est que par des choix. La vie est définie par nos choix.

L’association Pollux qui donne vie à l’Xtremefest a fait des choix.

Bien souvent mes reportages cherchent à observer le choix des gens, leur façon de faire vivre leur destinée dans le pouls de leur incandescence. C'est aussi simple que complexe, et aussi fort que cela.

Dans le firmament sonique des musiques amplifiées, nul ne sait la trajectoire de l'Xtremefest, mais une chose est sûre, les équipes de ce festival ont réussi à mettre en place l’expérience collective et incarnée de la liberté fougueuse dans un carnaval pour agité.es !


3.gif

THE DEAD KRAZUKIES ouvre les festivités du Vendredi avec une femme comme leader.

Quelques soucis techniques (mauvais retours) gâchent l'entame du set. Le coronavirus c'est pas de concert, donc pour les groupes c'est comme le retour sur tatami de Teddy Riner au J.O, tu finis avec une médaille d'or à l'individuel et avec l'or en collectif. Ainsi le quintette de la baie des Landes fait front, il joue serrer avec leur nouveau guitariste, je trouve qu'il gagne en composition catchy à chaque album, il suit la lignée mélodique d'un Bad Religion. Le chant de Maider Gallais est de toute beauté, sa tessiture rauque permet d'amplifier l'enrobage punk mélo californien. Loin des tendances, le combo surfe à la cool son punk rock avec le vent du fun, rien n'est faux chez eux, tout est sans filtre, sincère et spontané.

Les titres de leur dernier album « Icarus » volent dans tous les sens – émotionnels – du terme, et ne galvaudent nullement sa bourrasque musicale Hossegorienne.


###################################################


Le patchwork musical de LANDMVRKS est abouti, entre pøst-hardcoreemö metAlcore-råp pour une discographie de 3 opus.

La magie de leur mosaïque sonique épouse les transgenres musicaux avec une liberté de ton et de vigueur salvatrice. Leur jeunesse fougueuse se libère du poids de l'hérédité, et commence son échappée belle dans la direction donnée par leur intuition musicale. Ce groupe Marseillais à 98% (il y a un Parisien) impose sa force de frappe, d'attraction, et ceci d'emblée. Le combo écharpe par ses sens sensitifs une énergie concomitante avec une efficacité redoutable. On a clairement changé de division. Le chanteur charismatique possède un panel de modulation vocale (chant clair et guttural, flow hip-hop) suffisamment ample pour lui donner une assurance et mainmise scénique, digne d'une rock star à la cool. Le gars est un poids plume, il bondit et investit l'espace scénique comme un showman avec les étoiles du rêve Américain, et un positivisme envers le public. Une positive mind attitude bénéfique à ce que l'impression première du public devant cette performance, ne se retourne jamais le groupe en une aversion face à ce qui pourrait se transformer comme une prestance orgueilleuse. Il s'agit bel et bien de talent, et Landmvrks délivre une musique live hyper chiadée.

C'était leur premier concert post-covid depuis 2 ans, leur set est impressionnant et révélateur pour de nombreuses personnes dont je fais partie. Je ne connaissais pas du tout.

Leur concert apporte cette sensation d'un show rôdé depuis des mois d'attentes, et délivre en pâture un show endiablé à des lion.nes en cages. Leurs compositions possèdent le sens catchy des contrastes. De ce fait les styles s'imbriquent, apposent des atmosphères disparates tout le long, tout gagne en osmose, intensité et profondeur. Un des guitariste affichait un t-shirt de 2 Pac. Le set est passé à une vitesse folle.

Le public conquis, a pratiqué le wall of death, stage-diving, circle pit, c'était comme avant, mais avec la saveur tenace de reprendre son souffle après une apnée, de ressentir une force de vie battre dans le pouls de la joie de revivre une intensité unique, d'avoir le soleil pour fondre le gel d'un réel plein d'effroi encore.

Est-ce que le chanteur est tellement sûr de lui qu'il pourrait dépasser la borne narcissique du too much glam rock ? Devenir une caricature égotique de lui-même ? Heyyyy, c'est le genre de question que les critic-rock se posent en gobant du prozac dans un verre de scotch. J'ai pu discuter un instant avec Florent le chanteur, et le garçon est vraiment hyper simple, loin de la vigueur audacieuse qu'il affiche sur les planches. Il compose la majeure partie des titres, il a de multiples aptitudes, dont celle d'avoir aussi un projet rap. C’est un gars complet.

La route est longue pour le rock'n'roll d'après AC/DC, ce qui est certain c'est que Landmvrks a toutes les clefs, le potentiel pour devenir un super groupe de renom, et que dans ce moment présent à l'Xtremefest il a brillé d'incandescence sur scène.


5.gif

L'encre noire de William Burroughs a trempé son fiel ardent dans le venin d'Alice In Chains, dans l'apocalypse punk de Treponem Pal/Prong et avec le rock'n'roll de Queen Of The Stone Age, quand 7 WEEKS a pris la scène en un acte incantatoire d'essence sombre.

« Laissons venir les choses au lieu d'aller les chercher, souvent elles ne sont pas là où nous croyons. » Mohammed Moulessehoul

De ses racines blues noires, le trio est possédé par sa descente plaintive aux enfers. Ce rock puissant étendard d'une orfèvrerie de rite et de chaleur bestiale trouve dans son humanité heavy blues les sens véritables. Son catalyseur orgasmique est un moteur explosif ascensionnel. Les compositions du groupe en énumèrent l'assise, captent le public par son venin musical, ses atmosphères sont un fix dont la dépendance devient de plus en plus obsessionnelle au fur et à mesure du concert. Cette profondeur puise sa source dans le dub punk, la noirceur, bien en-dessous de la croûte terrestre, directement dans ce noyau en feu que l'intimité de l'âme en émet la part la plus intuitive de chaque être. C'est ce côté sombre, littéraire et cinématographique qui projette des images en relation avec notre tréfonds émotif. Leurs lignes progressives musicales permettent d'aller dans cette immersion. Le set est redoutable, addictif pour un public en manque de rock, de venin, d'absolu, de rêve éphémère. Les dissonances indus de Prong tutoient un heavy rock prog à se damner les veines pour un autre shot. Sentir le sable fin d'une latitude fantasque, la morsure des rayons d'un soleil gorgé de cet ailleurs où il fait bon retenir les sens d'un trip sonique.

Les titres s'étirent après une sieste onirique, et les morceaux de leur ciné-concert « Dead Of Night » permettront en toute fin de sceller ce sens stönique du feu et de la flamme HeAvy röck.


4.gif

Comique troupier du metal ayant subi la cruauté des réseaux sociaux, le cataclysme ULTRA VOMIT a eu comme incidence de révéler la constipation de l'hexagone, avec comme épilogue la diarrhée haineuse d’un bataillon de haters capables d'alimenter chaque débat au moindre contre-feux médiatique.

Faisant profil bas, la tergiversation craintive d'UV avant de monter sur scène venait corroborer à la simple question : Peut-on rire de tout ? « Oui mais pas avec n’importe qui » a annoncé Pierre Desproges

Apparemment non si l'on en croit la fiabilité scientifique et de ce qui se répand dans tous les outils de communication permettant de faire monter l’« excrémentation » des débats animés.

Le groupe commence son set avec son sens de la plaisanterie. Est-ce que ce sont des clowns ? Oui

Est ce qu'ils font toujours le show ? Pitinnnnnn oui, et des conneries aussi grosse que les melons de Cavaillon, con !

Oui, Ultra Vomit sera toujours là où le pipi caca prout uh ! du journal Hara Kiri via la parodie de l'univers pop et metOl présentera ses hommages outrecuidant à qui de droit.

Si tu es devenu.es trop sérieux avec tes principes, ta droiture morale, ton égo, et ton point de vue limité, va chier à la vigne.

Comme la peinture « La Trahison des images » de René Magritte où il démontre une figure qui présente seulement un certain aspect de l'objet, selon un certain point de vue, d’une certaine interprétation, Ultra Vomit a pris une tempête de merde parce qu’il a eu l’opportunité de faire le con devant le chef de l’état. Pour résumer : Si tu lis Mein Kampf c'est que tu es un nazi. Tu participes à tous les idéaux, propagande établie par l'auteur, qui en plus et comme chacun sait, était un mauvais peintre. Il y en a plein le cul maintenant des extrapolations qui finissent en suppositoire pour éléphant. La vie est désireuse d’absurdité, où est passé le rire, la private joke ?


10.gif

Pour répéter : La parodie, caricature est un art qu'UV maîtrise à merveille. Dans l'absurde ils vont très loin, de Nantes à Clisson, en passant par Niort, c’est dire…

Ce groupe a pris la scène de l'Xtremefest au ci-gît 81450 Le Garric avec la même intention que celle de l'Elizée (pas Montmartre, nonnnnnnnn, là où il y a le président de la république).

Ce n'est pas donné à tout le monde de recevoir des personnalités, nous les bouseux du Tarn, nous en connaissons le prestige, alors nous avons fait la fiesta même sans l'assentiment du Duc d'Anjous. Et côté festif Ultra Vomit ce ne sont pas des moulinets de pignole en l'air. Donc le public a participé à donf, en fait comme des gosses devant guignol. Que ce soit avec une gauloiserie béotienne (va chercher la définition), où dans la chevaleresque incongruité kaamelottienne, tout sied quand Ultra Vomit dégouline sa couillardise pornawak.

Ultra Vomit c'est la société du pestacle de foire d'Aggressive Agricultor (va chercher la référence sur le net), le bestiaire de Manowar, se sont des geeks, des adulescents qui font les cons sur scène, partout, et tout le temps. C'est sale bête et méchamment couillon, et ça ne va pas chier plus loin. Si vous avez oublié votre humour franchouillard, refaite-vous une plâtrée de nanard du réalisateur Philippe Clairet avec la disco d'UV, surtout si vous êtes constipé.es.

Un concert d'Ultra Vomit c'est punk, c'est rigolo, parfois tu t'emmerdes parce que la plaisanterie dure trop longtemps, le principal c'est que le pestacle « Panzer Surprise » est une dinguerie.

PS  pour les gens sérieux : N’oubliez pas d’aller chier à la vigne, hein !


6.gif

To thrash or not to be thrash ? That is the question, enfin, ser o no ser esa es la cuestión per ANGELUS APATRIDA. Quatuor ibérique venu déclamer la vélocité thrashy avec des jeans slim, et vestes patchées.§

Leur set ? Une déclaration d'amour à Exodus, Anthrax et Municipal Waste.

Le speed dans les riffs, des smiles pour les headbanger.ses, du slam-diving pour les coreux, et un pétage de nuque sidéral.

Para resumir : Nos rompieron el culo, ahhhhhhhhh hi, Cabron



*****************************************************************************************

L’équipe du WallaBirZine était au complet dès Samedi, un retour dans l’arène après des mois de diète, avec Junk Cacahuète, Big Jim puis oim afin de vous gratifier d’images, d’ITW, et captations de concerts, tout ceci est visible via la page FB officielle et sur notre chaîne WBZ


7.gif

Samedi c'est GET REAL qui fournit la première torgnole.

Le groupe anime et réanime avec un tesson hardcore la lucidité des corps, encore un poil endolorie par la fête de la veille mais revient à un haut niveau très rapidement. Les locaux creusent le sillon de leur EP « Rise » et de nouvelles compositions pour « échauffourer » le pit. Vous pouvez aider le groupe à une campagne participative pour l'aboutissement de leur premier album via Ulule.





###################################################


BLOWFUZE est le second groupe espagnol à venir piquer ses banderilles ce week-end.

Leur punk rock éperonne le son californien de NOFX. Mes camarades de jeux du WBZ prennent littéralement leur panard avec ce punk à roulette crossover, c’est leur came et pourtant ils sont sXe.

Le chanteur fusionne sa prestation survoltée avec une mine enjôleuse. Les barcelonnais se sont amusés comme des petits diables, déroulant leur musak frénétique avec la pêche ensoleillée.




###################################################


HANGMAN'S CHAIR caresse la scène d'un velouté bleu nuit

Libère ce rouge sang d'une ambiance coldwave doomy

Traîne son contraste de chaude braise et d’iceberg glacé

Le chant est magnifique, il se dépose dans l’espace comme un refuge de spleen

La batterie forge une profondeur de nacre



La densité sépulcrale de leur musique est un cimetière d'âmes emprisonnées

Le set est un précipice et un voilage de torpeur

Une emprunte de sagesse avec le trouble d'une noirceur qui éclaire avec douceur

Il n'y aura aucun mot entre les titres, il fallait ressentir les coups de fouet et laisser gagner l'abîme, puis laisser filtrer les tourments jusqu’à s’étreindre.


8.gif

La nouvelle formule du quintette BURNING HEADS appose dans son set davantage de punch. Il y a plus d'aisance vocale et mélodique. La libération d'une nouvelle énergie volubile qui amplifie tout l'ensemble de leurs titres.

Les nouveaux morceaux préfigurent un album vraiment fun, rapide, et hypra cool. Le public en a retenu une perpétuelle fougue dans le pit, et pour le reste a headbangué ou tapé du pied en mode lapin duracel. La sagesse Orléanaise puise dans son bain de jouvence punk rock les ressources inépuisables d'un changement bénéfique jusqu'à la lie.



Les Burnings ont toujours la flamme, jamais la flemme. Ils possèdent le sens du partage et de l'éclate scénique, ils subjuguent dans cet art de l'éphémère, trop fragile pour supporter d'être limité, avec toute l'intensité nécessaire pour faire tonner d'incandescence suprême.


11.gif


A présent le crépuscule de la salle est rempli par la loi du saloon. La fosse commune est gorgée de cow-boys et d'indiens qui musardent leur nervosité dans l'attente des $HERIFF.

Des punks iroquois aux chercheurs.es de pit en or, il n'y a que des sauvages, féru.es de vices et de violence, crépitant les excès de la nuit dans un set tout en déflagration épidermique. Les frissons parcourent des corps criblés de spasmes dès les premiers titres effervescents. Le western moderne du groupe est un rodéo de hit punk rock'n'roll. Le pit est un exutoire où le bétail à la forme d'un taureau qui ne sera jamais pris au lasso. Le tonnerre est impressionnant, mais c’est l’éclair qui est important. Dieu fit les hommes inégaux. Samuel Colt a rétabli l’équilibre, les $heriff aussi.

Le macadam underground apprécie ce genre de héros populaire de l'ombre qui une fois dans les lumières d'une scène chevauche le vent sonique des grandes plaines, avec le panache d'un coyote.

Leur nouveau guitariste se nomme Ritchie Buzz (depuis 2018 me semble-t-il) , il a joué de la six cordes avec des chasseurs de prime ricain, sa face New York Dolls apporte une nouvelle dynamique au groupe. Côté pile son apport en solis apporte une pièce au $heriff qui n'est plus manquante. Faites vos jeux !

Le groupe lance des signaux de fumée et dès que quelqu’un y répond, la gaieté à partager s'accumule. Les squaws du punk s'en donnent à cœur joie. En écoutant le vacarme rédempteur de leur musique, je me dis que la danse de pluie de Joe Belladonna, chanteur d'Anthrax, aurait pu être similaire à leur cover « d'antisocial » si jamais il avait pu entendre la déflagration Montpelliéraine à celle de Trust, tant la discographie des $heriff est étoffée de compositions aussi percussives. En fin de set le combo lance des couteaux de hits plein centre.

La symbiose électrique des $heriff aura su trouver les colts de la résistance punk et de ce temps qui creuse la voie lactée des cœurs remplient de joie furibarde. Dans le pit la loi du far-west stipule qu’il ne faut jamais s'accroupir si tu portes des éperons, car la horde de pogoteurs piétinent tout sur son passage comme un troupeau de bisons en furie. En fin de concert les pieds tendres ont les reins pétés.



Il existe trois sortes de personnes : celles qui apprennent en lisant, celles qui apprennent en observant, et celles qui doivent mettrent la main dans le feu pour vérifier que c’est chaud. A la chaleur des missiles les sudistes prouvent une fois encore et confirme l'adage : Il est préférable dans un esprit dionysiaque de suer plutôt que de grelotter.


Il y a eu de nombreux hommage à Daff Lepard le batteur des Uncos récemment disparu durant tout le week-end. Le fun du punk à roulette a le goût d'une nostalgie aujourd'hui.



Je tiens aussi à saluer l'âme de Dusty Hill le bassiste de ZZTOP, sans qui la barbe boogie-bluesy-pop ne passera jamais de mode.



*****************************************************************************************



9.gif

Une chanson est évocatrice d’une résurgence de souvenirs intenses. Tou.tes les mélomanes recherchent ce point d’ancrage nostalgique. Nous sommes faits de nos rêves, de nos insistances à un passé gorgé de suprématie.

Dans l’instant unique où nous sommes en contact avec ce qui se passe à un moment précis, sans s'inquiéter du futur, ni penser au passé, est-ce que ce nous ne serions pas dans un présent déraciné par l’immédiateté ? Où les émotions sont éphémères ? Où l’oubli protège de la douleur ?

Au bout du compte, un tel moment présent serait Alzheimer. Ce serait la conscience d’apprécier l’instantanée sans jamais y revenir. Où tout apparaîtrait en évaporation.

L’éphémère a la saveur d’une rareté, d’une virginité qui quémande une réapparition. Le soin de revenir à soi, vers ce moment unique où l’on acte une renaissance. Sans le relief du temps pour en vivifier la passion, l’existence, les fantômes, tout devient moins durable, cela revient à effacer une falaise de craie sur l’ardoise de nos émotions, avec une légère amertume en bouche.

On peut-être paumé.e par le trop-plein d’émotions que l’on a entretenu avec la nostalgie de nos errances juvéniles, pourtant c’est aussi et avec ce moment présent unique que l’on a forgé les contrecoups de nos directions contemporaines, avec l'ensemble des saveurs mélancoliques persistantes et le besoin d'y revenir profondément.


Tiens en parlant mélancolie et commémoration, Dimanche c'était BEN & FIST qui a fait l'ouvreuse.

Leur set fut actif, plein de cette honnêteté guillerette et tapageuse. Avec ce groupe on suit les tribulations intimes d'une corde sensible qui menace de se casser à tout instant, et qui trouve dans cette existence la profondeur de rire de l'absurdité avec l'émotion d'une mélancolie douce-amère.

C'est le moment où le clown se démaquille pour apparaître sans fard. Il réalise que dans sa schizophrénie il ne peut cacher ce qui remonte inexorablement à lui avec franchise, comme une rage positive s’inonde de larmes de joie d'innocence.

Sur la scène de l'Xtremefest trois gars dégorgent le fiel intimiste d'un punk rock qui comme le lotus prend racine dans la boue pour donner en surface une fleur. Le public perce sa carapace à cette dualité de contraste et de dimension musicale pour laisser échapper une contamination bienfaitrice au set de Ben&Fist.



