WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

chronique de disques

Fil des billets

lundi, avril 19 2021

THUNDERMOTHER - Heat Wave Deluxe Edition


THUNDERMOTHER_-_Heat_Wave_Deluxe_Edition.jpg

Les suédoises de Thundermother reviennent avec le sound ac/dcesque, et ce rimmel glam pour un hard rock adipeux d'un velours zébré.

J'ai vu ce groupe en live à l'Xtremefest, c'était cool mais il manquait un zeste de groove suite au départ de leur chanteuse originelle. Depuis, elles ont retrouvé les traces heavy groOovy.


Thundermother.gif

Dans ce hard blues vérolé de satin, parfois soul, qui souligne la zébrure de cette bande de femelle à l'esprit rock'n'rollien, leur rouge à lèvre pue la bière. Si il n'y a rien d'original, il y a le suc vénérien du musc de Girlschool à The Runaways aka Joant Jett.

« HeatWave » est sorti en été 2020, vous trouverez non seulement l'album original complet mais aussi un CD / vinyle bonus avec pas moins de 10 autres titres inédits, des titres lives et accoustiques, apportant cette veine émotive et la qualité d'interprétation des filles.



samedi, avril 17 2021

KRAV BOCA - City Hackers


KRAV_BOCA_-_City_Hackers.jpg

Krav Boca est un groupe indépendant de punk-rap français, grec et marocain, formé à Toulouse en 2014. Le nom « Krav Boca » est une référence au sport de combat Krav Maga et au terme « boca » en espagnol (bouche) pour signifier l’importance des textes dans l’univers du groupe. Sur scène les émeutiers de Krav Boca opèrent toujours cagoulés.   Une autre voix est possible ! Oui, trois déjà, et sans compter les guest…Composée de huit membres, la formation compte trois chanteurs, un mandoliniste, un batteur, un guitariste, un bassiste et un performer. Leur métissage témoigne des déplacements de population aux origines Méditerranéenne. On y entend les consonances, la parenté, la racine.

De l’exode à l’exorde la communauté Krav Boca forme le liant d’un militantisme façonné au D.I.Y du punk, à sa hargne vindicative, et son rapprochement avec le rap en marque le coup de sang, le coup de poing.

Des Béruriers Noir à Stupeflip il y a un rot de bière, Krav Boca déchire les étiquettes pour incorporer sa tambouille sonore en adéquation avec ses convictions. Fini les palabres et autres salamalecs, la mutinerie est instantanée.

Ils sont dans le même flow que « La Rage » de Keny Arkana et «Le mauvais kromozom » de Kyma, dans cette mouvance anarcho libertaire à ne pas mettre que du sang dans leur musique, car c’est le feu insurrectionnel. Leur coalition n’est pas une congrégation de cégétiste, il n’y a pas d’occupation, pas plus qu’une zone de confort à défendre. L’agitation est permanente, le propos séditieux, l’altercation sonore virevoltante.

« City Hackers » a été mixé et masterisé par David "Vidda" Castel de Psykup. En live le groupe réunit le panache de la Mano Negra, la ferraille de Punish Yourself, le swing de Public Enemy, la hargne d'un bataillon de révoltés, la ferveur latine.



mardi, avril 13 2021

BRUIT - The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again



BRUIT ≤ naît de l’envie de ses membres de tourner le dos aux majors en renouant avec un processus de création sans contraintes. À ses origines, le projet BRUIT ≤ est un laboratoire sonore qui fait ses expériences en studio. Une recherche progressive qui tend sans cesse à repousser les limites des genres musicaux. BRUIT ≤ se traduit par des compositions instrumentales intenses où se mélangent post-rock, éléments électroniques et arrangements classiques. Après un premier EP, Monolith (Elusive Sound - 2018), des dates en compagnie de Shy Low, The Black Heart Rebellion, Endless Dive ou encore A Burial At Sea et un Dunk Festival.



« Ce premier album est conçu comme un film sans images comprenant deux chapitres et illustrant l’inévitable recommencement des cercles vicieux autour desquels les civilisations humaines s’enroulent. Un conte philosophique mettant en scène une humanité dans sa chute et sa renaissance. The Machine Is Burning And Now Everyone Knows It Could Happen Again est une parenthèse musicale et poétique où chaque instant est une introduction à l’instant suivant. L’auditeur ne peut que très rarement se raccrocher à un thème ou une voix, il se laisse alors immerger dans des atmosphères impalpables permettant à l’imaginaire de créer les contours d’une histoire dont lui seul est le maître... » dixit Bruit

Le conte :

