PRISTINE___Reboot.jpg

Il y a de la poésie chez Pristine, une sensibilité particulière, notamment avec ce mélange R&B, blues, hard rock/stoner, occult-rock, pop. Parce qu' il y a un son, un grain, une voix, une musique fusionnelle, sensible, libre et belle parce que simple et dépositaire d’une pérennité à faire vivre une musique, et tout cela forme une réussite totale.

Hey je vous assure avec le cœur sur la main qu'elle pourrait chanter de la pop sans difficulté, non mais ouaie sans dec, cette femme possède un organe vocal phénoménal, d’une justesse enivrante, et d’une attraction divine : Le spectre de Janis Joplin à Patti Smith et de la souveraineté lâche de Joss Stone.

Enfin je ne dirais pas que tout repose sur elle, mais qu’à la première écoute son fluide absorbe immédiatement. Cependant et il faut bien faire la part des choses, si elle sublime cet album c’est aussi parce qu’elle est appuyée par des musiciens qui enrobent, servent, anoblissent son grain vocal. Une oreille-orgasmique en permet la lecture, surtout avec toutes ces merveilleuses idées pétillantes remplient par de vieux souvenirs de plusieurs décennies. Nullement besoin de Viagra, mais seulement quelques musiciens norvégiens de talents, capables de jouer avec de vieux instruments originaux tels que Hammond, Farfisa, etc.,Et qui peuvent toujours se défouler avec en sculptant un impressionnant barouf vintage.

C’est vintage sans être kitsch, hein ! Comme c’est suranné sans être passéiste. C’est caractéristique de la recherche spirituelle qui tourne à faire revivre une époque perdue, c’est aussi tout le charme des seventies et de leur dimension libertaire, disposant de toute la passion pour les glissades bluesy, les allitérations heavy, une désinvolture princière, et cette flamme autour de l’idée que tout est possible. C'est vrai qu'il y a ce sentiment de blues et soul et du rock tout à la fois, et de la psyché très nostalgique pour que le groupe rejoue/renoue avec l'âme de Led Zep & Grand Funk Railroad. De cette expérience, il y a beaucoup d'inspirations, et un dérivatif à ce que Pristine ne deviendra jamais un secret d’alcôve, pour que les fans de rock ronronnent d'entendre le son de la vieille école de blues-rock joué par de jeunes musiciens.