WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Rock bourrut

Fil des billets

lundi, janvier 21 2019

ACE FREHLEY - Spaceman


ACE_FRELHEY_-_Spaceman.jpg

Le Spaceman réitère depuis 1978 une formule rock qu’il avait façonnée depuis ses débuts avec Kiss. Si l’originalité n’est pas de mise, la qualité et la vigueur d’Ace imposent l’intégrité de son statut d’étoile rock’n’roll.

Ça sent la poussière des seventies, c’est ringard, ce qui ne signifie nullement que ce soit mauvais. Il s’avère évident qu’en 2018 la musique du Spaceman est spatio-temporelle et spécifique à une époque.

Il joue sur la nostalgie à fond, Il déride avec les vieux briscards dans l’ombre tutélaire de ses heures de gloire, sur le fondement de sa signature, sur son ego de star déchu, sur le real rock’n’roll. Il joue à fond, ne triche pas, et c’est ce qui continue à faire vivre le mythe. Il y a un son de guitare Ace Frehley, un sens du riff, de la mélodie hard rock, des solos, un chant. Il n’y a qu’un Spaceman, et il n’y en aura qu’un sur Terre.

Il est impossible de parler d’Ace sans évoquer Kiss, surtout que le démon de Gene Simmons a collaboré sur ce disque avec deux titres, et que l’annonce d’une tournée finale de kiss serait propice à une dernière réunion hommage des membres historiques…Bref, les planètes pourraient s’aligner pour l’apothéose finale.

Cet album dignement intitulé « Spaceman » n’est pas le chant du cygne intergalactique d’un rock’n’roller, puisque les solos étoilés crépitent dans la stratosphérique galaxie du Spaceman, que les riffs moulinent la réminiscence d’une discographie rock saturée d’électricité new-yorkaise. Il y a même pour les plus érudits une cover d’Eddie Money de 1986, « I Wanna Go Back » qui est classique à la comète Frehley, tout comme une production oldschool datant de 1978 et de son premier album solo.

L'opus peut se concevoir comme une commémoration, il pérennise l’acte de foi d’un rock suranné, mais diablement vivace pour tous ceux qui ont le Spaceman comme bonne étoile.


ACE_FRELHEY_-_Spaceman_1.gif


vendredi, janvier 11 2019

CAFZIC N°75


large.jpg

Yan est un landais stakhanoviste. Il gère une émission de radio « Electric Trouble », des concerts sur Mont-De-Marssan avec l'asso Electric Troubles Productions, notamment au Royal Electric, au Café Music, et un fanzine le Cafzic. Il œuvre toujours à parfaire une discipline philanthropique qui depuis 75 numéros file le tournis, des bouffées de chaleur et un trou à la banque. A chaque fois je suis ses empreintes avec des chroniques teintées de fougue, de clin d’œil érudit, d'altruisme, une honnêteté bienveillante, un regard pointilleux, et à chaque fois je vais sur les sites des groupes, achète leur disque.



Yan est un passeur passionné, un connaisseur généreux, un bienfaiteur de la culture underground. Quand tu as un gars de cette trempe dans ton coin, tu peux être certain qu'il va te faire remuer le bordel comme une toupie. C'est un défricheur et à cet effet le fanzine c'est un paquet d'itw, de chronique de disques en tout genre, donc beaucoup de découvertes, et souvent excellentes. Il en parle avec un amusement érudit, avec une sincérité émotionnelle, gage d'honnêteté. Des dessins croqués pour ce « Spécial Rock et couture » apportent dérision punk pour humour pounk, le bestiaire est fringant et fait planer comme un avion sans ailes, pour battre à plate couture tous les Charlélie au poil long et à la barbe fine.

Retrouver toutes les interview via la page FB du Cafzic, ainsi que la bande son de ce numéro 75, vous pouvez aussi consulter ce numéro, c'est toujours très cool à lire et intéressant.


yan


dimanche, décembre 30 2018

FRIDAY NIGHT LIVE 2018


flyer.png

Last Friday night

Yeah I think we broke the law

Always say we're gonna stop-op

Whoa-oh

This Friday night

Do it all again

Si,si, on peut très bien citer Katy Perry pour implanter une introduction croustilleuse dans un report de punk rock.

Donc on m'a conseillé de multiple fois de faire court. En bref, je vais essayer.

Quand tu assistes à une soirée underground, en premier lieu, tu soutiens le cafetier avec une commande, il offre le cadre, l'enceinte où aura lieu l'épicentre émotif, à bien y réfléchir ce n'est pas rien.

Yep, un thé pour ma part en attendant Junk cacahuète et Vince Musclor, mes comparses de la section vidéo-game du WBZ.

Nous sommes à Castres il est 20h30 ce 21/12/2018, au café Jean Jaurès, j'avais pas foutu les pieds dedans depuis 1988. J'étais au collège juste en face et qui se nomme...Jean Jaurès. Vlan, dans le mille Émile, bennnnnnn non, Jean-Jaurès.

