VEKTOR___Terminal_Redux.jpg

La typographie du nom fait référence à l’illustre band thrashy canadien Voivod. On pensait ne jamais trouver une autre courroie de transmission dans la galaxie Voivodienne, et bien il se trouve que le vecteur de plus de 30 piges du futuriste Voivod vient d’émettre avec un nouveau transmetteur, il se nomme Vektor.

Bon relativisons tout de même sur la familiarité, il n’est en aucun cas similaire, mais plutôt un proche, il est important de le notifier. Si le band œuvre dans l’ère contemporaine en introduisant la chape de plomb spéciale de Voivod, il y a en sus des relents de black qui viennent télescoper l’empreinte froide. La froideur ici est calorifique avec ses atmosphères, surtout si l’on compare ce métal technique thrashy à celui de Municipal Waste. On n’est pas du tout dans le même délire du même style musical. L’ouverture et la fracturation ne sont pas les mêmes. Vektor c'est du trash, du crossover et plus encore...

Vektor est black thrash, avec un côté punk de premier de la classe. Si sa technique est cossue, ses riffs forment des anicroches vraiment barrées, capables d’obscurcir les mélodies d’un écrin subliminal. Le band possède un sens très aiguisé du thrash, il foudroie comme une lame étincelante avec des titres saillants. Vektor est un progressiste, il ne se délimite pas en terme de dissonance, il est crossover pour les divers styles qu’il aborde avec un malin plaisir à les saborder. Il est transgressif pour un trip global.


VEKTOR___Terminal_Redux_1.gif

Et puis il ne faut pas omettre de dire que ce groupe véhicule à travers la galaxie : Anticipation, conspiration, science-fiction, voilà bien un triptyque cher à Vektor pour ses albums-concept, car c'est avant tout un fan de S-F et ses textes en sont gavés jusqu'à Tatooine.

I want To Believe !