WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - PuNk RoCk

Fil des billets

mercredi, novembre 17 2021

LA DEBACLE - La Débâcle


la_debacle.jpg

Le trio Toulousain La Débâcle suit pour son premier E.P 4 titres le punk rock de Charly Fiasco , la joliesse indie du power rock.

« La débâcle en héritage, la fuite juste après l’orage ». C’est avec ce constat que le groupe fait les présentations. Un brin de mélancolie et la rage de balancer ce qui provient de l'intime.

Le fruit du riff comme bourrasque mélodique, des rythmes chaloupés pour en faire voguer le vague à l'âme, des textes ciselés pour en imprimer les couleurs et comme une offrande dans le tintamarre du monde, c'est quatre titres épidermiques interprétés à corps perdu dans la brume existentielle.

Le trio habille avec cette banalité du quotidien la lumière du cœur et de nos oasis. La Débâcle fabrique une musique nomade sur notre temps de poussière, montre l'incertitude des chemins avec cette mue musicale ensauvagée qui mène à l'échappatoire.


la_debacle.gif


mardi, novembre 16 2021

PUMP UP THE VOLUME ON FIRE


tumblr_718f971e1fcd15a7afb8d01b1953df5a_ac90a2b9_500.jpg

Yo Bro,

La seconde soirée de la Lune calling #40 a démontré l’impermanence d‘une situation et de son affluence.

La veille, lors de La génuflexion Hardcore de Jim Carrey nous démontrions une insuffisance dans le public. Ce samedi 13 novembre la soirée au Jean-Jaurès rameute une communauté Toulousaine pour le concert du soir. A l’extérieur ça tchatche, clope et picole, derrière le comptoir ça jongle avec en fond sonore de quoi mélanger de la tequila avec du houblon. L’ambiance est martelée de rouge et ‘’faucillée’’ de compagnonnage, on traverse le bar pour se rendre au fond, derrière un rideau les Albigeois de GET REAL ont investi la scène.

Ce groupe existe depuis septembre 2018, tu noteras que depuis mars 2019 c’est nuit et brouillard pour la culture, donc en très peu de temps et de lumière Get Real est parvenu à se hisser avec l’attraction d’une force centrifugeuse en guise de musique. Dès l’entame de leur set, le groupe a su capter l’attention, non pas pour contrôler les masses, mais pour apporter au public la dépendance nécessaire pour participer comme il l’entend dans le pit. Le Hardcore est une musique puissante et fédératrice, à gorge déployée le groupe a démontré sa capacité d’action, le public était en état de commotion, il  a ramassé les titres de leur EP et premier opus "Deprived of Everything" en pleine face. C’était Wall Of Jericho puissance 10 !

Au WallaBirZine nous sommes toujours impressionnés par les prestations de ce groupe, nous les suivons depuis le tout début, et nous avons pu mesurer la nette progression, pallier après pallier, sans brûler les étapes Get Real devient plus fort. Leur musique possède un taux de pénétration et une densité forte, une nouvelle fois leur set fut une branlée !

Le groupe a fait du public un origami, il l’a plié au fur et à mesure avec son intensité de jeu, toujours plus exponentielle.


2.gif

Le deuxième groupe c’était avec le quatuor ONE BURNING MATCH.

Quand tu passes après Get Real, tu te dois de te remonter les manches à coup sûr, et c’est ce que le groupe a accompli, captant lui aussi tout le public pour déverser son hardcore explosif. Les Clermontois fondent leur HxC avec le fiel sonique du stoner’n’roll, typé selon moi avec un groupe comme Black Tusk. Le chanteur guitariste avait bouffé la rage, il distillait un courant ascendant avec lequel il poussait les potards et son groupe vers la liesse générale. Grosse patate dans le foie avec ce set également, cela a transpiré d’une réelle et belle énergie, l’écume hardcore de One Burning Match est une propulsion à l’essence sanguine, il vous transperce d’une ardeur incandescente.

Leurs titres possèdent cette inclusion émancipatrice, munit d’un son transversal et avec lequel on plonge direct dans la torpeur déchaînée.

   
one_burning_match.gif

On rejoint la communauté du rock alternatif, comme les tribus anciennes de la Mano, des Négresses, des Bérus, ils sont une chiée sur scène. Il y avait huit zozos, dont trois insoumis au chant munit de cagoule. KRAV BOCA est dans le bar Jean-Jaurès comme s’il était à scander directement dans la rue. La température déjà à un niveau bien au-dessus de la normale de saison, est montée d’un cran en moins de deux.

