SINISTER_DAYS___Serve_Destroy.jpg

Formé en 2013, Sinister Days est un groupe de Hardcore metAl Nantais possédé par une variation de grindcore beatdown afin de créer une musique agressive et moderne. Leur premier E.P 6 titres « Serve / Destroy » sortira début 2022.

Le premier titre est « Kill Your President », il ne fait pas que suggérer la brutalité, nous voilà prévenu, surtout qu’en terme de contraste musical le groupe sait faire mouvoir les parois froides du black metål avec son HxC. Le titre est tendu, lourd, explosif, rempli de souffre avec un groove omniprésent et des breakdowns.

Ce qu'on met de soi dans un disque est infiniment plus vaste que ce qu'on croit lui confier. Quelquefois c'est sa propre vie, sa vocation, sa sauvagerie, son dénuement, de toute façon c'est toujours surabondant quand c’est conçu avec son feu intérieur. C’est comme une valeur clandestine que l'on offre dans un feu de joie et de douleur expiatoire. J'espère que vous vous souvenez de ce que l'on ressent après avoir poussé un bon cri, parce que ce disque mentionne les thèmes de l’injustice, solitude, malbouffe, mais pas seulement pour vilipender, ou rouvrir des cicatrices, mais pour abattre son poing guttural d’une férocité masculine.

Le titre « Harvest » pousse une sensation d’indus dans sa déflagration Harm's Way. « On a Spike » lorgne méchamment du côté du grind et fascore, ça va vite, le chant est gruiiikisé, c’est poisseux.

« Fast Food Nation » est un titre qui rejoint le titre « Harvest » avec son option sonique façon Code Orange. Pour les paroles je vous donne l’indication d’une citation de Jean Yanne pour vous en donner la moelle : « Je serais à la place des agriculteurs qui déposent du fumier devant les Mac Do, je me méfierais parce que les gérants vont finir par croire qu'il s'agit d'une livraison. ».

Le dernier titre, « Serve / Destroy » est davantage deathcore, avec des grumeaux de Beatdown qui crépitent de partout. Leur brutalité HxC rappelle celle de Trap Them, Integrity, Pulling Teeth.

Le constat est sans appel, ce groupe n’est pas là pour creuser dans une branche de buis une pipe à weed, l’échafaud de Sinister Days est fin prête à retourner les têtes dans un panier en osier sanguinaire, vivement le premier long format.


SINISTER_DAYS.gif