ZEAL___ARDOR___Devil_Is_Fine.jpg

Mr. Manuel Gagneux, originaire de Suisse et basé à New-York est le compositeur de ce « Devil Is Fine » et maître de cérémonie du projet Zeal & Ardor. Le gonze a fait parler de lui comme un mouton noir, car ce diable rouge ramasse du coton sonique pour tisser en impie un faux black métOl avec du collage sonore. Cela fait penser à une sorte de Basquiat prophétique à l'age de feu, maniant les platines avec le sortilège de chants d'esclaves et d'incantations sataniques pour une révolte blasphématrice.

Zarbi le truc, vraiment, et à la fois pas si con que ça non plus, mais impossible de ne pas relier avec une tonne de référence. Du genre : Moby a foutu la veste à paillette du Wu Tan Clan pour une libation avec Faith No More, où comment prêcher l’enfer avec la folie opiacée d’un métissage musical ? Où l’impossibilité de corrélation semble ne plus être une fatalité, mais bel et bien une injonction à châtier le traditionaliste. Il y a tellement de variations que c'est peut-être le premier gars qui essaye de saturer du black 2.0 après avoir écouté plus que de raison le « Discovery » de Daft Punk en le mélangeant avec la dark cendreuse du Ku Klux Klan, afin de traverser le mur du son de la musique blanche pour amplifier la ferveur de la musique noire.


ZEAL___ARDOR_1.gif

Aussi zarbi, à un moment il y a un titre instrumental avec du xylophone, comme Si Yan Tiersen était venu carillonner sa mélancolie pour une introduction à un titre d’Alice Cooper avec sa malice enfantine. Oui vous dîtes bizarre, vous avez dit bizarre, mais comme c’est bizarre nan ?

C'est tellement foutraque que le grand soir est arrivé, celui qui précède les ténèbres. Zeal & Ardor apparaît comme un chaman Ghostien oscillant le crépusculaire où fleurisse les préceptes voodoo, capable de transformer le sel sonique en poivre sonore, ou en coussin péteur si vous êtes un trve.

Voilà en tout cas un disque totalement urbain. Et oui la grande différence dans le black tient fatalement à ceci. Le gars se cale avec cet esprit d’ouverture et de métissage que l’élevage dans les galeries d’art en permet la pleine capacité, à la différence d'un gars de la campagne dont l'ignorance du métissage se réalise dans la la primitivité de son existence, que réserve la pleine puissance de sa bestialité tout naturellement.


ZEAL___ARDOR_2.gif

Ce patchwork de combinaisons musicale est dans cette veine ouverte de TV On The Radio chez Belzébuth. Mais pas de quoi fouetter une nonne avec non plus. Que ce soit clair pour tout le monde ce n'est pas du black métOl, c'est juste un producteur assez futé et doué pour conjurer avec la diablerie la dissipation blasphématoire que l'on prête à Satan.

Bref, j’ai la sensation que l’on peut nous faire tout avaler ces temps-ci, et nous sommes devenus tellement malléables à tout. Par ce fait il vous vaut mieux re-écouter l'endiablé Chuck ! (r.i.p)


ZEAL___ARDOR___Devil_Is_Fine_3.gif