WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - HxC

Fil des billets

lundi, juillet 8 2019

MUSCU – Courbatures


MUSCU___Courbatures.jpg

L'effet de la muscu c'est les courbatures. Ce nouveau trio de musique amplifiée a bien pigé le truc.

Composé de Ben (batteur des Flying Donuts), Hervé (Illegal Corpse, The Early Grave) et Nico (Whales At The Crossroads, The Early Grave), depuis Novembre 2018 et un enregistrement à l'indie Ear Studio (Montbéliard) avec Mathieu Kabi en Mai 2019, cet EP est disponible sur les plates formes digitales depuis le 30 Juin.

Tu peux l'écouter sur leur soundcloud ou leur bandcamp.

C'est un Hardcore des familles, ça poutre, c'est direct, pas de circonvolution, le plus long titre dure 2mn36, c'est un 4 titres efficace, je pense que c'était le but, ce faire plaizzzzzzzzzzir, aller tendre vers ce mélange de tension et d'acier trempé au groupe Paint It Black avec l'agilité et la souplesse du HxC de Kid Dynamite.

Le groupe est actuellement en train de composer d'autres morceaux pour se constituer un set et caler quelques dates pour la fin d'année dans l'Est de la France, la Suisse, totalement prêt pour lâcher du lourd à la muscu gros !


muscu.gif


mercredi, juin 12 2019

DEFEATER – Defeater


DEFEATER___Defeater.jpg

Album éponyme pour un groupe en abyme.

Defeater est un groupe de post-hardcore mélodique qui tourne sa discographie autour d'album conceptuel concernant l'histoire fictive d'une famille américaine contusionnée, de l'après deuxième guerre mondiale avec l'angle de vue à chaque album d'un protagoniste.

Ce cinquième opus est un poison bestial qui remue le couteau dans la plaie béante d'une histoire que certain.nes trouvent déjà trop longue. Pourquoi alors tourner autour de la même histoire sans cesse ? Si ce n'est pour dénouer les fils tendus, inexpugnables des maux irréversibles et évoquer l’empreinte indélébile.



On en ressent l'effet cathartique à travers les errances oppressantes que la tourmente impose. Le chant est taillé dans les barbelés, la plainte est déchirante, les râles impétueux. Les riffs à la densité assassine allongent les soubresauts de cet hardcore mélodique avec la fluidité de la complexité musicale, en lien avec la teneur émotive de l'histoire.

Une énergie cinétique se propage dans ce disque à hauteur d'homme, et agit comme un catalyseur dans les remous insatiables du post-hardcore, ce qui vous fera dépasser la douleur de ne voir et espérer en ce groupe qu'un synonyme entre Unsane, Touché Amoré et Converge.


DEFEATER___Defeater_1.gif


jeudi, juin 6 2019

JESUS PIECE – Only Self


JESUS_PIECE___Only_Self.jpg

Un monticule de boue possédé par la force d'un glissement de terrain herculéen, c'est la première image qui vient pendant l'écoute de cet opus de Jesus Piece.


Signé chez Southern Lord Records, les Philandelphiens écrasent tout avec une violence bravache et exténuante, voire même asphyxiante. Quel intérêt ? Se faire écraser la gueulle, pas plus, ni moins.

Masochisme ? On peut l'entendre de cette façon, pour la façon dont ce groupe démontre des qualités d'aplatir le cerveau de la dimension 3D vers la 1D, c'est à dire à plat, comme une claque dans la tronche.

École voisine de celle d'Harms Way, le groupe ne manque pas de pilonner son marteau pilon avec une lourdeur d'enc#lé de première bourre.

Vous l'avez compris, c'est un hardcore couillu, ambiance 90's, bien métallique, un poil indus, ça te fout le mental en mode mâchoire serrée fait pas chier connard.

On sent que l'assise est stable et que la hargne gagne une à une chaque cellule du corps musical.

Le fracassage est en règle et file le tournis, c'est parfait pour une séance dans une salle de sport.

Prends ta mandale pleine face jneus !


jesus_piece_-_un_disque_de_jneus_cons.gif


jeudi, mai 9 2019

HYPOCONDRIAX- All About


HYPOCONDRIAX-_All_About.jpg

HypocondriaX est issu des groupes de Nemless, 4 degré 7, Now'n'Later, Dirty Fonzy, From Behind. Leur musique est un mix de street punk/HxC Mélo.