Le rap est le langage universel qui excelle et rassemble, il soulève les foules quand sa fusion musicale et ses textes en braillent le fracas fédérateur. Avec Krav Boca c’est et ce fut le cas. Le public était jeune, il abordait le set comme on saborde les rives de la convenance pour retourner le bar dans une clameur venue des luttes de la rue. Attisée par la houle du groupe, le public a donné son corps en débordant du cadre, tous solidaires pour une nuit apache. Krav Boca alimentait sa force en interaction avec le pit, à coup de canette vide aussi, mais surtout pour attiser cette revanche libératrice qui fait lever les bras et crier à l’euphorie.



La jubilation trouvait ses armes d’attaque dans la folie que répandait Krav Boca, groupe militant pour l’humanisme fédérateur. Le set s’est terminé par une dernière salutation avec la cover des Béruriers Noirs « Salut à Toi ».  

Émancipation, affranchissement ou damnation pour le punk ? Dans un concert de punk rock hardcore metal on ne te demandera pas de voter, d’éliminer quelqu’un, de te mettre en compétition, mais, juste d’être, là.

Les politiques, ou autres manias du pouvoir, avant de tuer l’autre dans leur gouvernance, ont étranglé en eux toute conscience collective, juste pour ce gain de domination instinctif du lion qui rugit à l’appel de la gloire. Les trois concerts ont eu cette générosité de l’existence qui fait passer le collectif avant l’individuel, sans jamais oublier l’individu.e.

 

Merci à La Lune derrière les Granges, au bar le Jean-Jaurès, Get Real, One Burning Match, Krav Boca, au public venu nombreux, il y avait belle lurette ( vu l'expression ça date) que l'on n'avait pas connu une telle effervescence, c’était chaud patate et vraiment coOol ; )

Retrouvez les photos de la soirée de Junk Cacahuète sur notre page FB et les vidéos sur notre page YT.


5.gif


 

samedi, novembre 13 2021

La génuflexion Hardcore de Jim Carrey


BRISONS_LA_GLACE.gif

Une nouvelle soirée organisée par l'asso La Lune Derrière Les Granges ce 12/11/2021, et pour cette soirée je dirais derrière le Gange...

C'est aux ateliers que les concerts ont lieu. L'équipe de ce lieu associatif fuse l'hospitalité dans le fondement de leur sociabilité fédératrice. Le lieu est toujours aussi beau, cool, le parquet toujours aussi souple, et les groupes ont eu le même brasier sonore que leur intention musicale.

SKULL SODA débute c'est sa première scène depuis 2 ans, nouveau bassiste et un guitariste avec un tympan percé pour l'occasion.

Le quatuor Toulousain-gascon entame de la plus belle des revanches, avec la fibre de sortir du gouffre des envies leur musique émotive. Leur fibre musicale varie du post-hardcore à l'emo, du punk rock mélo au power rock. Antoine Lanau, le guitariste chanteur est aussi graphiste et il a apposé sur des dessins l'essence du festival Xtremefest. Son chant parvient à développer l'empreinte sensible de leur musique. Côté chœur l'association des deux guitaristes renforcent l'épicentre de cette densité émotionnelle. J'ai toujours apprécié ce groupe, il a su trouver son identité, percé le cœur de son enrobage pour aller dans ces profondeurs de volupté où se détermine chaque parcelle de violence et de douceur. Ce contraste valorise leur palette sonore aussi. Ouaie un chouette concert, le nouveau bassiste affirme avec la rythmique une ossature déterminante, et vers ce décollage où les variations mélodiques se jugulent à de légères dissonances.

L'emocore de Skull Soda trouve toujours le chemin de toucher votre cœur, il suit les trajectoires musicales d'un Save The Day, American Football.

