WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - HxC

Fil des billets

vendredi, octobre 18 2019

FACING THE ENEMY


Interview

WallaBirZine : Pouvez-vous présenter le groupe ? Comment est né le projet ? Qu'est ce que vous avez fait auparavant ?

Facing The Enemy : Salut, On est Facing The Enemy, on vient de Suisse et le premier line up s'est formé en 2011. Le projet est né sur la volonté de Steven (chanteur) de créer un band hardcore. Tout s'est fait en une soirée dans un bar. Les membres se connaissaient de vue. En discutant un peu et après quelques verres, Facing The Enemy est né. Première répète la semaine qui suivi et après un mois, premier live.

Chacun jouait dans son groupe respectif. Arnaud à la drum dans un band de deathcore, Raff (premier bassiste) dans un groupe de thrash, Carlos à la guitare dans un band de musique latino et divers band de metal en tout genre, Val à la basse dans un band de jazz et un autre de metalcore, Séb à la guitare dans un band de metal et Steven au chant dans un band de groove metal.


Facing the Enemy est un film américain réalisé par Robert Malenfant en 2001, cela a voir avec le nom de votre groupe ?

FTE : On s'attendait à cette question mais non, aucun lien avec le film.

Pour nous, Facing The Enemy symbolise l'affrontement de chacun face à son propre ennemi.


13411438846225.gif

WBZ : Vous maniez plusieurs styles musicaux s'articulant autour du hardcore avec talent, je vous trouve beaucoup de cran d'assouvir votre identité sonore, c'est à la fois précieux et admirable de sincérité. Est ce que c'était primordial de vous accomplir d'emblée ?

FTE : Déjà merci ! ça fait super plaisir. En premier lieu non, on voulait faire du punk hardcore pur et dur. Et avec le temps, les différents styles musicaux de chacun et nos expériences, on ne voulait plus se cantonner à un seul genre mais graviter autour. La musique permet de s’exprimer librement alors pourquoi se mettre des barrières ?


WBZ : La guitare hispanisante est une spécificité de votre groupe, en plus de vous détacher des stéréotypes du genre, pouvez vous expliquer cet attrait ?

Les origines sud-Américaines de Carlos et son expérience dans la musique latine ainsi que Steven qui est un grand fan de musique sud-américaine, ont permis d’incorporer ces sonorités de manière naturelle.


WBZ : Votre hardcore est crossover, plusieurs cultures se mélangent, plusieurs langues, plusieurs styles musicaux, etc...C'était primordial pour votre affirmation/votre identité sonore ?

FTE : Non on, on n'a pas forcément pensé à une identité sonore mais c est en composant et en jammant que notre identité c’est dévoilée comme une évidence.


code_honnor_HxC.gif

WBZ : Et peut-être même de rétablir que l'unité est une composante essentielle de la pluralité ?

FTE : Ouais, c'est pas faux !


WBZ : Le hardcore était fondamental comme moyen d'expression pour vous, pourquoi ? Vous y puiser quoi dedans qui permet de vous exprimer ?

FTE : C'est un des genres qui nous paraissait le plus adéquat pour nous exprimer et surtout l’énergie qui en ressort.

WBZ : Il y a beaucoup de contrastes dans votre musique avec cette surcharge pondérable de lourdeur et d'instant plus léger, vous arrivez à chaque fois à maintenir une cohésion, une assise, et un équilibre vraiment très beau, je suis assez ébahi. C'est quelque chose d'inné, que vous avez travaillé longuement, une alchimie précise, etc... ?

FTE : Non, c'est venu naturellement et le fait qu'on aime ce qu'on fait à créer cette cohésion! C’est un retour qui fait d’autant plus plaisir, car quand on joue nos morceaux, on y prend énormément de plaisir et c’est important pour nous d’arriver à transmettre cette énergie et ces impressions.


coeur.gif

WBZ : Votre Ep éponyme et ce premier album a été enregistré et mixé par Chris Noth, pourquoi lui ? Le son est gigantesque ? C'est lui /vous/ ensemble que vous avez trouvé le son qui correspondait à toutes vos attentes pour cet album ?

FTE : D'abord on voulait travailler avec une personne du coin et on savait de par sa réputation qu'il était doué! Et c'est vrai !

Chris a une oreille, une créativité et une ouverture d'esprit qui nous a permis d'arriver à ce résultat !

Le fait de mélanger ses idées et son approche de la musique avec la nôtre donne naissance à tellement de choses qu’on a dû trier ! L’album n’aurait clairement pas cette « couleur » sans lui et on peut dire qu’on a trouvé une symbiose assez cool en bossant ensemble. C'est un pur plaisir de bosser avec et Encore un grand merci à lui.


WBZ : Quel est votre regard sur « Disbelief », avez vous des anecdotes sur la composition, l'enregistrement en particulier ?

FTE : C'est une très grande fierté pour nous de sortir cet album qui reflète clairement les années de travail et qui répond a nos attentes. On a exploité les idées de chacun y compris Chris pour arriver à ce résultat et, pour l'anecdote, on a un fond sonore avec des chants grillons enregistrés en Thaïlande avec un téléphone et passés dans une disto sur une des tracks que peut-être quelques oreilles affûtées percevront. Une idée de Chris !


skullpray_FTE.jpg

WBZ : Vous avez des dates de tournée à annoncer ? Des trucs à dire particuliers ?

FTE : Comme on a bossé comme des acharnés sur cet album et qu’on est un peu à la bourre, on n’a pas encore de dates de tournées pour 2020 à annoncer, mais ça arrivera et on espère passer par la France ! On vernira en Suisse à Neuchâtel cet album le 25.10.2019, date de sa sortie, et la semaine suivante nous serons au Metal Assault festival (Montreux, CH) avec une tête d’affiche qui va combler les fans du genre. On avait pas le droit d'annoncer le headliner mais maintenant l'info est rendue publique: c'est pour First Blood qu'on ouvrira au Metal Assault. Sinon ben, un énorme merci à vous de vous être penchés sur notre bébé et longue vie au Wallabirzine !


