WALLABIRZINE

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - DöOöm

Fil des billets

jeudi, avril 4 2019

HUATA –  Lux Initiatrix Terrae


HUATA___LUX_INITIATRIX_TERRAE_.jpg

Huata n'a jamais conçu le même disque.

C'est quand même assez balèze dans le doom.

Fondé dans les bas-fonds sépulcraux du post-Electric Wizard, le groupe a depuis foncièrement rebouté l'ensemble de ses disposions musicales.

Ce nouvel opus "Lux Initiatrix Terrae" possède à la fois la verticalité d'une cathédrale, l'apesanteur sonique d'une cérémonie de ventre-bleu protestante Pink Flyodienne, l’onctuosité planante de Mars Red Sky, d'une nimbée spectrale de caresse post-rock islandaise...Et même de cette douceur des profondeurs de descendre dans les profondeurs éthérées de l'obscurité de Year of No Light.

Ceux.lles qui ont cru voir le groupe comme une bande de moines bénédictins à la solde de Belzébuth ne verront dans cet album qu'un bain de clocher doOom pieusement rectiligne dans son cheminement musical, avançant pas à pas feutrés dans les délices d'une ornementation gigantesque. Mais comment ne pas voir les oripeaux fantomatiques de l'orgue et ces longues colonnes baroques, cette résurgence divine de cantiques maléfiques, jouxtant dans chaque titre le murmure du diable et de son précipice ?

Le disque grandit en vous avec cette luminosité teintée de vestige, de vertige. C'est une histoire de S-F, de conte horrifique tout à la fois...Peut-être de funéraille mélodramatique offerte comme le ravissement que les gothiques éprouvent devant un linceul capiteux.


C'est un grand disque Belzébuthien, oniriquement subliminal, cérémonieusement languide, lumineusement spectral.


HUATA.gif


jeudi, mars 28 2019

BELZEBONG – Light The Dankness


BELZEBONG___Light_The_Dankness.jpg

Dans l'arboriculture spécialisée pour plante hallucinogène et la musique psychotrope, Belzebong tient son champ de culture avec un souci démoniaque.

Fort d'une charpente rythmique à taper du sabot avec une bestialité cosmique, d'une assise doomesque à caresser les bijoux de familles de Belzébuth, le quatuor appose à sa fumigation l'indolence du trip opiacé, les ecchymoses subliminales du tellurisme doOom, la prépondérante virilité de sa puissance sonore. En 4 titres l'amplitude du vol-planer fait des trous dans la moquette, rend nigaud, donne faim, bref tous les symptômes triviaux d'un disque de Belzébong.

Il est avéré qu'avec une telle fumée heavy la luminosité des ténèbres soit réduite à une sensation aveuglante, avec laquelle on se sent ankylosé par le poids-mort du volume sonique, et la profondeur factuelle que ce sable-mouvant entraînant dirige vers les ténèbres. Le calumet de Belzebong n'est qu'un leurre, son désir de faire vivre sa flamme heavy/doom entre vision et hallucination prolonge une quête de fougue passionnelle et d'obsession. Si vous trouvez cela redondant, il vous faut cramer davantage de sauge sauvage lors de votre rituel d'écoute, c’est mon conseil.

Ces Polonais déniaisent la probité religieuse que l'on se fait de leur pays avec les effluves psychotropes d'un doom graminacée, et d'une dévotion à la musique de maître cornu, et ceci, en toute humilité. Sinon et sans fourvoyer, cela reste un disque de drogué !


BELZEBONG___Light_The_Dankness_1.gif


mercredi, novembre 22 2017

DYING GIANTS – Tales Of Giants


DYING_GIANTS___Tales_Of_Giants.jpg

Il y a dans ce premier E.P du trio Toulousain Dying Giants (since in 2015) l’ensorcelante beauté venimeuse que le groupe a cannibalisé dans la vase d'Eyehategod, dans la boue sanguinolente de Conan, et dans les ténèbres rugissantes d'Acid King.

Il y a du grain dans la production, une recherche vers le brut de décoffrage, dans cette dualité du bien et du mal qui dégorge sans cesse une sobriété musicale, et lentement elle va s'éprendre en vous tel un ophidien. Le groupe déploie une belle gamme de transition, sachant acclimater ses climats et contrebalancer avec le souffle d'une densité tellurique suppurante de gröOöve.

Leur cd D.I.Y est entièrement auto produit et sans label de distribution. D'après leur bio les titres font tous références à des légendes de créatures gigantesques. Ainsi le premier titre renvoi au volcan Etna, culminant à 3 330 mètres d'altitude, il est le plus haut volcan actif d'Europe et l'un des plus actifs du monde avec presque cent éruptions au cours du xxe siècle. Le second titre fait référence à la Nébuleuse d'Orion ou bien au groupe de stoner Nebula fondé par deux anciens de Fu Manchu. Le troisième évoque me semble t'il ce passage de la mythologie grecque, entre Pasiphaé épouse de Minos (roi de Crète), dans lequel jalouse des infidélités répétées de son mari, elle lui jette un sort, le condamnant à éjaculer des bêtes venimeuses s'il couche avec d'autres femmes, provoquant ainsi leur mort. Le quatrième invoque le mont Atlas, cône volcanique éteint au nord-est du mont Pleiones dans les Pléiades, Terre Victoria, Antarctique.

Mais je peux totalement me gaufrer hein !

Dying Giants possède la particularité de joindre une transe rythmique en un mantra incandescent, et on en ressent instantanément les effets sauvages, tout comme avec parcimonie les effluves psychédéliques qui s’immiscent dans le flux ininterrompu de ce doOom Sludge instrumental. Espaçant ses atomes crochus avec maître cornu pour faire apparaître des arcs électriques de doom dans l'obscurité de leurs ténèbres, « Tales Of Giants » fait vibrer le sol par une terreuse incarnation où le festin sonique sera épais et les nappes lourdes.

Voilà bien un groupe au gros potentiel sonique que j'aimerais volontiers voir/entendre crépiter à l'Xtremefest 2018 !


DYING_GIANTS___Tales_Of_Giants_1.gif