Quand HYPOCONDRIAX déroule son set hardcore remplit d'énergie positive, il est désormais ce quintette propulsant les valeurs fraternelles avec la vigueur originelle du HxC. Un retour aux bases, fondations, aux fondamentaux !


retour_musical_en_arriere.gif

Leur nouveau guitariste c'est ce vieux pote qui gravite depuis l'école élémentaire, il est muni d'un curriculum vitæ qui affiche : guitariste chanteur du groupe Dirty Fonzy. Le gazier a pris son panard a joué collé serré avec un hardcore frontal. HypocondriaX a remis les pendules à l'heure d'été, bonne humeur, énergie, bourrasque de riffs, rythmique à double propulsion, chant combatif et fédérateur. Le seul regret, c'est que cette soirée n'est pas rencontrée davantage de public. C'est comme cela...Heureusement qu'il y a les Albigeois dans le Tarn.

Tout est une question de réseau, de communauté, et de nos jours élargir sa circonférence demande une diplomatie adaptée à chaque personne, requiert très certainement un apprentissage éducatif pour apporter une curiosité aux nouvelles générations. Une explication du moins. Le rock se meurt d'être pris dans l'étau de sa temporalité, les vagues musicales passent à chaque décennie en inventant un nouveau style pour chaque génération, il est un marqueur de temps pour changer le monde, ou du moins évolue selon l'objet physique. Les années 60's font référence au 45 Tours, les 70'-80's au 33 Tours et K7, les 90's au CD, les 2000's au téléchargement pirate et à la dématérialisation de la musique, à partir de 2010 c'est le retour de l'objet mais juste pour les nostalgiques. Avec le temps on se ressource toujours avec ce qui nous a fondé.

Nous vieillissons toutes et tous, emportant le terreau de nos terres d'exil et cette nostalgie existentielle, nous voudrions partager cette lumière, mais le temps n'a pas d'attache, il creuse le sillon à réinventant une nouvelle source, une nouvelle lumière, angle de vue, comme avec chaque mouvement. Pourtant tous ces styles musicaux ont su se renouveler, et garder dans leur giron leur essence, leur élixir, philtre de jouvence...

Oui mais voilà, le constat est limpide, on se retrouve à chaque concert avec les mêmes personnes. L'équation est simple : Nous sommes de plus en plus nombreux, chacun est différent, ce qui avait valeur d'union disparaît au fur et à mesure du panel d'intérêt croissant. Cette agitation multiple divise, amplifie les ségrégations et fait crever à petit feu les restes vivaces d’un passé qui semble suranné. Et à la fois, ce qui est paradoxal, c'est que les festivals rameutent chaque année le temps d'un week-end une fraternité de réjouissance commune. Pourquoi ne pas pousser davantage avec les concerts tout au long de l'année alors ?

Ah, autre chose qui a son importance, les gens n'ont plus le temps. Ils ont a profusion des sources de divertissements, et le confort moderne les maintient dans un état végétatif. Ils lisent le résumé, le titre d'un article et la conclusion quand cela leur convient, écoute 1mn une nouvelle chanson, regarde le teaser d'un film, regarde des vidéos d'une minute sur TikTok, mais cela leur prend des heures et des heures de tout visionner. C'est un nivellement vers le bas. C'est le Lapin pressé d'Alice aux pays des merveilles.

Après je sais que depuis le 100 mots de cette chronique les 3/4 des personnes ont zappé, rien à foutre. Parce que si j'en avais quelque chose à faire il y aurait très longtemps que j'aurais stoppé. Et toutes les personnes qui font vivre le courant alternatif le font par passion.

Je pense que les jeunes auraient dû être présent pour le set du dernier groupe, DARJEELING OPIUM.

Cet inconnu au bataillon du soir, est un OVNI.


tumblr_af6f334cd67478d07e777ddbd3a8371d_1802dd18_500.gif

Le genre de groupe que tu aimes détester tout autant qu'il te fascine. C'est un quatuor de Montpellier.

Musicalement il jongle avec les styles, son truc c'est la fusion. Mais pas comme tu l'entends des 90's. OK bon oui il y en a des morceaux dedans, mais c'est comme si Franck Zappa faisait une fusion de grincore.

Dès le premier morceau on se demande si le groupe a fini ses balances où est ce que le show a vraiment commencé ? Mais ouaie c'est le bordel sur scène, un chaos généreux, théâtral. Merde mais c'est quoi ce gars qui hurle sans arrêt. Oui tu as bien lu, je ne me demande pas c'est qui mais quoi. Je me dis qu'il va bien finir par gerber à force d'imiter Dani de Cradle Of Filth  et Karl Willetts de Bolt Thrower. Mais non.