A l'extérieur les tumeurs les plus folles circulent dans l'air pendant que les fumeurs s'époumonent de leur sucette cancéreuse. C'est moi où il fait froid ? A l'intérieur la mixité sociale se juxtapose au préparatif de la soirée proposée par La Lune Derrière LES Granges. L’occasion de poser quelques questions à Olivier, le président du comité directoire de cette œuvre de bienfaisance culturelle du sud Tarnais.


Le café est tout en longueur, il offre plusieurs ambiances, ainsi, après le comptoir et sa faune guillerette, il y a un espace cosy avec canapé et une bibliothèque remplie de livres à emprunter. Ça pose d'emblée la compréhension de partager dans un même lieu la richesse que l'on pressent dans la diversité de la vie. C'est appréciable.

Plus loin encore, carrément au fond, un espace insoupçonné jusqu'à lors, dont la dimension est absolument parfaite pour des concerts underground. C'est la première surprise et de taille. Les groupes ont un espace nécessaire pour évoluer, le public n'est pas en reste. C'est la première soirée pour la Lune avec les nouveaux propriétaires du lieu, je ne cache pas que l'endroit est vraiment cool et que j'espère qu'il y en aura d'autres. Pendant le siècle dernier c'était une cache pour jouer de carte et d'argent.

Deuxième engagement, lui aussi d'importance, c'est le soutien aux groupes. Généralement je prends toujours un disque, c'est le minimum, surtout quand j'ai kiffé le set. Puis il y a toujours un bac de distro bien achalandé, tu papotes avec les groupes, tu crées du lien, tu fais passer ton énergie, tout le monde croise ses effluves et la magie de la vie ouvre ses pétales dans laquelle tu vas butiner allègrement...Ok, on a chié Saint-Petersbourgh parce que nous étions à l'extérieur a réalisé des ITW.

Le trio Toulousain a brisé l'épaisseur de glace extérieure moscovite avec un stoner funky, rossant la vénusté plastique de leurs mélodies chaudes. Sans pouvoir d'ubiquité ce sera pour une prochaine fois pour funker avec eux...

Pendant ce temps de cerveau disponible on a papoté dans le froid avec Gim le président de l'asso Albigeoise Pollux, chef opérateur dans le meilleur festival sudiste l'XTREMEFEST, et chanteur à cheville foulée avec Hypocondriax, il a répondu avec la coolitude qu'on lui connaît à l'actualité sonnante et trébuchante passé et à venir de la pléthore des activités énumérées plus haut.



L'abréviation SS ne correspond pas du tout à la patine mélodique de Skull Soda, groupe Toulousain du Gers (tchin 2 points), car le band appose une saccharose musicale assez peu compatible avec l'essor du troisième reich.

Sa décoction musicale est issue d'une douceur enflammée, à l'intime conviction de faire flotter dans les embruns sensibles la beauté du power rock le plus intense, et avec la fluidité du pop punk.




L’équipé épique du WBZ est saisi par le rendu en live. Le groupe est en place, le chant hyper calibré offre une harmonie de couleur vivifiante. C'est très certainement ce qu'il nous a le plus séduit. Le punk mélo sur disque c'est cool mais en concert c'est assez casse-gueule si tu n'es pas en place, et cela peut très vite engendrer un malaise à entendre. Ce qui est à trois années lumière du cas de Skull Soda. C'était chaleureux, frais et la bonne énergie du groupe a vite apporté cette chaleur au corps que l'esprit savoure dans son ivresse des cimes émotionnelles.

Je me suis régalé, Big Gim de Hypocondriax a eu raison de faire monter le son de la basse au début, puisque après ce conseil, Skull Soda avait cette rondeur adéquate au charme qu'il a diffusé, et même transplanté dans les cœurs ardents d'un public conquis. Deux E.P a leur actif seulement (pour le moment) mais chaudement recommandable, checker leur page bandcamp, leur dernier Sleep Hunt Through The Mirror est uniquement numérique, du coup le band a confectionné des petites cartes de leur artwork pour munir leur merch hyper cool.

Pas mal d'atmosphères dans leurs compositions, cela amène de la profondeur de champ, un mood délicat avec cette empreinte sensible que l'on rencontre entre Saves The Day et Trash Boat. J'espère revoir ce groupe le plus rapidement possible, ça fait chaud au cœur d'entendre et voir que l'underground sait encore illuminer ce genre de pépite.

Fabule, leur bassiste et accessoirement maître chanteur dans Ben & Fist a plaisanté avec nous après le set sur les potentielles expressions qui sied à la ville du soir, dont un dantesque Castres toi tu pues et marches à l'ombre.


