WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - metOl

Fil des billets

mercredi, novembre 24 2021

THÅRN – Collisions


THARN___Collisions.jpg

THÅRN est un groupe de post-metal/sludge/Doom/post-hardcore, nouveau prétendant de la florissante scène britannique. Formé juste avant la pandémie, le duo basé à Londres aurait pu facilement arrêter là, mais a persévéré pour écrire et enregistrer leur premier album percutant COLLISIONS.

Leur musique est assaillie de texture sludge metal, post-hardcore enflammé et d'atmosphères noircies. THÅRN est un buvard de nuance cérébrale, instantanée, émotive.

Le duo Luke Booth (We Never Learned To Live, ex-Human Future) et Jérôme Barré (Finis Omnivm, Screensaver) réussit à suspendre dans son obscurité les tourments en quatre titres apocalyptiques. Comme la marée au clair de lune s'immole dans un vacarme, nous allons avec cette « Collisions » au bout de nous comme dans une île déserte.

Le producteur Joe Clayton (Pijn, Leeched) a capturé l'angoisse explosive de THÅRN dans ses détails sonores, sur un disque dynamique qui vous frappe avec une performance physique, lourde et volatile. Enregistré au No Studio à Manchester et masterisé par Will Killingsworth (des légendes américaines du screamo Orchid).

Il y a dans ce disque l’étendue du ciel au-delà de la brume menant aux voies insondables vers le recueillement. Il y a l'existence de nos mues qui nous martèle notre temps de poussière parsemés d’étoiles filantes à travers le crépuscule. Il y a cette danse lente parcourant l'incertitude des chants invisibles, courroucées des lointains ensauvagés.

Leur premier long format est déjà très attendu et atterrira juste à temps pour foutre en l'air votre liste d'album de l'année 2021, car THÅRN peut être aussi brutal qu'écrasant, aussi endurant dans ses atmosphères et textures sonores afin de créer un opus à la densité importante.


THARN___Collisions.gif

Mon souhait en 2022 c'est de voir en concert Thårn dans le département du Tarn.


vendredi, novembre 19 2021

À TERRE – Notre Ciel Noir


A_TERRE___Notre_Ciel_Noir.jpg

Ce quintette se nomme « à terre », dès l'entame du premier titre, c'est « Tous aux abris!  » que l'on se dit. Diantre, il y avait longtemps que je n'avais ressenti une telle érection sonique survoler l'ensemble de tout ce que je peux écouter. Et pour tout vous avouer, j'ingurgite pas mal, tous styles confondus.

C'est Yan du fanzine le Cafzic » qui m'a filé le tuyau, le groupe est des Landes, oui comme Gojira. Si les volcans ont crevé en Auvergne, c'est dans la densité forestière des Landes qu'il se passe un trouble fondamental avec l'assisse terrestre. Un ancrage dans les tréfonds pour asseoir une telle vigueur tellurique. Ce groupe en exprime tout le potentiel dans son premier E.P, judicieusement intitulé « Notre Ciel Noir », sa lourdeur jointe celle des Bordelais de Year Of No Light, sa torpeur jouxte celle des Belges d'Amenra, et le fiel se superpose à celui des Américains de Converge. Quand tu affiches les stigmates d'un tel trio, tu ressens un magma fiévreux, explosif, chargé d'une lave d'obscurité à la capacité de se répandre en un venin expiatoire.

Ce disque vient planter ses crocs dans la plaie de nos doutes, peurs, hésitations, échecs, désert existentiel, abandon, comme si les cinq blessures de l'âme étaient résumé en 3 titres distincts, instinctifs, capable de nous faire expirer tout le fiel de l'intimité.

On se laisse suspendre à l’orée de cette forêt dense où les plantes referment derrière vous leur ombre courroucée, on avance pas à pas dans la noirceur de l'âme avec ce post-hardcore qui se fond en nous comme dans une nuit qui étire son feu à travers des cris, et à l'unisson de notre propre abandon.


a_terre.gif


dimanche, novembre 7 2021

Rave On Binary - Your Eden Falls


Rave_On_Binary.jpg

Rave On Binary est un quatuor de nü-metal électro qui vient de décrocher dans notre système solaire.

Il possède autant la clownerie Nü de Slipknot que le metalcorelectro de Crossfaith, pour la face Superdupont c'est avec la filiation de Treponem Pal et le futurisme de Metal Hurlant, sans compter avec la couillonade des Cannibal Mosquitos et de celle de Stupeflip.