WBZ.gif


Retrouvez la chronique de l'abum "Disbelief" de FACING THE ENEMY .


FACING THE ENEMY – Disbelief


FACING_THE_ENEMY___Disbelief.jpg

Facing the Enemy est un groupe de hardcore Lausannois et « Disbelief » est leur premier album, après une Demo et un EP.

Le son est énorme et il apporte la vigueur nécessaire pour prendre de la hauteur face à l'écrasement du hardcore. C'est tendu, munit d'un groove plantureux et massif, le flow du chanteur est agile et roule à la cool hargneuse. Pour moi la vraie richesse de ce groupe réside dans sa faculté à se magnifier, à mêler des saveurs latino/flamenco, des envolées de toutes sortes pour en contraster l'aspect avec une poigne de hardcore lourd, tout en maintenant une approche de styles musicaux contigus mais différents, tout en conservant sa propre fluidité. Il s'en dégage plusieurs saveurs, des contrastes, une assurance en plus d'une volonté audacieuse, dont ce premier album regorge, et échappe au poncif. C’est un disque 100% Suisse puisqu'enregistré et mixé entre Fribourg et La Chaux-de-Fonds par Chris Noth (FireAnt Music).

Facing The Enemy est unique en soi, il multiplie une nouveauté, s'éloigne des clichés et devient très rapidement addictif.

Retrouvez l'ITW du groupe .


samedi, août 31 2019

HARDCORE LIVES, AGAIN & AGAIN

XTREMEFEST - Dimanche 04/08/2019


reveil.gif

Merde, le réveil n'a pas sonné !


Ah mazette je ne peux pas le croire,,,l’excuse bidon...Nan, franchement, le crew du W.B.Z est humain, et on était tous aussi crevés qu'un vieux pneu de brouette. Bien entendu que l'on a les glandes, surtout que Jodie Faster et Krav Boca ont apparemment mis les bouchés double et incendiés les gaziers autour de la X Cage. Les Xtremefesteurs.euses s'en souviennent encore...


***************************************************************************************


Le pop punk power rock emo de LOST LOVE a incendié nos petits cœurs d'une tendresse infinie. Parce qu'avec son chant sucré, ses mélodies émotionnelles, le groupe a trouvé la brèche pour y remplir ce manque d'affection que tout le monde possède. Leur concert était fluide, dans une détente de bar concert, sans chichi, tout simplement frais, à la cool, avec cette part de fun. Pas trop de monde, c’est le dernier jour et la fatigue se fait sentir.



Ahhhhhhhh les cousins de Montréal, c'est toute une vieille histoire de fraternité inégalable. C'est coOol que chaque année il y ait au moins un groupe Québécois à l'Xtremefest. Till de Guerilla Poubelle était à la guitare en replacement du second guitariste rentré précipitamment au Canada.

Un truc encore plus cool, et ce n'était pas prévue, ça s'est effectué à l'arrache, près de leur merch, aussi impromptu que sympathique, retrouvez Guilhem Benard, le bassiste/chanteur/compositeur de Lost Love en ITW.




***************************************************************************************


Je ne sais plus qui a dit que La jeunesse est le temps de la stupidité exaltée, mais il a jamais vu un concert de PEARS.

Saperlipopette, le chanteur ressemble de visage à un mix de l’acteur Denis Lavant et de Steph du fanzine Rad Party et du groupe Crippled Old Farts. Il a l’élasticité scénique de l’iguane (Iggy Pop) aussi. Avec un style de punk âpre et rêche, le groupe a solidement ouvert les veines à une musique dont on retrouve les bouts de verre du côté des Stooges, Poison Idea, Black Flag, et un truc mélo à Pennywise. Ce groupe a écrémé un nombre imposant de bassiste, donc je ne me focalise pas trop dessus, c'est stupide, oui je sais, ceci dit c'est mon côté punk, comme celui de Zach Quinn le chanteur, avec ses mimiques et son engagement scénique. C'était un set de furieux et intense pour ce band de la Nouvelle-Orléans (NOLA°), et second passage dans le trou minier.

Toujours avec le label Fat Wreck Chords, leur dernier album est un split avec le band Direct Hit, intitulé « Human Movement », sans chercher à amoindrir, pas plus qu'a métamorphosé leur musak, Pears élabore comme sur scène un état d'esprit frontal et assez brut de décoffrage. C'est ce qui attire en premier, ce côté sauvage, impulsif, que l'on entend dans leur punk sans problème, puis vient cet esprit baroudeur et frondeur, avec cette saleté dans le son, quelque chose d'ancien et d'oldchool qui se vivifie ardemment sur scène.

Je ne sais toujours pas pourquoi je confonds Pears avec Clowns ?




***************************************************************************************


Les taxidermistes du rock figent le bordel avec un arôme de poussière. Ce n’est pas que ce soit sans vie, ni mortel, on est juste embarrassé comme une mamie qui pleure devant son petit chien empaillé.

C'est peu ou prou ce que j'ai ressenti devant THE DOPAMINES de Cincinniti, de Cincintati, sapristi ce n'est pas facile à dire, Cincinnati, ah si.

Leur pop punk rock mélodique fut servi avec des morceaux de sucre mélodique et des vannes entre les morceaux qui tombent à l’eau. Du genre « Heyyyyy, ce soir il y a les Toy Dolls » alors qu’ils étaient la veille. Plouf ! Va chercher au fond du lac.

Les chœurs étaient très cool par contre, vraiment dans cette fluidité qui fait tout le zeste du style. Après c'est agréable, on tapote du pied peinard, bon, le moment est agréable (ouille répétition, c’est quand tu ne sais pas quoi dire d’autre en fait), on va pas chier dessus trois plombes non plus, parce que les gaziers avaient un peu la tête ailleurs je dirais. Ils avaient bu des coups au goulot avant de monter sur scène, et même pendant le show, mais comme ils sont Américouains ils font le job, sans problème. Ça papote sur scène comme des filles un soir de match de foot, puis ça vante les mérites du Gin, enfin du hard Gin exactement. Un sXe ne fait pas la différence à part que cette obsession alcoolisée est lancinante pour employer un euphémisme, et le set est passé avec la même passion qu'un lundi soir de Novembre.