2.gif

Raincheck c'est le cri du Lyon avec le froc au cheville. Sa décontraction punk'n'rollesque est tout aussi tapageuse que son hardcore est enragé. J'avais annoncé que leur set allait chier du feu et effectivement il y eu retour de flamme. Le groupe était même fourbu par sa robustesse touffe sonique. Le chanteur a fait le zazou en secouant les puces de Zeke dont il portait le t-shirt, avec la nonchalance animée d'un épileptique. Il n'y avait pas de filtre. Le groupe avait deux dates pour ce week, c'était sans prise de tête, ils ont tous un taf à côté et le groupe est un exutoire.

En fait tu peux sortir un Ep en 2016 avec cet espoir que la force soit avec toi, sans te douter une seconde que la vie va venir te biaiser son imposition d'obligation, où tu te vois obéir sans scrupule au desiderata pour torcher, boulonner un professionnalisme dont ton adolescence rebelle avait bien mentionné un refus catégorique à ce genre d'avenir. Ce week-end est une occasion de jouir sans entrave pendant cette journée internationale de l'orgasme pour libérer la jute sonique, et c'est ce que Raincheck a accompli. Un feu de joie furibard s'est répandu dans l'enceinte du café Jean-Jaurès, le groupe appuyant sur le starter et l’accélérateur les deux pieds tendus.

Un set bordélique et fantasque a propulsé cette agitation que le punk HxC offre comme acclimatation quand ta respiration s'accélère et ressent le souffle vital de ta passion prendre feu dans ses racines. Les deux gratteux nous ont offert des poses de heavy rock dantesques et des riffs capiteux, le batteur a tapé plus lourdement que ce qu'il faisait jadis dans Leptik Ficus. Est-il nécessaire de mentionner que leur nouveau bassiste portait un shirt de Freddy Mercury ? Je ne le pense pas.



Le lendemain Raincheck jouait à Toulouse chez les copains To Loose Punkers pour leur TLP Winter FEST Vol.2 à la Cave à Rock. On espère les revoir dans le coin pour une autre explosion de jouissance.

Important : Vous pouvez retrouver tous les lives de cette soirée via la page vidéo du WBZ.

Dernier conseil : Ne regarde pas le doigt du type qui te montre la Lune, vas-y.

C'est un conseil qui a son importance. Déconnecte-toi de la vie virtuelle, sors, va te confronter à la réalité, tu verras que tu ne seras pas jugé.es, emmerdé.es, importuné.es, tarabusté.es. C'est des conneries le jugement des autres, parce qu'en fait tout le monde s'en fout, il n'y a que toi qui te juge. De toute façon, on fait, on ressent comme on veut. Pour exemple, je suis souvent silencieux quand je crie à l'intérieur mon émotion. Et alors ? Pas besoin de se faire remarquer pour vivre.

Dans la vie on peut très vite être vampirisé par des personnes malveillantes dont le processus d'aliénation de vie correspond à la sentence Darwinienne : le plus fort bouffe les autres, alors que la vérité fondamentale des humains c'est que le meilleur sauve les autres, ce qui nous distingue du règne animal. La vie n'est pas faite que de fatalité, regarde la Lune, ce 21 Décembre 2018 elle était pleine, lumineuse, et ses représentants sur Terre ont une fois encore électrisé cette marée émotionnelle, dans un flux et reflux musical éclectique, dense, propulsant un joyeux bordel.

Merci au Café Jean-Jaurès, à Saint-Pétersbourg, Skull Soda, Raincheck, à Gim et sa compagne pour Pollux/Xtremefest, au public, et mile fois merci à la Lune derrière les granges.


3.gif


lundi, décembre 10 2018

DEE SNIDER – For The Love Of Metal


DEE_SNIDER___For_The_Love_Of_Metal.jpg

Dee Snider c'était le chanteur de Twisted Sister, groupe culte de heavy metal, mais aussi un animateur radio et une personnalité télévisuelle des U.S.A, notamment en animant l'émission Heavy Metal Mania sur MTV. Il fut aussi historiquement porte parole à la cause Metal lors d'un procès jubilatoire en 1985 où il est auditionné par une commission du Sénat américain dans le cadre de la proposition du Parents Music Resource Center d'étiqueter avec un sticker de prévention, afin d'alerter les parents de tous les albums de musique contenant des paroles jugées offensantes pour véhiculer des idées de suicide, de masturbation, de drogue et de satanisme. Dee a assuré sa plaidoirie éloquente avec roublardise en démolissant chaque accusation avec une verve apprêtée, contrastant avec son accoutrement de rocker débraillé.

Ceci n'est guère étonnant pour ce véritable showman au redoutable charisme de métier, je confirme en connaissance de cause pour avoir assisté à plusieurs de ses shows.

En 2003 Twisted Sister se reforme et remet en scène Snider. Suite au décès du batteur A.J Perro en 2015, le groupe réalise une tournée d'adieu. Fin de l'histoire.

