WITCHTHROAT_SERPENT___Sang_dragon.jpg

Ce trio vient de Toulouse, mené par Fredrik Bolzann (Darvulia), Lo Klav (Artemisia Absinthium) et Niko Lass (Sektarism, Habsyll, Malhkebre), il a sorti son second album "Sang dragon" via le label Deadlight Entertainment, lequel a été enregistré aux Drudenhaus Studio (Vorkreist, Soror Dolorosa). Son visuel provient du Branca Studio (King Dude, Pentagram, Swans).

Ce groupe détient la filiation doomesque d’Electric Wizard, et lui applique un parricide formel pour se singulariser. Je pense que le band doit en avoir plein le cul qu'on le rattache à ce groupe, mais bon franchement je ne vois pas comment ne pas le faire non plus. Tout comme Witchthroat Serpent dépèce Cowards et Cult of Occult dans les pires sévices soniques que l'on est en droit d'attendre dans ce genre de filiation musicale. D'ailleurs je pense que le band doit en avoir plein le cul qu'on le rattache à ce genre de commentaire, mais bon franchement je ne vois pas comment ne pas le faire non plus.

Soyons clair, j'ai vu le band au Hellfest en 2015 au petit matin blême, et les gars nous avaient copieusement anéantit de notre léthargie en nous poussant dans les ténèbres de leur set. "Sang dragon" (quel drôle de titre n'est ce pas ?) est un bloc monolithique, épais et aussi sombre que LE « Come My Fanatics…» des légendaires anglais susnommés plus haut. Il y a une très grosse dose d'ambiances occultes, lourdes et plombées, avec une lenteur venimeuse à souhait. Le son est colossal, les riffs bavent et se déplacent aussi lentement qu’une femme à orgasme vaginale/sans jambe devant Rocco Siffredi.

En ce qui concerne les références musicales du combo, disons que le groupe domine son sujet et dépasse son maître, il claque un coup de fouet magistral, puissant, capable d’engloutir par le tréfonds de ses enfers votre âme de supplicié. Donc si Witchthroat Serpent est dans la veine de Cowards, Cult of Occult et Electric Wizard pour vous donner de quoi mordre à l'hameçon c'est que dans cette mouvance musicale, il déploie ses ailes noires sans en rougir une seconde, et prend son plein envol en crachant les ténèbres. Ce groupe est un transmetteur à vénération doomesque et sludgy. Par contre ce n'est pas un sludge en état de putréfaction, celui-ci est un mélange vintage de heavy black sabbathien et de mélasse puant la poussière des seventies.

Quant à son esthétique provocatrice, elle reste rudimentaire et respectueuse des bobines sulfureuses. Puisqu'elle s'y dévoile en un rituel de magie rouge, et dans l'écrin de son voile macabre, en étant capable de posséder le pouvoir de faire parler les morts.


WITCHTHROAT_SERPENT___Sang_dragon_1.gif