Les Albigeois mettent sur objet physique la trame de leur ardeur musicale en 3 titres, et en moins de 10mn de hardcore des familles, pugnace, rentre-dedans. L'électrisation est tenace, les riffs exhortent, le chant est hargneux, les breaks rythmiques façonnent un E.P bien ébouriffé et dense. Les titres sont à géométrie variable, les torgnoles soniques et les lignes mélodiques partagent le même goût pour frapper droit, tout en gardant une sinuosité pour les crochets qui te font cracher du sang.

HypocondriaX n'est pas un malade imaginaire, il procède à un examen physique d'emblée, c'est à dire qu'il tape vite et c'est toujours bien placé, ça marque au corps quoi. Pour plus d'information consultez la notice.

Si cet Ep n'a pas été prescrit par votre médecin généraliste suite à un examen en profondeur comportant la prise de la température, de la pression artérielle, l’auscultation des cages à miel et la percussion (tests neurologiques), mon conseil est simple et radical : changez de praticien. 


HYPOCONDRIAX_1.gif


samedi, avril 6 2019

HAPPY BIRTHDAY


df_15_ans.jpg

Une bien belle fête était organisée à l'Athanor dans la préfecture du Tarn pour les 15 ans du groupe Dirty Fonzy.





A 15 ans tu commences l'adolescence et encore, pour les plus précoces, mais tu sais quoi ? Je ne suis pas certain que Dirty Fonzy a véritablement franchi le cap de la puberté ? C’est toujours des jeunes chenapans qui foutent un raffut de mille millions de mille sabords de tonnerre de Brest ! Heuuuu d'Albi.


Le trio du WallaBirZine était présent avec le kit nécessaire pour filmer la célébration. Junk Cacahuète et Vince Big Gym Tonic en mode fêtard mais sXe pour ne pas être sacrifiés un peu trop librement au culte de Bacchus. Nous avions à notre disposition une pièce pour les interviews et l’aval pour placer les caméras : Junk dans le pit en kit main libre et la gestion de go-pro et Big Gym dans les hauteurs sous-plafond de la salle.

Pour ouvrir les festivités c'était avec les hardcoreux d'HypocondriaX. Ouaie il faut cela pour dessouder les cages à miel d'entrée. Ce que fit le groupe sans problème. On sentait que ça piquait au cheveu quand même, enfin, tout est relatif quand on mentionne le niveau capillaire du groupe. Il faut dire qu'il y a de la consanguinité entre les deux formations Tarnaises que sont HypocondriaX et les Dirty, et que la veille il y eut un arrosage automatique, parce que le soleil du compagnonnage avait réuni tous les proches du crew Dirty Fonzy pour se foutre la tête à l'envers. HypocondriaX portait bien son patronyme avec les maux proche d'une fièvre des barriques.

Le groupe a fait son taf, balancer sa hargne dans le pit notamment avec ces trois nouveaux titres parce que le jeune groupe de vieux hardcoreux d'Albi viennent de sortir un EP en format physique, la veille de notre rencontre ils avaient débuté allègrement l'anniversaire des Dirty Fonzy. Ils répondent donc de leur actualité avec la tapette d'un pie-vert dans la tronche.




*******************************************************************

C’est à baba, c’est à yoyo, c’est à Bayonne que Shut Up Twist Again a débuté et non à St Tropez (pour le twist). J’ai du mal à imaginer ces gonzes en train de se foutre la tête en vrac habillés de blanc avec un foulard vert autour du cou pendant le raout vomitif des fêtes de leur cité. Bon, ils ont dû le faire plus jeune, cela n’a rien à voir avec leur musique. Pendant leur concert il y avait un fan vraiment too much des Wampas sur le devant de la scène avec un falzar zébré de l'époque d'Enfer magazine et le jeu de jambe de Dick Rivers. Attention je ne me moque pas, je suis incapable d'avoir cette prépondérante assurance. Le gazier, lui avait la même confiance que Corbier du club Dorothée et l’énergie du désespoir je pense pour s’agiter de la sorte. Quoiqu’il en soit il a fait le show.

Le groupe a exécuté un set ajusté entre la vivacité émotionnelle et le bouleversement fédérateur. C'est leur empreinte, d'ailleurs. Même après une pause de concert, et pour une reprise, Shut Up Twist Again envoie toujours la même intensité. Je suis vraiment rasséréné par la puissance que le groupe renvoie comme désir de vivre. Pourtant le public m'a semblé un brin timoré, et pourtant c'était sans compter sur la constante poussée des basques pour le faire sortir d'une forme relative de réserve à contenir sa désinhibition. C’est vrai que ce groupe est absolument tonique sur scène, et la pêche émotionnelle qu’il émet est de même acabit. Il y a de la solidité dans l’ossature musicale, une dépense d’énergie sans compter, le groupe rassemble vraiment autour de valeurs de partage, de communion, pour transmettre et partager en même temps dans un même lieu des sentiments, des centres d’intérêt, des valeurs, des opinions, des responsabilités ou des engagements divers… Il n’y a plus ici celui qui apporte et celui qui reçoit mais toutes les personnes concernées se retrouvent au sein d’une même réalité formant un tout.