Je n'ai jamais été convaincu par le stéréotype musical de ses autres groupes comme Desperado, Widowmaker, pas plus que par sa carrière solo, par contre pour « For The Love Of Metal » c'est différent parce que l'angle d'attaque n'est plus le même. Dee Snider a fini avec le heavy d'antan, ainsi la granulométrie musicale adopte une approche actuelle qui met en honneur son potentiel vocal. Même si la gageure première est heavy, les différentes injonctions soniques sont incisives et télescopent une modernité d'aplomb. Il y a une vaste gamme de fluidité mélodique et un mood ricain dans cette épaisseur catchy. L'ensemble est appuyé par une variation de styles musicaux permettant la souplesse, et une polyvalence d'action percussive.

L'album respecte l'homme, la légende, lui apporte une légitimité existentielle, d'ailleurs le titre « I am ready » en atteste, tout comme la roublardise américaine joue sur l'ironie avec « Lies are a business ». C'est l'art du contre-pied et peut-être même le maître mot de cet album qui fait passer le démodé Snider vers le 2.0 Metal bad ass ! Car derrière cette conceptualisation et une production massive il y a la malice de Jamey Jasta d'Hatebreed et un featuring conséquent pour assurer les compositions, le chant, avec Mark Morton (Lamb Of God), Alissa White-Gluz (Arch Enemy), Howard Jones (ex-Killswitch Engage), Charlie Bellmore (Kingdom Of Sorrow), Joel Grind et Nick Bellmore (Toxic Holocaust).

« For The Love Of Metal » est un album réalisé par des fans de Twisted qui a le mérite de faire briller l'étoile Dee Snider dans le confis stellaire de l'ère contemporaine, tout en élargissant son aura d'une manière brillante et solennelle, parce qu'il le vaut bien.

Bonne galette !


DEE_SNIDER___For_The_Love_Of_Metal_est_une_bonne_galette.gif


samedi, décembre 1 2018

BOBBY SINGER – Casse


BOBBY_SINGER___Casse.jpg

En trois titres, Olivier qui officie/a officié au sein de Mr Godson will be the last one to survive, Murdhock, Drapeau Noir...a élaboré un projet solo 100% DIY (tout a été joué, enregistré et mixé par ses soins), il se nomme Bobby Singer et ça s’écoute ici.

Il existe des êtres doués d'une magie, capable de transformer ce que l'on a cru comprendre vers quelque chose de diamétralement différent. C'est ce que je me suis dit après l'écoute de Casse.

Je ne suis pas hautain, ni méprisant, mais il m'est pénible, et fort souvent même d'entendre gémir les blessures assassines que le pecnot occidental s'inflige en se flagellant les roustons pour sa croyance à l'amour, à la réussite, au regard de l'autre...Un trait de travers souvent narcissique qui échoit dans un screamo assourdissant de pessimisme candide.

Screamo il y a ici, mais sa vigueur musicale possède une épaisseur requise pour que la mesure pessimiste soit directe et la bourrasque émotionnelle indubitable. C'est à dire qu'il n'y a point de flagellation, il y a cette fulgurance épineuse de tension sonique venant se percuter en éclat. C'est brillant de noirceur multicolore, d'exaltation sensible. Si Bobby pouvait poursuivre sur un album entier je pense qu'il clouerait le bec à Birds In Row sans problème. Parce que Bobby Singer est un oiseau libre !


lundi, octobre 29 2018

2 SISTERS – Run Baby Run


2_sisters.jpg

T'as déjà bu du morito à paname ?

Nan j'suis encore au pernod, mon coco.


De nos jours l'adolescent décroche dès l'introduction, mais toi, j'sais pas...Je sens que t'as la persévérance curieuse de connaître la fin de cette chronique.


Le rade avait cette ambiance propre au roman de gare à forain et au sous-bois pour cacher un cadavre. Le gazier est arrivé avec dans les cages à miel le dernier E.P d'un groupe qui joue avec la braguette ouverte, et ce style de rock hirsute et salement sauvage que les aïeux avec des rouflaquettes se remémorent avec le grain vocal d'une gitane maïs dans le trémolo nostalgique.

Jeannot lui a gueulé dessus pour savoir ce qu'il prenait. Le gamin a pris un picon bière, ouaie à l'ancienne mon vieux. Puis quand Jeannot est descendu dans sa cave pour siroter en loucedé son ptit blanc, ben il en a profité pour l'enfermer dans sa turne et bazarder la crème sonique dans tout le troquet en trafiquant l'internet j'sais pas quoi. On s'est regardé avec nos regard vitreux et l'haleine de poneys qui nous caractérise en reconnaissant que cette musique animale allait nous posséder.

Il nous a juste dit que cela s’appelait 2 Sisters puis il s’est barré. On raconte qu'il a fait la même chose dans tout Paris. J'sais pas si t'as déjà entendu le bordel que fout le vrombissement d'un B52 en train de vibrer dans une culotte de fille, mais la pouliche elle remue sans cesse du croupion et couine comme pas deux. Les nanas dans le bistrot elles rugissaient avec le diable au corps. Nous on en est resté le cul par terre. J'avais pas entendu ce genre de rock garage depuis que mon cousin René a foutu sa bécane contre un châtaignier au bord de la D66.