###################################################

Le rap est le nouveau punk !

Les sulfureux DROOGS BRIGADE en hommage sulfureux à l'étrangeté d'Orange Mécanique pratiquent un rap capable de tolchoquer.

Sur scène le groupe donne l'impression de faire apparaître une myriade de personne, chacun prenant la direction d'un but commun. Des voix multiples échangent des états de fait dans la mitraille d'un ça-va-ça-vient, et pour une une libération de maux. Ils trouvent l'échappatoire d'une vindicte labiale en portant l'accent sur des punchlines et d'argot. Les mots s'agitent et répandent telle une sulfateuse la dureté de l'ivresse de la rue. Le macadam punk est taggé par l'insolence de ces rappeurs et de leur violence abrupte.

Niveau débit de paroles, c'est agile à se creuser le rassoudok, c'est beaucoup trop rapide pour moi. Comme les films d'action actuel conçu pour les générations de gamers, les images vont trop vite. J'suis totalement has been, un ringard.

La sensation d'entendre l'agitation de quelqu'un qui parle avec les mains en franglais.


Droogs_Brigade.gif

Ils sont 4 sur scène. Le plus vif c'est celui qui doit tirer à la pétanque. Rencontré après au bar du VIP, il était rond comme une pelle de cantonnier municipal et avouait être hyperactif en sirotant du jus d'alcool. Sur le parquet ses mots avaient la même castagne qu'un hockeyeur, et la nervosité du Franco Begbie de Trainspotting. Puis il y avait celui à la casquette à l'envers qui délivra comme on commande une quinzaine de pizza avec le débit d'un psychotrope fan de feuille de coca. Le troisième apparaît avec une souplesse plus cool que les autres, il affichait une surprise ravi dès que la sauce prenait de l'envergure dans l'échange avec le public. Le dernier, plus âgé, est le seul dont je comprenais la diction, même avec sa faiblesse pour le jus de canne agricole, un moloko plus plus caribéen. Il avait cette dimension de grand frère et un taux de sympathie qui prête à l'échange direct.

Le punk rock et le rap sont issus de la même ruelle où la parole des oublié.es desserre sa mâchoire pour battre avec le poing fermé la révolte des opprimé.es. On raconte différemment la même chose.



Munit d'une pensée qui traverse le goliwogh à gorge déployée, comme un passage de la sublime neuvième de Ludwig Van, Droogs Brigade a slouché un nectar argenté coulant dans une cabine spatiale pleine de satire sociale. Petit hold-up du groupe, leur rap vous affute l'esprit et vous met en train pour une bonne petite fête d'ultra violence.

Sur scène nous évitions le brame des vieux refrains poicres qui font un bastringue de "blop blop" en place du hip-hop. Visuellement le combo se détourne des rappeurs qui se serrent le zizi machiste sur scène, d'ailleurs je n'ai toujours pas compris pourquoi ils faisaient cela ? Ohhhhhhhhhh, t'es plus au primaire, si t'as si envie, va pisser, et fais pas chier à te toucher la nouille sans arrêt.

Le groupe est entreprenant, agressif, excessif, jeune, insolent, vicieux… l’idéal !




La dissonance metal noisy grungy punk de POGO CAR CHRASH CONTROL forme un patchwork chaotique que la génération montante en trouve la faveur éclatante, au point de se contorsionner les membres inférieurs avec ceux des membres supérieurs.

La bassiste exorcise ce que le batteur martèle dans la cisaille des guitares. Le chanteur énumère les élucubrations délirantes. Sa tessiture est entre Till de GxP et le chanteur de Vulcain, avec le lyrisme de Bertrand Cantat de Noir Dez, et la pointe d'aigreur du grunge. Musicalement ces jeunes poussent une technicité qui leur permet de pousser leurs compositions dans une étendue de style plus vaste. D'ailleurs la musicienne a été élue meilleure bassiste dans un concours d’envergure mondiale organisé par She Shreds, magazine musical américain qui se présente comme le seul qui soit "dédié aux femmes guitaristes et bassistes". Le défi été de se filmer à jouer un riff par jour, soi avec des compositions ou des reprises tout au long du mois de janvier 2021. Je vous conseille par ailleurs d'écouter son nouveau groupe COSSE symptomatique d'un post-rock noisy très abouti.

La manière siccative du groupe (qui fait sécher) est aussi efficace qu'un sauna scandinave. A la fin du set le public est rincé, réduit et hagard par la compression sonique du quatuor.



µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

Entre chaque changement de plateau ma tête marche au pas cadencé avec la fanfare germanique de Rammstein dans la sono


13.gif

J'avais très envie d'envahir la Pologne.


Hey ! J’avais oublié l'efficacité scénique de NO ONE IS INNOCENT, et franchement ce fut un beau rappel.

Le chanteur, Kemar pose sa mandale scénique avec l'énergie de l'espérance, du sens du combat ordinaire, qui ne lâche rien, et enrage de tout.

No One c'est pour résumer grossièrement aux fans de Téléphone : Trust + Noir Dez + Rage Against The Machine (d'ailleurs le groupe fera « Bullet In The head » en cover)

Le militantisme de No One égale celui de Philippe Poutou, que l'on embrasse, mais avec une hargne vraiment ooffensive. C'est munit d'un fiel ardent que leur musique devient une lutte délivrant un set fédérateur. Le groupe est un tribun à l'insoumission, à la vertu participative du collectif uni. Il applique la règle de Jello Bafra : éduquer c'est rabâcher, une idée par chanson, une poche de résistance pour chaque phrase.

Sur scène c'est "Vivre sans temps mort et jouir sans entrave". Le set est solide et résistant, antiraciste, anticapitalisme, contre les violences policière, altermondialiste, soutien à Charly Hebdo, il œuvre à remonter le social à hauteur d'homme. La peau tendu de No One Is Innocent possède le combat militant de l'internationale.

« Hasta la victoria siempre ! »


µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

Comme on a eu droit d'écouter la disco de Rammstein cent fois dans le week-end, pendant la mise en place du dernier groupe, Oh miracle c'était du grindcore, piiiitin quel panard !


TAGADA JONES termine le bal des enragés avec la sève adroite de leur musak de Trotskiste pour des keupons en goguette. Le groupe fait son set d'activiste à la gauche de la gauche sur les principes étendus plus tôt par No One, avec un punk rock alternatif stipulant qu'un autre monde est possible.



*****************************************************************************************


Le week-end Xtremement fun prenait fin, nous repartions avec le mojo d’Austin Powers pour une version mini-me du festival…qui annonce déjà les premiers noms pour une version que nous espérons intégrale en 2022.


annonce_2022.jpg

Je m'étais promis d'être concis, j'en ai foutu une pleine tartine ; )

L'Xtremefest est passé comme une éclaircie, depuis, le pass sanitaire s'est rigidifiée et de nombreuses manifestations culturelles ont annulé...


Merci à Pollux Association et à l'ensemble de l'Xtreme Family !


samedi, août 31 2019

HARDCORE LIVES, AGAIN & AGAIN

XTREMEFEST - Dimanche 04/08/2019


reveil.gif

Merde, le réveil n'a pas sonné !


Ah mazette je ne peux pas le croire,,,l’excuse bidon...Nan, franchement, le crew du W.B.Z est humain, et on était tous aussi crevés qu'un vieux pneu de brouette. Bien entendu que l'on a les glandes, surtout que Jodie Faster et Krav Boca ont apparemment mis les bouchés double et incendiés les gaziers autour de la X Cage. Les Xtremefesteurs.euses s'en souviennent encore...


***************************************************************************************


Le pop punk power rock emo de LOST LOVE a incendié nos petits cœurs d'une tendresse infinie. Parce qu'avec son chant sucré, ses mélodies émotionnelles, le groupe a trouvé la brèche pour y remplir ce manque d'affection que tout le monde possède. Leur concert était fluide, dans une détente de bar concert, sans chichi, tout simplement frais, à la cool, avec cette part de fun. Pas trop de monde, c’est le dernier jour et la fatigue se fait sentir.



Ahhhhhhhh les cousins de Montréal, c'est toute une vieille histoire de fraternité inégalable. C'est coOol que chaque année il y ait au moins un groupe Québécois à l'Xtremefest. Till de Guerilla Poubelle était à la guitare en replacement du second guitariste rentré précipitamment au Canada.

Un truc encore plus cool, et ce n'était pas prévue, ça s'est effectué à l'arrache, près de leur merch, aussi impromptu que sympathique, retrouvez Guilhem Benard, le bassiste/chanteur/compositeur de Lost Love en ITW.




***************************************************************************************


Je ne sais plus qui a dit que La jeunesse est le temps de la stupidité exaltée, mais il a jamais vu un concert de PEARS.

Saperlipopette, le chanteur ressemble de visage à un mix de l’acteur Denis Lavant et de Steph du fanzine Rad Party et du groupe Crippled Old Farts. Il a l’élasticité scénique de l’iguane (Iggy Pop) aussi. Avec un style de punk âpre et rêche, le groupe a solidement ouvert les veines à une musique dont on retrouve les bouts de verre du côté des Stooges, Poison Idea, Black Flag, et un truc mélo à Pennywise. Ce groupe a écrémé un nombre imposant de bassiste, donc je ne me focalise pas trop dessus, c'est stupide, oui je sais, ceci dit c'est mon côté punk, comme celui de Zach Quinn le chanteur, avec ses mimiques et son engagement scénique. C'était un set de furieux et intense pour ce band de la Nouvelle-Orléans (NOLA°), et second passage dans le trou minier.

Toujours avec le label Fat Wreck Chords, leur dernier album est un split avec le band Direct Hit, intitulé « Human Movement », sans chercher à amoindrir, pas plus qu'a métamorphosé leur musak, Pears élabore comme sur scène un état d'esprit frontal et assez brut de décoffrage. C'est ce qui attire en premier, ce côté sauvage, impulsif, que l'on entend dans leur punk sans problème, puis vient cet esprit baroudeur et frondeur, avec cette saleté dans le son, quelque chose d'ancien et d'oldchool qui se vivifie ardemment sur scène.

Je ne sais toujours pas pourquoi je confonds Pears avec Clowns ?




***************************************************************************************


Les taxidermistes du rock figent le bordel avec un arôme de poussière. Ce n’est pas que ce soit sans vie, ni mortel, on est juste embarrassé comme une mamie qui pleure devant son petit chien empaillé.

C'est peu ou prou ce que j'ai ressenti devant THE DOPAMINES de Cincinniti, de Cincintati, sapristi ce n'est pas facile à dire, Cincinnati, ah si.

Leur pop punk rock mélodique fut servi avec des morceaux de sucre mélodique et des vannes entre les morceaux qui tombent à l’eau. Du genre « Heyyyyy, ce soir il y a les Toy Dolls » alors qu’ils étaient la veille. Plouf ! Va chercher au fond du lac.

Les chœurs étaient très cool par contre, vraiment dans cette fluidité qui fait tout le zeste du style. Après c'est agréable, on tapote du pied peinard, bon, le moment est agréable (ouille répétition, c’est quand tu ne sais pas quoi dire d’autre en fait), on va pas chier dessus trois plombes non plus, parce que les gaziers avaient un peu la tête ailleurs je dirais. Ils avaient bu des coups au goulot avant de monter sur scène, et même pendant le show, mais comme ils sont Américouains ils font le job, sans problème. Ça papote sur scène comme des filles un soir de match de foot, puis ça vante les mérites du Gin, enfin du hard Gin exactement. Un sXe ne fait pas la différence à part que cette obsession alcoolisée est lancinante pour employer un euphémisme, et le set est passé avec la même passion qu'un lundi soir de Novembre.



Ils reviennent pour une dernière, A cappella, sur une histoire de consanguinité commune à une chanson paillarde. Le sXe que je suis estime comme il se doit cet esprit festif à la Patrick Sébastien.


Dictature festive

Moi : ‘’Sus à la dictature festive, le tourner des serviettes, je suis contre.’’

Toi : Ah le rabat-joie gougnafier de sa mère

Moi : ‘’Heyyyyy mais cela n'a rien avoir avec ma génitrice.’

D'ailleurs à chier sur la gueule avec votre réseau social.com, allez plutôt sur Brizzly.com, c'est comme des chiottes publiques, tu chies ta phase de mépris et la chasse évacue ton purin de suite, tout disparaît sans faire chier personne. Cool Non ?


***************************************************************************************


BIRDS IN ROW a été l'unique band du fest à avoir des atmosphères aussi contrastées, avec une telle intensité (calme et tempête).

Gratter la noirceur de l’âme pour y trouver la puissance de la quiétude. Faire tonner les brisures émotionnelles.  Appesantir les doutes pour planter à même la chair de l’amertume. Puiser dans l’affect et rugir le fiel du crépuscule de l’âme jusqu’à l’aurore d’une vérité intimiste. Birds In Row c'est tout cela à la fois.

C'était chaud, doux, pur. Mon seul regret du festival, ne pas avoir eu la possibilité d'interviewer le groupe, c'était prévue mais leur retard sur le site à engendrer la suppression de celle-ci. De plus l'album solo du chanteur/guitariste de B.I.R « whatever it takes » est tout simplement une merveille.

Quentin Sauvé a complètement compris qu'il faut dire les choses secrètes du cœur, après il est trop tard.  




***************************************************************************************


Les coupains des punks, GUERILLA POUBELLE, sont venus foutre le bordel avec la flamme, et toujours une intelligence fiévreuse à élever le débat sur les bases des liberté communes et les valeurs D.I.Y. Le set était forcément cool, tip top comme on disait dans les 90's.

Le public s’est abreuvé à la source de GxP, c’est sa génération, plus de 20 piges d’existence, le groupe parle désormais à tout le monde. Le public est dedans, à balle, c’est fun, précieux.

Le dernier titre c’était l’immense « Prévert, Kosma, Paris » avec en renfort Olive de Justin(e) et Mathieu (Lame Shot) aux guitares, et Till uniquement au chant se faisant porter par le public pour le refrain final. A cet instant précis il y a une incroyable connexion, on la sent forte, puissante et belle. J'ai toujours perçu la fragilité de ce garçon, et là, je ressens son besoin de dépendance affective, d'une jonction entre ce qu'il transmet depuis toujours et le poids de ses chansons. Puis ce plaisir de chanter. Cela vient des profondeurs du cœur, on le sent, cela nous met en joie. C’est important de sentir le crépitement joyeux du chant. Le débordement qu’il provoque à un effet relaxant et énergique.

Guerilla Poubelle c'est vraiment la communion de la famille...Punk !




***************************************************************************************


MOSCOW DEATH BRIGADE et leur electro pounk rap a mis le public dans la poche de son dance-floor furibard.

La Family Stage est pleine pour un mix batard d'hardcore punk et d'électro rap, et pour parfaire une éducation rêche avec le trio de dissident russe masqué, composé de Vlad Boltcutter, Ski Mask G au microphone et Unknown DJ aux platines. Dans les rangs de M.D.B on retrouve des membres de Siberian Meet Grinder, présent à l'édition 2016 de l'Xtremefest. On poursuit donc ainsi dans la tripaille bourrut et efficace puisque on rejoint les accointances du militantisme des Bérus, la mitraille froide et brut de décoffrage de Metal Urbain, du pungle (punk et jungle) et parfois un brin de synthwave (ou eurodance) comme avec leur titre "What We Do". Le public Xtremement ouvert du festival s'éclate avec tous les codes du hip-hop, electro, punk de la gauche de la gauche.

M.D.B c’est une forme de démocratie participative où les citoyens connaissent leurs droits tant qu'ils savent les préserver. Le groupe aplatit avec morgue la pop mondialisée qui s'est emparée de tout. À cet effet, il semble qu’aujourd’hui il faut tout expliquer, le pourquoi du comment, et tout remettre en cause pour ne pas froisser une communauté. L'époque semble/est poli/policière, l'unique solution de liberté en suspend demeure c'est quand que tu vas cracher ta révolte bordel ?

Chez M.D.B le crachat a le goût d'un lama et d'un drôle de dromadaire. Je suppose que sous un masque il y a le fils prodigue de Boris Eltsine et des pussy Riot. Oui je sais qu'à trop supposer on en arrive à se faire passer un suppositoire pour éléphant sans rien sentir, ou peut-être même juste une vague odeur de merde sur le bout des doigts.

Selon le philosophe Alain, « l'homme s'ennuie du plaisir reçu et préfère de bien loin le plaisir conquis », à la fin du set explosif du trio, il ne fait nul doute que le plaisir a été conquis avec le faste du collectif.

En russkof cela se dit : Круто! ( prononcé krouta) = cool / trop bien.




***************************************************************************************


  Il y a deux ans auparavant on avait pris une torgnole monumentale avec NOT ON TOUR.

J'avais ameuté à corps et à cri autour de moi sur la prestation des Israéliens. Bim ! Le quatuor a produit un superbe foudroiement avec un set remplit d’énergie punk rock et d’une sensibilité avec le chant parfait de Sima (et cette tenue, la classe). On s’est régalé une fois de plus devant la Zguen Stage.

Le concert est volubile et nerveux, on suggère au groupe '' Mais n'allez pas plus vite que la musique, on voudrait en profiter un maximum ". Les titres sont courts, alors exécutés en accéléré je ne te raconte pas les étincelles...Très rapidement, le groupe s’empare de la scène, du public et de sa musique avec une forte amplitude.

Le batteur est un dingue, c'est au millimètre, pinaise. Le groupe envoie l'incendiaire de ses nouveaux titres, issus de l’eXcellentissime album « Growing Pains » sorti au printemps 2019. Junk Cacahuète & et Big Jim Tonic ont pris une claque, une fessé cul nu pour leur première, c'est normal, et même si j'avais prévenu.


L'apparition de ce que l'on a espéré transforme le silence en vacarme. Le bourdonnement de plaisir qui s’en suit justifie à lui seul cette état de béatitude obtenu après leur concert.

Leur hardcore punk est hyper accrocheur, et à chaque passage la claque reçue est commune à une révélation. Similaire à un espèce de vertige que nul paléoanthropologue n'avait encore validé la variété.




***************************************************************************************


Souvent on donne le La (440 hertz) pour aboutir ensemble à la même conclusion.

L’ingé son de LIONHEART a cramé le concert. De la purée de bouse inaudible. On lui a fait le signe de mettre un bémol indiquant à l'exécutant de diminuer ses exigences ou assouplir ses interdictions. Mais peau de zob, rien n'y fait. Les ingé son de la salle de la musique étaient dégoutés de la vie, les bras ballants, en sachant que cette catastrophe inaudible allait leur retomber sur le rable. Donc on rectifie le tir, le son de Lionheart ne dépendait pas du professionnalisme des ingé son de la salle de la musique.