Le volume sonore est exagérément trop fort, j'ai oublié les bouchons, j'en ai marre de faire des concerts en me protégeant de tout, tous. Nous allons finir habiller comme des CRS, leur ressembler, et obéir, obéir, O B E Y !

Le mec est carrément en train de me percer les tympans en gueulant. Sa tessiture vocale est magique, il passe du growl au cri suraigu

Je trouve finalement que ce groupe exhorte tout ce qu'il y en a lui, il l'expulse de manière frontale, c'est un fait, ce qui paraît décousu au début prend tout son sens quand on capte bien le groove. Car leur muzak est pétri de groOove. Ce truc lourd et dense qui fait remuer. Si le chanteur semble théâtralisé sa prestation, parfois tu as l'impression que c'est Jim Carrey qui éclate la discographie de Black Bomb A en version grind. Pareil avec le recul je pense qu'il a besoin de cette expression pour pousser la densité de sa performance au niveau de l'intensité de leur musique.

D'ailleurs le chanteur a signifié au bout de trois morceaux d'une voix fluette pour le coup : «  C'est cool vous restez, d'habitude les gens ne supportent ce que l'on fait ! »

La fuite est le premier geste de survie et de repli face à l'inconnu. Darjeeling Opium pousse les limites du genre punk hardcore vers la scission grind et la fusion libertaire, tu prends ceci dans la gueule où tu rentres chez toi voir un gars en train de chier sur le trottoir, quoique tu peux assister à cela à Castres...Si, si, c'est possible j'ai déjà vu.

Le monde est soluble dans l'instant, pourtant on en arrive à retenir des fragments de pureté que l'on chéri comme un totem intérieur. Nous n'avons pas le don d'ubiquité, vous ne pourrez pas tout voir, assister à tout, mais soutenir un lieu, des groupes, des associations qui se bougent pour faire vivre l'intensité des fragments de pureté demeurent bien plus important que des vidéos sur les réseaux sociaux. Bougez vous, sortez de votre zone de confort, venez frottez votre existence pour vous embraser !

L'embrasement c'est ce qui sort de scène à chaque concert, un feu, un braiser qui ne s'éteint pas, c'est vrai, c'est pur, intense et une fois que vous y avait goûté, la Vie n'est plus une évocation.

Retrouvez toutes les photos de junk sur notre page FB, merci à la Lune, aux Ateliers, à Skull Soda, HypocondriaX, Darjeeling Opium, aux ami.es qui ont fait le déplacement..Junk et oim nous vous informons avec nos moyens, notre passion, nous ne ferons pas votre effort de vous lever le fion par contre.


wbz_oldschool_fanzine.gif


mardi, novembre 9 2021

SOUTH BERKELEY - Too Slow


SOUTH_BERKELEY_-_Too_Slow.jpg

South Berkeley est un nouveau groupe de pop punk avec des anciens membres de Sail To North dont le premier long format « Too Slow » vient de sortir avec le label Krod Records. Basé à Paris et Nice le groupe pratique la collision cotonneuse entre les vibrations oldschool de blink-182 et des influences actuelles.

Certains thèmes comme l’amour, la tristesse, la nostalgie, la mélancolie, la colère, le destin, sont récurrents. Les chansons « Glass & Sparks » et « Eleanor », parlent toutes les deux de la même histoire, c’est-à-dire d’un accident de voiture fictif. Eleanor est le nom donné à une fille morte dans l’accident, et sa vie personnelle est développée dans la chanson, « Glass & Sparks » décrit l’histoire de son petit ami qui a survécu.

A travers son innocence musicalité pop punk, fabriqué de sunset Californien, de mélancolie doucereuse, le trio caresse et ouvre à chaque contraste permanent un album où : « Il ne faut pas avoir peur des vagues qui agitent votre âme. C'est ça, la vie. » Huang Sok Yong (Le vieux jardin)

Derrière la plastique joliesse, les superbes harmonies vocales et les mélodies enjôleuses, il y a en plus une profondeur de ton, une forme d'ivresse joyeuse qui fait vivre comme un soleil et mourir comme une étoile. South Berkeley provoque la fiction pour tendre vers le réel, pour qu'à la source de leur création musicale naisse ce qui germe dans la chair, au creux de l'intime. Il y a une saveur capable de répandre une propagation de gingembre dans le ventre. C’est chaud et doux, frais et pimpant, doué et pénétrant, perspicace et immolant 




samedi, octobre 30 2021

TEENAGE BOTTLEROCKET - Sick Sesh !