Un rock réfractaire, ça susurre pas, ça suture. C'est jouissif immédiatement et irrépressiblement teigneux, ça fout des Cramps dans tout le corps électrique, c’est aussi sec qu'un Iggy pop fumé. T'as l’œil du tigre du Bengale après, tu sens que ton sang arrive à la verge. Il y a un côté frénétique, totalement wild, ébouriffé de partout.

Pffffffffffiou ben mon vieux avec ce raffut les rombières de la catéchèse d'en face elles ont ouvert leur volet pour nous aboyer de baisser le boxon comme si on était dans un bar à tapas à Argeles sur mer.

On a écouté la bande son des enfers en boucle en bramant des onomatopées comme des loups/louves déguisé.es dans une porcherie. On s'est gavé le larynx directement dans le bec de la tireuse à mousse jusqu'à ce que les condés rappliquent. Le sol était aussi gras que les enceintes. Play It Loud !

On s'en souviendra de 2 Sisters, c'est certain. Il se figure que ces quatre fantastiques allongent leurs kick sonique jusqu'à ce que tes tripes dégueulent de ton estomac en concert.

Hey, tu crois qu'il en joue en spandex au moins ?

Ta gueule et dégustes dugland. Ça défouraille la bestialité primitive de tout leur EP et démo ici : 2 Sisters Bancamp.

Pis tu mates là sans oublier le Sopalin® : 2 Sisters Vimeo.

Se frotter à leur zique c'est piquant mais éteindre le brasier sonore de 2 Sisters c'est chaud, faut du coffre et une gorge profonde mecton !


2_sisters_2.gif


mercredi, octobre 24 2018

GHOST – Prequelle


GHOST___Prequelle.jpg

Il y a deux possibilités de réaction suite à cet opus dei. Soit c'est de la diarrhée épiscopale religieusement mise en boite pour un conte à dormir debout. Soit c’est un album génial tant la valeur canonique marquera l’histoire du hard rock pour au moins trois ans.

Ghost est un groupe de pop qui fait du rock FM avec un sens commercial de sa théâtralité anti-cléricale, et dont la nouveauté réside dans le fait que dans chaque album il y a un nouveau prélat. Oui, un soit disant représentant de Lucifer sur Terre dont les baptisés reçoivent les sacrements soniques. Fort d’un enthousiasme pour sa formule trippante qui connaît un succès relatif dans notre société du spectacle, le sus nommé Papa Emeritus I, II, et III (attention à celui qui dit zéro après ce 1, 2, et 3) agit comme un Borgia, c'est à dire que sa paternité spirituelle en arrive au point que son orchestre de Nameless Ghouls précédent s'est retiré en crachant dans le bénitier. Le pontife a engagé d’autres musiciens et the show must go on...Tu connais l’histoire de KISS ? C’est pareil, tu changes le gars et remet le même maquillage pour son remplaçant et le spectacle continue.

Dans notre époque de mégalomanie Ghost représente entièrement le règne contemporain. Ainsi le Cardinal Copia dicte, dirige, érige son couronnement, dans lequel Ghost devenu un groupe de music-hall, et son Prequelle en est en quelque sorte sa comédie musicale. C'est une sorte de satire de la peste noire, de plus l'album est grand public avec une relation sacramentelle, et les textes sont sains/saints. Le groupe est tellement hype que même Paris Match en a fait un article.


En guise d’introduction nous avons une comptine maléfique chantée par des enfants, rappelant celle de Freddy Krueger et autres croque-mitaines des 80's. Ce n’est pas anodin puisque ce disque peut se concevoir comme un conte horrifique. Est ce que pour autant la soupe à la grimace a rempli le bénitier de la fortune ? Non, car au risque de se réinventer tout en gardant le fer de ses origines, la formule papale ne tourne pas en rond. Autour du délire horrifique 80's le groupe étire le délire jusqu’au ‘’rien n'est plus cool que le ringard’’. Ghost utilise à bon escient plusieurs ingrédients de la pop culture et du hard rock afin de confectionner une bouillasse progressiste en une boule à facette pour Belzébuth, et pour une adoration envers la sous-culture tout à la fois. Le mélange peut paraître indigeste, tentant, sidérant, fun, opportuniste, complaisant...

Les variations paraissent pourtant infimes car super intégrées à l’ensemble de l’œuvre, que l’on peut voir comme un concept album dans la conceptualisation de tout mettre en scène. Un morceau peut très bien intégrer du hard FM des années 80 et du hard rock progressif avec de la chantilly Queenienne. Ce rock est englouti par une orchestration poussée par la pop, car le pontife de Ghost a popifié sa musique (the pope + pop = popifié), c'est Supertramp/Abba/Scorpions/ Europe tout à la fois. Pourtant on ne ressent pas d’indigestion, du moins les premiers temps, je n’ai à l’heure actuelle pas le recul nécessaire sur cet album.