Le scénario est basique : Dans le futur, l’Homme créa une Intelligence Artificielle qui révolutionna l’histoire de l’humanité. En effet, celle-ci prit le pouvoir en leurrant la race humaine grâce à un monde virtuel. Forte de son emprise, elle décida que le meilleur moyen de sauver l’Humanité était de l’anéantir afin de la “virtualiser” pour l’éternité. Témoin d’une apocalypse nucléaire, un homme parvient à survivre malgré la traque de robots assassins en se déguisant en l’un d’eux. Il infiltre alors une base militaire de l’IA et trouve une machine de voyage temporel. Ce voyage sera dangereux, et peut-être même sans fin, mais il est le seul moyen de changer le cours des choses.

Le groupe parvient à faire le tri de ses influences artistiques et apppose les fondements bi-nationaux d'une musicalité qui voit autant dans le metal que dans une rave party. Pour le moment c'est cheapos, mais regarde Daft Punk au début c'était 2 punks délirant sur le dance-floor, le groupe Ghost une église Mercyful Fate en bois de Suède. Derrière le décorum il y a un concept qui implique une attitude, une mise en lumière et mise en abïme de deux mondes. Un qui nait des cendres du précédent. Parce que Rave On Binary est issu de cette génération ayant grandi avec le melting-pot créatif, metal, électro, rap, d'anticipation robotique, son approche est tout autant déclamatoire à un nouveau monde qu'à cet ancien plus dévastée, dont on en retrouve les élans musicaux que picturaux. On peut ainsi retrouver des embryons de la série Section Zéro, l'électronicore de The Browning tout à la fois. Et en plus il y a le putain de groOove deathcore de WAKE UP FRANKIE !

Alors que le monde est ravagé par les voix auto-tuné de nono le robot, l'espoir des Jedi, du monde souterrain et libertaire dispose de son arme secrète : Le premier EP " Your Eden Falls " de Rave On Binuary en diffuse toute une robotique musicale extrême et délirante donnant la Voie du metAAAAAAAAAAAAAAL !




samedi, novembre 6 2021

SINISTER DAYS – Serve / Destroy


SINISTER_DAYS___Serve_Destroy.jpg

Formé en 2013, Sinister Days est un groupe de Hardcore metAl Nantais possédé par une variation de grindcore beatdown afin de créer une musique agressive et moderne. Leur premier E.P 6 titres « Serve / Destroy » sortira début 2022.

Le premier titre est « Kill Your President », il ne fait pas que suggérer la brutalité, nous voilà prévenu, surtout qu’en terme de contraste musical le groupe sait faire mouvoir les parois froides du black metål avec son HxC. Le titre est tendu, lourd, explosif, rempli de souffre avec un groove omniprésent et des breakdowns.

Ce qu'on met de soi dans un disque est infiniment plus vaste que ce qu'on croit lui confier. Quelquefois c'est sa propre vie, sa vocation, sa sauvagerie, son dénuement, de toute façon c'est toujours surabondant quand c’est conçu avec son feu intérieur. C’est comme une valeur clandestine que l'on offre dans un feu de joie et de douleur expiatoire. J'espère que vous vous souvenez de ce que l'on ressent après avoir poussé un bon cri, parce que ce disque mentionne les thèmes de l’injustice, solitude, malbouffe, mais pas seulement pour vilipender, ou rouvrir des cicatrices, mais pour abattre son poing guttural d’une férocité masculine.

Le titre « Harvest » pousse une sensation d’indus dans sa déflagration Harm's Way. « On a Spike » lorgne méchamment du côté du grind et fascore, ça va vite, le chant est gruiiikisé, c’est poisseux.

« Fast Food Nation » est un titre qui rejoint le titre « Harvest » avec son option sonique façon Code Orange. Pour les paroles je vous donne l’indication d’une citation de Jean Yanne pour vous en donner la moelle : « Je serais à la place des agriculteurs qui déposent du fumier devant les Mac Do, je me méfierais parce que les gérants vont finir par croire qu'il s'agit d'une livraison. ».

Le dernier titre, « Serve / Destroy » est davantage deathcore, avec des grumeaux de Beatdown qui crépitent de partout. Leur brutalité HxC rappelle celle de Trap Them, Integrity, Pulling Teeth.