Teenage_Bottlerocket___Sick_Sesh.jpg

Le punk rock et la pop-punk en particulier, est notoirement l'exutoire de l'angoisse des adolescents pleurnichards. C'est aussi le cynisme agressif des "Teenagers" de My Chemical Romance, si c'est pour certains, essentiellement un truc juvénile, il n'en reste pas moins qu'avec le temps les groupes ont passé l'age de se carapater dans la fumette, ou des jupons de leur mère, et Teenage Bottlerocket vient de révéler les préoccupations de la vie adulte dans son dernier album, Sick Sesh !

Le quatuor de Laramie dans le Wyoming, (avec Ray Carlisle guitare et chant, Kody Templeman guitare et chant, Miguel Chen basse et Darren Chewka batterie et chœurs,) a sorti son propulseur à hits, et délivre 12 compositions de pop punk addictives.

Si tu aimes les albums haut en couleur, saches que la discographie de Teenage Bottlerocket en propose une à chaque album, celle-ci c'est le orange.

Des morceaux de moins de 3mn chrono, une précision de mélodie hyper catchy, une fluidité et régularité métronomique, le tout avec l'âme adulescente. L'accroche est immédiate, et souvent c'est le genre d'opus que tu mâches sans arrêt jusqu'à enlever toute la saveur première, et que tu recraches parce qu'il te sort par la tronche. Mais ouaie c'est carrément le principe de la pop aussi, tu consommes à outrance vite fait et tu captes une nouveauté...On gobe à cette insouciance jusqu'à qu'elle te sorte par les yeux. Et pourtant Teenage Bottlerocket a une particularité essentielle, si derrière la facilité tenace et la puérile apparente, il y a tout d'abord un envol mélodique chirurgical, comme les acteurs de comédie connaissent les ressors et le timing approprié pour faire rigoler, Teenage Bottlerocket possède la formulation magique pour faire monter la sauce punk rock instantanément. Et cela c'est une alchimie, un dosage de tous les instants, un aboutissement permanent.

La plastique punk-gum de leur musique est propulsée sur orbite par le duo Ray Carlisle / Kody Templeman qui rivalise au chant. Le son de l'album va renforcer l'assise supersonique et des power chords affûtés, pour l'ossature rythmique c'est un moteur de booster soutenu, yessssssss !

Ce groupe a un talent de composition pour des hymnes colorées totalement open à entonner la glisse du skate punk par nostalgie, mais c'est surtout un punk rock à mélodie percutante et flair britannique, comme avec ce « Statistic » diablement coOol, hypnotique et Billy Idolien ! C'est tout cet équilibre des forces de bon goût entre le punk classique et la pop punk mielleuse, de The Ramones à Green Day pour la partie ricaine. l'album alterne avec fluidité entre différents sous-genres, époques et domaines du punk.

Teenage Bottlerocket trace sa route sans se soucier, toujours aussi sincère avec leur parole capable de rendre intéressant et affectueux une histoire loufoque sur l'amitié entre un homme et un écureuil innocent qui se trouve devant sa fenêtre.

Je suis toujours excité à l'approche d'un nouvel album de Teenage Bottlerocket, j'adOre ce groupe pour sa simplicité d'action, elle me va droit au cœur, j'apprécie son fun, c'est très important de donner de la joie, et je pense que c'est fondamentalement lié avec les étoiles de la pop culture américaine. J'aime sa fréquence punk rock, elle transporte une énergie considérable de bien-être, et aussi parce que leurs mélodies sont vraiment, mais Vraiment savoureuses. Vous avez l'impression d'avoir entendu cela dix mille fois peut-être, mais pas avec une telle coolitude et fludidité. Si tu en doutes écoute leur titre « Gorilla Warfare ».

Chaque tranche d'age a son épopée, avec Teenage Bottlerocket s'ouvre à chaque fois une joyeuse fête où l'adolescent sourit à la Vie.




- page 1 de 9