Par exemple, si tu as commencé par écouter du hard rock puis que tu es passé.e par les autres styles plus violents par la suite, alors tu comprends cet album car tu as les codes adéquats, le mûrissement culturel. Tu as chéri ce style dans les années où tu passais pour un tocard, depuis tu as acquis le fait que tu es un tocard de hardos. Donc « Prequelle » est une sorte de revanche, puisque Ghost est à la mode. Apprécier cet opus, c'est admettre un aveu de faiblesse pour tout un genre ringard, que ce soit graphique, musical. C'est se soumettre à la ringardise d'un groupe, d'un Pape pour en couronner le genre. C'est se faire flageller et aimer cela.

Cet album est une peste noire, un péché véniel, et tu as le droit d'être choqué.e/outré.e par un tel disque de Shöck- Røck !


GHOST___Prequelle_1.gif

Dans la sonorité on est dans le datée remit au goût du jour avec la palette sonore contemporaine où l'on recycle, mélange les effluves des sous-style d’un style et d’une époque en particulier. Le son digitalisé à la Daft Punk s’intègre au son de synthétiseur synthpop et dans cette épaisseur propre au groupe My Grain. Il y a du piano et même du saxophone, on a droit à tous les clichés, et ça fonctionne plein tube, d’ailleurs il en sera question de tube, c’est catchy, millimétré pour faire un carton. Le délire de Ghost a plu avec « Meliora », désormais c’est l’age d’or du groupe, le cardinal a eu la main libre créative pour confectionner un album entier d’envoûtement au lieu de fournir un à deux titres excellents et expédier le reste en remplissage. Il y a des instrumentations dignes d'une bande originale de film d'aventure. « Prequelle » a l'affront indiscutable du Blockbuster tout en puissance et d'une vieille bobine culte toute droit sortie d'un magasin de VHS des 80's. Cette caricature du spectacle est hilarante, distrayante, et à la fois si prenante que l'on prend effet et cause à cette confrérie qui remet la notion de péché au goût du jour. Le groupe a étudié le shock rock d’Alice Cooper, Death SS, Kiss et King Diamond, visionné du ciné bis d’hémoglobine et lu des vieux bouquins de ‘’Sueurs froides’’ au roman Gore. Est-ce de l'art ou du cochon ? Dans ce projet de société du spectacle, la voie satanique joue sur l’ambiguïté de prendre les codes ecclésiastiques pour les transposer avec piété aux forces du mal.

Je vous soumets une liste d'inspiration potentielle pour cet album : «The Elder » Kiss, « Bat Out of Hell » Meat Lof , « Nazareth » Nazareth, « Sheer heart attack » Queen, « Lovedrive » Scorpions, « Melissa » Mercyful Fate, « Cultösaurus Erectus » Blue Öyster Cult, « Breakfast in america » Supertramp, « Escape from New York » John Carpenter, «Actually» Pet Shop Boys (rebaptisé Pitchou Boys dans le sud), que l'on retrouve dans les bonus covers de l'album avec ‘’It's A Sin’’ qui est horrible, l’impression d’être interprété par un orchestre de bal de village (et dans un canton très reculé de la civilisation), il y a ‘’Avalanche’’ de Leonard Cohen aussi en cover.

J'ai tout le temps la sensation tenace de me faire avoir avec ce groupe, comme si chaque disque était naïf et faisait revivre l'illusion de l'enfance à écouter du hard rock.


GHOST___Prequelle_3.gif

Ah oui il y a aussi une autre facette pour ce groupe, car il y a plusieurs sortes de croyances pour le bénéfice de Ghost. La première à Lucifer qui ouvre vers la lumière en opposition avec la défiance obscure et cynique de l’église chrétienne...!!! Ahhhhh pitin, rien que de l’écrire j’en pleure de rire, quant à toi tu peux te faire pipi dessus, si, si, je t’y autorise.

La seconde c’est de croire à l’ensemble de leur délire, qu’il soit musical, conceptuel ou théâtral.

Pour le prochain E.P de covers, je conseille à Ghost de réaliser uniquement des duos. Avec :

King Diamond pour ‘’Dear God’’ d’XTC.

Alice Cooper pour ‘’Hallelujah’’ de Leonard Cohen avec une version musicale entre Ace Of Base et Blue Oster Cult.

Batushka pour ‘‘Devil Child’’ de Judas Priest.

Stryper pour ‘’Losing My Religion’’ de R.E.M.

Lady Gaga pour ‘’Superstition’’ de Stevie Wonder dans une version entre Abba et Mercyful Fate.

Joey Tempest du groupe Europe pour ‘’Devil Inside’’ d’INXS.

Sivert Høyem (ex-Madrugada) pour ‘’Sympathy For The Devil’’ des Rolling Stone mais dans une version acoustique.

Monseigneur Barbarin pour « Prendre un enfant par la main » d'Yves Duteil.

