WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - rock brut

Fil des billets

samedi, janvier 8 2022

THE HARTS INDUSTRY – All Covered IN Gold


THE_HARTS_INDUSTRY___All_Covered_IN_Gold.png

Après un 1er EP « Cherokee Hell » en 2017, le groupe annonce la sortie d'un nouvel opus de 5 titres « All Covered in Gold » pour le 18 Février 2022.

Ce quatuor avait avec leur E.P ‘’Cherokee Hell’’ posait les termes d’un rock à la croûte épaisse, mélangeant le stoner, grunge, et rock alternatif. Depuis, la rage a métamorphosé vers une torpeur permettant de fédérer davantage.

Que cela soit avec les ajours d’un soft rock cotonneux, comme avec la romance réverbérée de Phil Collins pour le titre « Water Snakes », avec « Night Calls » qui épouse les contours délicats de Kings Of Leon et Tears For Fears, où d’un « Cross The Lines » faisant résonner ses vibrations à même de graver ses réalités dans la chair, ce vrombissement rock’on suscite l’abordage des Black Rebel Motorcycle Band.

Pendant que le business du rock est toujours à la recherche de ses divinités perdues, en marche dans le désert existentiel pour suivre la trace du roi lézard, The Harts Industry rencontre sa constellation, dans les cimes d’une agonie de sensualité et d’émotions subtiles, le groupe caresse ce rock capiteux, un poil mainstream comme ce « Prodigal Son » revenant des 80’s avec le fantôme slow rock d’INXS, et avec « The Day Is Pale » qui débute comme la soie ténébreuse des Norvégiens de Madrugada.

Mais si le groupe puise toujours dans ses sources limpides la clairvoyance de sa filiation, il parvient à créer son zeste et son harmonie singulière avec une véritable identité sonore.

Il est avéré que The Harts Industry peut nous emporter dans un torrent de béguin sombre, comme une créature qui nous mène à la noyade sentimentale !




mercredi, décembre 29 2021

ROUGEGORGEROUGE – 4


ROUGEGORGEROUGE___4.jpg

Depuis « Froast » datant de 2013, les Bordelais de RougeGorgeRouge exhortent de leur musique le fruit envoûtant d’un rock lumineux, et tout aussi obscur.

Le foisonnement d’un rock ouvertement épineux jonche de la houle psychédélique au psycho-kraut son entaille cosmique. Il est ardu de parler de cette musique, tant elle semble énigmatique. Ce 4ème album est autoproduit, entièrement composé, enregistré par le groupe.

Leur rock Faustien semble sortir de nulle-part, avec le tournis math-rock et des ersatz de pop en fragmentation sur l’indicible.

C’est une musique sèche et minimaliste aux contours saillants, parfois nébuleuse. Elle arrive des limbes du Velvet Underground, des plaines psyché du Floyd de Syd Barret, avec une veine noisy qui coule pour éclabousser l’égoïne post-punk. Côté power rock c’est du côté de Superchunk, et pour le cool c’est Yo La Tengo. Ce kaléidoscope est transgenre, le krautrock y cherche sa part de lumière dans la no-wave, dans le flou musical, ne cherchez pas de tiroir où la ranger, elle arrive du cosmos dans sa propre météorite.

Trouve ce que tu y vois. Ecoute ce qui y vit, s’agite, il y a des murmures dont les nuances sont plus abouties que les cris dans la nuit. Laisse-toi porter par ces sourires malicieux qui tendent vers l’impétuosité, la folie, la contagion sonique. Effets secondaires garantis !


ROUGEGORGEROUGE.gif


dimanche, décembre 26 2021

SONIC ANGELS - up and down


SONIC_ANGELS_-_up_and_down.jpg

Basé à Valence, en Espagne, Sonic Angels a débuté en 2005 avec l'intention de maintenir la tradition des groupes de garage punk rock, mélodiquement inspirés et sauvages…Après plus de 500 concerts aux USA, en Amérique du Sud, au Mexique et en Europe, les Sonic Angels ont sorti leur set qui reflète l'énergie de groupes pour qui le rock'n'roll est un mode de vie, de pensée et de respiration !