Avant cela, tout le monde attend d'être enseveli dans le bulldozer HxC façon Hatebreed & consort. Et quand ça démarre, sur scène c'est la grosse escalade à la parade du mâle, le groupe envoie la fonte, une pression constante que le pit agglutine avec une ardeur cathartique. Mais des enceintes sortent une bouillasse de grave et des miaulements de riffs.

Les lions ne se soucient nullement de ce que pensent les moutons. - d'après un passage dans Game Of Thrones

Je ne suis pas certain, car le remords est une morsure qu'on parvient difficilement à chasser le regret. Lionheart en aura fait les frais dans la salle climatisée.


remords.gif


***************************************************************************************


Voici venu le cas de PROPAGANDHI.

Bon excusez du peu mais il y a des musiciens sur scène. Ahahah !

Fait pas la gueule, on peut s’marrer un peu nan ?

Ce groupe parle dans une tout autre tonalité. Oui cela détonne davantage que la présence de Svinkels à l'Xtremefest par exemple. Pourquoi ? Disons que ça taquine sur scène, il y a de quoi s’en foutre une pleine varappe au-dessous du sol. Les connaisseurs apprécient le rendu musical, on distingue dans le public le passionné de musique et d’informatique tout à la fois.

Le groupe fait ses gammes majeures, mineures, chromatiques, diatoniques, dissonantes, gamme de couleurs, toute la gamme de sentiments, tout y passe… Les hauteurs des notes – leurs fréquences – sont fixées par une émotion très fugace mais intense si l'on arrive à se mettre à cette hauteur de vue sonique. Il faut dire que le choix de certaines combinaisons de notes reflète les lois de l'acoustique, d'une part, et celles de la physiologie du système auditif humain, d'autre part ; ils créeraient une bonne consonance acoustique en somme. Tu n'as rien compris et bien dans le public c'était pareil, puisque sous des regards hagards alors que leur souvenir était davantage acoquiné avec la prestation plus accessible et malléable des Toy Dolls.

Je vais me mettre à ce niveau Toy Dolliens et tu vas saisir, en résumer : Propagandhi a élevé le ton sur tous les tons.

Les canadiens ont fait la part belle à leur dernier opus « Victory Lap » sorti en 2017 chez Epitaph, mais il a aussi donné dans sa discographie alléchante de quoi fournir du bois dans son brasier progressiste, et fait vibrer la corde sensible avec celle d’une guitare en bois électrifiée.

Ce qui est étrange c'est que le groupe même en étant brillant et parfait, une forme de passivité nous subjugue aussi tout à la fois. Je me suis dit que cette passivité était une discipline vive et son excipient le rêve qui en découle, sa forme de lutte à s'accorder sur cette montagne musicale.




***************************************************************************************


Cette édition se termine sous les secousses des grosses burnes à MADBALL, et c'était comme faire du bilboquet avec une boule de bowling. 

Ce fut le prélude non pas de Bach, mais des hostilités, car dès le premier morceau le pit ressemble à une compression de César mais dans une casse à bagnole. Il n'y aura aucun contraste, pas plus que de crescendo émotionnel, le son devient immédiatement gigantesque, l'intensité, elle augmente en décibels me semble-t-il même. L'immense Freddy Cricien crèvera l'écran de nos nuits blanches à force d'un larsen contiguë après les secousses de son band...et l’érectile ascension musicale nous tombe sans arrêt dessus comme un corps mort pendant un coït. Beaucoup de classiques seront interprétés dans le tumulte façon allegro HxC.

Madball s'est tout une identité sonore (hardcore metAl) et géographique (New-York). Un culte à lui tout seul, de ce fait un concert d'approbations se fait jour dans la salle en même temps que le bruit d'os qui craque. C'est étrange nan ? Pas tant que cela en fait.

Le letmotiv du combo ? Balancer un gros mur de parpaing sonore pitiiiiin. Souvent on retrouve le même thème musical répété à plusieurs reprises pour insister sur une idée ou une affirmation, ce qui rejoint la maxime préférée de Jello Biafra : Éduquer c'est rabâcher. Dans la fosse ça dégouline de la sueur, du pue, du sang et peut-être même du sperme. Parfois on entend remonter : « Oh les gars, allez-y piano tout de même » puis en retour : « Diiii quoi, hey, où est ce que t'as vu autour de toi un Richard Clayderman Bro ! ».

Les titres "Hardcore Lives" et "Doc Marten Stomp" vont mettre au tapis un public K.O. Au WBZ on remercie Chris Tattoo pour les t-shirts, nice !




***************************************************************************************


Merci, merci, merci au crew de l'Xtremefest dans sa globalité, à tous.tes ses bénévoles, à Pollux Asso et sa cohorte collégiale d'associations autour d'elle pour ce week-end orgiaque. C'était parfait une fois de plus, rien à redire, un palier est franchi haut la main à chaque édition...et le public en traduit la même folie, intensité, communion, c'est vraiment très coOol & fun. Pendant 4 jours, les équipes de l’association et 250 bénévoles, ont accueilli avec enthousiasme plus de 7000 festivaliers et une quarantaine d’artistes nationaux et internationaux.

Pendant que le site se vide, l'équipe du WBZ est éreintée et tous les staff pour recouvrir l’événement se retrouvent pour finir la nuit au barnum du bar orga, avec les bénévoles, etc...Il y avait Gwardeath avec un shirt indiquant religieusement les eaux thermales bénites de Lourdes pratiquant le smurf et le paso-doble karatekacore sur des beats outranciers, un gentlemen je vous dis.

Pour la partie after-musak, c'était Clémentine et les Derniers Dinosaures, un groupe de reprise de gloubiboulga régressif en version pop punk, lequel a fait de la prose infantile...


Bisounours

...alors que juste après il y a eu de manière imprévu et spontané Poésie Zero déclamant son lyrisme à l'état brut. Mais j'étais déjà partie comme je devais me lever très tôt pour aller gagner ma croûte. Le dégoût avec extra-balle pour celle-là, pfffffffffff.


***************************************************************************************


Ce report est tout spécialement dédié à Rachid, frère de cœur méditerranéen, on compte sur toi l'année prochaine.

Salut à tous.tes les copains et copines, vous êtes géniaux on se revoit l'an prochain, en 2020, Pollux fête ses 20 ans, la fête sera encore plus belle, c'est certain ; )

Tous les groupes croisés pendant le festival vont tous enregistrer cet automne 2019, tous sans exception, et il y en avait un paquet. Cela promet un début d’année assez volumineux.


enregistrement.gif


***************************************************************************************


Chacun veut vivre sa vie comme il la voit/perçoit, c'est un impératif pour ne pas devenir fou, et c'est comme il la sent pour les plus fougueux.ses, comme il l'interprète pour les rêveurs.ses. Cette évidence vous la trouverez à l'Xtremefest, mais n'attends pas trois plombes pour prendre ton ticket !


Retrouvez tous les lives, ITW de cette journée, captés par Big Jim & Junk via la chaîne youtube WALLABIRZINE ; et les photos de Junk Cacahuète et jus d'orange sur la page FB du WBZ.


Fine


samedi, août 24 2019

IF IT'S TOO LOUD, YOU'RE TOO OLD


great.gif

XTREMEFEST - Samedi 03/08/2019

Chaude ambiance à Røckaway Beåch, enfin...dans le trou de Cap Découverte pour le record du monde du plus grand circle pit aquatique. Le résultat fut une très Grosse poilade et un pari tenu face à cette connerie monumentale !

Le crew de l'Xtremefest a de la suite dans les idées et une couillardise à la hauteur de ses ambitions fraternelles. Créer un festival en osmose avec les relations humaines et la sérénité festive de cette liturgie sonique, rejoint le projet de cette farandole nautique, en adéquation participative avec le site de Cap Découverte. L’équipe du WBZ a concouru à cette offrande aqueuse avec une ostentation naïve pour Junk Cacahuète par le biais d'un déguisement à fourrure. Avec un tel truc sur le corps et par temps sec c'est très vite insupportable, le hic c'est qu'une fois dans l'eau, certes tu n'as plus chaud mais tu coules avec le poids trempé du bordel. De plus un circle pit dans l'eau entraîne une force centrifugeuse assez forte pour être emporté. Junk en a fait les frais, dès le premier amorçage du virage il est parti à l'extérieur de l’aquapit et dans les profondeurs du lac. Pitiiiiin ! Il n'y avait que la go-pro qui dépassait de l'eau.

En fin de matinée c'est au camping dans la « The Cage » que Justin(e) et Ta Gueule ont jugulé la torpeur des festivaliers avec l'élan ensoleillé de leur filé le modjo, c'est donc à couille rabattue et avec le « It takes a revolution, to create a solution » de Bob Marley que les deux groupes ont satellisé leur vigueur et empreinte musicale.


***************************************************************************************


Le bon esprit de JODIE FASTER sur scène avec un humour à la hauteur des lignes de conduite qui prévaut quand on maintient une osmose relative pour un set de speed HxC oldschool, a fluidifié la vigueur brève de leurs titres.



2mn par morceau, heyyyyyyy, la précocité est de mise dans ce rapport de force brut et d'éclat de ferveur. Les Lillois sont décisifs, l'essentiel de leur hardcore se détermine autour d'une corrélation sonique sommaire à l'efficacité prégnante. Le son clair détermine déjà à la base une ligne de conduite oldschool. On est dans un art qui se prive d'artifices, et le groupe affichait cette impatiente de vivre jusqu'à la lie, avec la vigueur de faire déborder son environnement.

JODIE FASTER est percutant, mordant, incisif. Le groupe a traversé l'hexagone pour bouillir son hardcore dans la cage de l'Xtremefest et sur la Zguen stage. Retrouvez-les en ITW, en plus ils ne mâchent pas leurs mots.




***************************************************************************************


Samedi c’était costume paillette et maquillage pour la seconde année, pas mal de personne ont répondu à cet appel. Dans la salle intérieure le bal se passe devant un travestissement plaisant et bon enfant, avec déjà des costumes partant en lambeaux de lépreux dans un pit effervescent.

Le chanteur de REAL DEAL a fait le showman, dans le bon sens du terme. C'est à dire qu'il a maintenu avec enthousiasme son pit dans un état de fébrilité active. Rien à voir avec Robbie Williams qui est selon lui : « Un artiste né. Quand j'ouvre mon frigo et que la lumière s'allume je commence à chanter''. Tu vois c'est différent hein !

Le concert avait des atours de hargne et d'intensité, le groupe ne joue pas des coudes pour émousser, il apporte avec des riffs renforcés et des breaks catalyseurs une empreinte convaincante. Le public en a reçu la vibration comme une réussite (Pas le jeu de carte, hein).

L'expression « l'échec est une ecchymose » est fausse, demande à Rocky Balboa le nombre de fois où il a réussi son coup, il avait le même physique que Quasimodo après, et je constate que l'énergie que Real Deal a assaisonné n'a pas tourné au vinaigre, mais a délibérément marqué les corps et les esprits de contusions.



coup.gif


***************************************************************************************


L'intensité d'action brutale de MONDE DE MERDE a démontré que le public de l'Xtremefest ne cherche pas la merde d’un autre comme des chiens truffiers devant un composteur d'appartement.

Le groupe nous met le nez dans le bousier contemporain en nous hurlant que le mal métaphysique c'est l'imperfection du monde, et que le mal physique c'est la souffrance. Leur set insurge une primauté de volonté opiniâtre d'aller au cœur des choses instinctives, et d'accoler des breaks instantanés, toujours sur cet état transitoire de la fugacité de l'existence. Je soutiens que ce groupe est beaucoup plus philosophique que brutal. Il donne à mouvoir bien plus qu'un monologue de moraliste, boooooon, ce n'est pas évident d'en concevoir l'ensemble avec des titres aussi bourrus et rapides, soit. Cependant, passer à côté de la globalité de Monde De Merde c'est se pourrir soi-même.



Au WBZ on a la philosophie de vie bienveillante de Jacques Dor « On n'attend pas le bonheur, on ne court même pas après. On le fabrique, avec trois fois rien, ce qu'on a : un sourire, un mot, un élan, un vertige. C'est artisanal le bonheur, ça ne tient à rien et tout à coup, ça tient à toi. ».

Ce groupe fait de même. Il n'a pas abouti à un précipité farouche avec sa musique sans rien pour en accompagner l'existence. Derrière la brutalité d'action musicale se révèle une gestation de contraste, de nuance, une épaisseur, si c'est trop rapide pour toi, si tu n'as pas eu le temps de tout percevoir, et pour éviter que tu te réveilles à 35 ans pour te demander ce que ça veut dire « MONDE DE MERDE » ? Ce n'est pas que t’es indiscret…c’est juste que t’es un con ! », il y a une ITW du groupe qui te permettra de saisir, en autre, ce qui se cache derrière cette sentence.

Quand on parle de musique violente dans l’itw on entend le mot contemplation. Cela peut paraître surprenant et contraire, pourtant je trouve que l’on écarte trop souvent cette réflexion dans le punk. Musique brute et spontanée s’il en est, en omettant toute la réflexion en amont qui en découle, la gestation, digestion qu’il y a avant de tout jeter en pâture d’un bloc instantané.  Comme on peut vivre dans un monde de merde tout en conservant un regard lucide, ouvert et bienveillant, parce que l’on est là, présent, détaché de tout venin mais pas de la bestialité que l’on sécrète de façon naturelle. C’est un équilibre précaire en soi et au dehors. Ce groupe en a compris la juxtaposition, le contrepoids, la forme, la posture, la mesure et le déséquilibre.




***************************************************************************************


KIDS OF RAGE est un groupe dont le patronyme le porte à provoquer chez la jeunesse pimpante une farandole de torgnole dansante et d'entamer avec un jiu-jitsu chorégraphique hyper tonique.

Le groupe a fait son job comme on affirme dans le jargon journalistique quand on minaude près des petits fours. C'est vrai quoi, le chant était impeccable, le rendu propre, il n'y a pas eu d'exagération, d’ennui, le groupe a mis tout le monde en accord avec sa prestation, son attitude offensive et fun. Bien entendu c'était une évidence, avec son HxC enduit de mosh-part, les Barcelonnais vont à l'efficacité première, et cela s'en ressent fortement partout. Suite à la fulgurance du concert de Kids Of Rage, Junk souhaite (re)monter un groupe de punk-HxC. Si vous êtes intéressé.es contactez-le sur le page FB du WBZ.



Pendant le concert, il y avait un jeune garçon au dynamisme éreintant, il sautait comme s’il était sur un trampoline. Il me semble qu’à son âge je n’avais jamais osé gambader de la sorte avec autant d’insouciance et d’insolence. Alors maintenant je sais que ce n’est plus la peine d’en convenir, de plus, mes articulations ne tiendraient pas les chocs.

Doit-on dépérir inexorablement même en étant enthousiaste devant le set de Kids Of Rage ? Vous avez 2 heures…



***************************************************************************************


J'aurais franchement aimé jouer à tu me tiens par la barbichette avec le bassiste de NEGATIVE APPROACH. Heyyyyyyy même la chèvre de Monsieur Seguin n'en avait pas d'aussi aguichante, demande au Loup si tu veux.

Le punk est une crise d'adolescence, un cri d’hystérie collective pour certains redresseurs de torts. Pour d'autres il est fondamentalement un espace de liberté, un droit de parole légitime, une lutte (et parfois/souvent intestine), de récriminations, de refoulement épars, puissant et profonds.



Groupe culte munit de titre missile surpuissant, avec une discographie très réduite mais Ô combien déterminante, et qui a jalonné la piste pour de nombreux groupes par la suite, il est et demeure une fondation du punk. Le chanteur John Brannon, n'a pas décroché un mot entre les titres, un self-control de maître tai-chi-chuan assurément. Tiens je vous conseille le groupe Laughing Hyenas dans lequel il a chanté un punk blues intense dans les 90's. Même si l'approche musicale est différente, on reste dans le contre-bas rêche.

L'évidence d'entendre Negative Approach en live me confirme l'influence primordiale que le groupe a pu avoir avec un groupe comme Eyehategod, cela percute à l'oreille et par un larsen si je puis ( sans fond...du verbe pouvoir ) m'exprimer ainsi.

En parlant de puits le groupe était dedans à 350%, et ne demandait au public qu'à les rejoindre pour que la réverbération sonique pousse à la révolte, pour que tout le monde évacue en même temps que leur concision musicale purgative. Même si le guitariste est resté dos au public, et que le chanteur avait une hargne vocale indélébile.

Trois quadragénaires femmes étaient à balles devant moi sur les mélodies punks brut de décoffrage, avec des effluves de oi dans l'esprit. Pendant le set Big Jim me glissa son verdict avec la même vigueur qu’un coup de crosse de hockey dans le foie : “Ils ne l'ont pas déjà joué celle-là”, et je sais qu'il n'est pas le seul à le murmurer. Ahhhhhhh jeunesse outrecuidante perdue dans ces alcôves brumeuses avec comme unique replie spirituel de savoir ce qu'il y a à manger pour le souper du soir. Salopiaud va ! C'est vrai que tout dans l'attitude, la mélodie est et demeure primitif, le son est crust aussi. Le groupe a joué serrer et il reste vraiment très, très important pour cette sorte de colère, d'amertume, de rancœur, de révolte avec sa tumeur punk salvatrice.

Un très grand moment de punk indélébile assurément, je suis certain que dans sa digestive compréhension, même si la jeunesse s'emmerde les 3/4 de son temps de cerveau disponible, elle œuvrera par la suite à se pourlécher les babines avec ce groupe.


parfois_on_s__emmerde_dans_la_vie.gif



***************************************************************************************


Le groupe Hollandais NO TURNING BACK a magnifié sa ferveur avec son écrasante sonorité hardcore Californien, en plaquant une énergie considérable dans le pit. Surtout avec cette odeur musquée de transpiration, insoutenable pour les effluves qu'elles faisaient remonter sur celles et ceux qui étaient carapaté.es ou déjà mort à l'étage.

La fosse est très vite devenue une boite de casse-grain avec tous ces pois sauteurs. L'adhésion du public a complété à merveille la densité du groupe.

Dans leur musak les breaks rythmiques soulèvent le flow du HxC au son lourd. On pourrait penser que prendre une telle plâtrée dans la tronche va vous écraser la gueule, or c'est tout l'inverse qui se passe. C'est un rentre-dedans joyeux et léger dans la fosse à bestiau.

Sans alourdir son propos No Turning Back a déposé les claques soniques lui permettant d'astiquer les cages à miel du public, tout surpris de perdre une audition après un tel nettoyage au Kärcher HxC, en plus d'être groogy et super revivifié à la fois.



Quand même, il y avait 2 gars en train de roupiller peinard les jambes écartées dans les gradins, et oui pendant le set de Turning Back, comme quoi hein ? Les berceuses de cet acabit sont très efficaces. Parent, c'est mon conseil, arrêtez le désuet Henri Dez, immédiatement.