Ils reviennent pour une dernière, A cappella, sur une histoire de consanguinité commune à une chanson paillarde. Le sXe que je suis estime comme il se doit cet esprit festif à la Patrick Sébastien.


Dictature festive

Moi : ‘’Sus à la dictature festive, le tourner des serviettes, je suis contre.’’

Toi : Ah le rabat-joie gougnafier de sa mère

Moi : ‘’Heyyyyy mais cela n'a rien avoir avec ma génitrice.’

D'ailleurs à chier sur la gueule avec votre réseau social.com, allez plutôt sur Brizzly.com, c'est comme des chiottes publiques, tu chies ta phase de mépris et la chasse évacue ton purin de suite, tout disparaît sans faire chier personne. Cool Non ?


***************************************************************************************


BIRDS IN ROW a été l'unique band du fest à avoir des atmosphères aussi contrastées, avec une telle intensité (calme et tempête).

Gratter la noirceur de l’âme pour y trouver la puissance de la quiétude. Faire tonner les brisures émotionnelles.  Appesantir les doutes pour planter à même la chair de l’amertume. Puiser dans l’affect et rugir le fiel du crépuscule de l’âme jusqu’à l’aurore d’une vérité intimiste. Birds In Row c'est tout cela à la fois.

C'était chaud, doux, pur. Mon seul regret du festival, ne pas avoir eu la possibilité d'interviewer le groupe, c'était prévue mais leur retard sur le site à engendrer la suppression de celle-ci. De plus l'album solo du chanteur/guitariste de B.I.R « whatever it takes » est tout simplement une merveille.

Quentin Sauvé a complètement compris qu'il faut dire les choses secrètes du cœur, après il est trop tard.  




***************************************************************************************


Les coupains des punks, GUERILLA POUBELLE, sont venus foutre le bordel avec la flamme, et toujours une intelligence fiévreuse à élever le débat sur les bases des liberté communes et les valeurs D.I.Y. Le set était forcément cool, tip top comme on disait dans les 90's.

Le public s’est abreuvé à la source de GxP, c’est sa génération, plus de 20 piges d’existence, le groupe parle désormais à tout le monde. Le public est dedans, à balle, c’est fun, précieux.

Le dernier titre c’était l’immense « Prévert, Kosma, Paris » avec en renfort Olive de Justin(e) et Mathieu (Lame Shot) aux guitares, et Till uniquement au chant se faisant porter par le public pour le refrain final. A cet instant précis il y a une incroyable connexion, on la sent forte, puissante et belle. J'ai toujours perçu la fragilité de ce garçon, et là, je ressens son besoin de dépendance affective, d'une jonction entre ce qu'il transmet depuis toujours et le poids de ses chansons. Puis ce plaisir de chanter. Cela vient des profondeurs du cœur, on le sent, cela nous met en joie. C’est important de sentir le crépitement joyeux du chant. Le débordement qu’il provoque à un effet relaxant et énergique.

Guerilla Poubelle c'est vraiment la communion de la famille...Punk !




***************************************************************************************


MOSCOW DEATH BRIGADE et leur electro pounk rap a mis le public dans la poche de son dance-floor furibard.

La Family Stage est pleine pour un mix batard d'hardcore punk et d'électro rap, et pour parfaire une éducation rêche avec le trio de dissident russe masqué, composé de Vlad Boltcutter, Ski Mask G au microphone et Unknown DJ aux platines. Dans les rangs de M.D.B on retrouve des membres de Siberian Meet Grinder, présent à l'édition 2016 de l'Xtremefest. On poursuit donc ainsi dans la tripaille bourrut et efficace puisque on rejoint les accointances du militantisme des Bérus, la mitraille froide et brut de décoffrage de Metal Urbain, du pungle (punk et jungle) et parfois un brin de synthwave (ou eurodance) comme avec leur titre "What We Do". Le public Xtremement ouvert du festival s'éclate avec tous les codes du hip-hop, electro, punk de la gauche de la gauche.

M.D.B c’est une forme de démocratie participative où les citoyens connaissent leurs droits tant qu'ils savent les préserver. Le groupe aplatit avec morgue la pop mondialisée qui s'est emparée de tout. À cet effet, il semble qu’aujourd’hui il faut tout expliquer, le pourquoi du comment, et tout remettre en cause pour ne pas froisser une communauté. L'époque semble/est poli/policière, l'unique solution de liberté en suspend demeure c'est quand que tu vas cracher ta révolte bordel ?

Chez M.D.B le crachat a le goût d'un lama et d'un drôle de dromadaire. Je suppose que sous un masque il y a le fils prodigue de Boris Eltsine et des pussy Riot. Oui je sais qu'à trop supposer on en arrive à se faire passer un suppositoire pour éléphant sans rien sentir, ou peut-être même juste une vague odeur de merde sur le bout des doigts.

Selon le philosophe Alain, « l'homme s'ennuie du plaisir reçu et préfère de bien loin le plaisir conquis », à la fin du set explosif du trio, il ne fait nul doute que le plaisir a été conquis avec le faste du collectif.

En russkof cela se dit : Круто! ( prononcé krouta) = cool / trop bien.




***************************************************************************************


  Il y a deux ans auparavant on avait pris une torgnole monumentale avec NOT ON TOUR.

J'avais ameuté à corps et à cri autour de moi sur la prestation des Israéliens. Bim ! Le quatuor a produit un superbe foudroiement avec un set remplit d’énergie punk rock et d’une sensibilité avec le chant parfait de Sima (et cette tenue, la classe). On s’est régalé une fois de plus devant la Zguen Stage.

Le concert est volubile et nerveux, on suggère au groupe '' Mais n'allez pas plus vite que la musique, on voudrait en profiter un maximum ". Les titres sont courts, alors exécutés en accéléré je ne te raconte pas les étincelles...Très rapidement, le groupe s’empare de la scène, du public et de sa musique avec une forte amplitude.