Conclusion : Ce quatuor de punk rock propulse l'intensité d'une force brute avec une teneur fédératrice. En concert leur engagement est total, et dans leur auberge espagnole musicale il y a autant la patine mélodique américaine que la ferveur à fleur de peau anglaise. Ainsi ces bayonnais ont résolu l'équation d'un.e procrastinateur.rice avec la solution Shut Up Twist Again = « It's never too late to start again ». Pour en savoir davantage...




*******************************************************************

Hey t'sais quoi ? On s'est fait avoir par le début du set des Nantais d'Heavy Heart en pensant que le groupe avait finalisé son soundcheck, et bien non il avait bel et bien commencé.

En live le groupe déploie vraiment ses ailes. C'est plus fort, plus passionnel que sur disque. C’est le constat que nous nous étions fait. Pourtant à mesure que j'écoute leurs disques il me revient une sensation avec laquelle et de façon intime s’est imposé une intuition. J'ai toujours attendu cette musique venir me caresser, et qu'elle existait en moi sous une forme encore trop vaporeuse pour en constater la beauté gracile. C'est chose faite désormais.



Un rêve chaud et humide à travers des errances émotionnelles, et puis quelque chose de doux. C'est peut-être tout simplement comme cela que je ressens l'indie punk de ces quatre jeunes hommes.

Dans le flou le plus tenace j'interroge le groupe par des images claires comme le conçoit Jean-Luc Godard.

Autre chose m'est venu bien après le concert (comme toujours), c’est au sujet de leur profondeur que je n'arrive pas à leur traduire en itw, elle a fait écho au groupe King Of Leon début 2000. Sur ce fait d'être saisi avec le cœur à vif par des jeunes gens capables d'une aisance émotive aussi intuitive qu'immédiate. Leur set était vraiment très cool. J’avais été téléporté lors de leur set à l’Xtremefest et de nouveau m’est revenu la même saveur, la même couleur, le même parfum de délicatesse et de fougue.


*******************************************************************


fireworks.gif


En pleine puberté les Albigeois de Dirty Fonzy fêtent quinze années de punk rock et racontent la teneur de leur rocambolesque parcours, avec du fun, du fun et du fun.



Le brassage malté et le métissage musical font bon mélange chez Dirty Fonzy, et ce, depuis toujours. Quinze ans c’est l’âge du mercurochrome, à la question comment les Dirty briscards allaient négocier ce virage ? La question est simple, frontalement et avec le sourire aux lèvres. Un concert avec lequel le groupe a réalisé une rétrospective de leur discographie, et chaque changement de backdrop permettait d'évoquer une époque à travers le visuel d'un album. Il y avait pas mal de climats différents, dans le punk à rosser les enceintes, en version pub pendant la St Patrick, autour d’un feu de camp, dans une ruelle anglaise, etc…Cela aurait-il pu durer aussi longtemps que l'opéra rock de Martin Circus humblement intitulé La révolution Française ? Que nenni, puisque les Dirty ont réalisé en 100mn un set à chaleur explosive. Leur street punk est fédérateur, il aime la fête et le mélange, entre le punk celtique et le pounk furibard, c'est la déconne en tout genre, parfois même à roulette glissant sur sa cabourdise désinhibée. Les gars sont en places, les voix sont nickel, le pit est dans la parade, on ne tourne pas les serviettes pour autant.

Chez les Dirty seul le sens du partage compte et si tu calcules vite fait cela fait quinze piges, autant te dire que la cohésion en live, elle transpirait immédiatement. Vient le moment du parrainage des anciens avec le trompettiste Dirty Midier, du batteur Dadé Kool (intervenant principal pour le rafraîchissement houblonesque des gars sur scène tout au long du set) et du bassiste Fonzy. Les Albigeois terminent leur set à fond les ballons comme les Ramones. Sur scène c'est l'invasion au point qu'un jack ou une pédale de Johnny Guitare est touché.e, dans le pit Angelo Papas est descendu foutre du kérosène punk dans la meute imbibée de bière. C'est un bordel Fonzynesque et qui résume parfaitement leurs 15 ans de zguenitude punk totalement assumé.


