WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, mai 26 2019

HEAVY HEART – Love Against Capture


HEAVY_HEART_-_love_against_capture.jpg

Faut il avoir un cœur d’artichaut pour apprécier Heavy Heart ?

Je ne sais pas. Chacun est différent, ce que je vois et que tout le monde peut voir sera perçu/vécu différemment.

Pourtant il me semble impératif de ne pas nuancer cet apport essentiel que l'on ressent fortement à l'écoute de cet album. Puisque les (nos) choses enfouies tremblent à l'intérieur en une résonance subtile et profonde.

C'est une harmonie de couleur douce, une chaleur mélancolique, une grenadine sur le cœur, c'est certain. Mais comment ces quatre jeunes hommes ont réussit à varier ces variations émotives en une musique fiévreuse, intense ? Qu'importe comment tu nommes, pop punk, punk rock, emo, là n'est pas l'importance, puisque c'est une explosion de caramel. Dur et tendre.

Introspection, ferveur, intensité, tout est harmonie autour de mélodies parfaites, c'est troublant de lésions et de fissures, la lumière y pénètre, elle s'imprègne mélancolique et revient virevolter, légère, insoumise. Il n'y a rien de trop, tout est mesuré avec fluidité, simplicité, sa teneur est bouleversante car d'une netteté naturelle.

Le monde manque de joie, de douceur, de sensations, « Love Against Capture » en exsude la joliesse mélodique, vaporisant une harmonie capiteuse, en sécrète la magie par une pureté impétueuse.

Heavy Heart est un coup d'éclair sonique, il fait vibrer longtemps à l'intérieur, tout ressort débordant de vie, et relie à l'essentiel.


heavy_heart.gif

mercredi, mai 22 2019

SWEET & ROUGH


Marcher dans la nature m'apporte plus de satiété que l'ivresse d'achats impulsifs pour combler un vide dans une ville.

Se promener c'est végéter sa contemplation avec dynamisme. Flâner c'est vivre avec tendresse pour y cueillir des traits d'esprits.

Tout est une question de lumière et d'énergie.


lumiere_foret.gif

Je ne sais pas pourquoi on s'éloigne de sa véritable nature d'ailleurs ? Quel sens cela a-t-il, si ce n'est de se retrouver un beau jour fasse à soi-même et de se sourire pour s'avouer consterné.e « ah ! enfin de retour, merde, mais qu'est ce qui t'as pris ? »

L'association La Lune Derrière Les Granges s'est associée avec Les Cabrols-Ecovivial pour une soirée électronique à l'éclectisme musical. Intitulé Full MooN ExospheriC Party cela signifiait qu'à 23:11:36 soit on se changeait en loup-garou, soit on allait fusionner avec la nuit opaline l’apparence d’un charme spirituel.

Si tu habites une grande agglomération par choix de vie, tu ne vas rien comprendre à la fantaisie de verdure qui anime les Cabrols. La nature est bien faite, elle est sauvage et reconnaissante avec eux, là-bas ils.elles connaissent le goût de la terre, l'humain est un terreau, l'arbre un complice. Ils.elles butinent à l'absolu en étant dépouillé.es de cynisme. Sachant que chacun et tout constitue un élément de la nature, ils.elles ont la main verte et les yeux dans les étoiles filantes.

Ce n'est guère étonnant que La Lune Derrière Les Granges vient y dévoiler l'écueil musical. Tant il y a une corrélation de filiations entre les deux.

Cette soirée était très spéciale, comme si nous appartenions à une société secrète, où la liaison holistique était à son point culminant. Par Holistique j’entends à considérer les phénomènes d'un être ou d'ensemble comme faisant partie de la totalité dans laquelle ils s’inscrivent, comme but à atteindre.



Chacun évolue avec l'empreinte musicale qu'il a entendu. C'est comme une marque indélébile. Le.la passionné.e va pêcher autour de l’inattendu avec espérance rien que pour percevoir au loin la magie fortuite d'une nouvelle rencontre musicale. Au diable les coïncidences, elles n'existent pas, car rien n'est dû au hasard.

On reflète comme une luciole dès que le cœur s'emballe à travers les filaments précieux que la musique a tout fait vibrer à l'intérieur de soi. On connaît cette accélération que la vie témoigne quand les papillons électriques s'agitent dans le bas-ventre. Ce genre de commotion émotionnelle qui ne fait que grandir, qu’agrandir l'épaisseur molletonnée de nos secrets sensibles. Cet instant éternel a même ponctué ton existence. Cette incandescence est un instant magique, et si l'on tente toujours de revenir à cette seconde d'éternité, c’est parce que l’on respire l'air qu'une chanson a déposé par fragrance sur notre cœur. On en ressent la flamme, et jamais elle ne vacille. Après on fait appel à l'imagination, à la mélancolie afin de toujours sublimer l’intensité de cette lumière éphémère. C'est aussi beau que tragique.


beaute_tragique.gif

Est-ce que l'on arrive pour autant à voir à l'intérieur d'une personne à travers ses goûts musicaux ?

Si une personne vient vers toi pour partager un instant musical en particulier pour elle, c'est une fenêtre dans une dimension parallèle qui s'ouvre. C'est une brèche à travers deux personnes qui s'illuminent. Il ne faut jamais prendre cela à la légère, car au plus profond de soi il y a la traduction fondamentale de nos émotions, de nos sensations les plus pures. On est percé à vif, à nu, ne compte pas tricher, ni reculer, il te faudra te résoudre à l'évidence. Pour un mélomane c'est la traduction parfaite entre deux âmes sœurs.

