WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - electro

Fil des billets

dimanche, novembre 7 2021

Rave On Binary - Your Eden Falls


Rave_On_Binary.jpg

Rave On Binary est un quatuor de nü-metal électro qui vient de décrocher dans notre système solaire.

Il possède autant la clownerie Nü de Slipknot que le metalcorelectro de Crossfaith, pour la face Superdupont c'est avec la filiation de Treponem Pal et le futurisme de Metal Hurlant, sans compter avec la couillonade des Cannibal Mosquitos et de celle de Stupeflip.

Le scénario est basique : Dans le futur, l’Homme créa une Intelligence Artificielle qui révolutionna l’histoire de l’humanité. En effet, celle-ci prit le pouvoir en leurrant la race humaine grâce à un monde virtuel. Forte de son emprise, elle décida que le meilleur moyen de sauver l’Humanité était de l’anéantir afin de la “virtualiser” pour l’éternité. Témoin d’une apocalypse nucléaire, un homme parvient à survivre malgré la traque de robots assassins en se déguisant en l’un d’eux. Il infiltre alors une base militaire de l’IA et trouve une machine de voyage temporel. Ce voyage sera dangereux, et peut-être même sans fin, mais il est le seul moyen de changer le cours des choses.

Le groupe parvient à faire le tri de ses influences artistiques et apppose les fondements bi-nationaux d'une musicalité qui voit autant dans le metal que dans une rave party. Pour le moment c'est cheapos, mais regarde Daft Punk au début c'était 2 punks délirant sur le dance-floor, le groupe Ghost une église Mercyful Fate en bois de Suède. Derrière le décorum il y a un concept qui implique une attitude, une mise en lumière et mise en abïme de deux mondes. Un qui nait des cendres du précédent. Parce que Rave On Binary est issu de cette génération ayant grandi avec le melting-pot créatif, metal, électro, rap, d'anticipation robotique, son approche est tout autant déclamatoire à un nouveau monde qu'à cet ancien plus dévastée, dont on en retrouve les élans musicaux que picturaux. On peut ainsi retrouver des embryons de la série Section Zéro, l'électronicore de The Browning tout à la fois. Et en plus il y a le putain de groOove deathcore de WAKE UP FRANKIE !

Alors que le monde est ravagé par les voix auto-tuné de nono le robot, l'espoir des Jedi, du monde souterrain et libertaire dispose de son arme secrète : Le premier EP " Your Eden Falls " de Rave On Binuary en diffuse toute une robotique musicale extrême et délirante donnant la Voie du metAAAAAAAAAAAAAAL !




vendredi, juillet 16 2021

CARPENTER BRUT – Blood Machine


CARPENTER_BRUT___Blood_Machine.jpg

Il nous aura fait remuer du croupion, battre des paupières, lever les bras en l’air, le gredin. La force musicale de Carpenter Brut est d’agiter les remous des eighties clinquant avec une synthwave à la plastique issue de cette fluorescence tapageuse.

« Blood Machine » est la bande originale du film de deux réalisateurs français, Raphaël Hernandez et Savitri Joly-Gonfard, réunis sous un même pseudonyme, Seth Ickerman.

Blood Machines est la suite du clip Turbo Killer, clip réalisé par Seth Ickerman pour l'artiste électro français Carpenter Brut (Franck Hueso).   Le synopsie de ce film de S-F est « BLOOD MACHINES », qui suit deux chasseurs de l'espace en traquent d’une machine tentant de s’émanciper. Après l’avoir abattue, ils assistent à un phénomène mystique : le spectre d’une jeune femme s’arrache de la carcasse mécanique comme si cette dernière avait une âme. Démarre une course poursuite à travers l’espace pour comprendre la nature de ce phénomène. » C’est du genre Blade Runner aka Tron Vs New-York 1997. Pour la musique c’est l’osmose d’une Dark-synth hypnotisante, à la fois maitresse de sa dimension mystique, et qui maitrise ses mélodies progressives et atmosphères envoutantes. Si l’œuvre cinématographique officie dans le cyberpunk tout en prenant le rêve expérimental et transcende l'exercice de style dans la veine d’un trip comme « Enter The Void » de Gaspar Noé, la musique prolonge l’onirisme et en suit l’hallucination. Le cahier des charges en termes de colorisation est absolument respecté, tant visuellement que musicalement. Tout converge pour le bénéfice du sens commun, et la fusion est totale.

Dans son enrobage catchy soutenu par des nappes de synthétiseurs vintage, ce Space-Opéra qui prend toute sa place en faisant tourner image après image une bande originale vraiment impeccable, lie une somme de curiosité et d’élan pour nourrir l’imaginaire, l’irréel, l’hallucinatoire, l’échappatoire, en un mot : Le fantastique.




jeudi, mai 20 2021

CHEAP HOUSE – Cheap House


CHEAP_HOUSE___Cheap_House.jpg

Premier EP éponyme, enregistré en août 2020 aux côtés de Pierre Favrez (Cabaret Contemporain), ce 4 titres transcende les joie du corps avec la fièvre d'une électro suave, libre, et ténébreuse.

Cheap House propulse les émotions aux confins de l'apesanteur, et par un feu de félicité. Les sens sont remis dans le cœur d'une osmose sensorielle.

House, techno, tout l'E.P électrise et s'inspire de l'excitation naît en 2018 au sein du collectif Strasbourgeois de jazz alternatif Omezis. Avec pour tout élément, basse, batterie, saxophone et synthés, et surtout l'envie commune de faire voyager la vibration à travers l'espace corporel. C'est une musique vraie, sincère, sensible, impétueuse, tendre, apaisante, et toujours libératrice. 

« Que ce soient des oeufs piranski ou des mandalas de sable des boudhistes tibétains, le but commun est de parvenir à une concentration intense, une absorption totale de l'atention de l'artiste. Malgré la nature fragile de l'oeuvre, le processus devient un moyen de quitter l'espace temporel. » Chuck Palahniuk