UNSANE___Sterilize.jpg

C'est une réalité : Unsane stérilise et après tu contusionnes de partout, c'est dingue nan ?

Le grain musical de cette folie sonore transfigure au culte que l'on doit à ce groupe. Depuis plus de trente piges leur noise rock est à l’incandescence ce que le feu du brasier sonique demeure pour enflammer une discographie fiévreuse.

Noise rock brute, granuleuse, aride, tourmentée, nerveuse, habitée par les affres psychiques d'une dégénérescence constante et ambivalente, le son est crade, sali de ces mouvements d'impulsivités malignes qui en libèrent la violence à l'état pur. Oui Unsane est ce genre de groupe qui te file mal au crane parce qu'il tape fort. Tu fais écouter cela à des néophytes et ils te regardent avec ce regard remplit d'incompréhension et de méfiance devant tout ce ramdam qui pour eux n'est que cacophonique. Alors que pour toi c'est avec précision qu'il traduit l'aspect protéiforme que prend la folie quand elle s'empare de sa liberté insoumise. On peut ainsi affirmer qu'Unsane partage avec Eyehategod une passion sanguinolente pour l'oppression musicale et son altération.

Sterilize, l'album le plus pop (lol comme disent les jneus) du groupe Unsane n'est en aucun cas atteint de mollesse, c'est juste que le groupe parvient a égrené mélodiquement parlant là où jusqu'à présent il n'avait fait qu'effleurer son impulsivité hystérique, sans jamais atteindre l'explosibilité nécessaire pour que ses compositions accèdent au statut ou tout s’imbrique merveilleusement bien, sans anicroche, sans aspect monolithique, sans désagrégation apparente. La saveur progressiste s'intègre à la singularité rugueuse, revêche, spartiate du groupe, et avec laquelle le trio Spencer/Curran/Signorelli se découvre beaucoup plus mordant dans son insalubrité.

Des riffs grisâtres de mur de béton brut sur un sol de salpêtre, des syncopes soniques sur des mélodies tortueuses, des climats malsains, un rythme sec sur des saillies pétrifiées, des bouffées de chaleur dans le corridor de la mort, un chant rugueux qui vomit des sécrétions de peau morte, Unsane n'en a toujours pas fini avec la folie des hommes, ni avec l'abrasion sonique.

Cet album n'a pas la constance épileptique, ni autiste qu’auparavant, il possède une épaisseur généreuse à sa démence, d'ailleurs Distance devient ainsi LE titre phare du groupe, celui qui devrait propulser les projecteurs comme a pu le connaître un groupe comme Therapy? Dans les 90's...Mais nnnnan bien entendu que je ne crois que ce soit possible de nos jours une seule seconde, le trio malgré un statut culte d’équarrisseur dans l'underground restera toujours culte dans les bas-fonds a joué une musique vraiment malsaine et jamais stérile. C'est comme ça...La rancœur comme acte de foi, la bile comme solution à la détresse mélancolique, Unsane stérilise et après tu contusionnes de partout, c'est dingue nan ?


Unsane_1.gif