***************************************************************************************


L'intro de scène de THE CASUALTIES se révèle être assez surprenante en soi puisqu'il s'agit du titre « I'am a Rebel » composé par Alexander Young (sous le pseudonyme de George Alexander) pour ses frères dans AC/DC, mais interprété par Accept, groupe de heAvy metOl Allemand. Peut-être est-ce-dû à la petite taille des chanteurs Udo d'Accept et de Jake Kolatis des Casualties ?

Punk oi et refrains de street punk frictionnent le public comme une machine à laver, et fonctionne en mode 90° avec un essorage en règle. Quand tu vois l'état des fringues à la sortie, et ben pfiouuuuut. D'autant plus que quelqu'un a dû foutre de la javel dedans, il y avait des taches blanches partout.

Heuuuuuuuuu, c'est bien de la javel nan ?!?



Les coqs gaulois ont dansé sous l'irrigation d'un tuyau d'arrosage du crew de l'xtremefest en plein cagnas solaire afin de faire retomber les signaux de fumée des iroquois de toutes les couleurs. J'ai vu des crêtes bleu, rouge, manquait que le blanc aurait suggéré le borgne. C'était festif comme concert et les godillots soniques d'Exploited à G.B.H marchaient dans un riffing de rue. La morve pendait au tarin, les poings se sont levés, les gobelets réutilisables qui évitent l'utilisation du verre plastique jetable volaient dans les airs et devenaient donc... jetables. Ça pogottait gaiement en tous sens, un collé-serré de brassage ethnique punk, c'était le souk dans la fosse aurait dit la fille du borgne. Le groupe en plus de jeter en pâture ses titres bondissants nous a prodigué une cover des Ramones, intitulée « R.A.M.O.N.E.S. » chanson de Motörhead, en hommage aux Daltons du punk rock, disponible sur l'album « 1916 » paru en 1991, et conçu par Lemmy.

Ce concert de Street punk a été ce que le fumier est à la culture maraîchère, un fertilisant.



***************************************************************************************


Sing along et punk mélodique, douceur du soir mielleuse autour d'IGNITE.

Le hardcore mélodique datant de 1993 du combo a souligné à merveille la puissance émotive à la coOol Californienne de ce groupe du Comté d'Orange. Je dis cela au cas où vous aviez une vision très très réduite puisque le Backdrop le stipulait.

Le chant de Zoli Téglás est hyper juste et tout repose dessus. Non que la musique en soi se cache derrière, mais que sa justesse vocale et l'amplitude mélodique qu'il transmet vient se loger en plein cœur. Avec quatre albums et 2 décennies, porteur de paroles humanistes et écologistes afin de jouer de la musique pour changer les choses, le groupe traduit sur scène une force musicale sur laquelle il faut compter. En grattant dans les premiers albums révérenciels, et des covers de Bad Religion « We are only gonna die » et de U2 « Sunday Bloody Sunday », Ignite assure son set.



L'efficacité et le sens de toute musique se mesurent à la façon dont elle devient partie intégrante de soi. Il est plus qu'évident qu'Ignite pointe dans le cœur des choses solubles cette forte émotion subtile. C'était visible auprès d'une femme près de l'ingé son, car elle remuait lascive, et quand vous croisiez son regard son sourire flottait avec le ravissement d’un embrun dans la délicatesse musicale du groupe.

Tout le set fut abouti par une sagesse et force mélodique, et lorsque le trouble s'évapora, les yeux étaient embués, le corps se dérobait à sa mise à nu, le cœur laissa échapper du fond des soupirs des pensées de plénitude vers une latitude optimiste.



***************************************************************************************


Les cartoonesques TOY DOLLS ont cartooné.

Ben tiens, avec leur caoutchouc punk, vif, élancé, les fringants vieux de la vieille punkitude (Olga l'unique survivant depuis 1979) ont usé de souplesse et de contorsion afin d'ajourer leur plastique musicale extensible. Le public en raffole, c'est sautillant, explosif de saveur colorée, c'est festif, et un samedi soir de carnaval c'est pile dans le jus du Xtremefest.

Si « Vouloir être quelqu’un d’autre c’est gâcher la personne que vous êtes. » selon Kurt Cobain, il est avéré que Toy Dolls est celui qu'il doit être depuis toujours en restant celui qu'il est à jamais...Eeeeet merde, relis alors !



***************************************************************************************


Séance d’ostéopathie gratuite avec SICK OF IT ALL.

Se faire craquer les vertèbres par les légendaires New-Yorkais demeure une expérience bienfaitrice.

C'est toujours le même concert et toujours la même envie de jouer après toutes ces années. C'est dingue et cela peut-être une définition de la passion me semble-t-il ? Musicalement la formule est éculée, on pourrait affirmer que SOIA est comme ACDC, Motorhead & co, il se satisfait d'une recette musicale unique, ayant labellisé son culte. Aucune prise de risque, le groupe va à l'essentiel, ne recycle même pas, d'ailleurs pourquoi le ferait-il ? Le seul a tourné en rond c'est le public dans des circle pit avec la banane comme sourire. Le groupe est fier, affiche une attitude positive, fédératrice, s'éclate à fond, prend son pied, toujours avec le sourire, c'est imparable comme joie et plaisir fédérateur à transmette.



« Quand je suis sur scène, le sauvage en moi est en liberté. J'aime redevenir un homme des cavernes. Il me faut six heures pour me calmer après un concert. » Angus Young.

Oui le HxC punk de SOIA honore les valeurs du live qui ont fait sa renommée une fois encore, et ce depuis toujours. Le groupe n'a pas le melon en appartenant au culte HxC de la grosse pomme, il a le sens du respect réciproque.

L’Entertainment avait créée des faux-dieux, non seulement au moral mais aussi au physique. Sick Of It All est venu restaurer ce qui avait été perdu, il transforme le corps de notre génuflexion en le rendant semblable au sien avec une honnêteté non dissimulée, avec une fraîcheur de quinquagénaire inusable, comme une claque de vérité en un pur jus de concentré Hardcore !


***************************************************************************************


Je me répète mais les déguisements ont coloré l'Xtremefest. Au bar du vip, le costume est à la Marine, plein de matelot.es (je suis pas sûr de la féminisation ortaugrafike du mot) Olivier de l'association La Lune Derrière Les Granges ressemble au Capitaine Haddock dans une version de luxe et lounge de la Croisière S'amuse.

En seconde partie de soirée c'est Disco Bestiau avec un DJ qui met le feu à la platine, au sens comme au figuré. Pendant les indécentes beuveries de fin de soirée, je concours contre un pongiste avéré sur une porte dégondée, devenue table de ping-pong sommaire. Cette partie à l'aveugle avec Guillaume Circus permet de vous annoncer un retour proéminent de l'émission de radio Joining The Circus. Hip hip hip !

Sur le dance-floor le smurf rock'n'roll de Gwardeath ne laissa aucune chance aux autres mâles d'épater des femelles déjà sous le charme invertébré du Basque bondissant, d'autant plus munit d'un french flair toujours aussi actif pour caler des jeux de mots très subtils dont vous pouvez en retrouvez la teneur outrecuidante et à la coOol avec son report " Oui aux ambiances foreuses, non aux ambiances foireuses " de l'Xtremefest 2019. Dans le mercato journalistique, sachez par ailleurs que cet imminent personnage du monde libre du fanzinat sera très prochainement à la fanzinothèque de Poitiers dans un rôle d'encadrement.

Rappelez-vous le précepte d'Eddie Spaghetti (The Supersuckers), qui colle à la peau de Gwardeath : « Le rock'n'roll vous maintient dans un état constant de délinquance juvénile ».


Retrouvez tous les lives, ITW de cette journée, captés par Big Jim & Junk via la chaîne youtube WALLABIRZINE ; et les photos de Junk Cacahuète et jus d'orange sur la page FB du WBZ.


destruction_rock.gif


vendredi, août 16 2019

FOREVERMORE XTREMEFEST


1.gif

Vendredi 02/08/2019

« Le rock’n’roll est une explosion nucléaire de réalité dans un monde banal où plus personne n’est autorisé à être magnifique » dixit Kim Fowley.

Traduit la même équivalence en termes d’adrénaline luxuriante avec l’Xtremefest et tu auras un avant-goût tenace de ce qui advient.


L'équipe du festival a privilégié ses festivaliers avec un renforcement au camping et une vigueur à satisfaire son bien-être. Il a aussi fait le choix de protéger ses bénévoles pour qu'ils puissent façonner un festival à la hauteur d'humanité de l'association Pollux. De ce fait, tout le monde se sent bien. On vient à l'Xtremefest pour partager cette complicité, tolérance, fraternité, liberté...Une façon aussi d'évacuer, de se détendre, de s’amuser. Des expressions souvent galvaudés de leur sens premier malheureusement, parce que « se divertir » de la sorte apporte du liant à ce que vous décidez d’être.

Oui, je sais ce n'est pas commun de se foutre des pralines dans le pit pour se trouver une forme de satisfaction intérieure, très reposante en soi finalement. D’autant plus que l’on euphorise beaucoup aussi tous ces trucs enfouis, puis quand il s'agit de déconne, oh pitinnnnnnnn...


joke.gif


Vendredi la température exprimée par météo France culminait avec celle de Tobrouk en Libye, et le ressentie avoisinait avec celui d’un crématorium. Suer comme un goret est une expression que je n’arrive pas en termes de métaphore à comprendre, mais à sentir alors là oui.

GREEN DEVIL'S TENTACLES était venu d'Angoulême uniquement pour se rôtir la tronche dans la X cage. Ce qu'il a fait en peinturlurant à coup de densité Ramonesque. Si tu t'es tapé le cul par terre, que tu as tapé du pied, mâcher de la punk-gum devant l'interprétation caoutchouteuse du band, ou bien même si tu t'en branles (et il y a un paquet de branleurs et de branleuses sur le net, si, si), bref si pour une raison ou une autre tu veux en savoir davantage sur Green Devil's Tentacles, le WBZ a réalisé une ITW impromptue des gaziers le dimanche soir alors qu'elle était prévue le Vendredi à la base. Ok basta cosi & kiffe ta race :



***************************************************************************************


REAL DEAL a fait mordre la poussière à des xtremefesteurs.es en plein cagnas juste après, et toujours dans la fameuse X STAGE. Ce groupe a un engagement prolixe en HxC, puisqu’il possède des titres à l’agressivité tenace et une combativité à toute épreuve. Le résultat c'est que le public était aussi vidé qu'une truite meunière pendant sa calcination dans une poêle ébouillantée d'huile.

On a fait une ITW avec un rescapé du groupe, les autres étaient au lac pour éteindre la brûlure de leur set. Rencontre.




***************************************************************************************


Sur la Zguen Stage à l'extérieur, JUSTIN(E) a zguené à la cool.

Cela signifie qu'il a animé avec la passion qui le caractérise une unité de ton punk en menant le combat des exclus. Une simplicité active pour une forme de liberté tenace et totale. En ¾ d'heure Justin(e) a sorti les arguments nécessaires pour déployer une réciprocité de valeurs avec le public. Leurs textes sont intelligents et la musique permet avec une sorte de spontanéité de lier l'ensemble. Mais ne vous fiez surtout pas aux apparences, derrière ce punk, si vous creusez un peu vous allez entendre les contrastes, et surtout cette manière offensive de joindre la hargne des constats avec une touche d'humour grinçant et libérateur. La meilleure défense c'est l'attaque...face à l'oppression.



J'entends que beaucoup de groupe ne veulent pas trop s'engager, alors qu'ils le font, tout acte en soi est politique. Justin(e) sans faire cause d'un prosélytisme exagéré fait partie de ces groupes qui ont l’honnêteté de leurs convictions et apportent à la scène une réflexion. Le punk ce n'est pas la défonce, c'est une révolution, une façon d'inclure l'homme à son humanité profonde, vers la sédition (Message straight-edge). Cela passe par la provocation, la contestation, l'autogestion, l'indépendance, libre-arbitre, délivrance, acceptation. De coutume grivoise le punk c'est l'indifférence et joie festive dans la provocation. Est-ce le sens du punk que d'être capable de se remettre en question pour sortir des modes de pensées qui oppriment les plus faibles ? Vous avez 2 heures...


examen.gif

Justin(e) partage avec l'Xtremefest cette disposition naturelle dans leur ADN. C'était un véritable moment de partage autour de valeurs communes, la définition de la communion en forme d'exutoire c’est clair ! Le lendemain comme communion, Justin(e) était dans la X cage, un sacré baptême. Sur la chaîne du WallaBirZine il existe une ITW de Justin(e) si tu veux.


***************************************************************************************


« J’aime les gens qui secouent les autres et qui les rendent mal à l’aise. » Jim Morrison



Ahhhh l'audace de passer pour un connard n'obtient la grâce uniquement devant la comparaison d'une amertume tenace et face à l'incompréhension qu'elle suscite.

Attends, ne soit pas con.ne, relis la phrase plusieurs fois au moins. Insiste, prouve-toi que tu existes.

Parce qu'il fallait faire de même avec les connards de TA GUEULE. Oh mes ami.es, mais quel groupe de génie, vraiment. Usurper à ce point les codes du punk et les renvoyer comme un boomerang dans la tronche, j'ai toujours apprécié la noblesse du geste surtout quand les paroles voltigent vers cet acabit. Selon baloo (du livre de la jungle) : Il en faut peu pour être heureux. Relis tes classiques merde...

De plus ce band est déraisonnable, instinctif...et frontal surtout. Ces salopards n'y vont pas avec le dos de la cuillère, mais avec une louche, ce n'est pas douteux. (Bimmm, celle-là à l'eurovision elle équivaut à 2 points for Azerbaïdjan from Sweden).

Un brin de provoc + le gras de l'huile de palme écoresponsable (nannnnnnn je déconne, mais avec masque et tuba…Peut-être même chipé Jeudi aux Pastors Of Muppets, qui sait ?) + le cri luxuriant du HeAvy à moustache (avec cuir, cartouchière et clou saillant) + le punk cynique à Biafra + des jeux de mots outranciers = Ta Gueule.

Souvent incompris, jamais égalé, le groupe suit une discographie qui ne sème pas le doute mais permet la controverse, avec la certitude d'entendre le choc te pénétrer dans les naseaux pour te retourner le cerveau. Si dehors on te proposait une insolation, à l'intérieur de la Family Stage le groupe demandait une insolence-tion (BIM celle-là à l'eurovision elle équivaut à 6 points chez euromasters for Moldavie from Lettonie)

Un embarras relatif à la crédulité a stérilisé le public loin des codes qu'il mâche dans une niaiserie de collège. Je me rends compte qu'avec la propagation des réseaux sociaux où chacun se croit important par le seul fait de ses abonnés, followers, et autres...Il est difficile aux groupes d'attirer suffisamment l'attention face à des personnes narcissiques, voire même de sortir les gens de leur zone de confort, de les confronter à de l’inattendu, à une inversion des codes, sorte de contrepèterie irascible et non conventionnelle.

Exemple concret de détournement (subtil) et en image :


Ta_Gueule.jpg

Si chacun comprend en fonction de son vécu, de ses convictions, de son parcours, aujourd'hui chacun vit dans son monde et non dans le monde. C'est le plus embarrassant fatalement.

Comme ce groupe a de la bouteille (je dirais qu'ils sont fans de 33 export brune à vue de nez, et les gars ont une haleine de vieux poneys de cirque passé minuit), le set est rôdé avec pertinence, chacun est à sa place, et Ta Gueule est impérieusement le meilleur pour apparaître en connard cynique tout en envoyant (et les gens l'oublie trop souvent) un putain de rock'n'roll bien punk, incisif, et tout à la fois mordant et percutant. La frontière avec le crust est aussi mince que la peau d'une couille de la grosseur d'une pastèque espagnole.

La vie est un terrain de jeu ouvert, Ta Gueule l'a bien compris, tout à ses dépens. En concert c'est un happening, un suicide collectif, c'est tout une conceptualisation de flagellation ultime et interactive par exaspération réciproque. C'est no bullshit, place à la déconne et au gras sonique. Puis comment oublier en plus d'une interprétation ostensible ce backdrop minuscule aussi illisible que celui géant d'un groupe de black metOl. Hein ? Non mais vraiment quoi !!

Et vous savez quoi ? On a fait une ITW d'enculé avec ces connards.




***************************************************************************************


Le programmateur du Xtremefest l'avait annoncé, TRC va mettre tout le monde d'accord. C'est exactement ce qui est arrivé. Donc si vous avez des questions sur votre futur, un désenvoûtement, contactez David, cartomancien-voyant-medium-guérisseur à ses heures : 06 22 79 76 50.

On retient l’agressivité et l'humilité des anglais. Beaucoup d'énergie dans ce set, le groupe a joué en plein soleil, jointant dans ses efforts un groove omniprésent et des fulgurances fulgurantes (mais bien sûr que si j'ai le droit à ce genre d'assonance).

Complémentaire le duo au chant a fait preuve d'une cohésion lui servant de force de frappe ultime. Une découverte pour la plupart du public et un coup de cœur par la même occasion, le groupe a marqué les esprits et les cœurs.



Les gars sont même étonnés du monde et de l’accueil, peut-être se sentent-ils redevables parce qu'ils mettent les bouchés double à satisfaire les démangeaisons tenaces d'un pit en une effervescence active. TRC profite de cette densité pour joindre un transfert de passion et de ferveur avec l'Xtremefest.

D'ailleurs à ce festival les groupes ne brillent pas à la lumière pour disparaître une fois le micro éteint comme un mystère irrésolu, puisque très souvent vous pouvez les trouver au merch, ou à partager avec le public les autres concerts. C'est une contiguïté de fusion.


***************************************************************************************


VITAMIN X et son crossover punk hardcore/ thrashcore straight-edge est inoxydable. C'est un véritable catalyseur oldschool de plus de 20 ans d’âge.

Le son était brut, rêche, l’interprétation paraissait brouillonne mais elle était oldschool XXX. On est dans la sève punk de l'uppercut, dans un cadre d'âpreté et de friction vorace, munit d'un déchaînement sans pareil, et avec le fun pour en distiller la pulsion sonique. Les néerlandais donnent avec franchise une décoction simple, brutale et radicale de la rébellion hargneuse conçue avec l’héritage des 80's allant de Minor Threat à Youth Of Today.




***************************************************************************************


Il y avait de la crème après Vitamin X, et c'était celle de NO FUN AT ALL. Le public a pris une rasade de liqueur mélodique, de douceur punk rock. Oui cela faisait un bien fou pour finir l'après-midi ensoleillée. La présence scénique était à son plus simple appareil, puisque la musique se suffisait à elle-même. Tout le set était carré, fluide, onctueux, pénétrant, dans la veine, le mood d'un Bad Religion. Le chant était parfait et c'était primordial qu'il le soit. Les musiciens tous dans une justesse de ton, ont élevé la force d'attraction.

