HELLBATS___500_Miles_In_The_Midwest.jpg

Pour ne jamais oublier l’homme a inventé la photographie, la littérature, le cinéma, la musique, la peinture, enfin l’art en général, puis il a jeté tout ce monde sur les routes du globe pour partager afin que chacun puisse voyager et cultiver sa différence.

L’ADN d’Hellbats est fait d’un crossover Be bop a lula Vs Hell Awaits, avec l’envie rock’n’rollienne d’assouvir ses pulsions soniques avec la morsure fatale que réserve les dignitaires assoiffés de sang à des vierges effarouchées. Leur rock est épidémique, il capte la sève des grandes branches de l’arbre de la connaissance rock’n’rollienne et éclot pour un crossover bourgeonnant en une discographie émérite.

« 5000 Miles... » retrace l’épopée du groupe aux States en 2005, 16 jours pour 14 dates en 8000km, et on peut concevoir leur voiture, une Mercury V8, comme une Delorean.

La tournée des grands ducs tels qu’Aerosmith a pu la concevoir à l’époque démesurée du rock à papa sur groupie frivole s’avère éloignée du réalisme primesautier d’Hellbats. Mais dans la crudité de leur unique tournée américaine le groupe a statufié un instantané d’authenticité que le futur fantasme et que le passé en intensifie la nostalgie.

Ce DVD sort enfin de sa malédiction avec son lot d’image fantomatique qui relie les vivants aux morts et son devoir de mémoire, ainsi qu’avec la subtilité d’évoquer les désordres de la vie et la fatalité de l’existence, en fait à tous ces instants où la communion entre les hommes est palpable.

Elek'Vins, le gars derrière la caméra virevolte à dénicher des plans, simples, libres, il est dans une relation de justesse et de recherche, on regarde avec ses yeux le galbe original et parfois désabusé de ces gars du Doubs repousser les chimères aux oubliettes. Il y a une forme d’orgueil et de compassion à visionner cette jeunesse folle ressentant la saveur inoubliable de prendre des chemins de traverse, plutôt que la routine d’une vie normale que le salarié cadenasse en vissant des boulons et consume comme un clope.

Les moyens étaient précaires et les connexions ne tissaient pas encore leur toile instantanée avec les réseaux sociaux. Ici l'aventure est totale, au point que l’indépendance d’une telle initiative aussi courageuse et libertaire qu’elle soit, s’entrave à une forme de précarisation avec comme seul moyen de survie la solidarité des différentes communautés qui soudent la coopération à la survie de chacun.

Hellbats prend la route d'Amérique avec la démangeaison des patients de la varicelle, sans penser une seconde prendre la mer avec l’ennui d’une mer calme et tout aussi bien que la fougue d’une tempête exécrable quand les emmerdes usinent autant que pendant les trente glorieuses. Contre toute logique rationnelle à cette prise de risque, aucune préméditation ne sera possible pour découvrir le charme de l’inattendu, tant que l’offrande de soumettre ses chairs créatrices devant les autres libèrent cette nudité que le spectacle stimule. La concrétisation de vivre le rock pousse les groupes underground à préférer mourir debout plutôt que coucher à ne rien faire. Ce n’est qu’en ayant ce fait que l’on peut regarder ce film avec un minimum de conscience propre à cette réalité peu commune.

En plus de la tournée, il y a une sorte de clip filmé à l’arrache démontrant la capacité D.I.Y et de sa valeur créatrice bien plus impactant émotionnellement que des grosses productions d’un clip de U2, tout simplement parce qu’Hellbats se révèle avec modestie sous un regard témoin et complice, bravant sans le savoir que la vérité n’est présente que seulement quand on l’oublie.

Espérer son rêve Amériouain est aussi aléatoire que l’espérance de vie, mais vivre son rêve est aussi puissant que de le partager. L'existence de ce DVD en est le témoignage réel.