*******************************************************************

Entre les concerts on a pu papoter, et parce que Hey Bitches ça biche ! Retrouvez quatre drôles de dames sur le vif , elles ont formé un collectif pour rosir la brique Toulousaine dans l'organisation de concert underground. Rencontre.




*******************************************************************

Le final c'était avec le grand orchestre Charly Fiasco.

Monsieur Boule fait du rap pendant le soundcheck, le grand orchestre Charly Fiasco était dans le 8.1 et dans la place, bro ! Avec le meilleur backdrop de toute la soirée sans conteste, malgré l'imposant référencement autobiographique du Dirty Crew. Les Toulousains finissent la soirée sans tambour ni trompette mais avec des guitares banchées sur secteur.

Le fait que le public soit resté est étonnant pour eux, alors que le groupe a quasiment la même longévité que celle des Dirty, et leurs titres sont devenus des hymnes familières à notre façon d'être.

J'adore ces gars. Je ne serais objectif pour traduire leur concert, ce qui ne signifie nullement que c'est du copinage. Si je dois leur dire quelque chose je sais que je peux le leur dire. Avec le temps et l'épaisseur de maturation nécessaire pour esbaudir un public un brin éméché vous pouvez être certain que ce groupe saura trouver les mots qu'il faut.

Les Poulidors du punk rock ont toujours le mot pour rire, la preuve ils ont une actualité secrète et des conneries éblouissantes à dire sur les Dirty Fonzy.



Le bassiste, El Roliano est le seul à avoir exécuté deux sets, et même d’affilés. Le lama du punk hexagonal n’a pas fait main basse (2 points) à sa réputation de crooner du glaviot, il a pu étendre 20 litres de salive sur scène pour que ses collègues passent en mode patinoire.

Pour être tout à fait honnête avec à vous, les charly parlent de manière répété et prolixe entre leurs morceaux uniquement pour calfeutrer un âge avancé demandant un temps de récupération de plus en plus long. A l’âge canonique des Rolling Stone un concert de Charly Fiasco durera 10H00 pour un set effectif de 50mn musical.

Que voulez-vous que je vous dise de plus, vite fait, mal fait selon le pessimisme du groupe ? Mais nannnnnnnn, c'était génial comme set avec un riffing de coupe à mulet des 80's et sa rythmique imposant l'état d'esprit de Motley Crüe pendant la période Shout At The Devil. Un chant bringuebalant des textes fins et à la limite de l'apoplexie en fin de set, surmontés par des chœurs de doo wop aussi sirupeux qu'entre les équipes de rugby du XV de Castelginest et du R.C Labarthe sur Leze reprenant l'invalide à la pine de bois a cappella en 3ème mi-temps, après un score honorable de 7 point Castelginestois contre 78. Oui, c'est effectivement cela qui s'appelle une piquette. Charly a su gagner avec le temps un taux de sympathie relationnel avec l'audace impromptue de ses capacités humaines, musicales, et d'interprètes. Ce groupe est un stimulant dans les domaines des musiques amplifiées et puis c’est tout. Partant perdant et toujours champion du monde invaincu comme étant le groupe à la cabourdise jamais égalée, et l'on oublie trop souvent de le mentionner, avec des textes ciselées et un punk rock qui accroche par son tempérament explosif et foutrement cool.


*******************************************************************

Retrouvez toutes les ITW, les lives sur la Chåine WallaBirZine.


Remerciement à la team WBZ Junk Cacaouète & Jus d'Orange/ Vince Big Gym Tonic ; aux orchestres Dirty Fonzy, Charly Fiasco, HypocondriaX, Shut Up Twist Again, Heavy Heart, au collectif de super women Hey Bitches, tous.tes les zguen copains.ines de Pollux/Xtremefest, les Aveyronnais qui parlent super bien l’anglais, le fan des Wampas, et tout ceux.lles présent.es à cette aniv.

Je voudrais remercier tout particulièrement les deux jeunes gars qui se sont pointés devant Junk Cacahuète pour le remercier de la qualité des vidéos et l’éclairage que nous apportions à la scène underground. Ça c’est le meilleur compliment que vous pouviez nous faire, vraiment.

XXX

Bir

Report réalisé pendant l'écoute de l'album éponyme de Tempel, Teenage Bottlerocket Stay Rad, The Claypool Lennon Delirium South Of Reality.


WBZ : Le sens de la fête


- page 1 de 6