Connaître une personne à travers ses goûts musicaux, c'est la virginité d'une empreinte dans la neige fraîche. Ce qui nous attire dans une chanson, un album, un groupe, c'est une infinité de choses intimes, mises bout à bout c'est le dessein de notre rayonnement sur terre et dans l'infinie. Parfois on aime un disque en silence, comme un secret. Le charme est omniprésent, sa magie enchanteresse. Puis on partage avec une personne ce secret d'alcôve (en fait on partage avec un être dans sa totalité = holistique) et c'est un fracas de douceur.

Dans ces secondes d'hésitations palpables et de révélation gracieuse, il y a cette incertitude de lâcheté dont on ne sait si c'est un venin que l'on a idéalisé et qui se retourne comme une gifle par la peur que l'autre n'apprécie avec la même intensité, où le bonheur de vivre et d'être compris, accepté, aimé à travers l’œuvre. Cet amour est une sorte de rêve à deux, une constitution l'un à l'autre du monde entier.

Il existe des liens qui unissent les êtres et les dépassent, et la musique en permet la reposante intimité affective, la recherche d’absolue.


tumblr_p9z7o49fXw1rpuw07o1_400.gif

Des milliards de particules flottent dans l'inconnu, comme tout un chacun. On nage dans l'immensité à tâtons, nous naissons à chaque seconde de notre existence et l'on se cache de cette vérité en échafaudant toute une dramaturgie imaginative dans l'espoir de combler les vides.

L'homme ne croit que ce qu'il voit, les femmes ressentent.

On veut voir, sentir et vibrer à l'unisson de tous nos sens, être est un besoin intense de percevoir et de reconnaître. L'émotion est quelque chose d'aussi fugace que passionnel, on ne résiste pas à cette envie insatiable de flotter au diapason de notre destinée.

« On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. »

Cette phrase du Petit Prince de St Exupéry fait indéniablement partie de mon être tout entier, j'y puise une acuité fusionnelle avec tous les messages, les signes, les énergies autour de moi. J'ai fui l'esprit cartésien pour ressentir.

Retrouver ma vraie nature, ma musique intérieure, sentir la brillance solaire de ma flamme jumelle avec le calme de l'océan.


ocean.gif

La musique électronique a joué à l'émergente apparition d'images subliminales et de sonorités faites pour onduler en nous, et pour que nous ayons la grâce d'en donner au corps la pleine libération. Faire danse avec soi s'est faire corps avec son être. La musique électronique est faite de chorégraphie rêveuse, une sorte de nuages ​​de souffle formés en mots rythmiques et en mélodies accrocheuses.

On rêve de beauté sonore, on songe afin de s'abandonner à ce sens sacré. On plonge avec délice et on respire sous l'eau lunaire en apnée. Le programme de la soirée était sélénite, on savait que l'on allait être bouleversé.es par les émanations fluides du trio Öly, traversé.es par les arcs en ciel ténébreux et explosifs de Bruit, et que nous allions prolonger dans la magie blanche de la pleine Lune squameuse avec l'évanescence d'une belle soirée en perspective…Elle était unique et bien au-delà, si l’on actait sa présence à l’instant présent.


brume.gif


********************************************************************

La définition d'Endorphine = Substance produite par certaines cellules du système nerveux central et ayant des propriétés analgésiques semblables à celles de la morphine.

Endorphine, c'était le premier à s'offrir sur la scène, avec comme explication dixit La Lune Derrière Les Granges :  Un set en cours de préparation qui verra l'intense lumière de la lune pour la première fois à l'occasion de notre FulL MooN.

Un set en cours de préparation c'est ce que j'ai entendu. Il y a certainement un truc derrière cette musique ambiant, mais je ne suis pas rentré dans leur trip. Cela a manqué de gestation, d’intuition, on a effleuré les sens, je pense que le duo ne s'est pas accompli, le temps à de la saveur, ce n'est donc qu'une question de pratique pour aboutir à sa propre réalisation. Patience…


********************************************************************

Le trip hop a eu sa séquence à l'orée des 90's jusqu'en 2000's. Grandiloquente musicalité électronique, parfait mariage de raison entre les longs travellings d'ambiant, hip hop et house/dub, une pointe de rock, de funk, de soul, et un soupçon de jazz. Quand tu disais que tu écoutais ce style de musique cela faisait classe, parce que les couleurs y étaient élégantes, précieuses, souvent oniriques, et surtout elles mettaient en relation fille et garçon. Le rythme downtempo permettait de se laisser imprégner, le chant était capiteux.


oly.gif

Une fille du soleil est venue à moi pour me faire découvrir Öly et me découvrir.

« La créature à trois têtes vous emportera au cœur d’une expérience pure et immersive. »

Cette phrase énigmatique du groupe annonce en soi une vérité cristalline. Öly se définit pratiquant une pop trip hop, sensuelle et puissante à la fois, forte d'un potentiel émotionnel. Ce que l'on sent immédiatement à travers le trio c'est leur connexion issue d'une même vibration. Chacun possède sa singularité et est complémentaire des autres. Le charme est là. Il se diffuse dans sa complexité et totalité holistique, met à jour les reliefs, à nu l'émotion, ajoure les perspectives de chaque individualité musicale.