Le batteur est un dingue, c'est au millimètre, pinaise. Le groupe envoie l'incendiaire de ses nouveaux titres, issus de l’eXcellentissime album « Growing Pains » sorti au printemps 2019. Junk Cacahuète & et Big Jim Tonic ont pris une claque, une fessé cul nu pour leur première, c'est normal, et même si j'avais prévenu.


L'apparition de ce que l'on a espéré transforme le silence en vacarme. Le bourdonnement de plaisir qui s’en suit justifie à lui seul cette état de béatitude obtenu après leur concert.

Leur hardcore punk est hyper accrocheur, et à chaque passage la claque reçue est commune à une révélation. Similaire à un espèce de vertige que nul paléoanthropologue n'avait encore validé la variété.




***************************************************************************************


Souvent on donne le La (440 hertz) pour aboutir ensemble à la même conclusion.

L’ingé son de LIONHEART a cramé le concert. De la purée de bouse inaudible. On lui a fait le signe de mettre un bémol indiquant à l'exécutant de diminuer ses exigences ou assouplir ses interdictions. Mais peau de zob, rien n'y fait. Les ingé son de la salle de la musique étaient dégoutés de la vie, les bras ballants, en sachant que cette catastrophe inaudible allait leur retomber sur le rable. Donc on rectifie le tir, le son de Lionheart ne dépendait pas du professionnalisme des ingé son de la salle de la musique.

Avant cela, tout le monde attend d'être enseveli dans le bulldozer HxC façon Hatebreed & consort. Et quand ça démarre, sur scène c'est la grosse escalade à la parade du mâle, le groupe envoie la fonte, une pression constante que le pit agglutine avec une ardeur cathartique. Mais des enceintes sortent une bouillasse de grave et des miaulements de riffs.

Les lions ne se soucient nullement de ce que pensent les moutons. - d'après un passage dans Game Of Thrones

Je ne suis pas certain, car le remords est une morsure qu'on parvient difficilement à chasser le regret. Lionheart en aura fait les frais dans la salle climatisée.


remords.gif


***************************************************************************************


Voici venu le cas de PROPAGANDHI.

Bon excusez du peu mais il y a des musiciens sur scène. Ahahah !

Fait pas la gueule, on peut s’marrer un peu nan ?

Ce groupe parle dans une tout autre tonalité. Oui cela détonne davantage que la présence de Svinkels à l'Xtremefest par exemple. Pourquoi ? Disons que ça taquine sur scène, il y a de quoi s’en foutre une pleine varappe au-dessous du sol. Les connaisseurs apprécient le rendu musical, on distingue dans le public le passionné de musique et d’informatique tout à la fois.

Le groupe fait ses gammes majeures, mineures, chromatiques, diatoniques, dissonantes, gamme de couleurs, toute la gamme de sentiments, tout y passe… Les hauteurs des notes – leurs fréquences – sont fixées par une émotion très fugace mais intense si l'on arrive à se mettre à cette hauteur de vue sonique. Il faut dire que le choix de certaines combinaisons de notes reflète les lois de l'acoustique, d'une part, et celles de la physiologie du système auditif humain, d'autre part ; ils créeraient une bonne consonance acoustique en somme. Tu n'as rien compris et bien dans le public c'était pareil, puisque sous des regards hagards alors que leur souvenir était davantage acoquiné avec la prestation plus accessible et malléable des Toy Dolls.

Je vais me mettre à ce niveau Toy Dolliens et tu vas saisir, en résumer : Propagandhi a élevé le ton sur tous les tons.

Les canadiens ont fait la part belle à leur dernier opus « Victory Lap » sorti en 2017 chez Epitaph, mais il a aussi donné dans sa discographie alléchante de quoi fournir du bois dans son brasier progressiste, et fait vibrer la corde sensible avec celle d’une guitare en bois électrifiée.

Ce qui est étrange c'est que le groupe même en étant brillant et parfait, une forme de passivité nous subjugue aussi tout à la fois. Je me suis dit que cette passivité était une discipline vive et son excipient le rêve qui en découle, sa forme de lutte à s'accorder sur cette montagne musicale.




***************************************************************************************


Cette édition se termine sous les secousses des grosses burnes à MADBALL, et c'était comme faire du bilboquet avec une boule de bowling. 

Ce fut le prélude non pas de Bach, mais des hostilités, car dès le premier morceau le pit ressemble à une compression de César mais dans une casse à bagnole. Il n'y aura aucun contraste, pas plus que de crescendo émotionnel, le son devient immédiatement gigantesque, l'intensité, elle augmente en décibels me semble-t-il même. L'immense Freddy Cricien crèvera l'écran de nos nuits blanches à force d'un larsen contiguë après les secousses de son band...et l’érectile ascension musicale nous tombe sans arrêt dessus comme un corps mort pendant un coït. Beaucoup de classiques seront interprétés dans le tumulte façon allegro HxC.

Madball s'est tout une identité sonore (hardcore metAl) et géographique (New-York). Un culte à lui tout seul, de ce fait un concert d'approbations se fait jour dans la salle en même temps que le bruit d'os qui craque. C'est étrange nan ? Pas tant que cela en fait.

Le letmotiv du combo ? Balancer un gros mur de parpaing sonore pitiiiiin. Souvent on retrouve le même thème musical répété à plusieurs reprises pour insister sur une idée ou une affirmation, ce qui rejoint la maxime préférée de Jello Biafra : Éduquer c'est rabâcher. Dans la fosse ça dégouline de la sueur, du pue, du sang et peut-être même du sperme. Parfois on entend remonter : « Oh les gars, allez-y piano tout de même » puis en retour : « Diiii quoi, hey, où est ce que t'as vu autour de toi un Richard Clayderman Bro ! ».

Les titres "Hardcore Lives" et "Doc Marten Stomp" vont mettre au tapis un public K.O. Au WBZ on remercie Chris Tattoo pour les t-shirts, nice !