Une partie de la vente de cet E.P irait de manière charitable vers la construction d’une église à Lucifer, hé forcément. Ainsi lors de la tournée prochaine du groupe il y aurait une date unique pour un concert caritatif, style Live Aid, etc…

Ce n’est pas con du tout ce que je raconte heil Satan ? Bon et le plus important : Ne vous fiez jamais aux apparences...


GHOST___Prequelle_2.gif


dimanche, septembre 16 2018

ITW Opium du Peuple


ITW_Opium_du_Peuple.gif

C'est assez saugrenu de faire une ITW où d'emblée on ne sait si ce sera conceptuel, abstrait ou salement punk ? ODP est une communauté de garnement découvrant l'alternative du théâtre de rue, l'ironie du punk, et la masturbation.

Toujours incompris jamais parodié, Opium du Peuple est une véritable exception culturelle. Réalisée pendant l'Xtremefest 2018 dans les conditions du direct d'un interville entre Carcassonne et Béziers, cette ITW permet d'entendre avec le plaisir outrancier d'un chat qui ronronne, les explications du tournage de leur premier film et de la conception du dernier opus d'ODP.

Il est évident que je vous conseille le visionnage de leur film 7 salopards visible gratuitement, ne vous faîtes pas chier à l'acheter, où alors par un pur esprit de charité chrétienne, puisque le groupe pète dans la soie et se torche avec des dollars du Turkménistan. Je suppute qu'il ne restera pas éternellement gratos et que si vous l'idée saugrenue vous venez d'adopter une démarche conciliable avec le groupe en guise de soutien, vous opterez pour un achat qui permettra au moins de changer la litière des Opiumettes.

Mais attention vous devez le regarder dans une tenue conforme à l'esprit de Opium Du Peuple, et ceci est impératif pour apprécier l'arôme qualitatif de l'objet cinéphile en question.

Pour l'accoutrement rudimentaire souhaité et qui respecte au cordeau les 50 règles d'or du relooking :

- Pour couvre-chef : Un bob de compétition anisé.

- En guise d'apparat : Un marcel de couleur blanche.

- Pour cacher ce sexe que je ne saurais voir : Un slip panthère.

- Afin d'éviter un rhube karabiné: Des chaussettes blanches et donc assorties au marcel (merci Christina)

Pour finir par la chausse, deux options s'offrent à vous:

- Si vous êtes tissu : des espadrilles, attention la couleur noire n'est possible uniquement si il s'agit d'un polar. Dans le cas présent un rose ou un mauve sera raccord.

- Si vous êtes davantage attiré.es par la matière plastoc : Des méduses brillantes, des tongs à paillettes, voire des crocs scintillantes (chaussures mulets).


Pour la ripaille avec des mets de qualités selon la cuisine des mousquetaires :


ITW_Opium_du_Peuple_5.gif

Le repas sera lourd et gras, essentiellement à base de cochonnaille et de friture.

Si vous êtes végétarien/lien.ne : Des tomates, des oignons, des graines de courges et des aubergines cuites dans 200cl d'huile d'olive et 3 litres d'huile de sésame se prêteront volontiers au grand raout culinaire, ne pas oublier de saucer toute l'huile avec un pain de campagne.

- Un cubi de vin de table Gaillacois, rouge ou rosé selon votre convenance. Si vous êtes sXe, un jus de raisin bio AOC Gaillacois fera l'affaire.

Le dessert sera un gâteau dont on se passe de toute délicatesse gustative, et avec lequel on retrouve toute la traduction du sud-ouest dans son appellation de bourre-couillon.



Réalisation : Cédric "Undergang" Gleyal / URIPROD

Scénario et dialogues : Opium du peuple et Cédric Gleyal.

Attention : Les décors ne sont pas de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell, on n'est pas au théÂtreeuuuu ce soir.


Projet annexe de membre de ODP divers et varié, quoique un tantinet différent, voire même dissonant quand l'envie d'échappatoire se fait fort et bruyant.

TA GUEULE : C'est le véritable nom du groupe, aucune insulte de ma part je tenais à le notifier.

DENIGRE : Le dernier en date, tout aussi tapageur que son cousin Ta Gueule, avec une variante de noirceur plus épaisse.

LES IDIOTS : Il n'est point utile d'en signaler davantage, rien que le nom porte en lui toute la lumière, ah si, c'est un duo.


ITW_Opium_du_Peuple_1.gif


mercredi, septembre 5 2018

NOTHING MORE - Game Of Truth


NOTHING_MORE_-_Game_Of_Truth.jpg

Très heureux de retrouver ce trio, qui plus est avec un album de cette trempe, jouissant sans détour d’un punk hardcore crépitant de saveur mélodique émotionnelle, intense.  