Je retrouve la migration ancienne du trip hop avec cet éclectisme, parfait dénominateur commun pour t'amener vers des images d'envie de bleu nuit et de rayon de soleil opaque.


Une_goutte_de_beaute_sonique_pour_un_ocean_de_tendresse_musicale.gif

On fait souvent référence à une notion de rock pour le trip hop, dans ce cas précis il y a une veine pop qui l'éloigne du rock, et la rapproche du hip hop.

Le chant chaud et profond de Laura poétise comme une Beth Orton soul dans un monde imaginaire, fort et fragile à la fois. Laura possède une solide base vocale, elle est franco-britannique et une aisance à manier l'anglais. Il y a beaucoup de complicité entre eux sur scène, cette vibration se lie avec sincérité, pureté et simplicité.

Öly ne va pas dans l'obscurité, dans le dub de Massive Attack, il est aérien, avec des harmoniques soul/hip hop/jazzy et un groove inhérent à ce que tous les apports vocaux et rythmiques beatbox de Robin (ex-batteur dans B.r.e.f, groupe déjanté de rock jazz metal) apportent cette mixité hip hop World (Bumcello). Thomas au violoncelle en contamine l'empreinte par une élégante moiteur lyrique.

La mélodie est apportée par chacun tout autant que la rythmique, ce qui signifie que sur une même chanson chacun est une intonation à la ponctuation musicale, est aussi le frissonnement, la convulsion qui créer le mouvement, et c’est d'autant plus renforcé pour une formation en trio. Dans leur musicalité s'agite la drum & bass languide, le nujazz aérien, cela réverbère le punch du hip pop. C’est une unité avec laquelle on se laisser griser comme un chat par le crépuscule pâle. Les contrastes sont fluides, ils permettent un accès direct à la propagation de l'émotion, tout cela vous englobe dans une netteté de ton et de couleurs. C'est la cinématographie champ/contre-champ du trip hop, offrant plusieurs angles de vue pour une sensation panoramique sur votre sensibilité.


oly_-_capture_reve_solaire.gif

Le trio est mystique, il est connecté à ses aurores boréales musicales, Björk, Sigur Ros, dans cette new age fuyante, sa chaleur atmosphérique, sa torpeur virevoltante, son énergie.

Öly est solaire. On sent que le groupe nous touche profondément avec quelque chose qui le brûle à l'intérieur, c'est beau et pur, fort et doux. Cela tient de la puissance féminine.

On se sait baigner par une chaleur bienfaitrice, que ce soit avec la folk tendre de cute et son groOove câlin, ou par « Sweet & Rough » et sa beauté polymorphe, sa tendresse déchirante, ses parties nébuleuses. C'est une chanson parfaite au magnétisme aussi puissant que le Glory Box de Portishead.

C'est avec David Mascunan que le groupe a figé son idéal/son identité sonore (Sylvain Chauveau, Encre aka Yann Tambour, Arca) dont on retrouve l'intensité capiteuse dans la réalisation de leur E.P que je vous conseille assidûment.

Öly est astre musical en devenir où surgit une pétulance unique qui tient de l'extase trip hop. C’est à savourer en concert puisque tout prend corps et sens, allez-y vous y réchauffer le cœur et l'âme en toute confiance.




********************************************************************


L'agitation individualiste abreuve les désirs de se montrer sous son meilleur jour à chaque instant. C'est un miroir de glace, il fige et congèle, puisque chacun y projette ses obsessions par déni de tout ce qu'il n'a pas guéri.

La vie est peut-être ailleurs, sur un autre rythme, une autre échelle et tu l’as oublié.

Cette phrase du groupe Bruit le détermine entièrement.


orage.gif

Bruit est un quartet climatique débarrassé des coercitions de style musicaux. Dans son étendue sonique il y a une mobilisation d’énergie collective, de puissance tellurique. Ce n’est pas pour autant une musique si abstraite, même si le groupe étire cette notion d’espace et de temps sur les intervalles et les cycles. Il applique la synesthésie (composition florale sonique où plusieurs sens se confondent)

Le groupe est resté un bon moment dans son studio à donner vie et corps à ses prémisses, avec la recherche de manipuler une éprouvette qui transplante le cœur onirique d'ornementation de musique classique, d'odyssée post-rockienne et doomgaze, et de composantes électroniques. Le groupe embrase et embrasse dans ses filaments soniques ce genre d'ondulations instrumentales, d'atmosphères cyclothymiques et de progressions qui crescendo mène à l'absolue.

Selon ses membres fondateurs ''c'est une musique de niche instrumentale qui parle à tout le monde'‘, pourtant il n'y a pas d'images qui apparaissent mais une fluidité d'énergie.

Ce groupe parle texture sonore et de composition de son dont l'importance est fondamentale au traitement sonore, à la forme et au fond. D'ailleurs le quatuor est plus tatillon sur le son que sur le style employé. Remplir l'espace gravitationnel, par une succession de pallier, permet au mélomane de se poser la question essentielle à leur encontre : mais jusqu'où vont-ils aller ? Jusqu'à quelle hauteur explosive ? La réponse est l’infini. Le trop c'est le message politique de Bruit.