***************************************************************************************


Merci, merci, merci au crew de l'Xtremefest dans sa globalité, à tous.tes ses bénévoles, à Pollux Asso et sa cohorte collégiale d'associations autour d'elle pour ce week-end orgiaque. C'était parfait une fois de plus, rien à redire, un palier est franchi haut la main à chaque édition...et le public en traduit la même folie, intensité, communion, c'est vraiment très coOol & fun. Pendant 4 jours, les équipes de l’association et 250 bénévoles, ont accueilli avec enthousiasme plus de 7000 festivaliers et une quarantaine d’artistes nationaux et internationaux.

Pendant que le site se vide, l'équipe du WBZ est éreintée et tous les staff pour recouvrir l’événement se retrouvent pour finir la nuit au barnum du bar orga, avec les bénévoles, etc...Il y avait Gwardeath avec un shirt indiquant religieusement les eaux thermales bénites de Lourdes pratiquant le smurf et le paso-doble karatekacore sur des beats outranciers, un gentlemen je vous dis.

Pour la partie after-musak, c'était Clémentine et les Derniers Dinosaures, un groupe de reprise de gloubiboulga régressif en version pop punk, lequel a fait de la prose infantile...


Bisounours

...alors que juste après il y a eu de manière imprévu et spontané Poésie Zero déclamant son lyrisme à l'état brut. Mais j'étais déjà partie comme je devais me lever très tôt pour aller gagner ma croûte. Le dégoût avec extra-balle pour celle-là, pfffffffffff.


***************************************************************************************


Ce report est tout spécialement dédié à Rachid, frère de cœur méditerranéen, on compte sur toi l'année prochaine.

Salut à tous.tes les copains et copines, vous êtes géniaux on se revoit l'an prochain, en 2020, Pollux fête ses 20 ans, la fête sera encore plus belle, c'est certain ; )

Tous les groupes croisés pendant le festival vont tous enregistrer cet automne 2019, tous sans exception, et il y en avait un paquet. Cela promet un début d’année assez volumineux.


enregistrement.gif


***************************************************************************************


Chacun veut vivre sa vie comme il la voit/perçoit, c'est un impératif pour ne pas devenir fou, et c'est comme il la sent pour les plus fougueux.ses, comme il l'interprète pour les rêveurs.ses. Cette évidence vous la trouverez à l'Xtremefest, mais n'attends pas trois plombes pour prendre ton ticket !


Retrouvez tous les lives, ITW de cette journée, captés par Big Jim & Junk via la chaîne youtube WALLABIRZINE ; et les photos de Junk Cacahuète et jus d'orange sur la page FB du WBZ.


Fine


samedi, août 24 2019

IF IT'S TOO LOUD, YOU'RE TOO OLD


great.gif

XTREMEFEST - Samedi 03/08/2019

Chaude ambiance à Røckaway Beåch, enfin...dans le trou de Cap Découverte pour le record du monde du plus grand circle pit aquatique. Le résultat fut une très Grosse poilade et un pari tenu face à cette connerie monumentale !

Le crew de l'Xtremefest a de la suite dans les idées et une couillardise à la hauteur de ses ambitions fraternelles. Créer un festival en osmose avec les relations humaines et la sérénité festive de cette liturgie sonique, rejoint le projet de cette farandole nautique, en adéquation participative avec le site de Cap Découverte. L’équipe du WBZ a concouru à cette offrande aqueuse avec une ostentation naïve pour Junk Cacahuète par le biais d'un déguisement à fourrure. Avec un tel truc sur le corps et par temps sec c'est très vite insupportable, le hic c'est qu'une fois dans l'eau, certes tu n'as plus chaud mais tu coules avec le poids trempé du bordel. De plus un circle pit dans l'eau entraîne une force centrifugeuse assez forte pour être emporté. Junk en a fait les frais, dès le premier amorçage du virage il est parti à l'extérieur de l’aquapit et dans les profondeurs du lac. Pitiiiiin ! Il n'y avait que la go-pro qui dépassait de l'eau.

En fin de matinée c'est au camping dans la « The Cage » que Justin(e) et Ta Gueule ont jugulé la torpeur des festivaliers avec l'élan ensoleillé de leur filé le modjo, c'est donc à couille rabattue et avec le « It takes a revolution, to create a solution » de Bob Marley que les deux groupes ont satellisé leur vigueur et empreinte musicale.


***************************************************************************************


Le bon esprit de JODIE FASTER sur scène avec un humour à la hauteur des lignes de conduite qui prévaut quand on maintient une osmose relative pour un set de speed HxC oldschool, a fluidifié la vigueur brève de leurs titres.



2mn par morceau, heyyyyyyy, la précocité est de mise dans ce rapport de force brut et d'éclat de ferveur. Les Lillois sont décisifs, l'essentiel de leur hardcore se détermine autour d'une corrélation sonique sommaire à l'efficacité prégnante. Le son clair détermine déjà à la base une ligne de conduite oldschool. On est dans un art qui se prive d'artifices, et le groupe affichait cette impatiente de vivre jusqu'à la lie, avec la vigueur de faire déborder son environnement.

JODIE FASTER est percutant, mordant, incisif. Le groupe a traversé l'hexagone pour bouillir son hardcore dans la cage de l'Xtremefest et sur la Zguen stage. Retrouvez-les en ITW, en plus ils ne mâchent pas leurs mots.




***************************************************************************************


Samedi c’était costume paillette et maquillage pour la seconde année, pas mal de personne ont répondu à cet appel. Dans la salle intérieure le bal se passe devant un travestissement plaisant et bon enfant, avec déjà des costumes partant en lambeaux de lépreux dans un pit effervescent.

Le chanteur de REAL DEAL a fait le showman, dans le bon sens du terme. C'est à dire qu'il a maintenu avec enthousiasme son pit dans un état de fébrilité active. Rien à voir avec Robbie Williams qui est selon lui : « Un artiste né. Quand j'ouvre mon frigo et que la lumière s'allume je commence à chanter''. Tu vois c'est différent hein !