Babach et Gimmy du goupe HypocondriaX ont retrouvé pendant ce concert leurs copains de leur 14/15 ans, sorte de Delorean puissante et vitaminée, autant en nostalgie douceâtre qu'en vrai plaisir contemporain.

Les suédois de NFAA n'en font pas des caisses, ils attisent la flamme essentielle d'un punk rock mélodique pareil à un forgeron maniant l'acier avec la délicatesse de former une fine lame. C'était cooooooooool, sucré, peinard !




***************************************************************************************


C'était annoncée, "ikusi arte tour" est une tournée d'adieu pour les basques de BERRI TXARRAK et leurs 25 années d’existence.

Qu'est-ce que cela doit faire de raccrocher les gants ? De jouer des morceaux avec une part de vertige supplémentaire avant le vide ? Ce trio joue avec une densité libératrice. S'accorde sans amertume à profiter de chaque seconde en concert, afin d’épouser dans la puissance émotive de l'instant une impressionnante correspondance avec leur musique. Mélange idoine de punk rock frénétique gorgé par cette âpreté et folie ibérique. Mais pas seulement, c'est aussi un gros rock, parfois même stoner, avec des allitérations puissantes, une intensité de contrastes, et une lourdeur de ton.

Une bien belle leçon d'attitude, de respect, d'humilité émane de leur set, en plus d'une symbiose musicale dans tout ce que cela véhicule comme émotion, valeur et sensation. Le trio avait la complémentarité d'offrir une exécution sans faille. Le batteur portait un t-shirt du label Alternative Tentacles Records et le chanteur/guitariste changeait de guitare assez régulièrement pour des tonalités différentes, tout une culture de respect pour une subtilité de nuance musicale.

Il tonnait dans leur set ce mélange fielleux de fer et d'acier, en plus d'une forme voilée de surtension sonique et de force atrabilaire. Berri Txarrak quitte la scène à pas de loup, comme un lion.




***************************************************************************************


LUGWING VON 88 et son punk alternatif pour ceux et celles qui ont vécus les 80's et les autres qui veulent en retrouver la couleur, c’était valable pour les 10 à 90 ans, je retiens 20 en connerie, multiplie par 12 fois la phrase : je ne dirais pas du mal du punk à chien qui vomit sur ses rangeots, ce qui fait 88, le compte est bon.

Le public est une balle remuante avec cette plaisanterie musicale. C'est aussi frais qu'une kanterbrau dans un chantier de maçonnerie à Agde. Heyyy je connais très bien le bâtiment et travaux public, fait gaffe on ne me l'a fait pas à moi.

Gros ballon dans le pit, riffs de collégien, pogo de sardine, les festivalier.ères s'amusent comme des pingouins sur un dance-floor savonneux.



Pendant ce raout je rencontre le crew du 12, c'est à dire les 2 frères jouant dans Enlòc, du punk rock de cabournas, ils me semblent qu'ils ont encore grandis ces petits, Auré me répond que Dans l'Aveyron ils sont grands parce qu'ils cherchent la lumière comme une plante. Bim extra-balle, rejoue ! Je rencontre Mick, autre personnage récurrent du festival, photographe de passion et aussi fier à bras dans le groupe de punk rock Hemsi.


***************************************************************************************


BLACK BOMB A +, autant pour son côté sanguin que comme valeur sûre dans le courant hardcore mélo hexagonal est toujours aussi impressionnant. Le groupe tient la scène et le public avec une expérience suintant l'énergie et l'action fédératrice. Le groupe marque les corps à l'endurance, avec le coup du bélier sur des chèvres apeurées. Dans le pit c'est un mélange de karaté shôtôkan et de maul bitérrois. Tu vois le bordel ?

Les gars fécondent un set offensif, musqué, criblé par le duo au chant entre cri aiguë et râle viril, là où l’éclair sonique déchire la nue et rugit le tonnerre, tous se relèveront avec la fraîcheur et la vigueur d’une éternelle jeunesse.

À l'intérieur il fait aussi chaud que dehors j'ai l'impression, non, non ce n'est pas qu'une impression...


transpiration excessive


***************************************************************************************


CANCER BATS et son raw'n'roll HxC, c'est quelque chose…de puissant, et de catchy aussi.

Il y a une accointance avec le groupe Black Tusk et son gros groove pour stoner hardcore.

Le public est en formation serrée, en bloc autour des breaks rythmiques et de cette énergie salvatrice de transe groovy. La fréquence lourde de la musique impose un choc brutal, parce qu'entre le fracas des os de la rythmique, puis l'éclat scintillant de la faucheuse riffique, échappée des enfers, c'est un étau.



Le récit du set se teinte alors de la passion que les fuyards nomment de survie, avec parfois, mais il faut tendre l’oreille gauche loin du cerveau reptilien pour en apprécier l'enrobage, cette caresse brutale de sanctifier une impureté de vagues de sang dans le ressac mélancolique.



***************************************************************************************


« Les blancs avaient très peur que le rock anéantisse toutes les barrières qu’ils essayaient de dresser entre eux et les noirs. Et le rock les a bien détruites, en montrant que les blancs et les noirs avaient beaucoup de points communs, en mixant leur culture. Et la peur que ces gens avaient de voir un jour des noirs communiquer avec leurs enfants était un vrai mensonge. » Terence Trent D’Arby, 1987.


black_power.gif

Avec SVINKELS c'est la génération H.I.P H.O.P de Sidney rejoignant la bêtise du premier opus des Beastie Boys et de la compilation Rappatitude...Bien sûr c'est ma définition de Svinkels. Fais-toi la tienne.

L'Xtremefest appose un trait d'union à sa programmation, bon pour autant, le rap est partout, Bro ! C'est la musique populaire number one. Les codes sont rentrés dans les mœurs. Le public adhère à la coolitude du trio et des beats gras au groove patent des basses, avec en extra Waxx à la guitare (tu connais ? Un blogger reconnu apparemment).

Depuis les 80's avec l'éclosion du punk des noirs, c’est à dire le rap, ce style s'est jumelé avec d'autres, il s’est même dissout partout. Il y a eu entre autre un mélange des genres avec l'intégration du flow du Hardcore, le punk alterno des bérus, plus le crossover des 90's ( rap, rock, metal, fusion, musique électronique), libérant les communautés respectives à s'ouvrir aux autres pour défoncer les portes musicales afin que chacun soit tout à la fois. Après cela, tu allais farfouiller dans tous les bacs chez le disquaire.

Le quoi ? Laisse béton comme dirait l'ivrogne et tatatan. Le rap est partout, Bro ! C'est la musique populaire number one. La maxime « Le rock domine, le rap s’incline » est périmée.

Svinkels c'est un truc à se fendre la pêche, impeccable pour un festival, le public de l'Xtremefest le sait car Svinkels « réveille le punk ».

Ce groupe a filé le modjo par la suite à une flopée de groupe style : le Klub des losers, TTC et leur feat sur le titre "Association 2 gens normal", Kod Breaker, et même Stupeflip, mais ouiiiiiii, carrément.




***************************************************************************************


Pour finir la soirée, STINKY a remué la braise du pit...Et pas qu'un peu, comme à son habitude.

Ce groupe est une valeur sûre. C'est direct, carré, ça t'apporte une énergie considérable, ça foudroie en même temps que ça te claque sur les fesses. Tu finis sur les rotules avec Stinky, heyy dernier concert du soir, je te le rappelle, donc acouphène, fatigue physique et cérébrale, et encore je suis à côté de l'ingé son, je ne t’explique pas dans la fosse les pralines qui pleuvent et il faisait encore 32° Celsius, toujours à côté de l'ingé son, dans le pit c'était du 45 ressenti très certainement. Quoiqu’une patate dans le foie, te coupe le souffle direct et fait descendre ta température corporelle, une solution parmi tant d'autres pour se rafraîchir comme on peut, hein...



Les Nantais affectionnent l’interaction, ils ont été servis, le groupe l'a bien compris et produit un set à la hauteur de son désormais titre de champion. Fini d'être challenger, Stinky possède autant de crochet du droit et du gauche pour te filer une sacrée leçon de style.

Tu peux retrouver l'ITW de Stinky à Albi par le WBZ.


stinky.gif

Retrouvez tous les lives, ITW de cette journée, captés par Big Jim & Junk via la chaîne youtube WALLABIRZINE ; et les photos de Junk Cacahuète et jus d'orange sur la page FB du WBZ.


jeudi, août 23 2018

Pointless Teenage Anthem


logo.png


REPORT XTREMEFEST 2018 


Longtemps après leur passage bouleversant, les exigences de passion expriment quand elles parlent aussi bien à notre cœur un tumulte si impétueux, que l’homme dans la puissante révélation de son effroi superbe souhaite en garder la trace depuis la nuit des temps. Qu'elle soit dessinée, écrite, chantée, parlée, par un objet, un totem, un fétiche, une amulette, un dieu même, la révélation se devra d’être conservée et perpétuée à la valeur de cette passion divine, universelle.

Pourquoi écrire cela en préambule ? Quant à la fin du dernier concert de l’édition 2018, les festivaliers décrochent les affiches de l’Xtremefest un peu partout sur le site, c’est qu’il s’est passé quelque chose d’unique et de si fort qu’il leur était impossible de n’en conserver une trace, une façon de préserver en eux le choc, et d’en soutenir la flamme avec fierté.


johnny_ramones.gif


La meilleure édition de l’Xtremefest s’est déroulée comme un rêve éveillé, c’était rapide, intense et tout simplement parfait. 

Cette année était aussi spéciale pour le WallaBirZine puisque à défaut de vous transcrire mon report, vous avez un suivi vidéo et plusieurs interviews à suivre (incessamment sous peu) sur la chaîne WallaBirZine. Par contre on ne peut pas être partout à la fois, et donc on n'a pas pu assister à tous les concerts.

La Warm-up The Zguen c'était Jeudi.


WARM_UP.jpg

Au milieu des ptits fours et du vin d''honneur de Gaillac lors de la cérémonie d'ouverture officielle en présence des Happy few, des instances privées et publiques, le discours des différents intervenants était teinté de cette diplomatie de formulation qui stipule la reconnaissance, et dont l'enrobage de...Hein ? Ah ok, passons à autre chose de plus direct.

Heyyyyyyyyyyy ma couille tu n’sais pas mais l'Xtremefest avait rajouté une journée, ainsi les festivaliers arrivant le jeudi ont pu profiter d'une soirée gratuite avec quatre groupe. Cette soirée étape permettait aussi d'ouvrir la programmation à la population voisine du site, histoire de croiser les effluves, les moods entre festivaliers et autochtones Tarnais, plus précisément du bassin Carmausin.

À coups d'échange de bière et de connerie en tout genre, et pour tout âge, la sauce a été engloutie aussi vite qu'un ciment à prise rapide. Pour cela, en kilt et munit d'un esprit punk, la troupe de percussion HOUBA a joué tambour battant, rappelant tambours du Bronx, Kodō asiatique, batucada brésilienne et banda Gersoise. D'ailleurs entre chaque set, la troupe de rue investissait le lieu pour tambouriner sans temps mort, un peu comme un mec imbibé de weed et de binouze typée maître kanter le fait avec un djembé sur le camping du festival de 3 à 5H00 du mat, mais multiplié par 20. Le public du voisinage était émerveillé par cet étrange ballet de percussions et par des zouaves pounk se contorsionnant devant le bordel. Pour d’autres dix minutes de ce bordel était largement suffisant.

Au camping ? Hey Dude c'est déjà la folie rien que pour le feu de camp.


la_folie_du_camping.gif

Après cela il n'y avait plus que des groupes en THE. Ainsi The Money Makers avec son swing bluesy rockab a pu enduire élégance et venin alors que The Booze Brothers, les cousins irlandais des Blues Brothers très certainement étaient parfait pour faire festoyer le public. Il y a un fan de Marillion (ben ouaie ça existe encore) qui a supputé que le chanteur était professeur d’anglais dans un collège à Villefranche de Rouergue. En fait le chanteur a une origine paternelle Irlandaise, et le reste du groupe apprécie la bière brune, c'est tout con, de plus je ne suis même pas certain qu’il y a un collège dans ce coin de l'Aveyron par ailleurs ?

Qui dit musak celtique, dit cornemuse, pipeau, chant anglais, sous-couvert gaélique et là transformé pour l’occaz en occitan sur un titre. Autant vous dire que bras dessus, bras dessous et bien forcément il y avait de la bière partout. Le dernier et pas des moindres, puisque The Nashville Pussy a graissé son cornet de riffs avec le tesson pillé d'un bourbon heavy Hi energy hautement électrique. Transformé en bar à strip-tease redneck la saveur sonique avait le goût du hard'n'roll et de l'intemporel hard'bluesy d'AC/DC.


NASHVILLE_PUSSY.jpg

Ruyter Suys, la sauvage guitariste assure toujours un max et Blaine Cartwright ressemble toujours à un routier Portugais pendant le festival country de Réalmont.

Cette soirée a été très appréciée autant par le public que par la population Tarnaise, chacun ayant trouvé l'autre aussi chaleureux que sympathique, et les concerts à géométrie variable tout aussi fun pour débuter les prédispositions festives.


la_biereeeee.gif



**********************************************************************

VENDREDI c'était Balboa Fun Zone



Quand une cigale chante, invariablement les autres suivent la même complainte, c'est pareil avec le réseau social, cet amplificateur de décharge virtuelle aux récriminations douteuses et à l'égocentrisme masturbatoire. Les rapports internet sont froids, hypocrites, d’un professionnalisme robotique, surtout pendant le money time ou on ne se parle plus qu’avec les mains, rien à voir avec la chaleur humaine que tu rencontres à un concert, là il y a de la valeur ajoutée. L'Xtremefest c'est carrément dans le mood d'un concert, plutôt que de la concentration de bétail à festoche.

Faudra un jour coupé court d'un coup de schlass à ce truc de social.com et de son concours de popularité narcissique, pour revenir à un outil de communication moins polluant. Tiens justement en parlant de couteau, utile transition, non mais tu as vu le métier !


Black Knives manie bien le côté tranchant

Tout en aiguisant le cortex reptilien avec un Hardcore metAl de brute, BLACK KNIVES est toujours un groupe aussi incisif et percutant. En concert ces ex-8 CONTROL poutrent l'ossature de leurs titres en plus de faire disjoncter les décibels avec le canif de Rambo. Car oui si tu n'es pas assez armé contre les chocs, ce n'est pas un parpaing que tu prends dans le buffet mais un building. Avec cette abondance de riffs à hachoir, de boucles rythmiques touffues et saillantes dans le pit, c'est machette et sabre pour progresser dans le tumulte du pit, en plus le chanteur provoque les warriors en leur demandant d'accorder leur énergie sur celle de la scène, autant vous dire que cela a fini dans un bain de 100% d’adhésion à Black Knives. C'est marrant parce que les cigales se sont tuent dans les pins parasols, ce n'est pas étonnant car quand tu fais face à cette bourrasque, tu fermes ta gueule, tu encaisses, et après tu peux parler du choc éprouvé si tu n'as pas laissé un morceau de ta langue sur le dance-floor.


BLACK_KNIVES.jpg

Ce groupe est venu en 2014 pour la deuxième édition et c'était à Albi dans une autre configuration, il avait déjà foutu une branlée, en 2018 Black Knives a tranché dans le vif du sujet son hardcore, et les karatékas du pit avaient déjà des ecchymoses à cette heure nitescence ou Bruce Lee est encore à l’entraînement.

Diii quoi ?..Bruce Lee est mort, mais depuis quand merdeee ?



**********************************************************************

Pour rester dans le domaine de la fraîcheur...mortuaire (J'apprends à l'instant la mort de Bruce Lee) il n'y avait pas de post-black metal cette année à l'Xtremefest, je trouve que cela manquait cet humour noir, et surtout cette mélancolie foudroyante. Ouaie je sais que la majorité est présente pour s’amuser, passer du bon temps, sans se prendre la tête, mais il y a des dreamers à l’Xtremefest aussi.

Pendant que les headbangers.es se sont foutu.es des bières dans le cornet, d’une manière straight, Junk cacahuète était au jus d'orange, moi au thé chaud, et SPIRITS à l’eau plate.


SPIRITS.jpg

La Zguen Stage a bénéficié d'un ensoleillement pendant tout le week-end, et à Boston, là d'où vient Spirits, les températures hivernales se rapprochent de celle de Cap Découverte, mais de l'autre côté du zéro. Spirits a joué ventre à terre tout en cherchant de l'air pendant la dissection d'un HxC au groove profond et au fastcore sXe. Les titres sont envoyés à 300km/h, il fait au bas mot 38 ° à l'ombre, (ceci dit en passant j'espère pour toi que tu as fait le plein de vitamine D pour l'hiver tout de même), en attendant le public pogotte à tout va et le groupe lui piétine dessus une rasade d'énergie solaire Straigh Edge, c'est hardcore quoi ! Sur le shirt du groupe il y a la sentence no homophobia, fascism, sexism, racism, hate, résumant parfaitement l'état d'esprit d'un groupe oldschool, agressif dans sa musique et avec un humanisme bienveillant, alliant la puissance émotive avec la vitesse mélodique.

Unrest leur dernier album paru en septembre 2017 est vraiment bien cool, et le groupe nous en a livré une bonne partie, vous pouvez le trouver chez USELESS PRIDE RECORDS.



**********************************************************************


Tête-à-queue avec POGO CRASH CAR CONTROL


POGO_CRASH_CAR_CONTROL.jpg

Des jeunes pois sauteurs sur scène distordent le rock avec un mélange de punk noisy, sorte d'appel d'air de la génération montante.

Ce jeune groupe sanguin est affranchi, désinvolte, insouciant, libérant dans son énergie la rage de vivre, de convaincre, et de vaincre tout à la fois. Sublimant ce nectar juvénile avec désinvolture, sans calcul, avec la précipitation naturelle qu'il convient quand on cherche son équilibre sur le fil fragile de l'existence. Autour de moi le groupe a fait une grosse impression, tout le monde trouve le set explosif, et la bassiste hyper mignonne avec son apparence commune aux filles de son âge, et en contraste avec la folie qu'elle propage sur scène. Je reconnais qu'il se passe quelque chose, qu'il y a une force dans ce groupe qui libère ceux qui le regardent, mais leur avoue que musicalement cela ne me fait pas grand-chose. Je n'ai plus cette innocence, peut-être et très certainement que j'en ai perdu une bonne partie en chemin, je suis trop souvent dans l'analyse, pourtant je sais ce que représente l'instant présent.

Même si parfois on a l'impression que seuls les autres comblent le vide de leur existence par un mouvement perpétuel, alors que l'on se sent inerte en comparaison, la maturité fait comprendre qu’en étant immobile on est serein dans son équilibre. En fait c'est le plus dur à tenir au milieu de l'agitation constante, mais cette immobilité est la plus jouissive finalement. Alors que l'on perd l'équilibre et tombe uniquement par impatience et nervosité.