En live, il pleut des trombes d'eau purificatrice d'où émerge l'émotion d'eau salé à l'intérieur de nous, parce que l'on est traversé par l'air climatique de cette musique. Le corps devient une glaise, éponge les doutes qui ruissellent et fait apparaître la beauté charnelle d'un bruit sonique au grand jour de la nuit la plus ténébreuse.


nuit_tenebreuse.gif

L’A.D.N du projet est leur EP "Monolith" sorti le 7 octobre 2018 chez Elusive Sound. (Dont le répertoire de groupe hallucinant est à l’image du label, avec entre autre Blankenberge, TRNA, Silent Whales Become A° Dream, Blank, Au Revoir…)

Leur éthique c'est Agir. Prendre conscience de chaque élément musical et lui conférer l'aboutissement tellurique, la propension mélodique, l'expansion de son intensité, le déploiement harmonique. Le long format de leur titre est un message essentiel, et même existentiel, surtout dans notre ère contemporaine où tout doit être immédiat, furtif, obéissant à une impulsivité maligne. Bruit est une ode à la contemplation, à la réflexion sensitive et tout cela mène inexorablement à agir, en soi, à faire disparaître les barrières que l'on s'est figé, à désobéir à la prédisposition inéluctable des marchands de sommeil.

Bruit est l'essence du vertige.

En concert tout est démultiplié, grand, puissant, dans l'agitation permanente du cosmos jusqu'à sa plus fine particule où tout se connecte sans fin et forme le tout, dans cette infinité de molécules soniques agissantes où l'on additionne des médiums.



Bruit remplit l'espace sonore et l'intime, le cheminement entre les deux est la chair musicale du groupe. L'infiniment grand des contrastes entre les contrastes réduit l'émotion à sa plus simple densité, de la sorte qu’elle permet d'accéder à une pureté.

Entre expérimentation mentale et impulsion électrique le groupe se définit par une démarche globale et pour des gens qui choisissent leur destinée, leur existence. Bruit distingue une différence entre la création et l'écoute, il brode les fils de son édification pour que ceux et celles qui écouteront se reconnaissance dans les structures, et cette élévation où vous êtes une ouverture à travers laquelle l'univers se regarde et s'explore.



********************************************************************


Cette soirée était une célébration magique, l'éclosion parfaite des énergies d’une puissance inimaginable, où l'on plonge son regard dans l'existence lunaire et solaire en même temps.


twin_flames.gif


samedi, mai 18 2019

VLMV – Stranted Not Lost


VLMV___Stranted_Not_Lost.jpg

Pas besoin de feutrine pour ce vinyle, il est d'une douceur abyssale.

VLMV est un duo Britannique (ex-Alma), sa saveur musicale accorde avec une harmonie d'apesanteur câline de l'ambient shoegaze cotoneuse, des filaments post-rock, créant avec le velouté d'une quiétude des atmosphères contemplatives, éthérées, avec des compositions prévalant à l'introspection. Idéal pour les rêveurs.ses, les lunaires, les mélancoliques, les amoureux.ses d'une musicalité mélodramatique, en un claquement de seconde la douceur impose une inhibition amniotique.

Cet album fait pousser de son champ d'étoiles un magnétisme spectral, ainsi il pleut des graines de poussière cosmique, il germera en vous l'empreinte d'un adoucissement inoubliable.

Passage à la Cave à Rock le 21 mai 2019 à Toulouse !


VLMV___Stranted_Not_Lost_1.gif


mercredi, mai 15 2019

Encycløpédie Müsicåle, F...comme...

...Flûte de pan : Se joue dans le métro, avec si possible l'odeur de torréfaction d'une machine à café qui en diffuse la sarabande inca.


flute_de_pan.gif


lundi, mai 13 2019

WASHINGTON DEAD CATS – Attack Of The Giant Purple Lobsters !


WASHINGTON_DEAD_CATS___Attack_Of_The_Giant_Purple_Lobsters_.jpg

La dernière séance des Wash passe un film de Homard vinaigrette à la sauce Bis, il n'y a pas de navet à l'intérieur, ni le vieux Eddy pour en résumer le scénar. Ça électrise du rockab'n'roll garage avec du country punk et des fragments de Soul power.

Toujours hors norme, hors cadre contemporain, les Washington Dead Cats turbinent dans leur garage le real rock'n'roll. Since 1984, 12 albums dans ta gueule, et des concerts électriques à foison dans toute l'Europe plus loin, le groupe sort cette pépite de genre.

Trop à l'étroit dans un costume de rocker à flanelle, le groupe a élargi son cadre, façon panoramique, avec plus de distance, davantage de tension, créant contraste, style métissée, et une hétérogénéité d'atmosphères et de couleurs musicales vraiment très coOol. Il faut l'entendre comme la bande originale d'une série B où des homards géants violets contaminés par les eaux de Fukushima reviennent prendre leur revanche sur les humains, avec un Jack Hill à la réalisation et Sergio Leone après une série de téquila paf dans le cornet pour une bande originale qui suinte du Rocket From The Crypt, The Supersuckers, Social Distorsion, Johnny Cash, Dead K par tous les pores de l'existence rock'n'rollienne.