Le concert avait des atours de hargne et d'intensité, le groupe ne joue pas des coudes pour émousser, il apporte avec des riffs renforcés et des breaks catalyseurs une empreinte convaincante. Le public en a reçu la vibration comme une réussite (Pas le jeu de carte, hein).

L'expression « l'échec est une ecchymose » est fausse, demande à Rocky Balboa le nombre de fois où il a réussi son coup, il avait le même physique que Quasimodo après, et je constate que l'énergie que Real Deal a assaisonné n'a pas tourné au vinaigre, mais a délibérément marqué les corps et les esprits de contusions.



coup.gif


***************************************************************************************


L'intensité d'action brutale de MONDE DE MERDE a démontré que le public de l'Xtremefest ne cherche pas la merde d’un autre comme des chiens truffiers devant un composteur d'appartement.

Le groupe nous met le nez dans le bousier contemporain en nous hurlant que le mal métaphysique c'est l'imperfection du monde, et que le mal physique c'est la souffrance. Leur set insurge une primauté de volonté opiniâtre d'aller au cœur des choses instinctives, et d'accoler des breaks instantanés, toujours sur cet état transitoire de la fugacité de l'existence. Je soutiens que ce groupe est beaucoup plus philosophique que brutal. Il donne à mouvoir bien plus qu'un monologue de moraliste, boooooon, ce n'est pas évident d'en concevoir l'ensemble avec des titres aussi bourrus et rapides, soit. Cependant, passer à côté de la globalité de Monde De Merde c'est se pourrir soi-même.



Au WBZ on a la philosophie de vie bienveillante de Jacques Dor « On n'attend pas le bonheur, on ne court même pas après. On le fabrique, avec trois fois rien, ce qu'on a : un sourire, un mot, un élan, un vertige. C'est artisanal le bonheur, ça ne tient à rien et tout à coup, ça tient à toi. ».

Ce groupe fait de même. Il n'a pas abouti à un précipité farouche avec sa musique sans rien pour en accompagner l'existence. Derrière la brutalité d'action musicale se révèle une gestation de contraste, de nuance, une épaisseur, si c'est trop rapide pour toi, si tu n'as pas eu le temps de tout percevoir, et pour éviter que tu te réveilles à 35 ans pour te demander ce que ça veut dire « MONDE DE MERDE » ? Ce n'est pas que t’es indiscret…c’est juste que t’es un con ! », il y a une ITW du groupe qui te permettra de saisir, en autre, ce qui se cache derrière cette sentence.

Quand on parle de musique violente dans l’itw on entend le mot contemplation. Cela peut paraître surprenant et contraire, pourtant je trouve que l’on écarte trop souvent cette réflexion dans le punk. Musique brute et spontanée s’il en est, en omettant toute la réflexion en amont qui en découle, la gestation, digestion qu’il y a avant de tout jeter en pâture d’un bloc instantané.  Comme on peut vivre dans un monde de merde tout en conservant un regard lucide, ouvert et bienveillant, parce que l’on est là, présent, détaché de tout venin mais pas de la bestialité que l’on sécrète de façon naturelle. C’est un équilibre précaire en soi et au dehors. Ce groupe en a compris la juxtaposition, le contrepoids, la forme, la posture, la mesure et le déséquilibre.




***************************************************************************************


KIDS OF RAGE est un groupe dont le patronyme le porte à provoquer chez la jeunesse pimpante une farandole de torgnole dansante et d'entamer avec un jiu-jitsu chorégraphique hyper tonique.

Le groupe a fait son job comme on affirme dans le jargon journalistique quand on minaude près des petits fours. C'est vrai quoi, le chant était impeccable, le rendu propre, il n'y a pas eu d'exagération, d’ennui, le groupe a mis tout le monde en accord avec sa prestation, son attitude offensive et fun. Bien entendu c'était une évidence, avec son HxC enduit de mosh-part, les Barcelonnais vont à l'efficacité première, et cela s'en ressent fortement partout. Suite à la fulgurance du concert de Kids Of Rage, Junk souhaite (re)monter un groupe de punk-HxC. Si vous êtes intéressé.es contactez-le sur le page FB du WBZ.



Pendant le concert, il y avait un jeune garçon au dynamisme éreintant, il sautait comme s’il était sur un trampoline. Il me semble qu’à son âge je n’avais jamais osé gambader de la sorte avec autant d’insouciance et d’insolence. Alors maintenant je sais que ce n’est plus la peine d’en convenir, de plus, mes articulations ne tiendraient pas les chocs.

Doit-on dépérir inexorablement même en étant enthousiaste devant le set de Kids Of Rage ? Vous avez 2 heures…



***************************************************************************************


J'aurais franchement aimé jouer à tu me tiens par la barbichette avec le bassiste de NEGATIVE APPROACH. Heyyyyyyy même la chèvre de Monsieur Seguin n'en avait pas d'aussi aguichante, demande au Loup si tu veux.

Le punk est une crise d'adolescence, un cri d’hystérie collective pour certains redresseurs de torts. Pour d'autres il est fondamentalement un espace de liberté, un droit de parole légitime, une lutte (et parfois/souvent intestine), de récriminations, de refoulement épars, puissant et profonds.



Groupe culte munit de titre missile surpuissant, avec une discographie très réduite mais Ô combien déterminante, et qui a jalonné la piste pour de nombreux groupes par la suite, il est et demeure une fondation du punk. Le chanteur John Brannon, n'a pas décroché un mot entre les titres, un self-control de maître tai-chi-chuan assurément. Tiens je vous conseille le groupe Laughing Hyenas dans lequel il a chanté un punk blues intense dans les 90's. Même si l'approche musicale est différente, on reste dans le contre-bas rêche.

L'évidence d'entendre Negative Approach en live me confirme l'influence primordiale que le groupe a pu avoir avec un groupe comme Eyehategod, cela percute à l'oreille et par un larsen si je puis ( sans fond...du verbe pouvoir ) m'exprimer ainsi.

En parlant de puits le groupe était dedans à 350%, et ne demandait au public qu'à les rejoindre pour que la réverbération sonique pousse à la révolte, pour que tout le monde évacue en même temps que leur concision musicale purgative. Même si le guitariste est resté dos au public, et que le chanteur avait une hargne vocale indélébile.

