WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - post-rock

Fil des billets

vendredi, octobre 22 2021

TSUNAMI FROM HEAVEN - Tsunami From Heaven


Tsunami_from_heaven.jpg

L’entité bicéphale de Tsunami From Heaven a conçu une aventure post rock experimentale/ ambient / drone retranscrite dans un premier EP éponyme.

Sébastien Bédrunes et Sébastien Janjou ont passé dix années à travailler, écouter, jouer, fabriquer et produire du son, pour eux et pour d'autres. La pause covid a mis un frein à leur activité mais à proximité l'un de l'autre. L’opportunité fonde l’évènement vers la composition de 8 titres instrumentaux.

Ce qui ressort de leur EP, c'est que la résonnance est immédiate, elle transporte en son sein les territoires libres d’une musique mouvante. Elle met en évidence l’éclat palpable et la fréquence émotionnelle des deux musiciens à l’unisson, avec l’apport du batteur Étienne Ziemniak posées sur les pistes du projet plus tard. De Godspeed You! Black Emperor, Hint, « Tsunami from Heaven incarne l’expérimentation. Le mur du son, oui. Mais celui qui laisse voyager la lumière. »

Disponible sur leur page Bandcamp et le label Opposite Prod l’opus transcende son désir musical, qui est par essence, pulsionnel, instinctuel et animal. Même si l'homme a inventé l'art de la séduction pop pour le rendre acceptable, avouable et plus sensuel, de manière instinctive, intellectuelle, l’expérimentation attise les braises capables de faire émerger la lumière d’un feu primitif, qui métamorphose tout.

A l’écoute de cet E.P les images se forment et se succèdent. On ressent une puissance tellurique, une dimension parfois épique, une force naturelle, des brèches de mélancolie en quête du paradis.

Ce disque m’évoque aussi ce passage littéraire de Philippe Jaccottet, La Semaison, Carnets 1954-1979 : « Comme la lune est le miroir soleil, l’eau est de la lumière qui s’enfonce dans la terre, une lumière fraîche, un ciel de septembre. L’étoile est un feu d’eau, un feu glacé. Tout devient bleu comme sous une chevelure défaite, un visage assombri par le désir ou le chagrin. Tout devient bleu, surtout au loin les montagnes. Plus près on voit encore des rochers, des arbres plus clairs que les autres. Il y a comme une tendre accalmie. »


Tsunami_from_Heaven.gif


lundi, septembre 27 2021

VERBIAN - Irrupção


VERBIAN_-_Irrupcao.jpg

Verbian est un trio quasi-instrumental de Porto, au Portugal. Ils se caractérisent par une approche progressive unique et superposé, imprégné de l'influence de divers langages musicaux, notamment le prog-rock, le post-métal et même du doom.

Tout au long de leur répertoire, ils alternent entre une myriade de paysages sonores, recourant à des riffs lourds et épiques pour se taper la tête, de l'électronique, des samples et des synthétiseurs.

"Irrupção" est leur 2ème, il est sorti via le label Antigony Records.

Le groupe explique sa démarche artistique : "Irrupção' est notre deuxième album et nous le voyons comme une consolidation de toutes nos expérimentations depuis le début du groupe. En tant que groupe et aussi en tant qu'individus, nous essayons d'être toujours en constante évolution et ce album est la conséquence du travail acharné que nous avons investi, non seulement dans notre musique, mais dans nos propres vies."

« Irrupção » est un mot portugais qui signifie éruption, mais contrairement à « erupção », nous voyons ce mot avec un sens légèrement différent C'est une éruption interne. Imaginez si un volcan entrerait en éruption en lui-même. C'est ainsi que nous voyons cet album, comme une explosion interne qui n'a nulle part où déborder, comme un trou noir, comme tout ce que nous ne comprenons pas mais qui a son sens et conséquence ailleurs, dans un autre plan. C'était un processus très intense dans lequel nous nous consumions volontiers, comme nous le faisons toujours en faisant de l'art. Au final, cela devient une catharsis et nous ne pouvons pas être très fiers du résultat. Nous voulons que l'auditeur fasse face à cet album comme un voyage à travers leurs propres recoins inconnus, dans le but de les aider, à la fin, à se purifier, comme nous l'avons fait exprès pour nous-mêmes au cours de ce processus.

''Nous avons incorporé différentes tonalités et textures à cet album, par rapport au précédent 'Jaez', comme des synthés et des samples tout au long, avec une composante plus électronique, sans perdre sa 'brutité' humaine et sa composante organique. En fait, pour ajouter à ce composant brut, nous avons également ajouté des voix dans certains morceaux comme 'Nem A Luz Escapa' et 'A Cada Inverno' et avons essayé de les utiliser comme instruments, comme couches supplémentaires, mais aussi dans le but d'ajouter un peu de sens et d'émotion à la piste elle-même. Nous avons essayé de ne pas forcer les choses et de voir tous les morceaux comme faisant partie d'un tout. Le reste est à vous d'imaginer ce que vous en voulez, ne nous laissez pas influencer."

"L'album n'est qu'un élément de toute l'expérience que nous essayons de transmettre avec Verbian. Pour vraiment comprendre et assimiler l'intégralité du message, il faut aussi voir nos vidéos et surtout nous regarder jouer en direct. Nous vous promettons de belles surprises dans nos spectacles. Alors seulement, vous pourrez vraiment dire que vous comprenez notre groupe ou notre musique. Néanmoins, tout le monde est invité et que vous soyez blanc, noir, orange, gay, rétro, carré ou rond, la porte est ouverte à tous. Vous êtes nous et nous sommes vous. Pour toujours".


mercredi, juin 16 2021

MILKILO – ABANDON


MILKILO___ABANDON.jpg

« Revenir de la nuit comme du bout de soi-même ; Garder la mémoire de ce qui a tremblé. » Estelle Fenzy.

