TESTAMENT___Brotherhood_Of_The_Snake.jpg

Finie la pignolle, Testament est revenu avec une agressivité conséquente. Pour cela il explose le genre thrashy en un kaléidoscope sonique.

La carrière de ce groupe est longue de 30 ans de dur labeur et a récolté qu'un infime succès, mais n'efface en rien la qualité première de sa musique et de l'estime que les fans de métAl lui profèrent. « Brotherhood Of The Snake » en libère toute la saveur en conceptualisant sa trame narrative :

Le monde tourne dans une paranoïa impulsive qui donne la pleine disposition aux opportunistes d'y inoculer leur félonne vérité. Testament part de ce postulat pour donner libre court à une société secrète, La confrérie du serpent.

Toujours aussi progressiste dans sa volonté de tisser sa trame narrative par l'apport d'une musicalité décomplexée, le groupe écharpe avec une tension constante pour un album hargneux, combatif, qui marque au fer par sa dimension aliénante.

En Testament on y entend le maelstrom catchy des Mets, le heavy de Motörhead, l'exigence progressiste de Annihilator. On ne parlera pas de renouveau, ni d’expérimentation, pourtant le groupe ne ramollit pas avec l'age, ses solos sont purs, enivrants, ses rythmes changeants contrastent l'ensemble des titres de manière significatives, le chant de Chuck Billy est savoureux. Nous avons un disque avec de l'ampleur, et de la consistance, peut-être même un classique en lui donnant le temps de s’insérer en nous avec cette saveur que le temps n'en fait que bonifier sa splendeur équanime.

Il y a ici un remarquable travail de précision capable d'apparier les diverses variations millimétrées de texture sonore, et les entendre se dissoudre dans ce magma étanche. Cet album est une musique à l'âme sombre et sauvage, dont l'aspect brut et indomptable en façonne la sculpturale nature indocile, comme une voix lumineuse en soi.