Trois quadragénaires femmes étaient à balles devant moi sur les mélodies punks brut de décoffrage, avec des effluves de oi dans l'esprit. Pendant le set Big Jim me glissa son verdict avec la même vigueur qu’un coup de crosse de hockey dans le foie : “Ils ne l'ont pas déjà joué celle-là”, et je sais qu'il n'est pas le seul à le murmurer. Ahhhhhhh jeunesse outrecuidante perdue dans ces alcôves brumeuses avec comme unique replie spirituel de savoir ce qu'il y a à manger pour le souper du soir. Salopiaud va ! C'est vrai que tout dans l'attitude, la mélodie est et demeure primitif, le son est crust aussi. Le groupe a joué serrer et il reste vraiment très, très important pour cette sorte de colère, d'amertume, de rancœur, de révolte avec sa tumeur punk salvatrice.

Un très grand moment de punk indélébile assurément, je suis certain que dans sa digestive compréhension, même si la jeunesse s'emmerde les 3/4 de son temps de cerveau disponible, elle œuvrera par la suite à se pourlécher les babines avec ce groupe.


parfois_on_s__emmerde_dans_la_vie.gif



***************************************************************************************


Le groupe Hollandais NO TURNING BACK a magnifié sa ferveur avec son écrasante sonorité hardcore Californien, en plaquant une énergie considérable dans le pit. Surtout avec cette odeur musquée de transpiration, insoutenable pour les effluves qu'elles faisaient remonter sur celles et ceux qui étaient carapaté.es ou déjà mort à l'étage.

La fosse est très vite devenue une boite de casse-grain avec tous ces pois sauteurs. L'adhésion du public a complété à merveille la densité du groupe.

Dans leur musak les breaks rythmiques soulèvent le flow du HxC au son lourd. On pourrait penser que prendre une telle plâtrée dans la tronche va vous écraser la gueule, or c'est tout l'inverse qui se passe. C'est un rentre-dedans joyeux et léger dans la fosse à bestiau.

Sans alourdir son propos No Turning Back a déposé les claques soniques lui permettant d'astiquer les cages à miel du public, tout surpris de perdre une audition après un tel nettoyage au Kärcher HxC, en plus d'être groogy et super revivifié à la fois.



Quand même, il y avait 2 gars en train de roupiller peinard les jambes écartées dans les gradins, et oui pendant le set de Turning Back, comme quoi hein ? Les berceuses de cet acabit sont très efficaces. Parent, c'est mon conseil, arrêtez le désuet Henri Dez, immédiatement.


***************************************************************************************


L'intro de scène de THE CASUALTIES se révèle être assez surprenante en soi puisqu'il s'agit du titre « I'am a Rebel » composé par Alexander Young (sous le pseudonyme de George Alexander) pour ses frères dans AC/DC, mais interprété par Accept, groupe de heAvy metOl Allemand. Peut-être est-ce-dû à la petite taille des chanteurs Udo d'Accept et de Jake Kolatis des Casualties ?

Punk oi et refrains de street punk frictionnent le public comme une machine à laver, et fonctionne en mode 90° avec un essorage en règle. Quand tu vois l'état des fringues à la sortie, et ben pfiouuuuut. D'autant plus que quelqu'un a dû foutre de la javel dedans, il y avait des taches blanches partout.

Heuuuuuuuuu, c'est bien de la javel nan ?!?



Les coqs gaulois ont dansé sous l'irrigation d'un tuyau d'arrosage du crew de l'xtremefest en plein cagnas solaire afin de faire retomber les signaux de fumée des iroquois de toutes les couleurs. J'ai vu des crêtes bleu, rouge, manquait que le blanc aurait suggéré le borgne. C'était festif comme concert et les godillots soniques d'Exploited à G.B.H marchaient dans un riffing de rue. La morve pendait au tarin, les poings se sont levés, les gobelets réutilisables qui évitent l'utilisation du verre plastique jetable volaient dans les airs et devenaient donc... jetables. Ça pogottait gaiement en tous sens, un collé-serré de brassage ethnique punk, c'était le souk dans la fosse aurait dit la fille du borgne. Le groupe en plus de jeter en pâture ses titres bondissants nous a prodigué une cover des Ramones, intitulée « R.A.M.O.N.E.S. » chanson de Motörhead, en hommage aux Daltons du punk rock, disponible sur l'album « 1916 » paru en 1991, et conçu par Lemmy.

Ce concert de Street punk a été ce que le fumier est à la culture maraîchère, un fertilisant.



***************************************************************************************


Sing along et punk mélodique, douceur du soir mielleuse autour d'IGNITE.

Le hardcore mélodique datant de 1993 du combo a souligné à merveille la puissance émotive à la coOol Californienne de ce groupe du Comté d'Orange. Je dis cela au cas où vous aviez une vision très très réduite puisque le Backdrop le stipulait.

Le chant de Zoli Téglás est hyper juste et tout repose dessus. Non que la musique en soi se cache derrière, mais que sa justesse vocale et l'amplitude mélodique qu'il transmet vient se loger en plein cœur. Avec quatre albums et 2 décennies, porteur de paroles humanistes et écologistes afin de jouer de la musique pour changer les choses, le groupe traduit sur scène une force musicale sur laquelle il faut compter. En grattant dans les premiers albums révérenciels, et des covers de Bad Religion « We are only gonna die » et de U2 « Sunday Bloody Sunday », Ignite assure son set.



L'efficacité et le sens de toute musique se mesurent à la façon dont elle devient partie intégrante de soi. Il est plus qu'évident qu'Ignite pointe dans le cœur des choses solubles cette forte émotion subtile. C'était visible auprès d'une femme près de l'ingé son, car elle remuait lascive, et quand vous croisiez son regard son sourire flottait avec le ravissement d’un embrun dans la délicatesse musicale du groupe.