Nothing More c’est une saveur de trente âge, une qualité de maturation qui permet de créer des titres où le fond et la forme se joignent en osmose. Je pense que cet opus est le fruit intense d’une lente création, qu’il récompense les graines semées depuis l’éclosion du groupe, à cet effet on savait leurs racines profondes, on en connaissait la saveur, il est temps d’en récolter le fruit juteux au goût inimitable avec cet album.


Dès le premier titre on rentre dans un mood plein de confiance, on se sait chez soi. Il y a de l’épaisseur, le cuir est dur, la peau est tannée, le vernis est craquelée. Nothing More accueille avec le recul de son expérience musicale vers ce sentiment de toucher au plus près de ses intentions, de ses convictions. Ces nouveaux titres en disséminent le contraste à travers une vaste gamme de breaks rythmiques, de riffs aiguisés/catchy/rondement coOol, et une perpétuelle vague émotionnelle dont le chant en bouleverse la portée. D’ailleurs dans le son, dans la composition structurelle, on entend des accointances power rock de Bob Mould jusqu’au Moz.

Il y a dans cet opus un arôme bien particulier, faisant ressurgir une qualité ancienne, un sens bien appointé du contraste, apportant du caractère, sans jamais être acariâtre, déjouant tous les atours simplistes tout en restant facile. Il y a une évidence à désobéir au code de la superficialité, à être léger et subtil à la fois, à être pur, distinct, toujours mordant, avec un côté extraordinairement modeste et indivisible. Nothing More a atteint cette exigence qui fait de la simplicité une expression qui mène à l’extase.  

De plus on peut parler de concept album, puisque il y a un sujet principal qui tourne dans notre ère de réalité virtuelle et de faux-semblant, vers le désir subliminal. Ce disque est une aventure à vivre, une métaphore tout à la fois du programme Tron désinhibé à l'intérieur de la matrice, du système d'exploitation OS1 comme dans le film Her, une projection de désir pour remplir le temps de cerveau disponible vers une addiction carcérale.

Nothing More défait le lit de l'ironie à la sauce punk pour cela, à partir de quoi on sait que ce disque est plus qu'un disque.

L'artwork dessiné est tout aussi fabuleux à l'intérieur, très épuré pourtant, et que dire de la pochette avec ce penseur de Rodin effondré, attaché par des félins que des mains maléfiques manipulent à sa guise, et le logo du groupe en fond, c'est assez explicite.

"Le plus redoutable des ennemis est l'ennemi qu'on ne voit pas." Jon Snow (Game Of Thrones)

C’est mon meilleur album de la rentrée, et surtout de toutes les prochaines rentrées, je sais qu’avec lui c’est un nouveau départ et un grain de mélancolie tout à la fois, similaire dans son affect au mois de Septembre.

Vous trouverez cette pépite très chaude chez : Chanmax records


NOTHING_MORE_-_Game_Of_Truth_1.gif


lundi, août 13 2018

THE CAVEMEN - Nuke Earth


THE_CAVEMEN_-_Nuke_Earth.jpg

Des gifles de basse, un chant éructant le vice par tous les pores, des giclées de riffs et puis une grosse claque de rythmique derrière les fesses, voilà, on s'attache vite à ce disque qui fait mal là où cela fait du bien.

Le groupe punk néo-zélandais The Cavemen est de retour et "prêt à boire, à se battre, à baiser pour jouer un putain de rock'n'roll", « Nuke Earth » est leur troisième album. Juste avant il y avait eu la réédition de leur premier album de 2015, sorti en janvier.

‘’Nuke Earth’’ capture le feu brut d'un groupe de punk démontrant une progression avec une écriture primitive. Des accords puissants de Hi Energy graisseux sur un chant déchirant de frénésie, l’ensemble étant soutenu avec un son très nostalgique provenant d’un local à refoulement, ou comme dans un concert au Sunset Strip dans les années 1970, avant qu'il ne prenne un tournant pour le glam rock des 80's.

Le casting musical est comme le son, tout aussi crasseux qu’un mix de The Germs, The Sex Pistols et Circle Jerks, voire Elvis et Chuck Berry mâchant une barre de dynamite outrageusement explosive avec MotörFuckin’head. C’est une débauche de sauvagerie d’hydrocarbure, de malt et de sécrétions vaginales.

Leur garage punk est chaotique, énergique, salement groOovy, menant la danse avec une déchéance rawk’n’roll.

‘’Nuke Earth’’ est un disque qui rejette, ou plutôt embrase tout ce qui est attendu dans le punk afin de faire frétiller le son original/originel s'inscrivant parfaitement dans la clandestinité underground de l'ère dorée du punk, tout en sonnant incroyablement unique dans la modernité d'aujourd'hui, puisqu’il apparaît comme un retour aux fondamentaux.

Avec ces hommes des cavernes, Peterpan Speedrock est un noctambule devenu adulte, qui renifle sous les jupes des filles dans une grotte transformée en turne malfamée, et où l’on torche le rock’n’roll entre deux silex pour trouver la lumière du jour.

YEAH !


the_cavemen.gif


- page 1 de 4