Putain, faut dire que ça joue, ça mord, tes oreilles ronronnent le cats sur Black Cat Bone, sentent le roussi sur Give Me The Fire, prennent une torgnole sur You Came To Haunt Me, se dandinent pendant des funérailles à Ciudad Juarez avec Satan's Graves, se font engloutir dans le tube du Surfing Over Stunamis, en fait tout l'album est truffé de titres qui remuent, secouent, servent de courroie de transmission. Ton cerveau intègre la mise en image, la mise en abîme et la bobine prend tout son sens. Parce que les Washington Dead Cats font du rock'n'roll à la coOol, sans compromis, le caractère bien trempé de leur foisonnement érudit sur les genres et sous-genres du rock'n'roll font feu de tout bord et sans artifice de décorum, aucune caricature, ni stéréotype, c'est du sang pour sang.

Le disque est sorti en Avril avec sa variété d'images aussi subliminales que l'île de pâques.




jeudi, mai 9 2019

HYPOCONDRIAX- All About


HYPOCONDRIAX-_All_About.jpg

HypocondriaX est issu des groupes de Nemless, 4 degré 7, Now'n'Later, Dirty Fonzy, From Behind. Leur musique est un mix de street punk/HxC Mélo.

Les Albigeois mettent sur objet physique la trame de leur ardeur musicale en 3 titres, et en moins de 10mn de hardcore des familles, pugnace, rentre-dedans. L'électrisation est tenace, les riffs exhortent, le chant est hargneux, les breaks rythmiques façonnent un E.P bien ébouriffé et dense. Les titres sont à géométrie variable, les torgnoles soniques et les lignes mélodiques partagent le même goût pour frapper droit, tout en gardant une sinuosité pour les crochets qui te font cracher du sang.

HypocondriaX n'est pas un malade imaginaire, il procède à un examen physique d'emblée, c'est à dire qu'il tape vite et c'est toujours bien placé, ça marque au corps quoi. Pour plus d'information consultez la notice.

Si cet Ep n'a pas été prescrit par votre médecin généraliste suite à un examen en profondeur comportant la prise de la température, de la pression artérielle, l’auscultation des cages à miel et la percussion (tests neurologiques), mon conseil est simple et radical : changez de praticien. 


HYPOCONDRIAX_1.gif


mardi, mai 7 2019

FOU DE JOIE – Fou De Joie


fou_de_joie.jpg

Fou de Joie est un groupe choral formé en 2015 à Clermont Ferrand avec comme accointance les groupes Midwest Emo, math-rock et post-rock. Leur précédent projet se nommait One Second Drive.

Après quelques singles, cet opus éponyme est leur premier long format, parvenu après un financement participatif. Chaque titre raconte une histoire, une projection autour d'une mise en fiction/friction permanente des relations humaines. De générer de façon transversale l'apparition d'émotions tourbillonnantes et de faire jonction entre celle des personnages et de la musique. Cela permet de joindre toute l'épaisseur des contrastes. Entre post-rock et math rock la complexité se nuance dans chaque thème guidé par l'émotion, par un feeling que l'on sent spontané.

Le joyau est travaillé, il apparaît souvent onirique, capricieux, doux, bouillant, exhortant un surplus de fêlures, un horizon hors d'atteinte, quelque chose de fiévreux et de doux, et peut-être même comme une éclipse.


fou_de_joie_-_eclipse.gif


samedi, mai 4 2019

LE DESERTEUR


flyer_lune_32.jpg


J'ai raison d'avoir tort, sincèrement, c'est mon instinct qui me fixe la limite à la raison d'être étrange et étranger à la fois.

La phrase apparaît comme énigmatique au premier coup d’œil mais comme accroche pour poursuivre votre lecture, vous avouerez que c'est efficace.

Quand j'arrive à l'intersection du café le Palmarium donnant sur la nouvelle place en granit, commune mondialement à toutes les villes désormais, un écran à l'extérieur indique que le Stade Toulousain a battu d'un point le Castres Olympique. Cette information anodine semble capitale dans les rapports humains de cette bourgade refaite à neuf, c’est pour cela que je vous l’indique. Je m'avance vers le Bar O mètre, le lieu du concert, et vers Olivier de l'asso La Lune Derrière Les Granges en train de finir une discussion téléphonique, je m’enquiers de prendre de ses nouvelles et des dernières soirées de la Lune. Nous mettons de l'espoir dans la présence du public tant il nous semble impensable de rater cette affiche.

Ahahahah ! Nous étions ces deux nigauds sur une petit place en train d'échanger de l'espérance, afin de se raccrocher à une constellation oubliée devant le vacarme d'un monde toupie branché au réseau narcissique. Il me semble même que l'on dit que c'est cocasse comme comique de situation.

Je me demande, tu vois, vu de loin, comme ça, tu ne connais pas, quand tu passes et que tu entends du punk rock, ou un truc affilié, tu ne t'es jamais demandé pourquoi ces gens hurlent à s'en péter la voix ? Pourquoi ils te semblent qu'ils font du bruit et pas la musique que t'entends à la radio ? Pourquoi dans ton bled il ne se passe rien qui passe à la télé ? Sur Internet ?

Attends, heyyyyyyyyy, qui n'a jamais entendu parler du WallaBirZine ?


qui_s__en_fout_du_wallabirzine.gif

C'est bien ce qui me semblait.