Tout le set fut abouti par une sagesse et force mélodique, et lorsque le trouble s'évapora, les yeux étaient embués, le corps se dérobait à sa mise à nu, le cœur laissa échapper du fond des soupirs des pensées de plénitude vers une latitude optimiste.



***************************************************************************************


Les cartoonesques TOY DOLLS ont cartooné.

Ben tiens, avec leur caoutchouc punk, vif, élancé, les fringants vieux de la vieille punkitude (Olga l'unique survivant depuis 1979) ont usé de souplesse et de contorsion afin d'ajourer leur plastique musicale extensible. Le public en raffole, c'est sautillant, explosif de saveur colorée, c'est festif, et un samedi soir de carnaval c'est pile dans le jus du Xtremefest.

Si « Vouloir être quelqu’un d’autre c’est gâcher la personne que vous êtes. » selon Kurt Cobain, il est avéré que Toy Dolls est celui qu'il doit être depuis toujours en restant celui qu'il est à jamais...Eeeeet merde, relis alors !



***************************************************************************************


Séance d’ostéopathie gratuite avec SICK OF IT ALL.

Se faire craquer les vertèbres par les légendaires New-Yorkais demeure une expérience bienfaitrice.

C'est toujours le même concert et toujours la même envie de jouer après toutes ces années. C'est dingue et cela peut-être une définition de la passion me semble-t-il ? Musicalement la formule est éculée, on pourrait affirmer que SOIA est comme ACDC, Motorhead & co, il se satisfait d'une recette musicale unique, ayant labellisé son culte. Aucune prise de risque, le groupe va à l'essentiel, ne recycle même pas, d'ailleurs pourquoi le ferait-il ? Le seul a tourné en rond c'est le public dans des circle pit avec la banane comme sourire. Le groupe est fier, affiche une attitude positive, fédératrice, s'éclate à fond, prend son pied, toujours avec le sourire, c'est imparable comme joie et plaisir fédérateur à transmette.



« Quand je suis sur scène, le sauvage en moi est en liberté. J'aime redevenir un homme des cavernes. Il me faut six heures pour me calmer après un concert. » Angus Young.

Oui le HxC punk de SOIA honore les valeurs du live qui ont fait sa renommée une fois encore, et ce depuis toujours. Le groupe n'a pas le melon en appartenant au culte HxC de la grosse pomme, il a le sens du respect réciproque.

L’Entertainment avait créée des faux-dieux, non seulement au moral mais aussi au physique. Sick Of It All est venu restaurer ce qui avait été perdu, il transforme le corps de notre génuflexion en le rendant semblable au sien avec une honnêteté non dissimulée, avec une fraîcheur de quinquagénaire inusable, comme une claque de vérité en un pur jus de concentré Hardcore !


***************************************************************************************


Je me répète mais les déguisements ont coloré l'Xtremefest. Au bar du vip, le costume est à la Marine, plein de matelot.es (je suis pas sûr de la féminisation ortaugrafike du mot) Olivier de l'association La Lune Derrière Les Granges ressemble au Capitaine Haddock dans une version de luxe et lounge de la Croisière S'amuse.

En seconde partie de soirée c'est Disco Bestiau avec un DJ qui met le feu à la platine, au sens comme au figuré. Pendant les indécentes beuveries de fin de soirée, je concours contre un pongiste avéré sur une porte dégondée, devenue table de ping-pong sommaire. Cette partie à l'aveugle avec Guillaume Circus permet de vous annoncer un retour proéminent de l'émission de radio Joining The Circus. Hip hip hip !

Sur le dance-floor le smurf rock'n'roll de Gwardeath ne laissa aucune chance aux autres mâles d'épater des femelles déjà sous le charme invertébré du Basque bondissant, d'autant plus munit d'un french flair toujours aussi actif pour caler des jeux de mots très subtils dont vous pouvez en retrouvez la teneur outrecuidante et à la coOol avec son report " Oui aux ambiances foreuses, non aux ambiances foireuses " de l'Xtremefest 2019. Dans le mercato journalistique, sachez par ailleurs que cet imminent personnage du monde libre du fanzinat sera très prochainement à la fanzinothèque de Poitiers dans un rôle d'encadrement.

Rappelez-vous le précepte d'Eddie Spaghetti (The Supersuckers), qui colle à la peau de Gwardeath : « Le rock'n'roll vous maintient dans un état constant de délinquance juvénile ».


Retrouvez tous les lives, ITW de cette journée, captés par Big Jim & Junk via la chaîne youtube WALLABIRZINE ; et les photos de Junk Cacahuète et jus d'orange sur la page FB du WBZ.


destruction_rock.gif


mardi, août 20 2019

CLOWNS – Nature / Nurture


CLOWNS___Nature_Nurture.jpg

Le groupe a créé son propre label, Damage Records Co. Hell, et même sa propre marque de sauce piquante, avec ce quatrième opus il impose une stature de solide outsider.

Stevie Williams – chant

Jake Laderman – batterie

Jarrod Goon – Guitare

William Robinson – Guitare

Hanny J – Basse/chant

Les Australiens passent un palier supplémentaire, la production est meilleure et épouse la sophistication d'un punk psyché avec un large spectre sonique, et pour un trip hallucinogène du chaos entre le punk hardcore furibard de Black Flag, l’urgence du garage rock cendreux de The Shrine, la robotisation catchy des Hives, le raw'n'roll ensoleillé du groupe The Bronx, et le bouillonnement fiévreux post-Nirvana.

Les riffs sont laminés par un bouillon mélodique brut de décoffrage, et l'équilibre furibard de distorsion sonique bouillonnante et d'amplification raw est maintenu par le duo vocal. Le groupe de Melbourne a pris le parti de faire parler sa force de frappe, c'est puissant, captivant car jamais la même chanson ne vient assombrir l'impulsivité sauvage de cet opus d'insurgés. C'est démesurément ardent, déluré et catchy. Le final c'est le titre « Nurture » avec un sitar, comment ne pas adorer cet album, mais comment ?!?

Clowns n'applique qu'une et même psychologie active :


CLOWNS___Nature_Nurture_1.gif


- page 1 de 7