WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, juillet 24 2021

Nick Cave & Warren Ellis – Carnage


Nick_Cave___Warren_Ellis___Carnage.jpg

Depuis toujours les hommes défont les nœuds de leur existence par le biais de la création. Ils ressortent de leur antre intime la beauté pure et brute de leurs états d’âmes.

Quand les larmes ruissellent à la source de nos afflictions avec un cœur lourd, parfois il advient impossible de sortir de ce cocoon de nostalgie, regret, chagrin, colère, amour, frustration, dépendance, etc… La transformation d’une lutte s’engendrer à partir d’une œuvre, « Carnage » découle de ce postulat.

Les comparses se connaissent depuis 1993 où Ellis a rejoint le groupe de Nick Cave & The Bad Seeds. Déjà réputé pour leur bande originale de film tel que « L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford » du réalisateur Andrew Dominik, « The proposition » ou encore « La route » de John Hillcoat, ainsi que la musique de productions théâtrales et sur l’édition audio du roman de Cave sorti en 2009, « The death of Bunny Munro ». Ils se retrouvent dans ce spleen, autour de 40 mn de songwriting dépouillé, offrant la dualité d’un rock aussi lunaire que funèbre, et qui apporte et transporte sa part de clarté, de salut et d’espérance.

Un minimalisme musical accentué par la présence d’un violon, flûte alto, guitare ténor, piano, harmonium, boîte à rythmes et le chant du crooner rock de Nick Cave, toujours aussi ténébreux.   Enregistrés en quelques semaines au studio londonien Soundtree, cet album suit les empreintes de l’album « Ghosteen » de Nick Cave & The Bad Seeds, et « Idiot Prayer: Nick Cave Alone at Alexandra Palace » quand  l’Australien avait été contraint d’annuler sa tournée mondiale avec les Bad Seeds, Il revisita alors son répertoire seul au piano dont est issu un film de concert et un album live. Il a été diffusé mondialement aux détenteurs de billets en ligne le 23 juillet 2020.   Pour « Carnage » les deux patriarches arrivent à sublimer la lourdeur de l’existence avec la profondeur d’une beauté légère. Leur sourire est conçu à partir des plumes d’un rock ailé. Ils prônent la révolte et la tendresse sans jamais renoncer à rêver, à désirer le monde, le futur, tout en créant. L’époque me semble prise dans une teneur où l’élévation essaye de prendre son envol, alors que les vieux réflexes du passé retiennent tout de leur racine féodale. Ces dernières années on a pu constater une part non négligeable d’apport atmosphérique dans la musique, j’y vois une nature féconde pour l’éther, le mystère, la spiritualité, et le spleen.

Nick cave et Ellis avec cet opus ramène au poème « Élévation » de Charles Baudelaire :     Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,

Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,

Par-delà le soleil, par-delà les éthers,

Par-delà les confins des sphères étoilées ;   Mon esprit, tu te meus avec agilité,

Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,

Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde

Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides,

Va te purifier dans l'air supérieur,

Et bois, comme une pure et divine liqueur,

Le feu clair qui remplit les espaces limpides.   Derrière les ennuis et les vastes chagrins

Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,

Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse

S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;     Celui dont les pensées, comme des alouettes,

Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort

Le langage des fleurs et des choses muettes !


   

jeudi, juillet 22 2021

ICE NINE KILLS - Hip To Be Scared


ICE NINE KILLS ou INK en abrégé est un groupe de metalcore américain, originaire de Boston, dans le Massachusetts, formé en 2002.

Leur discographie est étoffée de 5 albums 2006 : Last Chance to Make Amends, 2010 : Safe Is Just a Shadow, 2014 : The Predator Becomes the Prey, 2015 : Every Trick in the Book, 2018 : The Silver Scream ; et de 3 EP 2007 : The Burning, 2009 : 2 Song Acoustic, 2013 : Predator.

Leur nouveau single extrait du prochain album à venir "Hip To Be Scared" bénéficie de l'apport de Jacoby Shaddix de PAPA ROACH. La vidéo est un hommage au roman de Bret Easton Ellis American Psycho centré sur le banquier d'investissement psychotique, Patrick Bateman.




mercredi, juillet 21 2021

Classless Act - Give It To Me


Sur le sunset Caliornien, les Motley glam du Crüe Classless Act injectent du mascara avec leur nouveau titre « Give It To Me » remplit de saveurs rock'n'rollienes des New York Dolls à Kiss, des Guns&Roses à Def Leppard.




mardi, juillet 20 2021

GOD'S HATE - God's Hate


GOD__S_HATE_-_God__s_Hate.jpg

Après le très convaincant « Divine Injustice » en 2014, E.P 5 titres provenant des bas-fonds Californien et « Mass Murder » en 2018 comme premier long format, 2021 pointe la nouvelle déflagration des costauds de God's Hate, pour du metAl HxC, avec Colin Young l'organe vocal du groupe Twitching Tongues.

Le hardcore est une disciple qui étouffe tout ce que l’on retient afin de l’expectorer avec la toute-puissance du souffle qui revient à la Vie. Le groupe en expectore la vitalité avec une lourdeur sonique, une rage alanguie par un groove omniprésent. God's Hate propose pour son album éponyme d'être face à la réalité d'un monde comme un sachet insoluble dans un univers effervescent. L'opus est cataclysmique, transpercé de breakdown, de fureur endiablée, il tire à bout portant, et sa déflagration sonique possède la puissance d'un puncher. C'est comme si Alice In Chains se faisait maraver la tronche par Prong, soigné par Only Living Witness pour être enterré par Type O Negative.


GOD__S_HATE_-_God__s_Hate.gif


lundi, juillet 19 2021

Yours Truly - Walk Over My Grave


Les australiens Yours Truly toujours aussi catchy, viennent de sortir leur nouveau single spectral "Walk Over My Grave" qui narre l'idée d'une personne qui vous hante après qu'elle ait physiquement quitté votre vie, et la question de savoir si vous la hantez aussi.

La chanteuse de Yours Truly, Mikaila Delgado, explique comment le titre du morceau découle d'un commentaire fait par quelqu'un qui a brusquement quitté son monde qui la suivait : "Je frissonne beaucoup, et quand je frissonnais, cette personne disait "quelqu'un doit marcher sur votre tombe", et c'était juste une pensée qui me revenait sans cesse après que nous n'étions plus proches. J'ai frissonné un jour alors que je conduisais et je me souviens de m'être arrêté et d'écrire des paroles."


//html <iframe width="500" height="350" src="https://www.youtube.com/embed/7IZEVp7Htz0" title="YouTube video player" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe> ///


- page 1 de 73