MONT_DORE___Fractures.jpg

De l'inexpugnable chaos du monde jusqu'à l'aigreur d'une amertume trop souvent de mise, il est bon de prendre de la hauteur. On pourrait dire que Mont-Doré en permet l’élévation, tout comme la contemplation.

Ce groupe Bruxellois a sorti un premier E.P « Escalades » avec lequel il a gravi la falaise escarpée de l’anonymat à travers toute l’Europe. Mûri d’une expérience enrichissante pendant l’ « escalade », il a fallu apprendre de cette hauteur à se pencher au plus près de la corniche pour se rendre compte de l’ivresse des sens. L’impact reçu a permis d’absoudre les gimmicks afin de dépasser ses propres limites de compositions, d’aller se risquer dans l’urgence dans un premier temps, puis de prendre l’altitude nécessaire pour être touché par la sublimité.

Mont-doré c’est un promontoire, c’est un endroit où l’on contemple le chaos de ses fractures causant les lésions intérieures d’un questionnement permanent.

Autour de ce fiel se forme les nuages sombres de la nuit avec lesquels le screamo du groupe en impacte l’aspect le plus frontal. Ainsi une ondée se fait jour et provoque cette rupture acrimonieuse de tension musicale. Puis le ciel sonique tourne de l’œil. Les ténèbres rugissantes s’abattent en un rideau de pluie pénétrant, avec le fracas tellurique du tonnerre post-hardcore. Le cri de souffrance fait face au vide existentiel. Les sentiments se bousculent en se marchant les uns sur les autres.

C'est précisément à cet instant que le groupe sort de l'ordinaire. Franchir un cap, puis s’élever pour penser son existence dans le filtre intérieur, c’est le nourrir d’une appétence toute particulière. La confusion engendre une contusion inflammable de tensions que les différentes lésions accumulées en libère la brûlure. Il faut alors fermer les yeux pour avoir davantage d’acuité sensitive, provoquer le chaos pour faire émerger la subtilité d’une éclaircie. C'est à partir de cet élan et de cette fracturation tectonique des plaques soniques que Mont-doré a entrepris de s’électriser en un éclair de lucidité.

Les nuages peuvent alors s’éventrer et se dispersent, laissant à la chaleur solaire post-rock le soin émotionnel d’une quiétude atonale. La cicatrisation des blessures intestines laisse les stigmates d’une écorce rugueuse, que l’espérance d’un cri lointain revient en un murmure réconfortant, comme unique antidote. Mont-doré soude l’ossature de ses compostions avec ce triptyque de styles musicaux. La moelle osseuse de ses titres se durcie en se cimentant, puis se fracture en verre pillé.

L’acrimonie sonique en nettoie la chair qui s’en va en sédiment nourrir l’inspiration, et l’impulsion nécessaire à son développement.

On s’époumone en suffoquant de l’intensité, on rugit pendant les tempétueuses émotions, on s’extasie devant la quiétude qui s’exprime par le bouleversement ressentie, par le chamboulement déflagrateur, en ce lieu où l’amertume à la saveur du gouffre, où les « Fractures » sont nettes, aussi violentes que belles dans le désespoir, aussi puissantes que sensibles dans leur capacité à nous émouvoir.

La fêlure de l’émotion est alors une pureté que les eaux larmoyantes déverseront en contre-bas, tout comme les échos criards se perdront dans les parois stoïques de nos doutes, et de nos appréhensions. On redescendra du Mont-Doré avec la tête tourbillonnante, le cœur léger, et l’intensité d’un souffle de vie originel.

Vous trouverez cet album chez l'excellent label Black Basset Records. ou avec sa page bandcamp.