Le constat est sans appel, ce groupe n’est pas là pour creuser dans une branche de buis une pipe à weed, l’échafaud de Sinister Days est fin prête à retourner les têtes dans un panier en osier sanguinaire, vivement le premier long format.


SINISTER_DAYS.gif


mardi, octobre 26 2021

KNOCKED LOOSE - A Tear in the Fabric of Life


KNOCKED_LOOSE_-_A_Tear_in_the_Fabric_of_Life.jpg

Knocked Loose est un groupe fondé en 2013 à Louisville dans le Kentucky. Après un premier EP « Pop Culture » via Little Heart Records, suivra un split avec Damaged Goods, un EP éponymevia le label No Luck Records. « Laugh Tracks » est leur premier long format en 2016, puis « A Different Shade of Blue » via Pure Noise Records en 2019.

Cette fois le groupe a sorti son nouvel EP “A Tear in the Fabric of Life”, enregistré et produit par Will Putney (Thy Art Is, Body Count). Disponible depuis le 13 October 2021 via Pure Noise Records. Cet EP de mi-longueur dispose de grandes ambitions sonores et une esthétique cohérente qui s'accroche à la livraison anthémique de marque de Knocked Loose. La musique anthémique est une musique qui a des qualités qui conviennent à un hymne, comme un air fort et un sentiment sérieux.

Knocked Loose pose les bases de l’album concept sur un EP autour d'un road trip qui a mal tourné : un accident de voiture, un passager décédé, culpabilité des survivants et retrouvailles dans la mort. Musicalement, le récit suit. 6 titres à vase communiquant écrits dans l'ordre et se parlent à parts égales, avec le wall of sound de Phil Spector et un HxC death metal pour en équilibrer la tension entre maîtrise technique et accroche musicale, qui selon le guitariste Isaac Hale avec pour résultat de faire tout sonner de façon "plus extrême et abrasive".

A Tear in the Fabric of Life est une histoire écrite par le chanteur/parolier de Knocked Loose Bryan Garris et prend vie dans un film d'animation extraordinaire réalisé et créé par le cinéaste suédois Magnus Jonsson, qui est connu pour sa curiosité visuelle et explore souvent des thèmes sombres, dans des mondes abstraits et surréalistes.

Garris révèle : « C'est une histoire de deuil extrême et des niveaux qu'une personne est prête à traverser pour s'en débarrasser. L'histoire suit un personnage principal à travers un accident de voiture traumatisant tard une nuit dans les bois qui laisse son partenaire décédé, et à partir de là, vous plongez avec lui dans la dépression et la culpabilité qui accompagnent le fait d'être la cause de quelque chose de si préjudiciable. C'est la première fois que nous avons vraiment plongé et essayé de créer quelque chose de sonique qui évoque une gamme différente d'émotions et surtout quelque chose qui introduit de la tension et de l'anxiété. L'histoire est racontée non seulement à travers les mots, mais aussi à travers la musique, ce qui s'est avéré être notre plus grand défi d'écriture. Lyriquement, cette histoire a fini par être beaucoup plus personnelle que nous ne l'avions initialement prévu. Nous avons commencé avec l'idée de raconter une histoire fictive, mais tout au long du processus, j'ai trouvé des moyens d'incorporer de vrais sentiments de perte et de deuil, ainsi que la colère et le doute de soi. J'ai toujours été un écrivain très personnel et c'était à l'origine un pas de plus vers quelque chose de plus artistique. Mais à la fin, c'était tout aussi thérapeutique que d'écrire un disque Knocked Loose ordinaire, et je pense que vous pourrez l'entendre. »

Le réalisateur et animateur Magnus Jonsson a déclaré : « Je veux toujours créer quelque chose qui complète la musique, fonctionne au sein de ses structures et, espérons-le, enrichisse l'expérience du public. Avec un format plus long autour de 21 minutes, couvrant 6 pistes, je savais que cette histoire de fantômes noirs était un défi très intéressant à explorer en animation. J'ai pris l'histoire présentée dans les chansons et je l'ai ancrée dans un monde visuel. Je voulais créer un cauchemar intense, en me concentrant sur les états émotionnels du personnage principal de Bryan. J'ai créé des visuels qui plongent le public plus profondément dans cette histoire d'une descente en spirale dans l'horreur et la folie destructrice - en adoptant une approche minimaliste et parfois même abstraite de nombreuses parties de la création d'images, créant un malaise et une atmosphère étrange. »





- page 1 de 11