Sans pouvoir définir concrètement la particularité de Pogo Crash Car Control, la majorité du public a kiffé cette libération énergique, et c'est l'essentiel. J'ai bien une nébuleuse synthèse à vous soumettre par rapport à cette particularité d'impression que provoque ce groupe. Il y a à cela plusieurs éléments qui rentrent en jeu.

D'abord on a annoncé à la génération Y la fin du monde sans détour, sans espoir, dont la précédente, la génération X a déjà été crucifiée par les mêmes baby-boomers au pouvoir, coupables de cette situation finale. On noie cette digital natives dans le monde virtuel pour qu'elle s'accapare son nouveau monde à elle, et puisse faire fonctionner son instinct de vie et de mort à travers des jeux de survie. En l'éloignant le plus possible de la réalité on réduit son espace vital, toujours sous contrôle permanent et liberticide, où toutes les mesures en vigueur ne sont effectives que pour la protéger du danger extérieur et d'elle-même.


jeunesse_eperdue.gif

Une chose capitale c'est que l'on est passé de l'universalisme vers la classification communautaire. Tout ceci est une chose spécifique des teens movies actuels de S-F de style Divergente, Hunger Games, Le Labyrinthe, The Darkest Minds. Le débat se concentre sur une critique constructive du fonctionnement actuel de notre société, dont la jeunesse émergente est soumise et tente de se libérer du fardeau de la vieille génération, de l'ancien monde. Il y a désormais toujours une héroïne au centre de l'action, fini les John Wayne, Schwarzi et Sly. Les survivants sont parqués dans des camps, ou dans un espace concentrationnaire (un monde virtuel) car ils constituent une menace pour l'élite dirigeante. Ils sont classés par couleur en fonction du danger qu’ils représentent pour la société, ou par différence d'aptitude.

Ceci fait écho au caractéristique du communautarisme, où il n’est plus question d’avoir droit à la différence, mais de s’affirmer en minorité d'appartenance ethnique, religieuse, sociale, sexuelle, et qui respecte les codes en vigueur que chaque communauté revendique à travers des droits propres, spécifiques, et différents de ceux des autres communautés. La cohésion sociale est devenu une pression sociale qui refuse le droit de s'émanciper de sa condition d’origine, d’être autre chose. La discrimination positive est le mode d'intégration du cynisme, et là où chacun trouve une révolte à la hauteur de sa spécificité communautaire, le vivre ensemble multiculturel communautaire est devenu un ghetto dans le ghetto. La ségrégation fonctionne dans les deux sens. Tu es mis de côté et campes fièrement dans ton coin à part.

L'adolescence c'est aussi avoir le choix et de ne pas savoir se décider !


l__adolescence_c__est_avoir_le_choix.gif

La jeunesse c'est la vitesse de la vie qui pulse, elle pousse la vieillesse vers la résignation du mouroir. Dans cette peur de la mort, le pouvoir des vieux est régenté de pourrir la vie des jeunes par la peur. Ancré dans la génération Y (la moyenne d’âge du groupe c’est en dessous des 20 piges), le groupe possède cette distinction de penser à court terme, possède un look passe-partout, les jeunes peuvent s’identifier à ce band très facilement. Pogo Crash Control apparaît aussi comme un phénix, libre de voler de ses propres ailes, sans trop de filiation, juste une appartenance communautaire au monde du rock. Il symbolise ce moment de révélation qu'est l'idée de la jeunesse éternelle, l’innocence, la vie, d'où cette impression d'énergie qui circule.


pogo_crash_car_control_1.gif

Et j'écris cela sans aucune drogue, alcool, artifice et subterfuge, si tu as un doute, relis à tête reposée sinon.



**********************************************************************

La limitation de vitesse en France est passée à 80 km, THE BRIEFS est bloqué sur le 77.


THE_BRIEFS.jpg

De pedigree punk'n'roll mélodique et power rock ricain, issus de cette génération qui a connue les débordements du rock'n'roll à outrance des seventies, The Briefs débute pourtant en 2000 avec des titres courts, percutants, moelleux, et à l'esprit goguenard. Le groupe a contesté l’administration Bush, ainsi que la politique de la peur, on peut imaginer sans peine avec l'autre fada de Trump ce qui pourrait arriver comme disque, mais bizarrement depuis 2005 il n'y a rien eu de plus comme album. Là mec on peut dire que tu vis sur tes acquis.

Je m’attendais à un set un peu plus épileptique, du coup c'était assez statique, et même un peu trop par moment, mais avec la chaleur il faut avouer que ce n'est pas évident à gérer non plus. Le set est pourtant caractéristique de la maestria américaine pour le côté mélodique et émotionnel, de nervosité et de coolitude, et même avec des jets de riffs anglais venant ricocher avec effronterie punk à la Damned. Il y a un côté garageux aussi et rock'n'roll qui me fait dire que The Briefs ressemble à nos Hatepinks. Puis les gars sont hyper lookés, même si dorénavant elles ne sont plus quatre blondasses peroxydées. Ils gardent ce concept romantique de l'art vu, comme un moyen d'expression original et authentique. Cela reste une bonne esthétique de gars élancés soucieux d'une vision punk rock avec tout ce que cela implique comme éthique derrière.


the_briefs_1.gif

The Briefs catapulte, sali, glamourise dans le sens Johnny Thunders du terme un punk endiablé, dans le même esprit que Ricky Rat et Kevin K, avec la morgue britannique en plus du cheewing-punk américain.

Le quatuor n'a rien d'un gang de poseur, et le public a passé un agréable moment de fun, surtout Maiden un gars originaire de Castres qui vit à Boston et chante dans The Killmisters, remember headbangers !




**********************************************************************


Changement de plateau avec du revival thräshy.

INSANITY ALERT a un lourd programme pour les mosher.ses, et ce sera pit et praline, avec en sus une grosse déconne de thrashcore avec ce que cela implique comme énergie et délire foutraque. Le backdrop est totalement geek avec la tronche de Alf, parce que le groupe est totalement geek kultur.


INSANITY_ALERT.jpg

Le chanteur a un shirt du french band de punk HxC Gasmack Terrör. Le guitariste ressemble à Dan Lilker de Nuclear Assault ou de S.O.D c'est comme tu préfères, je dis ça mais j'étais au fond de la salle avec des lunettes de soleil, donc il est probable que je me sois chié un peu sur la vision exacte, en plus avec l’âge je vois de moins en moins et surtout je galère après à relire tout ce que je griffonne.

Ce qui est plus important c'est que Insanity Alert a propulsé un set tendu, pile poil pour que la jeunesse imberbe se frictionnent les canines et les cages à miel dans le sens du poil. C'est con elle est imberbe je te le rappelle. Mais ce qu'elle fit, rien à foutre, et avec une cabourdise à niveau égal avec la folie thrashy des Autrichiens (si tu le dis à voix haute c'est rigolo). Si les gars balancent la purée c'est avec un sens pointu du riffing et des éclaboussures thrash. Côté couillonade on peut avancer que le combo en possède une bonne paire. Dans la salle le bon son et la température fraîche par rapport à l'extérieur caniculaire projettent l’ensemble dans le fracassage en règle. Les jeunes se trémoussent à loisir en dansant une mosh party de dingue, et le groupe en redemande. Forcément à ce jeu-là on sait qu'à l'xtremefest il n'en faut pas plus pour soulever ce public dans les airs. Bingo et bang ! De circle pit en circle pit qui font tourner en bourrique le set prend fin que déjà on se demande encore comment Insanity Alert a joué si vite son Moshburger, que l'on a encore la dalle ?!?


ALF.gif



**********************************************************************

Franchement je pensais que le groupe ne viendrait pas suite au décès de leur bassiste emblématique Steve Soto, fondateur du groupe. L'Xtremefest lui dédie par ailleurs son édition 2018. Pourtant THE ADOLESCENTS est bien présent et envoie un set à 400km/h.


the_adolescents.jpg

Ouaie une véritable tornade de punk hardcore toujours aussi puissante, généreuse, géniale et totalement folle. Ce groupe porte formidablement bien son patronyme, avec sa fougue à jamais éternelle comme l’énergie positive de sa musique.

Le public est à balle, ça saute de partout, mais c'est quoiiiiiiiii cette folie ?

Heyyyyyyyyyy déjà il vient de la scène, car le chanteur Tony Reflex est à bloc avec son mélange d'adulescent foutraque, persiflant la rage punk à laquelle les mélodies caoutchouteuses et véloces dégoulinent des enceintes. On s'attendait à un truc particulier parce que le mood est inhabituel. Il se joue la trame exceptionnelle où l'émotion vivace du décès empoigne de ne rien lâcher, de s’agripper à ce à quoi il est tangible de donner sa vie. Le public le sait, le groupe lâche les chiens, leur punk décolle avec la rage hardcore cette envie de dégommer son cortex, de faire vivre l'ombre vivace d'un ex-agent orange venu sur terre pour faire roussir la mélodie punk.

Il ne faut pas oublier que le groupe vient de sortir Cropduster à la pochette symbolique, mais je pense que l'on retiendra un backdrop épuré et significatif à Soto, un set de feu, puis le titre « Amoeba » joué avec les yeux qui brillent de partout.



**********************************************************************


RISE OF THE NORTHSTAR est-il le casse-brique des karatekacores ?


castagne core

En tous les cas si ce manga/geek assault HxC passe pour des poseurs, et ce qu'ils sont par ailleurs, toutefois, oui ne t’énerves pas attends la suite jeune impulsif…Toutefois, comme ils sont certains de la singularité de leur bordel, on ne peut pas leur en tenir rigueur. Ben oui, les gars font leur truc, référencé dans un mood qui relie plusieurs univers entre BD, film et musique, comme n'importe quel truc affilié metAl en somme. On ne va pas cracher dans la soupe sous prétexte que Rise Of The Northstar se la pète et que leur symbolique provient en grande partie de la culture asiatique. D’ailleurs ils ne sont pas cons, vu que la population asiatique est la plus nombreuse.

Leur musique est aussi rêche que mastoc et côté filiation, le groupe fédère à sa communauté de cœur l’équivalence de Suicidal Tendencies en son temps. Les plus anciens adoptent la vigueur et cet héritage filial que le groupe répand avec l'expression 90's rap metOl Body Countien. Les plus jeunes sont à fond dedans, c’est le renouveau en somme. Après le set une bande de jneus encore tout excitée exécute des pas devant le merch officiel du festival, ces jeunes viennent de vivre un truc original, authentique, anticonformiste à leur quotidien, chacun essaye d'imiter celui qui sait danser tout en faisant lever des yeux les plus anciens avec exaspération. On ne peut pas tenir rigueur de cette découverte alors que l’on sait très bien pour l’avoir vécu que cela va ouvrir des portes vers d’autres trucs encore plus puissants. Bref il y a un gros engouement autour du groupe, et ça pue le jeune qui sue plus que de raison parce que cela a tapé grave.


Frappe directe

Devant le pit c'était l'émeute, après ça tu es le genre de type qui est capable de boire un bidon d'essence pour pisser et éteindre un feu au camping !

Rap + guitare rasoir à la Pantera (pour reprendre l'expression d'un vieux gars de l'ombre) + HxC Suicidal Tendencies + violence mangacore = Rise Of The Northstar. Une formule sonique qui en 2018 est opérationnelle auprès d'un échantillon représentatif de la population underground et de la jeunesse dorée à point par un soleil généreux.



**********************************************************************

Après c'était le tour des datés de THE ADICTS.


THE_ADICTS.jpg

Tout de blanc vêtu comme Faith No More au Hellfest 2015. Attention daté est en comparaison avec le manga style précédent, il n'y a rien de dédaigneux à ma remarque. The Adicts vient des années 80's, avec un lien vestimentaire très étroit avec le célèbre film « Orange Mecanique », d'où le blanc hein, Faith No More s'est pour la déconne, rien à voir. Dès le début du concert on se fait vite rattraper par la fraîcheur burlesque du groupe, surtout avec leur absurdité Monthy Pytonnesque et la poésie punk à angle vif unique des anglais. Je connais même un gars qui a un lapin crétin en Adicts tatoué sur un bras dans le même délire !

Le set était parfait pour faire la fête. La foule en osmose avec le côté loufoque et prolétaire c'est laissée porter. Oui c'était chaleureux, une clownerie de grand enfant vivace, un spectacle vivant avec le guiness spirit, hooligan partage, parfait pour fédérer l'ensemble des générations.


the_adicts_1.gif

Cétait splendeur et splendosité fait de chair. C'était comme un oiseau tissé en fil de paradis. Comme un nectar argenté coulant dans une cabine spatiale, et la pesanteur devenue une simple plaisanterie.'' Le groupe vieillissant n'est plus aussi entreprenant, agressif, excessif, jeune, insolent, vicieux...comme son idéal des 80's, pourtant il n'a rien de poicreux. Il a pour lui la saveur ancienne et la puissance de son passé. On retiendra que les vieux punks anglais sont joyeux et qu'ils ont partagé avec les grenouilles un moment cocasse et folâtre de ça-va-ça-vient comme avec une pauvre petite devotchka fraîche levée.


the_adicts_2.gif



**********************************************************************

Les ricains très pro d'HATEBREED sont une valeur sûre en concert, surtout pour la gestion parfaite du timing, un set calibré, pas une anicroche, et ça bastonne plein fer.


HATEBREED.jpg

Jamey Jasta, bandana vissé sur le front rugit, ça claque du riff bestial et le beat mitraille. Une collision pluvieuse de particules électriques brisent les eaux de l'amer avec une fascination orageuse, elle s'abat sans que l'on trouve un atoll de survie,...no aloha, oh, the treats saw it on the wall...et la tempête des amplis continue l'ivresse jusqu'à faire monter le niveau de sueur jusqu'à l'œsophage. On dégorge avec les yeux embués toute l'énergie que donne la folie quand elle passe en coup de vent rafraîchir les consciences et endolorie le temps d'une sous-couche de démence, car le set ne relâche pas, c'est mosh pit et circle pit dans la plus pure tradition d’un concert de hardcore, et je me permets de te le dire, Hatebreed...


tumblr_o1z7kfkX8d1url7zxo1_500.gif


**********************************************************************
**********************************************************************


SAMEDI c'était le bal masqué...

...puisque le crew du Xtremefest avait proposé une journée costumée. Junk cacahouète avait un costume bien rembourré absolument parfait pour la température caniculaire, il sentait par moment ce vieux fromage de montagne ariégeoise que les scandinaves oublient dans la malle de leur vieux camping-car oldschool, et qu’ils transpirent de fièvre pendant la digestion, peu habitués qu’ils sont par la robustesse de cette pâte de lait coagulé.



**********************************************************************

Quand HYPOCONDRIAX arrive sur scène pour cette deuxième journée je ne reconnais pas du tout Jim le chanteur. Le groupe est affublé de costume propre au secteur hospitalier, de la sorte que Jim est infirmière, blonde, et adopte une posture scénique provoquante à la Hole.


HYPOCONDRIAX.jpg

Comme Gart dans Wayne's World qui demande à Wayne si il trouve sexy Bugs Bunny quand il est déguisé en fille, je me pose la même question ambiguë. La veille il s'est fracassé la cheville, donc il fournira un gentil sur place avec béquille. Ce qui aurait pu être un inconvénient mais là avec de tel accoutrement ne semble pas si choquant.

Le bassiste Fonzy est en plein soleil mais fait fi en souffrant sans se plaindre. Jean mi est concentré sur la rythmique, et le groupe envoie son set sans fioriture. L'affluence est moindre en ce début de journée mais arrive par parquet au fur et à mesure, Hypocondriax ne se laisse pas perturber et poursuit son concert avec un punk hardcore oldschool qui a fait ces preuves de lutte et de feu. Les titres s’enchaînent et se déchaînent en soin palliatif, avec pour la piqûre de rappel leur démo joué comme Morsüre sa démo éponyme, cela signifie que le groupe joue vite et bien.


HYPOCONDRIAX_2.jpg

Badbach le guitariste dont c’est l'anniversaire est à balle, ses riffs sont interprétés au scalpel, un sourire très large domine son faciès et cela s'en ressent autour du groupe puisque une très bonne vibe contamine tout le monde.

Un show dont le band était loin de s'imaginer réaliser dans de telle condition, avec un chanteur avec béquille, en plein cagnas (canicule) et déguisé qui plus est. C'est toujours très cool d'assister à un set d'Hypocondriax, à la base musicalement c'est carton Oldschool, en plus quand il joue à la maison c'est Zguen à mort et over the top !



**********************************************************************

J'ai aperçu le début du set de BLACK MOUNTAIN BASTARDS puisque après nous étions en ITW, les échos du public sont positifs, et je n'en doute pas une seconde tant ce groupe de hardcoreux/thrasheurs possède un truc vraiment fun, agressif, bon esprit et qu'il le réalise avec sérieux, loyauté et sincérité.

Donc on ne peut qu'adhérer à cet ensemble.



**********************************************************************

La squadra punk de la Roma de GIUDA a donné un concert qui a rockisé avec superbe du punk-pub rock foutrement classe.


giuda.jpg

Libérant cette saveur seventies de glitter rock en plus d'un super son. Le sens racé du transalpin avec la morgue Britannique cela fait rutiler cet aspect de Mods et de sonorité prolétaire, c'est sensiblement hyper fédérateur, surtout joué à fond et quasiment sans arrêt. Le public s'éclate d'autant plus que ce sera le seul groupe de cette trempe de tout le week. Leur discographie est passée au crible, je vous conseille la totalité car chaque album possède un mood particulier et le groupe en plus de perdurer avec caractère et passion, distille un aspect très chaleureux.

Je pense que le groupe a passé un agréable moment en balançant leurs hymnes, il a fait vite parce que même habitué à des températures chaudes, c'est une épreuve de feu tout de même, d'ailleurs le crew a arrosé le public à coup de jet d'eau. Du coup c'était glissant Giuda, sorte de glam Sladien pour l'Xtremefest. Le groupe a joué son emblématique titre « Bonehead Waltz » et vous savez quoi ? L’humour noir est intolérable pour les nationalistes de la race blanche, mais le pire pour ces gens-là c’est encore d’être daltonien.



**********************************************************************


A l'xtremefest un caramel ce n'est pas une friandise, et pour te péter les dents cette année il y avait BROKEN TEETH.