Passons à la soirée proprement dite, enfin proprement...Le jeune trio *** BONELESS pratique le punk rock avec l'attitude des anciens. Ça joue à la sincérité, c'est à dire à fond comme dans le garage à répétition, avec comme unique dessein électrique d'en foutre plein les murs.



Finalement c'est devenu assez rare des jeunes pois sauteurs jouant du punk, et encore plus de s'en foutre pleinement si leur set n'a pas le niveau linéaire conforme à l'auto-Tune. Boneless en concert c'est l'insouciance de vivre vite et mourir de rire afin de profiter de chaque seconde, sans la main mise sur quoi que ce soit. Le groupe est à la fois nonchalant et bourré d'énergie juvénile.

Boneless n'a pas de style, juste l'envie, la fougue, l’énergie d'être différent. De choquer sans vraiment s'en rendre compte, un truc entre NOFX (prononcé noʊεfεks) et Sex Pistols. D'être bancal et libre de chanter à côté de la plaque. De cracher, de vitupérer, de hurler. Qu'importe l'interprétation, son côté rêche et foutraque est la marque d'une ambivalence de notre ère contemporaine où tout doit être accompli, calculé, contrôlé, dans une éradication de pureté. Boneless est dépravé, il est punk, dans sa définition de lutte, il invective comme les amateurs de fête de la musique chaque 21 juin, mais dans une ruelle sombre, et ceci toute l'année dans chaque rade qui lui prêtera de quoi salir les murs.

Leur dernier morceau a fini entre le MC5 et les Stooges dans une espèce de magma sonique gargantuesque. Tu vois il puise partout où il y a du rêche et de la révolte.

Nox le guitariste est Straight-Edge, c'est rare en Occitanie, son fanzine s'appelle Better Than A Fanzine un clin d’œil au band Better Than a Thousand de Ray Cappo (Youth Of Today, Shelter) il participe à deux organisations de concerts sur Toulouse, Caps & Dogs et La Fête Est Finie. Un bon gars quoi !


*****************************************************************************************


je_regarde_les_autres_vivrent.gif

Pourquoi je me sens isolé des autres et de leur modèle de vie, d'intérêts ?

Si chacun est libre de ses choix, on peut généreusement admettre qu'il y en a pas mal qui sont imposés, et le pire c'est que tu dois faire avec, bien souvent. Quand c'est trop souvent il faut bifurquer sinon tu te fais éventrer, bouffer tout cru. Je pense que la culture alternative est un système parallèle. De survie au départ, on en devient vite addictif, ce n'est pas le fait que l'on a réglé tous les problèmes, mais on en a déplacé assez, surtout les plus exigeants par une mesure reposante, et avec des personnes qui comprennent une bonne part de ce que tu ressens, qui tu es, et vers quoi tu tentes d'aller.

Il ne faut pas fonder toute son espérance dessus parce que l'on est pratiquement certain d'être déçu. Il n'y aura pas de miracle. Ne s'attendre à rien est un bon stratagème pour affronter sereinement la vie, mais elle devient vite monotone. Il manque ce désir que l'imagination active à travers la perception que l'on se fait, que l'on fonde pour y voir immerger la douceur, une acidité, une amertume, la violence d'une émotion que le cœur a interprétée. Même si dans la quasi-totalité des cas on se plante, qu'il est bon de se faire du bien. Parce que l'on cherche à - être bien, et par extension à être quelqu'un de bien. Personne ne souhaite être mauvais, d'ailleurs.

Je vous souhaite des désirs électriques, même enfouies, parfois même trop intime pour les divulguer parce que c’est trop fort, parce que l'on est timide, parce que trop de lumière vous aveugle. On est tous différents et on interprète tous différemment.

Quand il advient impossible de se représenter, et peut-être même d'être atteint, on ne peut atteindre personne. Les concerts sont des espaces de liberté et de rencontre commune. Il devient impératif que la jeunesse sorte de son isolement virtuel, et que les gens sortent de ce qui leur est imposé. Vous n'avez pas besoin de briller, juste d'être là et d'être qui vous êtes. De participer à votre façon, il n'y aura pas de jugement. J’ai déjà écrit ça, cela doit être du morse, une bouteille à l’amer stagnant avec les détritus plastiques polluant l’autre côté du monde.

Le concert était à prix libre, mais le public de Castres a préféré fêter la défaite, ailleurs. Je ne comprends pas comment on fait pour ne pas vibrer avec ce genre de musique, avec ces groupes humainement adorables ? La question est en suspens depuis toujours en fait. Dois-je encore plus m'isoler du jour contemporain puisque j'ai de moins en moins d'affinité avec lui ?

Le souci majeur c'est que je ressens cet éloignement comme la menace sociétale qui pèse de plus en plus sur la répulsion commune. On assiste démuni et secrètement peiné à l'avarie sans que l'on puisse interagir. Je ne peux pas, ne veux pas imposer quoi que ce soit, encore moins par une réflexion de contrainte. Il m'a toujours semblé que le dialogue était un parfait moteur d’éclaircissement, à la seule condition de trouver des interlocuteurs.rices capables de faire la part du chemin vers la réconciliation.