“Celui qui vendait du temps au temps a scié la branche sur laquelle il était assis puis l’arbre sur lequel était la branche. N’ayant plus d’ombre pour s’abriter, il était temps pour lui de faire face à la colère des autres ou de se confronter à la brûlure du soleil. Alors, dans les cendres de l’industrie encore fumante poussa le premier germe d’un nouveau grand arbre. Certains surent lire sur son écorce l’histoire du monde d’après. La patience repoussa les limites de l’imagination et l’humilité redonna au temps sa baguette de chef d’orchestre. L’histoire ne finissait jamais, et tout le monde mourrait d’en connaître le dénouement. Alors l’imagination repoussa les limites de l’intelligence et ils trouvèrent les moyens d’en savoir un peu plus sur la suite. Juste un peu plus. Ils construisirent alors l’industrie qui vendait du temps au temps. Leur chef, en symbole de pouvoir, grimpa au vieil arbre et s’assit sur sa plus haute branche. Alors l’histoire se répéta encore, assez lentement pour que les humains aient toujours la sensation d’avancer alors que du début à la fin ils tournaient en rond.” Dixit Bruit

Selon sa légende, le monde a soif d'inconnu, mais la plupart des gens se terre dans leur zone de confort. Ceci est un constat, non un jugement.

Bruit est né d'une envie progressiste, totalement instrumentale, sans barrière stylitique. Ce premier opus délivre l'explosion d'une intensité post-rockienne qui brise les amarres pour vous laisser divaguer sans fin, sans traverser l'amer. Cette musique transperce et devient plus intense car tout danse à l'intérieur de soi. Elle pénètre la moindre fissure, ouvre le dessein d'un chemin sonique où vit la magie...Laissant filtrer la dramartugie d'un adagio pour cordes, une musique de pluie pleine de fantômes, galopant dans des flaques de lumière, et des étincelles d'os.

Bruit emporte nos nuits avec cet album qui dissout l'espace temps dans cette densité où l'éphémère suspend l'éternité.

“Nous n'appartenons à personne sinon au point d'or de cette lampe inconnue de nous, inaccessible à nous, qui tient éveillés le courage et le silence.” René Char - Fureur et Mystère .




dimanche, avril 11 2021

Versinthë99 - Vertige


V_RS_NTHE99.jpg

Le quatuor queer-punk Versinthë99 a procédé a une réécriture féministe du titre « Salut à toi » du groupe punk français les Bérurier noir, en chanson intitulée : « Salut à toi matriarcat ». 

Sortie pendant la journée internationale des droits des femmes le 8 mars, le titre suinte l'énergie militant d’une société matriarcale et LGBT+, où l’égalité et l’adelphité sont des valeurs centrales.

La chanteuse est fondatrice du journal féministe Le Castor Magazine

Leur E.P 5 titres "Vertige" appose les fondements généreux du rock garage des Plastiscines (premier album) au punk alternatif au sens large.

Ces Riot grrrl propagent leur saveur libertaire queercore dans un arc-en-ciel punk psychédélique !


Versinthe99_.gif


jeudi, avril 8 2021

UN DOLOR - The Rhythm Of The Death Clock


UN_DOLOR_-_The_Rhythm_Of_The_Death_Clock.jpg

« Le temps révèle toute chose » Tertullien

Il est fort rare de citer un théologien dans une chronique de punk rock. Pourtant cette citation sied à merveille à Un Dolor, groupe Poitevin né en Juin 1991, après un premier album « Muddy Brains » en 1995, puis l’E.P 4 titre « Banco » 2011, la chanson « Got My Guns Out » 2013 et les participations à la compilation « Parce que ça nous plaît » du groupe OTH avec le titre « La France Dort » et celle des Sheriff « GENERATION $HERIFF Vol. 2 » avec le titre « Pas De Doute », il a fallu 25 piges pour un album complet.

Leur musique appose un ethnocentrisme latent puisque on y croise le liant du röck High Energy d’Electric Frankenstein, le hard’n’roll de Motörhead, le punk rawk des Flying Donuts, le rock reptilien australien de Lime Spiders, Hard-Ons, à Radio Birdman, et les étoiles de l’Amérique comme les Ramones, Bad Religion, Supersuckers…

Vous trouverez ce disque en vinyl chez Kicking Records et le cd sur Armée de la Mort Records

The Rhythm Of The Death Clock” se distingue par une liberté tenace de ton punk rockien, avec cette euphorie mélodique pleine de réverbération, maintenu par la force vivace d’en découdre avec la vie, et munit de l’inventivité Tarantinesque à la cool.

Un Dolor suppure un rock au chant granuleux, à la mélodie authentique, fidèle à l’aventure sonique, il transplante avec sa longévité béate le sel et poivre d’une musique revêche, à l’âpreté fourmillante.

L’album s’inscrit dans cette particularité éclectique d’un rock varié et surtout unificateur, pour un voyage au long cours...Hypra coOol !


UN_DOLOR_-_The_Rhythm_Of_The_Death_Clock.gif

- page 1 de 36