BROKEN_TEETH.jpg

Gros crépitement de mosh part, rythmique caillouteuse, il pleut des grêlons de mornifles sur le dance floor et le moins que l'on puisse dire c'est que cela ne rafraîchie pas la vigueur du groupe. Bien au contraire, je dirais même que l'odeur du sang décuple son intention pour marquer les esprits et tuméfier les tronches. Ce qui est certain c’est qu'il y en a certains qui ont dû bouffer liquide pendant un mois suite à ce set. Le chanteur dynamique en mode touch guy a prévenu à plusieurs reprises : « Show No Mercy », si tu avais un doute quelconque le bassiste avait un shirt de Possessed. Un bon HxC avec des structures metal, des solos saillants et bien nerveux, et même de la profondeur, et puis assez pour rentrer un cadavre, donc oui à vue d'œil du tigre la recette est basique, et en concert elle fait son effet kisscool, bref side to side et two-step structurent le pit.


broken_teeth_1.jpg

Le groupe aboie son hardcore avec une férocité cerbère, usant de cette rhétorique conservatrice qui ne ploie jamais sous l’inconfort d’asseoir sa suprématie. Dans l’incongruité de la bagarre du pit une femelle semblait pourtant survivre de la meute avec un visage angélique de femme-enfant, si il le faut c'était la bassite de Pogo Car Crash Control, j'en doute, mais bon elle donnait l'impression de n'avoir rien à foutre là, si ce n’est de divulguer une antinomie absolue avec l’œuvre dansante de ces chiens fous toutes canines dehors, s’écharpant les lyrics du groupe entre leur croc sanglant. Hit The Pit !


broken_teeth_2.gif



**********************************************************************

Depuis que le mur de l'est est tombé les plombiers Polonais raccommodent les chaudières Anglaises, pendant que tous les torturés de Poutine expurgent leur fiel avec un punk revanchard comme SVETLANAS.


SEVTLANAS_3.jpg

Le backdrop c'est le drapeau de la tronche à Vladimir Poutine premier avec le maquillage de Gene Simmons. Whaoua déjà un bon point ma petite matriochka. Je pense que pas grand monde ne connaissait ce groupe. On se souvient des punkettes Pussy Riot, c'est peut-être un point de départ de ce groupe, qui vient et vous l'avez certainement compris de Russie.

On ne va pas tourner autour du pot, l'attention se pose presque uniquement sur la chanteuse. Filiforme bout de femme d'1m60, ses expressions du visage son explicite, du genre de celles d’un méchant dans un film muet. Cette Jello Biafra au féminin remue-ménage et cuisine son punk sans faire de repassage burlesque, on a dit que pour le partage des tâches ménagères les hommes devaient faire des efforts nan ? Tant et si bien que c'est encore la femelle qui s'y colle.


etrange_Sevtlanas.gif

L'orchestre à ses côtés souligne le propos énervé de la hurleuse, dont l'accent russe exagéré est chez nous généralement typique du méchant dans un film de Steven Seagal. Niveau présence soit tu trouves cela fascinant, soit caricatural. Après il faut savoir entendre ce style de souffrance et de fureur rageuse, et comme c'est assez rare et atypique, la première fois on ne sait pas trop comment réagir face à cet aspect brut. La russkof possède le charisme de Tony Montana dit Scarface, on sait qu'il ne faut pas l'emmerder et que c'est elle qui va choisir le diamètre du godemichet qu'elle va t'enfiler dans le rectum. Heuuuuuu pour info le titre c'est “Sacrifice Your Orifice”.

Musicalement c’est brut comme un immeuble soviétique. Leur volumétrie sonique est lourde, rapide et furieuse. C'est à la fois froid, similaire, solide. Pourtant il y a un truc à la Dead Kennedy's et Sex Pistols, quelque chose de foutraque, de rêche, avec des lyrics méchamment contestataires pour son opposition marquée à l'oppression gouvernementale, sexuelle (la vidéo de «Go Fuck You Self») et forcément politique. La nénette débarque et bouscule les interdits patriarcaux du rock'n'roll de Johnny à Charles Bronson, en passant par le gars qui gueule à poil dès qu'une nana se pointe sur scène. Il y a aussi des titres plus frais pour se foutre la tête à l'envers, et oublier la satire, car côté picole le Russe apprécie l'alcool fort et même l'after-shave comme chacun sait.

Leur album « This Is Moscow Not LA » a été enregistré aux célèbres studios Pink Duck de Josh Homme (QOTSA), y a même la poutre Nick Oliveri (Queens of the Stone Age, The Dwarves) qui a été invité à enregistrer des morceaux de basse. Biafra a revendiqué son attachement politique au groupe.

On se demande tout de même si elle joue un rôle uniquement pour la scène ou si effectivement c'est à ce moment-là qu'elle dégueule ce qu'elle ressent dans ses tripes, de ce fait cela répond à la question de la présence scénique. En son temps Bob Marley chantait get up for your right, Svetlanas hurle Fuck Your Self, c'est une autre façon de parler de la même chose mais différemment selon l’époque.

Pour l’ironie, Svetlanas se fait passer pour des agents du KGB.



**********************************************************************


TERROR ne va-t-il pas foutre la trouille dans le pit à semer des terreurs nocturnes de hardcore frontal ?


TERROR.jpg

Bon Terror fait du Terror et il le fait très bien. C'est lourd, dense, metallique et la collision brutale est 100% HxC. Testostéroné à la fonte et à grosse couille, c'est du lourd.

Le public participe, de toute façon quand les gars débarquent sur scène en patron, le superviseur au chant donne ses directives et ça file droit. Get up here et autres façons de se sortir les doigts du cul pour se rentrer dans le groin, au point que quand Scott Vogel demande de monter sur scène, le public est acteur du show et comme avec Suicidal Tendencies en 2013 à l'Xtremefest, il investit toute la scène.

J'aperçois dans la zone de free fight sonique le patron Tristan de la mosher team, ouchhhhh y a du lourd dans le pit'O'mètre ce soir aussi. Dans la fosse aux lions les hommes affichent un regard lourd de pénétration qui se tend comme un arc quand il faut sortir de la tranchée et mourir au combat.


terror.gif

Le HxC fulgurant de Terror est une guerre où de nombreux soldats capitulèrent dans la torsion belliqueuse. A l'arrière de la ligne de front, on headbange à l'abri des missiles aériens des slammeurs. Terror tranche à vif et muscle son set, poutre après poutre ça rugit d'une puissance de feu capable d'allumer la nuit et ceci jusqu'en Chine. Quand le concert se termine les bouchons de protection auditive ont fondu.



**********************************************************************

"Ce qu’il y a de mieux avec la variété française c’est qu’après écoute, tu apprécies encore davantage le rock’n’roll." Hervé Villard dans un karaoké de Carcassonne.


Comme d’habitude dans ce genre de festival, OPIUM DU PEUPLE a été hors sujet, hors cadre, sans complexe, des génies quoi !


OPIUM_DU_PEUPLE.jpg

Le concept du groupe est simple, adapter un répertoire de variété en version bête, sale et méchant, pour un spectacle pur punk, munit d'un humour pitoyable de vin de table. En fait c'est plus punk que le punk, plus ringard qu'un show de variété chez Guy Lux interior. C'est même plus con que les Charlots dirigés par Jean Yanne et aussi mal interprété qu'un Max Pécas avec des dialogues du Professeur Choron. Autant vous dire qu'avec tous ces détails dithyrambiques vous seriez vraiment des incultes pour ne pas adorer ces 7 Salopard.es.

Nannnnnnnnn on dit salope, y a deux salopes et cinq salopettes dans cet orchestre de chambre.

Tu te dis que franchement il n'y a que des Françaouis pour proposer autant de cabourdise à la fois. C'est vrai quoi, les amerloques ont le fun, le sens de la conquête commerciale et du rêve américain, nous on a la couillardise avec une touffe de poil pubien entre les dents pour s'esclaffer de notre connerie, plus con, tu meurs.

T'es pas mort ? Ben faut mourir maintenant. Arrrrrrrrrrrrrg ! Voilà c'est mieux.

C'était un show à l'américaine, oui, mais du Tarn ! On pouvait y constater tout le déclin de l'exception culturelle Française, de son héritage vaudevillesque jusqu'à sa caricature. Comme toujours on ne sait s’il y a un double langage, si c’est en V.O, ou si on nous prend pour des cons tout à la fois ? C'est bien entendu la troisième proposition, car Opium du peuple est là pour te casser les couilles, et est ce qu'il te les casse ? Et bien pas qu'un peu, c'est du génie comme la lessive, ça nettoie les esgourdes et détoxifie le conduit fécal. Tu passes un super moment, tu tapes du pied, enfin faut suivre les délires du batteur Machine (head?) tout de même.


MACHINE_opium.gif

Il y a eu des plantages mémorables, et pourtant ce show burlesque, cette revue de cabaret de village a été supervisé dans une résidence de type SMAC bisous, et surtout dans un PMU de province, je pense chez jean-mi à Giroussens même. Opium du peuple a sorti son dernier opus qui est en fait la B.O de leur film, oui parce qu'en plus de voir grand autant taper haut, je rappelle le dicton c'est plus c'est gros plus ça passe, si, si, avec un bon lubrifiant et le poing levé comme à la fistinière.

L'absurde est toujours voisin du désir et l'on peut supputer contre un coin de table de camping que c'était le show du week-end de l'Xtremefest pour des siècles et des siècles, sans nul doute...


opium_du_peuple_1.gif



**********************************************************************

Leur shirt avec Trump se foutant une balle dans le cornet est partie en 3 temps 3 mouvement. MUNICIPAL WASTE est dans le pit !


MUNICIPAL_WASTE.jpg

Revival thrash début 2000, cela tient encore pour cette décharge, avec un set à balle, hypra fun. On ressent une tension devant cette attente, au point de penser à mettre les corps en position latérale de sécurité au cas où...Le set débute et les corps exultent dans un fracas d'os brisé, le groupe poursuit son exténuante démonstration de violence pendant que les premiers corps cabossés nous parviennent à l'arrière des lignes de front. Nous taperons incessamment du pied pendant que les jeunes se taperont un mosh pit d'enfer.

Du ballon au requin en plastique qui flotte en même temps que les corps, ça crépite dans tous les sens du terme. Des riffs de feu parfois un grain de heAvy, ben ouaie les gars, à la base le thrash part du heavy metOl quand même, pas que du punk. Municipal Waste c'est toujours diaboliquement punk et sauvage, parce que le plan marshall est simple, monter les potards dans le 13 maléfique et espérer que maître cornu en personne consente d’apposer son obscurcissement à un tel barouf, ou suspende ce qui reste à un croc de boucherie chevaline.

En fait c’était les deux, ouaie c'était les deux à l'Xtremefest sans nul doute.


delicatessen_Municipal_Waste.gif



**********************************************************************


Le groupe mythique DEAD KENNEDYS sans Jello, et alors ? On se passe de tout pluriel, seul le sujet principal est conservé.


DEAD_KENNEDYS.jpg

La bile toujours près des babines, le punk, souvent connoté comme une crise rebelle de la puberté avec son Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l’obtenir est toutefois une négation de la norme, et doté d'un sens critique. Depuis la mondialisation pop, le punk c’est fondu dans le paysage ordinaire des sociétés modernes pour son côté pittoresque et authentique. Depuis son origine le symbolisme de sa rébellion a été détourné, expurgé de sa philosophie, broyé dans la rotative du cynisme et de l’ironie avec lesquelles pourtant il faisait office de catalyseur, « tel est pris qui croyait prendre » selon Lafontaine.

Un groupe de musique s'est aussi un business et même celui qui a fondé sa critique sur la base de l'économie libérale s'est retrouvé emmêlé dans un déchirement financier entre ses membres. Je fais fi de cela face à ce groupe.

Acerbe et foutraque les Dead K jouent près de l'os. Le son de guitare clair et garageux de East Bay Ray rappelle ses débuts dans le rockab, la basse de Klaus Flouride ronfle sur les braises de l'assise ravageuse de la rythmique, réglée sur l'horloge d'un papier à musique. Ron « Skip » Greer le chanteur évoque le personnage Biafra et fait revivre à sa façon le mythe d'un groupe culte.

Il est vrai qu'en comparaison quand tu assistes à un set de Jello qui s'est entouré de jeune fou, les Dead K s'est mou, on sent la fatigue, seul le batteur D.H. Peligro  maintient l'édifice. Pourtant j'ai du mal à être aussi critique devant l'emblématique groupe, dont la virulence cathartique était pionnière en son genre. Leur retour début 2000 est ce lieu commun qui ressuscite les gloires passées dans un revival de survie, et qui permet aux nouvelles générations de revivre un pan culturel de la rébellion du siècle passé.


rebellion_du_siecle_passe.gif

Autour de moi les critiques étaient vives après leur set, maugréant sur la mollesse musicale, le manque absolu de mordant, la caricature du chanteur, le manque de folie générale. Comme je l'ai dit plus haut je suis vraiment moins critique parce que ce punk est daté par l'histoire, il remue encore la queue vivace de son ironie, car il y a de quoi rire à gorge déployé aujourd'hui avec tous ces croquignolesques politicards du pire, et la victoire à plate couture de l'économie sur l'humain, sur le monde. Les Dead K ironisaient dessus il y a pratiquement quarante ans de cela. Depuis ce temps Jello radote, et l'ironie de l'histoire c'est que Trump lui apporte une lisibilité sarcastique intelligible sur le fond et la forme de son prêche de dissident. C'est pareil pour les Dead K.

Le venin inoculé dans les 80's par le groupe est aussi fou que ce monde est malade et violent, si ils surfent encore avec ironie dessus (et cela fonctionne à double sens cette phrase hein!), le groupe a joué avec la proche soixantaine, en s'éclatant comme des papis qui ont connu l’âge d'or et veulent en faire vibrer leurs descendance, leur dissidence légitime. Ça en plus je l'ai déjà dit, je radote comme Jello quoi !

Y a t'il une honte à faire revivre une époque ? Non, les Dead Kennedys ont toujours l’âge de raison, et le persiflage punk d'émettre une fraternité de combat avec tous ceux qui ont validé jadis leur singularité de désobéissance, où qui le font aujourd'hui. De ce fait, cela faisait du bien de laisser couler l'épave de ce monde ultra-libéral, de toute façon à ce niveau sous les mers, même Cousteau ne viendra plus remonter le bordel, alors Too Drunk Too Fuck et Viva la Revolution comme The Adicts avait promis la veille. Jello président !



**********************************************************************

PUNISH YOURSELF Mad Max Sound party et travellers core, outillage de Bricomarché à base de disqueuse, indus punk, cela n'a jamais été ma came, je laisse le soin à ceux qui apprécient la pugnacité de faire un report conséquent.


punish_yourself_3.gif



**********************************************************************

Au VIP c'est détente et dancing queen, Junk cacahuète s'amuse avec son café et le délire autour de lui. Plus habitué par le bordel ambiant je bois un thé chaud en toute décontraction que Rooliano (bassiste chez Charly Fiasco, chanteur et feux de bar en solo acoustique) a pesté à servir, plus habitué qu'il est aux binouzes et autres artifices alcoolisés familiers à cette heure propice du déhanchement funkadélique. D'ailleurs Gwardeath a même fait du hip hop sur le dance-floor, si un enchaînement de 6 steps et windmill, là c'était plus dur, et ouaie c'est la crise de la quarantaine, et le démon de l'anis chez Mott de Ben & Fist.

Ah au fait, si tu penses une seule seconde que j’écris avec prétention tu peux te toucher la prostate, je suis un fantaisiste pur-jus et un putiiiiiiiin de ringard. Allez buonanotte !




**********************************************************************


**********************************************************************


DIMANCHE c'était Thunderblast !


Le levé du drapeau se fera tôt puisque nous sommes sur place dès 11H00. Sur le camping flotte un mélange de somnolence et de préparatif. Sevtlanas va jouer dans la X Cage et pas mal de monde est présent pour ce set. Cette cage à gogo est une particularité du festival, ce n'est pas un truc de gogo dancer, c'est davantage dans l'esprit de Mad Max. Le public est acteur de l’événement, il s’accapare l'environnement comme un skateur. C'est un symbole fort de l'Xtremefest et de son unicité, cela contribue à son ADN.


CAGE_2.jpg

Il fait très chaud, cela signifie que nous sommes inclut dans le plan canicule, dont grosso modo bénéficie pas mal de région. La cage est plantée au milieu, plein soleil, le groupe commence et déjà les hommes se jettent sur le fer brûlant. Il y a le Gaulois, un fringuant quinquagénaire, enfin très proche de la soixantaine, qui bondit partout, monte sur la cage, passe derrière le groupe, lui je sais que la chaleur il y est habitué, maçon de métier. Le groupe joue à fond, Svetlana hurle sa rage, répand la révolte dans le même mood que hier soir. Il chie autant du feu des enceintes que des cieux. Leurs titres ricochent comme le public et tout ce beau monde se renvoie la politesse punk au visage. Quand le set se termine, le batteur, Diste qui est Italien et bassiste à la base, sort écarlate, la veine de sa tempe doit bien faire deux centimètres et on la voit taper, le reste du groupe est aussi rincé. La cage est un lieu atypique, complètement barré, s'y produire est un sacré défi en soi, d'autant plus avec des conditions climatiques si intense.

SVETLANAS a joué le jeu, c'était aussi courageux qu'intense et fou, un vrai choc pour tout le monde.

On en profite pour discuter avec un commerçant, lequel nous donne son impression très positive sur l'organisation du Xtremefest et de son public. Habitué de faire des festivals il valide à 100%, pour lui c'est la formule idéale pour s'amuser, se cultiver, échanger, vivre sa passion punk/HxC. Durant tout le week-end ce qui revient inexorablement à travers les questions posées c'est l'esprit de famille, la convivialité, la taille humaine du site qui permet les rencontres bienveillantes et le délire total. Bien entendu la programmation générale y est pour beaucoup, l’hospitalité des bénévoles et du service d'ordre encore plus, l'engouement que l'Xtremefest reçoit est légitimé par toutes ces années de travail acharnées et par une équipe qui ne relâche jamais son ambition de progresser. Deux soirs à guichet fermé et un dernier à 80 places près, on peut entériner la validation d'un public pour le festival comme rendez-vous incontournable. C'est quelque chose qui cette année faisait extrêmement plaisir à constater, et on ne remerciera jamais assez toutes les personnes qui participent à la pérennité de cet événement unique.


jouer_au_jneus.gif

Le crew a repensé sa programmation avec le cœur et cela lui a donné raison, rappelant la célèbre phrase de Pascal : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. »

Criswell a joué à la cool à proximité du plan d'eau de Cap Découverte, c'était la première année que l'Xtremefest a pu organiser un concert à cet endroit, où les headbanger.ses se prélassent avec ostentations, et se restaurent avec gourmandises.