Je peux comprendre que l'on n'apprécie pas ce style musical, surtout dans l'hexagone, il n'a jamais bénéficié d'une réelle mise en lumière, certainement même caricaturé par une esthétique d'écorchés vifs avec canette à la main. Ce qui est assez cynique c'est que la plupart des fondements existentiels de cette communauté commencent à franchir les barrières de la normalité, mais maquillés différemment par d'autres qui ont eu la délicatesse narcissique de le prendre à leur compte, comme toujours.

Du coup on te condamne à être un rabat-joie, incapable de se connecter à la life, au game !


rabat_joie.gif

Le WallaBirZine est une alcôve dans un univers parallèle, avec pour unique but de mettre une lumière sur une alternative. De là, on peut y voir l'autre monde s’enivrer de désirs matériels pour faire râler son voisin par excès de rage compétitive, constater que sa jeunesse se dématérialise parce qu'elle ne veut plus participer à la catastrophe annoncée depuis plus de vingt ans au moins. Son repli est dans le virtuel, elle communique ainsi et certains l'on très bien compris. La drogue est toujours aussi dure, remporte un maximum, et en plus elle est légale cette fois.

Je comprends que l'on ne puisse plus aimer dans ce monde, ou moins aimer. Mais rien ne peut m'empêcher d'aimer ce que j'aime. Je ne suis pas présomptueux, je sais entendre les éclairs noirs blanchir le cœur des choses enfouies à travers une musique que vous devriez apprendre à écouter. Ce que l’on perd comme insouciance, légèreté et désinvolture après la vingtaine se métamorphose en sagesse, clarté, et mélancolie.

Je ne suis pas quelque de beau, je me sais bon. Je ne sais pas séduire, je sais juste aimer. J'ai trouvé une utilité dans l'autre Galaxie alternative, si tu arrives par hasard ici je te souhaite la bienvenue, de te mettre à ton aise, et si l'on vient à croiser notre regard un jour, saches que le mien sera doux, profond et chaud, comme le Méditerranéen que je suis, et que je ne cesserais d'être. Je te dis cela si tu as besoin de quelque chose à quoi te rattraper pour me définir. Parce que j’ai l’amère sensation qu’il faut se définir désormais pour pouvoir se rapprocher les uns des autres. Montrer des intentions légitimes afin que chacun dans sa communauté respective appose la rencontre pour sortir de sa zone de confort.


*******************************************************************


Puis la force sensible d’HEAVY HEART a pris la scène, comme mon cœur.


tumblr_on5yxldyiy1rqlyzwo1_500.gif

J'ai toujours trouvé ce groupe touchant, il se dégage de leur musique une vulnérabilité émotive assez forte pour que vous posiez un genou à terre. Mais ceci c'est quelqu'un qui a déjà lu les romans de Raymond Carver qui vous écris cela, une personne qui est déjà tombé amoureux à plusieurs reprises rien qu'avec le flottement de cheveu derrière une nuque de fille. Je ne sais pas si on peut se comprendre, si vous pouvez être saisi par le tremblement que le corps transmet comme fragilité quand il se sait vaincu par une émotion folle.

J'en retrouve la transcription à travers la clarté dorée de la musique profonde et légère de ce groupe, aussi mélancolique et lumineuse à la fois. Cette musique ne fait pas que suggérer en moi un trouble. Elle me met en émoi face à sa beauté réelle ou imaginaire. Heavy Heart est un catalyseur émotionnel dont le besoin de s'éprendre à sa douceur, à sa force pour chaque mélomane tombé.e l'obligera de se prendre pour Indiana Jones afin de trouver un substitut musical.

Je vais même vous annoncer la terrible vérité, il n'y en a pas.

Troisième fois et troisième petite mort après leur set, je ne serais plus jamais le même après, je le sais, je revis dans la plénitude.


*******************************************************************


Tu te rappelles du pamphlet que j’ai écrit au paragraphe précédent ? Ce n’était pas l'apitoiement du désespéré, c'était le déserteur qui te parlait.

Celles et ceux qui désirent reprendre du pouvoir sur leur vie devraient écouter THE ATTENDANTS . En matière musicale le groupe accorde la voie du post-hardcore monstrueusement bien à son incandescent album « Monster Chronicles ». Le trio est aussi coOol et pénétré en interview qu'une AG à Treillières, et ça c'est balèze.



Le groupe installe un sentimentalisme de reconnaissance nostalgique à travers les ricochets de son punk post-hardcore. Les zab ont conséquemment fait office d’ouverture chez eux, et aussi dingue c’est que dans leur musique il y a des allitérations des Burning Heads, enfin je trouve. The Attendants a interprété des titres de leur nouvel split Ep avec Heavy Heart.

Les canaris du punk rock se sont réunis autour d'un EP sans titre et d'une tournée propice à transfigurer un concentré sonique d’énergie vitale. C'est un disque de soutien aux caisses anti-répression du Grand-Ouest qui a été édité en 200 exemplaires au mois d'avril 2019, il se compose de trois titres par groupe, The Attendants dans la langue de Boris Vian en version post-HxC punk, et Heavy Heart dans le creux émotionnel intensif. Rencontre comme au temps de Michel Polac autour de ce projet généreux et combatif avant leur concert au Bar O mètre, organisé avec La Lune Derrière Les Granges.



Le trio a libéré l’axe post-punk de ses brisures soniques par un aspect que le punk rock ramène à une vérité crue. C’était frontal, savoureux, électrique, emporté.