Le duo basse batterie stéphanois Milkilo marque de son empreinte mammouthesque un second opus « ABANDON » sorti le 11 Juin 2021 en vinyle, cd et digital, en coproduction avec Araki Records, Itawak Records & Bad Health. La distribution est assurée par Inouie Distribution (physique) et Atypeek Music (digital).

Leur précédent opus « Atlas » en 2017 suivait les stridences noise et les réflexions ténébreuses du krautrock.

Munis d’un looper, en musique, une boucle (loop en anglais) est une séquence musicale destinée à être répétée indéfiniment, ce nouvel album dispose d’une fusion de punk noise, krautrock électronique, sculptant avec ce plomb au groove ombragé des titres embrasés, jouxtant le précipice cosmique du trio Montpelliérain Marvin.

Rappelant les joies des colonies de vacances pour une french touch noisy, chaque titre donne le nectar d’un fruit unique, gorgé de fièvre, de flottaison mélodique, riff sabbathien, rythmique dadaïste, climax de braise, fonte sludgy. Il ne manque rien à cet album, il s’accomplit de tripes et de swing, de sécrétions et de groove, de transpiration et de rythme.

On passe dans cet « Abandon » ce genre de nuit d’éclaboussure à ébruiter de frissonnement une saveur sonique et profonde, un réel de rêve !



mardi, juin 15 2021

WHEN WAVES COLLIDE - Chasm


WHEN_WAVES_COLLIDE_-_Chasm.jpg

When Waves Collide est un groupe de post-rock parisien créé début 2017.

Le quatuor a créé un univers sensoriel délicat. Il travaille chaque texture pour vous emmener dans l'immensité. Il est vrai que par-delà les mots, la musique instrumentale apporte un accès plus directe émotionnellement. Le groupe ne fabrique pas une musique, il en libère la peinture en sculptant le corps musical avec une palette de couleurs affective. C'est cette sensibilité à fleur de peau qui colore nos sens, élargit le cadre de notre érudition pour en agrandir et amplifier le tonnerre intérieur en une accalmie de douceur. Une exigence dans l'écoute remplira cet espace laissé vacant par le trop d'émotions suscitées.

Selon le groupe « Chasm » est l'histoire d'une civilisation au bord de l'effondrement. Vide humain ou faute géologique, on tombe dedans en espérant un signe. Nous suivons leur voyage à travers les chants, tombant avec eux, survivant aux cataclysmes, priant pour de l'aide, interpréter les présages jusqu'à ce que nous nous échouions au bout du chemin.

Les six titres traversent la voie lactée de nos émotions, apportent une patience à chaque mouvement pour que nous puissions intégrer tous les propos musicaux, mélodiques et harmoniques. Magnifiant une saveur duvetée pour l'éther, il persiste dans ses nuages arborescents le goût de l'éternité pour en filtrer les sens.

« Le syndrome de Stendhal, explique Angel, est un terme médical. C'est quand une peinture ou n'importe quelle œuvre d'art est tellement belle que le spectateur s'en trouve anéanti. C'est une forme de choc. Lorsque Stendhal a visité l'église de Santa Croce à Florence, en 1817, il a rapporté qu'il avait failli s'évanouir de joie. Les gens ont le cœur qui palpite à toute vitesse. Ils ont des vertiges. Le fait de contempler de grandes œuvres d'art te fait t'évanouir te fait oublier ton nom, te fait même oublier où tu te trouves. Cela peut déclencher une dépression et un épuisement physique. L'amnésie. La panique. Une attaque cardiaque. Un effrontément total. » Journal intime de Chuck Palahniuk


mercredi, juin 9 2021

A RIVER CROSSING - Forsaken


A_RIVER_CROSSING_-_Forsaken.jpg

« L’amour de la musique mène toujours à la musique de l’amour… » Jacques Prévert

A River Crossing est un groupe de Post-rock, il sait faire fondre les frontières du genre avec la trinité : Sensation, ancrage et mélancolie.

Après un premier opus « Sediment » en 2017, il signe avec le label italien Antigony Records (The Chasing Monster, Plight Radio) pour un deuxième album, lequel décrit la vie d'un point de vue incertain. Des pensées émergent des chansons reliant des humains abandonnés, avec des imaginations pleines d'espoir. Les titres sont des histoires uniques, tissées sur une toile qui illumine la vie sous différents angles avec pour finalité de ne pas perdre de vue l'essentiel, la vie elle-même.

Le quartet de Lucerne (Suisse) mélange avec subtilité des arpèges et mélodies cristallines, l'ensemble dispose d'une forte dose d'apaisement et d'épaisseur. Les atmosphères introspectives sont sensibles aux arrangements variés. Les motifs mélodiques sont faits pour être brisés dans l'écume émotionnelle, les structures des chansons le sont aussi. Le chant clair rejoint parfois une voix féminine libérant une sensibilité lumineuse. Chaque chanson raconte sa propre histoire qui culmine soit dans une grande apothéose finale, soit s'évanouit dans une épure contemplative.

L'opus combine des mélodies accrocheuses, tapisse une chaleur de sonorité rêveuse jamais surjouée, inondant un post-rock dans le prisme progressiste indie et shoegaze, et avec une élégante complexité qui sans en dépeindre le sens, ouvre le cœur émotionnel.

« La complexité de mes émotions était si profonde qu'elle me portait au-delà du royaume des larmes » Patti Smith