Cet E.P 4 titres propose 8 minutes d'adrénaline garage punk lo-fi sans aucun piège ni fioritures. Comprenant leur tubesque « Love is The Law », « Up & Down » en référence au plus petit club de leur ville natale Montpellier, « Farlopa » inspiré de leurs dernières tournées aux États-Unis, au Mexique et en Amérique du Sud, et « On the Radio » qui reflète les difficultés sans fin pour trouver ce que souhaite Sonic Angels. Avec la bassiste Sylvie Martin et Marc Hacquet à la guitare, de la salle Subsonic à Montpellier, et Jose Segura alias Fletan à la poumpoum, le trio aborde le punk dans sa veine oldschool & primitive. Les riffs plongent dans l’acmé avec le son d’un bolide d’autrefois. La rythmique agite les soubresauts et bat la chamane comme un cœur de cible. Des flashs de solis viennent en cataclysmes provoquer le nerf sonique, et c’est vrai que l’on n’a pas le temps de s’emmerder avec ce garage band.


SONIC_ANGELS.gif

mercredi, décembre 15 2021

SLIMBOY - The Fear, The Anger & Most Of All Your Hope


Slimboy.jpg

Pour résumer Slimboy, c'est simple et compliqué. La formation remonte avant l'an 2000 mais avec un break d'environ 10 ans entre 2007 et 2017, où le leader du groupe a formé Cancer. Avec ses derniers compères de Cancer, il a reformé Slimboy, quelques temps après le départ du chanteur de Snitch, Sven, qui a participé au dernier EP de Cancer en tant que chanteur guitariste. Slimboy revient en 2017 avec son cinquième album qui a été enregistré chez Mike Herrera, chanteur de MXPX.

Le groupe indie punk est de retour après deux ans d’attente, ainsi qu’après la fermeture des rangs avec SBÄM Records, finalement la sortie du nouvel album studio "The Fear, The Anger & Most Of All Your Hope" et une tournée européenne avec Love Equals Death approchent pour 2022 comme un renouveau.

« Le fait que nous ayons produit et enregistré les chansons nous-mêmes a été la meilleure décision que nous ayons prise depuis longtemps. Nous sommes comme un bon vin, la qualité s'améliore avec le temps. »

Le septième album de Slimboy emprunte la voie la plus directe de toutes. Le guitariste Fabian Gasser a enregistré les neuf chansons dans sa propre salle de répétition à Bâle. Les chansons très personnelles sur l'amour, l'espoir et la déception inondent l’opus. Le groupe balance sa sauce indie rock avec le mixage de Bob Hoag (The Ataris, Pollen) et le mastering de Jason Livermore au célèbre The Blasting Room (Rise Against, Descendents, NOFX, etc.).

Parmi les quelques combats jaunis par le temps, et avant que le regret ne l’emporte une fois encore, le groupe trouve cette part d’élégance d’élever son art, et de cet opus reste la pureté blanchie des proses du lendemain, avec un soupçon d’amertume et d’une revitalisation mélodique.




jeudi, décembre 9 2021

KILLING VOLTS - Symptomatic Dilemma (of a Post-Capitalist Mind)


KILLING_VOLTS_-_Symptomatic_Dilemma.jpg

Créé en 2013, Killing Volts est un projet initié à l’origine par Tania Silversen et Al Castro, rapidement rejoints par Math Sink et Onne. Tous acteurs de la scène locale genevoise et appartenant aux formations Black Widow’s Project (Al et Math), Las Furias (Onne) et Tania Silversen & The Wavehunters (Tania).

C’est un rock racé typé The Runaways avec son sens de l’énergie en accord avec un son groove, où les mélodies et émotions se fuzzent. Il y a aussi le melting-pot du rock 90’s de Skunk Anansie, Garbage, avec la rage émotionnelle au corps pour la partie vocale, ainsi qu’un venin ténébreux planant comme une ombre stoner, une drogue psyché venue des limbes. Killing Volts est capable de boire dans le calice les sombres colères, et les écarlates noirceurs en extirpant des paroles bâillonnées la hargne d’une musique musclée, et craquante de peps.

"Certains jours c'est la chaleur, certains jours c'est la tendresse, certains jours c'est la douleur." Tyler Knott Gregson



- page 1 de 7