WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Monster Zero

Fil des billets

jeudi, décembre 12 2019

JAGGER HOLLY - It's Christmas Somewhere


JAGGER_HOLLY_-_It__s_Christmas_Somewhere.jpg

Que s'est il passé le 25 Décembre 498 ?

C'était le baptême de Clovis à Reims mais personne ne s'en rappelle, pourquoi ? Parce que le 25/12 c'est l'estomac qui pense à se gaver comme une oie du Périgord.

Douze titres originaux pour fêter Noël à la sauce pvnk rock'n'roll à la crème pop punk pour une descente tout schuss avec bûche Ramonesque. C'est ce que propose Jagger Holly, un ricain de l'Ohio qui a migré vers l'Autriche. Das Rawk !

Le groupe se compose en trio avec Jagger J. Holly à la basse et au chant, Lennon Lee Roth pour la partie guitare et chant, soutenu à la rythmique par Ringo Moon. Vous comprenez que les gars ont de humour au vue des patronymes, et que le fun est partout dans leur compos.

Du style de blague à part comme avec celle d'une chorale qui répète pour la messe de minuit du 24 décembre, et où le curé décèle quelque chose d'anormal. Pour en avoir le cœur net, il demande à chacun des membres de chanter seul. Vient le tour de Patrick. Celui-ci y entonne bruyamment :

- Léon ! Léon !

- Bordel de bon-dieu de merde Patrick ! Arrête ! fait le prêtre, tu tiens ton livre de chant à l'envers. Les paroles c'est «noel, noel».

L’album est sorti sur le label Monster Records, et il est vraiment plus coOol que celui des Bad Religion, parce qu'il sait faire la part des choses pour offrir de la féerie avec un sens de l'ironie et de la mélodie aussi douce que le satin de la petite culotte de la mère Noël.

Ici aucune raison de subir la frustration du déballage des cadeaux avec la mention piles non fournies sur l'emballage à se mordre les boules. La fluidité mélodique est simple et efficace, elle prolonge les instants de tendresse harmonique, avec des refrains chamallow à mâcher de la punk-gum, surtout avec le featuring vocal de Lucy Spazzy ( du groupe Australien The Spazzys) sur le titre « All Alone In Christmas » hyper classe.

Un opus qui sublime la magie de Noël sans sentir le sapin, fallait le faire nan ?


Mère Noël


jeudi, novembre 7 2019

TEENAGE BUBBLEGUMS – In Limbo


TEENAGE_BUBBLEGUMS___In_Limbo.jpg

Le trio Italien Teenage Bubblegums est connu en France pour son split avec le groupe Maladroit pour un E.P spécialement conçu pour la fête des amoureux en 2014, « Valentine's day split TeenageBubblegums​/​Maladroit ».

Toute leur discographie est sortie sous pavillon Monster Zero Records. Premier album très enjoué en 2012 “Learn from yesterday​,​ live for today​,​ pray for tomorrow” pour une pop punk crépitante de malice, puis “Days of Nothing” en 2016 a commencé à égrener une amertume tenace en bouche.

Ce n'est pas parce que l'on confectionne des pépites de pop punk que la vie est une rosace guillerette. Pour leur troisième album, toujours sous pavillon de Monster Zero Records, s’intitulant In Limbo (les limbes), Teenage Bubblegums affecte dix titres de pop punk rapides remplit d'une tendre tristesse, d'angoisse et de désespoir. Tout cela sans tomber dans un état à fleur de peau screamo/emo, ou dans la pantomime gothique.

Transfigurer les limbes avec une obscurité d'irradiation punk, dans cette épaisseur de joliesse musicale qui fixe le soleil avec les larmes aux yeux, c'était tout le défi de Teenage Bubblegums. Même englué dans une petite mort en de résidus de souffrance passée, tout ce remue-méninge émotif, cette dépendance affective peut et doit nous rendre plus libres, plus vivants.

Marco Berti au chant et à la guitare distille des riffs saillants de coupe-gorge fuzzique, Alessandra Berti au chant et à la basse plombe une effervescence brumeuse en contrepoint avec Luca Minguz à la rythmique, lequel balance une pression constante. L'album est un ersatz de romantisme dans cette façon de pousser les potards et l'amertume, avec parfois ces embruns à la limite de shoegaze, que nous connaissons dans l'hexagone chez les Thugs.

« Je suis éternellement, d’une manière dévastatrice romantique, et j’ai pensé que les gens le verraient parce que « romantique » ne veut pas dire « sucré ». C’est sombre et tourmenté - la fureur de la passion, le désespoir d’un idéal qu’on ne peut pas atteindre. » Catherine Breillat

No rain no flowers, no tears no fears !


TEENAGE_BUBBLEGUMS.gif


mardi, novembre 5 2019

THE HALLINGTONS – Hexed


THE_HALLINGTONS___Hexed.png

Il n'y a pas que des skieurs de fond qui écoutent du black MetOl en Norvège, il y a aussi des fans des Ramones, Screeching Weasel, dont l'application scrupuleuse à jouer de la punk-gum en est la preuve éternelle, comme la neige sur le sommet de l’Himalaya.

