WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Humour Noir

Fil des billets

vendredi, février 8 2019

VOIVOD – The Wake


VOIVOD___The_Wake.jpg

Do you speak Klingon ?


Ahhhhhhhhh ben sinon vous allez être emmerdé.e pour traduire cette chronique.

Parce que voici une nouvelle aventure intergalactique, où Dr Spock converse le Voivod avec un rabot riffique et au laser rythmique, pour un concassage cosmique de dissonance polymorphe, et d'allitération mélodique en téléportation sonique.

Ahhhhhhhhh Voivod et son futur utopique, c'est toute une discographie, que dis-je, une odyssée.

Au commencement était l'Univers-miroir sous contrôle de l'Empire Terrien, et dans cette élite le Directoire des Sciences rejetait la notion d'univers alternatifs, pourtant le Voivod arriva bel et bien, dans cette tension entre diversité et unicité d'un style unique, entêtant et inhérent à tous les space opera américain, avec pour seul objectif, non pas la Lune, mais d'explorer toujours plus loin les espaces inconnus de la musique thrash et de repousser les limites du monde civilisé.

Pour que chacun parvienne à comprendre cet univers bien plus vaste que notre seule planète où chacun a son propre dialecte de sensibilité exacerbé, il est nécessaire de se raccrocher à une langue commune, et sur la base d’une création foisonnante d’espèces et de civilisations variées. Le Jargon de Voivod ou plus posément nommé de « Technoblabla », car si il n'y a pas un minimum de jargon technique et bien c'est du Sex Pistols, ce jargon donc, dispose d’une discipline s'adressant délibérément aux sens, aux émotions et à l'intellect d'une mathématique sonique très appliquée.


voivod_1.gif

Cette musique est l'art consistant à arranger et à ordonner sons et silences au cours du temps dont la bulle de distorsion enveloppe chaque composition et lui permet de voyager à des vitesses supraluminiques.

Depuis que Voivod a franchi la barre de l'hyper-espace temps, son bouclier occulteur entre en réaction avec la matière et l'antimatière sonique. Leur rencontre provoque une importante accumulation d'énergie, permettant de rendre une structure totalement indétectable à la Toxicité harmonique, et de convertir la sensibilité d’une personne depuis l'état de matière à celui d'énergie et inversement.

Le ciblage électromagnétique est une étape importante dans le processus du champ de confinement annulaire (parfois appelé simplement champ de confinement), propre à Voivod. Cet élément est même essentiel aux systèmes de téléportation qui génèrent des bobines primaires d'énergétisation sonique depuis le début de leur discographie. Il sert aussi à garantir la cohésion du flux de matière lors de son trajet vers son télérupteur-humanoïde. Pour cela il était impératif d'affranchir la formule Voivoïde dans le scanner paramétrique afin de reproduire un micro-vortex en phase avec la bobine de transition phasique, qui est un composant des systèmes cellulaires musicaux et en assure la distribution de l'énergie dans toutes les parties des compositions.


Je sais tu ne comprends rien à cette chronique pas plus que moi au nouvel opus de Voivod, et alors ?

C'est quand même trop bien que ce champ de dispersion de particules énergétique qui, lorsqu'il est projeté dans l’ionosphère d'une planète, provoque une hyper-ionisation de l'atmosphère capable de débloquer toutes les ondes porteuses électromagnétiques et subspatiales de la musique rétro-futuriste...


VOIVOD___musique_retrofuturiste.gif


mardi, janvier 15 2019

SPEED JESUS – The Giant Hack


speed_jesus.jpg

Le programme des réjouissances de ce début d'année est simple,

Pas la peine de commencer d'hypothétiques résolutions, je vous propose une bastonnade en règle pour détoxifier les cages à miel. Attention c'est de la violence musicale, c'est à dire qu'un tournevis cruciforme vient en profondeur récurer l'amas crasseux ingurgité nonchalamment depuis la naissance.

Le nom du groupe, Speed Jesus, appose de se gratter le bouc, mais ne me faites pas chier avec un hippie clouté sur une croix, je le préfère à l'envers et les clous sur une veste patchée, question de style.

Le groupe vient du coin des Burning et leur blast HxC est un pur décarottage sonique. Oui c'est impératif pour un maléfique premier album.

Ce Trio est composé d'ex-Gravity Slaves et de membres de Monde Merde pour un concentré de speed hardcore thrash, hyper bourrin, testostéroné à la rugosité 90's Evil HxC metallique, et chaotique.

Ne cherche pas la finesse, enfin si quand même, par exemple Government issue est-il un clin d’œil aux punkers de Washington DC ? Jerk as Fuck au Dead K ? « Hang'em All'' à Metallica ?

C'est frontalement 23 mn où tout est malsain, intrusif, et poutrement convaincant, Speed Jesus assoit sa suprématie en hurlant la fureur abrasive d'Unsane VS Kickback aka AWOL (A Way Of Life).

Pour hurler de la sorte c'est au moins une pointe de 150 dans chaque phalange ça, et je m'y connais en charpente. Donc viens checker cette coproduction Metro Beach / PP&M / Opposite / Black Out Prod. retrouverez une ITW de Gwardeath avec Speed Jesus sur le podcast Metro Beach.

Pour les fans de galette vinylique c'est ici.

Tiens-toi près avec une palette d'efferalgan 1000mg effervescent parce que ce disque va te vriller la tête...Hou, hou !


speed_jesus_1.gif