Autre chose d’importance, la testostérone bodybuildée des groupes de Hardcore avec leurs poses viriles n’a pas caché, et un peu comme on pourrait le penser de l’arbre la forêt, l’égalité d’esprit qui siège au Xtremefest. Je veux dire par là (par où ?), que tu sois homme ou femme, peu importe, ta présence justifie une éthique où les valeurs d’égalité sont primordiales. Chacun bénéficie de la même valeur d’accueil et de bienveillance parce que chacun participe à sa façon à l’ensemble du week-end. Chacun est un élément positif, s’intégrant dans l’harmonie globale, amenant sa pierre à l’édifice. Tout le monde est important, chacun à sa place et est responsable de ses actions, de ses mots. L’xtremefest précise que les attitudes racistes, xénophobes, sexistes ne sont pas admises sur le site, cet état est primordial et indivisible de l’éthique du punk hardcore metal.


hardcore.gif

Quand tu es sur scène c’est ta musique, ton charisme, mais pas ton physique qui prime, quand tu es dans le pit ce n’est pas la démonstration de ta vigueur au combat, mais ce que tu lâches comme émotion ressentie. Chacun est libre de vivre comme il le souhaite ses concerts, l’Xtremefest est un moment de partage, un témoin lisible de ce que tu es véritablement et à travers quoi tu t’affirmes. Ton unique engagement est une présence conforme aux idéaux d’égalité, de fraternité et de liberté propre à la déclaration des droits de l’homme, propre à l’éthique de la culture underground, où chacun puise sa force dans le sens commun de la pérennité de la scène et de ses idéaux d’actions, de pensées, de philosophie, d’éthiques.

Le festivalier qui vient pour s’éclater le temps d’un week-end et faire subir l’excès de ses avidités à travers un comportement inadéquat trouvera le temps long, car il se retrouvera bien seul. L’Xtremefest est en cela bien plus qu’un festival de week-end, il le prouve tout au long de l’année à travers l’asso Pollux, il draine à lui le concret d’un réseau (La Lune Derrière les Granges, ToLoose Punkers, Noiser, La Cave à Rock, etc...) et avec des liens d’amitiés qui ne sont pas virtuels.


public_3.jpg

Son aspect fun & cool répond au critère d’une éthique liée à la sphère underground, à la sous-culture et contre-culture. Son apparence de fonctionnement à l’ancienne, façon oldschool, est avant tout établi sur la même éthique. Tu n'es pas perdu dans la masse, tu existes et fais sens avec l'entourage, comme dans un concert, comme dans un bar concert, on retrouve la même osmose, il y a aussi l'accès au merch avec la présence des groupes avec qui on peut discuter, cette même relation d'échange, tu vois le truc quoi ! Choses concrètes (merch) et choses vraies (concert).

Il y a un contraste saisissant entre un passionné de musique et un consommateur de musique, tout comme avec celui émouvant d'un musicien underground se battant jusqu'à son dernier souffle du côté des perdants superbes, des rêveurs déçus, devant un touriste de festival, pourtant chacun est libre de ne rien comprendre des motivations de l'autre tout en participant à la même aventure. Mais il y a une différence notable d'éthique et de rapport. L’Xtremefest est un festival où le professionnalisme n’est pas un but lucratif mais un perfectionnement de bien-être à travers son éthique. Cela a du sens et fait sens, en effet ce mouvement positif se traduit aujourd’hui par le bénéfice d’une participation accrue, et par un respect déontologique à toute la culture underground.



**********************************************************************


Grosse affluence de groupe Canadien cette année, je ne sais pas si il y avait des réductions de tarif prioritaire pour traverser l’Atlantique pour les groupes, mais c'est coOol de voir/revoir les cousins !

C'est le cas avec THIS IS A STANDOFF.


THIS_IS_A_STANDOFF.jpg

... et leur punk mélodique qui claque un max, le batteur est énorme, le chant très juste. C'est toujours le souci avec ce style musical. Sur disque c'est de la balle et après en live si les gars ne sont pas hyper carrés, et surtout au niveau du chant, c'est aussi brouillon qu'un set de black metAl. Steve Rawles du groupe Belvedere officie comme guitariste et vocaliste mélodique dans cette filiation sk8-émo punk. La précision était présente, le son californien de ces Québécois fluidifie une imprévisibilité douce à l'ensemble de leur concert. Rapide, parfois disposant de partie complexe, le groupe libère les bonnes vibrations funny, et dans cette symbiose où les rayons solaires drainent de la chaleur des corps vers les cœurs ouverts à un moment de simplicité. La musique est une connexion universelle qui n'a pas besoin de mot, elle fait appel à notre sensibilité, réveille notre vécu et le fait résonner avec une subtilité sans égal. Ouaie c'était bien cool.



**********************************************************************

On a pas vu grand chose de MALEVOLENCE, on était en ITW. J'ai vu juste la fin. Mais c'était pur, violent, cool, puissant, hargneux, du moins d'après les dires des gars de l'infirmerie.



**********************************************************************

Il ne faudrait jamais chercher à comprendre d'où provient notre désir musical. C'est le cas avec MUTE et son super concert.


MUTE.jpg

Cet autre groupe Canadien a délicatement réveillé ce désir. Je ne sais pas vous mais moi à 45 piges j'ai besoin de baiser la vie et de l'entendre jouir. Mute va puiser dans cette sensibilité qui fait réfléchir jusqu'à atteindre l'endroit émotif qui parfois nous déchire. Le chant est très juste, le set est impressionnant de concision instrumentale et sa technicité impressionne. Le guitariste soliste a dû connaître la révélation de son instrument devant le tapping d'Eddie Van Halen sur « Eruption ». Émotionnellement le concert pulse un rendu vraiment très fort et puissant.

“On dit que dans les moments d'émotion intense, une fraction de seconde équivaut à une éternité...” Jonathan Coe.

Le groupe mêle à sa tension émo/mélo une coolitude Canadienne, avec des refrains hyper catchy, un grain de Bryan Adams, tu vois le sirop d'érable sirupeux et la vigueur d'un bûcheron, hein ? Mais nan ce n'est pas gay.

Le groupe mélodise, relie la terre sonique aux étoiles immortelles et c'est un très gros set, chatoyant dans les esgourdes un miaulement propre à exciter une minette adepte des poses félines, et à rendre fous les vieux matous du punk rock.

Mute nous offre cette contemplation virginale devant la mélodie, et dans les fils soyeux de cette aurore mélodique on tisse une étoffe légère qui viendra nous caresser bien des jours après avec une réminiscence de douceur, parce qu'un concert inoubliable est une ombre qui brille jusqu’à la dernière syllabe du temps inscrit sur le livre de notre destinée, et qu'on ne cesse d'entendre.



**********************************************************************


Avec RISK IT tu t'es éclaté et tu as bien fait jeune fada.


RISK_IT.jpg

Cette décharge cathartique de hardcore était un set de sport de combat rugbystique, ferraillant dans chaque maul sonique à coup de pénétration explosive.

Une troupe d'excès de sébum à casquette a pratiqué cette danse de percussion, là où certains regards ont l'équivalence des marrons. Les bonnes pratiques dans le milieu des musiques amplifiées possèdent des codes d’honneur pour lesquelles il n’est point anodin d’en satisfaire les uns et coutumes afin d’intégrer la corporation initiatique. On retrouve à l'Xtremefest certain passage obligatoire. Je mentionnerais tout d'abord la bienveillance dans le pit. Alors oui les pralines pleuvent mais dans le respect de la camaraderie virile. Pour le Wall Of Death, là tu es certain qu'il y en a dans le tas qui annonce : « Bon les gars, en face c'est que des cons, alors au premier choc il faut qu'ils discutent avec les taupes"

Risk It est le concert le plus brut du week, et même avec ces défauts musicaux ce que l'on retient en premier c'est l'intensité brute, cette impureté jamais polie, et encore plus granuleuse et difforme, voire râpeuse. Le groupe en répand toute l'abnégation virile et unique, pour ne pas dire virginale. En sortant du concert je croise le guitariste de Ben & Fist qui me fait penser à cette tirade de David Lee Roth, chanteur de Van Halen datant de 1979 : « J'ai essayé le jogging, mais ça faisait tomber les glaçons de mon verre »



**********************************************************************

Les femelles de BAD COP BAD COP me font penser à un croisement entre The Distillers en version pop et The Runaways en punk. J'ai juste vu le début pour cause d’ITW, et c'était frais et pinky.

Gwardeath a adoré, et on peut faire confiance à ce gentleman sans aucun bénéfice de doute.



**********************************************************************


GET THE SHOT c'était énOrme, une nouvelle claque.


get_the_shot.jpg

Le groupe monte le public les uns sur les autres. Le chanteur va chercher le public dans ses moindres retranchements et maintient le niveau relationnel à son plus haut niveau, et avec ce sens de la communication qui rappelle qu'une langue les gars, ça ne sert pas qu'à lécher des chattes ! Il démontre tout au long du concert les valeurs du HxC et qu'un groupe phare, c'est quelqu'un qui est là pour éclairer, pas pour éblouir.

Partout c'est une effusion de violence fédératrice. Les titres s’enchaînent et déchaînent le public, c'est tendu à ce moment-là au point que si tu arrivais à foutre une olive dans le cul d'un gazier il pressait trois litres d'huile. Si l’agressivité est dans chacun, la catharsis culturelle permet d'extraire l'épure de cette violence et de la changer en quelque chose de positif. On ne doit pas se contenter de peu. Le peu c’est pour après, une fois mort. Quand on est vivant il faut tout faire très fort. Si Walter Spanghero avait connu la saveur Hardcore de ce set, il aurait dit : « On prend goût aux courbatures que le pit provoque. Un pit qui ne fait pas mal est un concert raté. ».

A la sortie les torses nus affichent les hématomes, est ce que ce festival est sponsorisé par Synthol, mercurochrome, et l'homéopathie..en suppositoire Monsieur Punk sur la photo ?


public_4.jpg

Au fait, GTS est un groupe Canadien, et oui encore un. Heyyyyyyy il n’y a pas eu un cousin avec une chemise de bûcheron, bon tu me diras qu’il n’y avait pas un gugusse de la Macronie brandissant une baguette non plus, finalement on est parvenu à tordre les clichés tout en gardant l’accent sur notre identité.

Whouuuuuuuuuu là c’est extra-balle avec cette histoire d’accent (NDLR : du midi et québécois), et finalement cela va dans le sens de la représentation à Opium du Peuple en fait, et bing re-extra-balle.

Diantre cette partie ne finira jamais alors ?



**********************************************************************

Autre question pour le concert suivant : Retrouvera-t-on un Yul Brynner en Sta Prest pour le show de BOOZE & GLORY ?


skinhead.gif

Oi oi oi plus loin, pas vu un seul. Des vieux punks oui, de ceux qui ont connu la rue et l'usine, le coup de grisou anglais et sa brique sur le coin de la tronche, ceux-là ont répondu présent au folklore britannique, c'est facile c’est les seuls qui reprennent les refrains. Pour le reste ce côté hooliganisme est culturellement peut-être un peu trop prononcé, et la réputation sulfureuse des skinheads par la télévision appose le veto que les clichés ont la vie dure.

D'ascendance Sham 69 à Cock Sparrer, de style musical Oi ! et de street punk, le groupe produit un set rempli de ferveur fraternelle propre à un pub.

Pour information, le mouvement skinhead est une subculture marginale aux multiples tendances qui naît dans les années 60 en Angleterre, autour de la culture des Mods (jeunesse ouvrière = working class) et des "Rude boys" jamaïcains. C'est leur crâne tondu qui leur a valu le nom de SKIN HEAD (tête de peau) qu'ils se rasaient pour éviter de se faire attraper par les policiers lors des manifestations. Ils sont fiers d'appartenir à la classe ouvrière, et s'opposent aux hippies, symboles d’une bourgeoisie décadente qui échappe à la réalité du quotidien à laquelle les skins, eux, doivent faire face. Dans les années 70, le mouvement punk se développe, le sous-genre musical de la Oi! apparaît. Dans les années 80 l'influence du National Front et du British National Party dans l’Angleterre de Thatcher pousse certains prolétaires et des skins à se ranger dans le camp de l'extrême droite, en faisant des immigrés les responsables de la misère de la classe ouvrière anglaise, et ceci sera suivi par le reste de L'Europe. Face à cette dérive du mouvement naît le SHARP (Skin Head Against Racial Préjudice) : le non-racisme radical est un refus aux skin racistes, les BONEHEADS (tête d'os, néonazis). Dans l'Occitanie en 1984 il y avait le SCALP (section carrément anti-lepen), devenu plus tard le réseau No Pasaran.

Le mouvement skin se scinde donc en deux, opposition distincte d'éthique mais indivisible pour la similarité du look. Il existe toutefois des apolitiques, issus de la même mouvance, qui réfutent les attaches politiques avec pour principe de base la violence, football, et bière. On reste dans la caricature. Ils s'estiment les vrais détenteurs du spirit of 69.

«Oi» est l’abréviation de «Oh You !», un cri que vous aurez beaucoup de chances d’entendre dans les ruelles de l’est de Londres dès qu'un pilier de comptoir en sort.

Sinon il y a aussi d'autre skin head, les Straigt Edge, abréviation sXe, issue du HxC et originaire des U.S.A, ils s'éloignent de la défonce autodestructrice du punk en prônant un refus à l'alcool, drogue, pour un comportement positif et un esprit clair. Le sXe est un puissant antidote sans dope à la liberté de conscience.


Une bonne leçon d'histoire

Voilà pour la petite histoire, et pour de plus amples informations, vous demandez Rachid au premier couillon qui passe sur Castres.



**********************************************************************


Pendant que je me restaure avec une barquette de frite, un gars bon prince paye le repas à une douce jouvencelle qu'il ne connaît pas, laquelle accepte le repas gratuit d'un sourire lapidaire qui en dit long sur l’ingratitude avec laquelle elle va le lâcher, avant de lui signaler avec politesse : « Oh c'est sympatOche mais il ne fallait pas. ». L’impétueux l'a regarde droit dans les yeux : « Quand on aime on ne compte pas. » Oh putain la formule gagnante des éjaculateurs précoces.


Présent en 2014 à Albi pour la seconde édition, CONVERGE nous revient avec ce sentiment d'évidence de retrouvaille impromptue ou bien trop longtemps différée, sans faire état d'une attente qui déçoit.


light my fire

Dire que le groupe est depuis sorti de sa zone de confort ce serait osé. Mais autant sur disque, qu'en concert il y a un changement à cette musique qui dérange le quotidien. Puisque ce bloc de souffrance froide expurge de son agonie incandescente une violence post-hardcore trop extrême pour le mosher, et avec trop d'exigence chaotique pour le punker, mais c'est toujours une expérience pleine d'implosion intérieure. Car face à cette déferlante d’introspection rageuse, et même brutale, le set compulsif est de haute tension radicale. Converge appose son hermétisme sonore, son malaise sonique, son atrophie explosive, et le temps musical est incertain quand cela tourne à l'orage mélodique avec quelque chose d'électrique dans l'air.

Pour ce concert les hurlements foudroient, les riffs fustigent, la rythmique terrasse cette intensité sculpturale. Tous ceux présents avoueront avoir été meurtris d’envoûtement bien au-delà des attentes, surtout les dreamers.

La singularité musicale de Converge a conservé tout son fiel, sa pertinente authenticité, le tranchant de ses contrastes, tant dans les moments d'apoplexie que dans les passages plus hypnotiques. La cohésion du groupe, son écriture moderne, la qualité de l'interprétation, sa sobriété, relie la même absence de complaisance, et converge (bing extraballe) vers cette humanité sensible jusque dans l’effroi émouvant d’être dépassé par ce qu’on a écrit/joué.

Il n’est pas de meilleur ressenti pour un artiste, ni de preuve plus tangible d’une nécessité.

Pour tous ceux dont le chaos est énigmatique : « Quand un bruit vous ennuie, écoutez-le » John Cage.



**********************************************************************

Les suédois de MILLENCOLIN ont fondu le pit en auto-tamponneuse avec leur punk mélodique à la sauce revival 90's.


millecolin.jpg

Mais il a fallu attendre la quasi fin du set pour bénéficier des titres les plus catchy et connus. J'ai un vague souvenir de leur album à succès, mes camarades (Junk Cacahuète, Raph - anaérobie aérobie c'est quoi ? et Vince Big Jim) sont beaucoup plus expansifs, le groupe était attendu, il a réalisé un set nostalgique qui en a laissé plus d'un ravi de les avoir vu au moins une fois.



**********************************************************************


COMEBACK KID = Fureur de vivre


CBK_1.jpg

Le groupe est venu en 2013, 2015, et il reste une valeur sûre. Le set est envoyé avec maestria, dextérité, rien ne manque, de plus c’est le dernier concert du festival, les bénévoles et tout le crew commencent à relâcher, il y a du monde autour de la scène, les refrains sont repris en chœur, le côté fédérateur est plus que palpable, c'est un groupe qui coalise de par sa musique punk hardcore mélodique un fort capital sympathie et il est un modèle.

Le jeune qui entend à longueur de journée que sa génération n'est qu'un ramassis de branleurs et qu'il faut lui mâcher la bouffe pour qu'il n'ait pas de mal à la chier, se libère de cette nasse en prenant la positivité inébranlable de CBK. Le public contemple avec impatience la vigueur se réfléchissant dans leurs esprits comme une preuve de sidération. CBK redonne du désir, du souffle, comme une poussée dans les reins, un élan de jeunesse et d'appétit retrouvés.

Leur dernier opus « Outsider » ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, lui trouvant une forme de redondance et une facilité de gimmick, en live le groupe balance ses punchlines et la dynamique prend une admiration dévotionnelle. On finit très bien cette sixième édition.



**********************************************************************


Merci au crew pour son eXtrême application et à ses bénévoles pour l'ensemble du travail accompli pendant ce week-end d'extase, c'était parfait.


tumblr_nm8yjwkHft1tk9bkko1_500.gif


Même avec les moyens actuels de communication, et les structures, la tâche est aussi ardu qu'au début des 80's pour réaliser un festival de cette trempe. La région Occitanie est une des plus grandes, mais derrière le bouillonnement du Xtremefest c'est toujours le milieu associatif, le bénévolat qui font office de pilier, il y a une forme de lutte et de rêve dans cet ensemble pour élaborer un tel événement, ça tient à peu de choses pour revenir l'année d'après. Enfin tant qu'il y a encore des personnes hypra motivés pour tirer les choses vers le haut, capables de fédérer un mouvement alternatif, libre, dont l’autonomie semble dérisoire, mais dont la puissance contribue à la pérennité du mouvement underground.

Tout cela passe et prend racine parce que le festival établit des liens durables, des contacts permanents. Puis qu'il y a une ambiance particulière, pas du tout nombriliste, mais carrément spontanée et chaleureuse. N'oubliez pas de soutenir la scène, sur disque, en concert, vibrez, vivez.

Il y a un côté sacré à faire partie intégrante d'une telle aventure humaine, c'est cela l'Xtremefest !


tumblr_p21m58Q8JL1uocsx1o1_540.gif


- page 1 de 3