The hallingtons est un super trio de pop-punk-rock'n'roll d'Oslø, chaque titre est une friandise à mâcher toute la journée, c'est un éclat de couleur rose bonbon, avec une coOolitude de riff glissant sur toutes vos emmerdes passées et à venir. La simplicité musicale se découvre une profondeur cachée quand on prend vraiment le temps de la découvrir et de l’écouter. "Hexed" c'est 6 titres rapides pour un EP en forme d'apéro ramonesque très entraînant, signé chez le label Monster Zero Records, c'est imparable comme ensoleillement.

Cet album contribue à notre bien-être, il occasionne une meilleure oxygénation, favorise la synthèse de la vitamine D, réduit la pression artérielle, booste notre système immunitaire, favorise la poussée des cheveux même après quarante ans, apaise la fatigue occulaire, réduit le risque d’ostéoporose et surtout il nous donne bonne mine.

Oscar Wilde a raison d'argumenter qu'il : « est impossible de rendre les gens bons par décret parlementaire », par contre si vous aimez toutes les formes de pop punk élastiques, le rayonnement permanent d'une musique solaire comme Queers, Teenage Bottlerocket, Lame Shot, alors vous allez vraiment kiffer The Hallingtons.


mardi, avril 23 2019

THE YOOHOOS – Up Goes The Rocket


THE_YOOHOOS___Up_Goes_The_Rocket.jpg

Immensément ricain dans son style musical avec sa plasticité, agilité, vivacité, légèreté, facilité naturelle, pour qu'à la fois Teenage Bottlerocket, Chixdiggit et Groovie Ghoulies résonnent dans leurs compositions folles, pour un album hyper catchy de Pop-Punk.

Le power trio The Yoohoos est composé de Eggnog Yoohoo au chant et à la gratte, de Vanilla Yoohoo au chant additionnel et à la basse, puis de Koko B. Yoohoo à la batterie et aux chœurs. Le début date de 2005, pour une discographie gruyère avec un Ep sans titre en 2007, puis « Heart Attacks » 2013, et des titres dans des compilations comme « Batshit Crazy » en 2012 et « Different Voices, Same Goal »" , « Tastes Like Bat Guano" en 2011, « Up Goes The Rocket » est leur premier long format.

L'album est vraiment très cool avec toutes ces sucreries mélodiques bubblegum. Il y a le même goût pour la S-F de The Lillingtons avec des sonorités vintage «Space Boy », un sens inné de l'accroche musicale sur la totalité des titres, une coolitude très douce. The Yoohoos c'est aussi le titre « Little Alien » et son rockab-punk-surfique style, pompé sur le « Wipe Out » des Surfaris, et du « Sheena Is A Punk Rocker » des Ramones. Produit par le label Monster Zero, de Kevin Apers thrashers punkers dans Insanity Alert.

Ne demandez pas la Lune à The Yoohoos, ils y sont déjà, et en plus vous allez décoller avec eux de manière supersonique !


The_Yoohoos.gif


vendredi, avril 19 2019

THE HANGUPS – No Expectations


THE_HANGUPS___No_Expectations.jpg

Aussi sarcastique que galvanisant, le quatuor Suédois de Malmö appose 4 titres de punk-gum ensoleillée dans le mood de Screeching Weasel avec de la pop punk nordique ultra-vitaminée.

C'est frais, c'est fun, c'est du chamallow-punk insouciant. Il y a une profusion de sonorités craquantes de charme et pour une prise rapide sur le vif, produisant des effets instantanés, crépitants et éclatants de fun. Par exemple on prend la Delorean pour « Bigger Brain » évoquant du Green Day époque " Kerplunk !". Tout aussi élastique avec le titre « Stupid World » qui entame les festivités avec cet esprit de détachement du groupe The Queers. Les breaks Ramonesques de « Out Of Order » symbiose la touche Teenage Bottlerocket à fond. Puis « Done With You » distille la nervosité garage du groupe Marked men et son émotivité enflammée.

Quand le band n'est pas sur la route pour assouplir la connerie des punkers en concert, il fait du skate sous la neige et décharge son adrénaline dans son local en créant du sucre glace musical. Du moins c'est comme cela que l'imagine un méditerranéen. Leur premier E.p sans titre date de 2018 chez Monster Zero Records le label de Kevin Apers, suivi par le titre “Danny Says” en téléchargement sur leur bandcamp. « No Expectations » est leur second E.p, toujours chez Monster Zero, il confirme tout le potentiel d'un groupe vraiment hyper cool et affûté. Attention, le vinyle est limité à 300 copies, ce qui signifie que le disque va partir vite fait.


Même si le monde est stupide, The Hangups lui apporte tout le fun pour le supporter, au point de s'en foutre pour passer du bon temps à glisser sur la surface des choses, et ne garder que le suc émotionnel le plus coOol, le plus intense, dans cette énergie juvénile éternelle de déflagration d'électricité punker !


THE_HANGUPS___1.gif


- page 1 de 2