La meilleure interprétation que l'on peut donner reste celle avec laquelle on se délaisse de tout pour en vivre intensément. C’était caractéristique du concert de The Attendants. Le groupe a joué serrer, sans retenue, avec une sincérité extraordinairement naturelle. Faisant fi de tout, si ce n’est d’être présent et donner le meilleur de lui-même.


Je sais au fond de moi que ce report ce n'est pas le genre de discours qui porte, parce que ce qui est important aujourd'hui c'est d'être là où il faut être vu. Le marché de l'économie est saturé de vice, la ligne occupée par des paroles de mots perdus au détour d'une publicité. Alors il faut que ça luise et reluire comme une barquette de frite bien grasse, parce que c'est toujours les meilleurs qui gagnent. Tu sais ce que c'est la gagne ? T'as déjà perdu alors.

Être vu ne t’empêchera pas de disparaître.

Le problème c'est que l’on n’arrive pas à vendre ce genre de soirée comme un produit accessible, à alimenter la curiosité, à donner l'envie de se déplacer. On pense que l'on est cool mais le cool est devenu une tendance de plus, un rien inutile enrobé dans un package étudié mais totalement expurgé de sa signification première, de sa pureté initiale.

Il faudrait que l'on se foute de cette situation, et que l'on continue notre délire comme on l'a toujours fait, intégré à notre mode de pensée, sans se soucier de rien, de quoi, avec qui. Aller de l'avant, avancer en ayant fait le pas de côté. Une chose est certaine rien ne se passera comme tu l'imagines. Tout arrive comme prévue, parce que quoiqu'il advienne, certaines choses doivent se produire.

Il n'y aura pas de victoire, il n'y a que le temps qui file, inexorablement, tu le sais, tu le sens, quand tu as fini de monter (grandir) c'est déjà la descente. Alors les mots se bousculent davantage pour exprimer les doutes et les regrets, les peines et l'espace restreint qui te gomme au fur et à mesure que tu te sens vieillir.

L'espoir s’assombrit uniquement si tu le souhaites, il n'y a pas de défaite, ce n'était qu'un concert de punk rock...Mais foutrement coOol. Il y en avait pour tous les goûts, mais il n'y avait pas grand monde, cette saveur est amère avec le recul, même si par l'inverse de grand monde, il n'y avait que des petits gens inconnus, il y avait nous, libre et commun, aimant sur la même vibration, pour une soirée lunaire, après la défaite de l'équipe de la ville, dans un coin du midi, loin de là où il faut être vu, mais pas entendu.



49.gif


mardi, avril 30 2019

FLECHE - Do Not Return Fire


FLECHE_-_Do_Not_Return_Fire.jpg

Quatre garçons dans le vent attisent en une flèche l'attachement ardent d'une émotivité rock indé afin de toucher dans le cœur de la cible.

Il y résonne le lointain éclatement de la pop et du post punk, vers cette confection décousue qui apporte une fluidité rock indé. Dans cette enivrement il y a une infinité de saveur, de réminiscence venant se projeter en image par seconde à chaque sensation ressentie, en agitation dense, comme une sorte d'ascension lente permettant d'alimenter chaque élément, d'en ingérer la plénitude jusqu'à ce que qu'éclate cet orage d'émotions et son riff entêtant, cette secrète liberté de faire corps avec l'exaltation intimiste.

On remarque ce léger brouillard de guitare shoegaze cotonneux, une rythmique batteuse d'un cœur en prise avec ses affects, une basse pleine d'épaisseur et parfaite pour distendre un enrobage doux et apporter cette profondeur de champ. Puis il y a ces décharges électriques de grosse guitare orageuse, ce chant épris de contraste généreux, vibrant à la clameur sensitive. Ce n'est pas le banquet de Platon mais celui de Bloc Party avec sa nervosité post-punk et ces estafilades tourbillonnantes sur « Gold And Black », avec cette saveur de saccharose follement dansante. L'opus est traversé de la fragilité d'oiseau blessé d'American Football, les fêlures émerveillées de Tears For Fears, la craquelure sensible de The Get Up Kids, la teenage hargne de Dead Pop Club, il y a aussi cette douceur de l'abîme égale à celle du groupe Movements.

La vie est faite de doute, remplie de charme et de sécession, et souvent tout à la fois. On esquisse trop souvent la beauté pour se vautrer avec un délice masochiste en ne se souvenant que du pire. « Do Not Return Fire » arrive et vous agrippe la main, vous serre le cœur en vous redonnant la vue sur la beauté.

Cet opus rend toutes communications et téléportations impossibles. On se sent happé.e par son champ de dispersion émotive et son confinement passionnel, comme une flèche en plein cœur.




samedi, avril 27 2019

Encycløpédie Müsicåle, B...comme...

...Bérurier Noir : Susnommé Les Bérus (ne pas confondre avec Bézu), est un groupe Français omniprésent dans les salles de défonce des années rouges où le socialisme mittérandien avait obtenu le pouvoir absolue, et contraint bon nombre d'imposable à cacher leurs magots dans les coffres placides de la Suisse qui stationnent encore pacifiquement sous un matelas de billet vert.

La crête gauloise était la coiffure à la mode et les Bérus ont ouvert la voie et souvent pour le pire à la culture alternative de la rue, aux squats, aux punk à chien, à la jonglerie, au sarouel, etc...



- page 1 de 30