flyer.jpg

"Le Vector Equilibrium est le point zéro de départ pour tout événement ou non-événement qui est prêt à montrer n'importe quel action à n'importe quel public"

Oh pitin d'entrée la prise de tête !

Non mais déjà en premier point calme-toi, ce n’est pas si compliqué en fait, puis de deux respire profondément sur deux, voire trois respirations si tu en ressens le besoin, voilààààààààà. Car tu vas saisir dans quelques secondes le sens de l’événement et du non-événement, si, si.

Sollicité par deux invitations à la même date, il ne m'a fallu qu'un centième de seconde de réflexion pour éviter le repas d'entreprise soumis à tous les vices d'un speudo management permissif, pour y préférer une soirée de concert à Albi.

Pas con hein ? Hé, tu aurais fait de même toi aussi, alors mollo sur le ricanement seutplait !

Ben oui soyons clair, le traditionnel cirque du repas de fin d'année est le moment opportun à tous les suces boules de lécher le merdaillon de chef pour pallier leur omission de compétence, et dans l'ultime but de gagner les galons d'ogive permettant de régenter en digne capo par la suite. Je dois vous l'avouer avec respect mais je me fais violence tous les jours pour gagner ma croûte, alors supporter l’hypocrisie mielleuse des cadres dirigeants, et les contorsions lubriques de la force de vente dans l’espérance suprême de détrousser les femelles de l'assistance, me paraît insoutenable pendant mon temps de cerveau disponible. Ma liberté individuelle m'impose de ne point me soumettre à ce genre de génuflexion, d'autant plus que Cobra + Ta Gueule = Moment de pureté nihiliste absolue.

Je ne voyais pas comment m'en passer, surtout dans le contexte du soir, d'où ce putain de Vector Equilibrium.

Ben ouaie tout est clair désormais, alors reprends une respiration normale.


ouaie_bof.gif

Un concert à Albi c’est obligé que ce soit avec Pollux assos (Xtremefest), et il faut s'engouffrer dans le ventre de cette préfecture pour trouver le chemin de la base de loisir de Pratgraussals, elle-même limitrophe de la station d'épuration ?!? Si vous y voyez une quelconque relation c'est que vous avez l'esprit mal placé. J'arrive malheureusement pour la fin du set de COBRA, autant dire avec regret que je n'ai vu qu'un bout de la queue du serpent. Apparemment le groupe a joué pendant le béotien apéro-saucisson-pain au chocolat essentiel à tous les aficionados sudistes de pernaud-ricards et de chasse, pêche et tradition.

Avec ce groupe il y a un truc faramineux, car prendre des coups de hard punk par cet orchestre cela mérite amplement que l'on y accorde la plus vile arrière-pensée. Cobra est un esthète de la distraction, il fait mine de se la jouer provocation alors qu'il injecte son poison avec la désinvolture princière du malin. Le public désenchanté a pu échanger les seringues dans cette auberge de la dernière chance en maniant le glaive de Satan parce que c'était l'enfer ici. Comme toujours le public est partagé entre en rire où affiché cette moue de consternation que le métalleux autorise aux pérégrinations sauvages du punk quand il se met à jouer à sa tête de con. Cobra infecte tout avec ses spores soniques, et leurs lyrics ont très certainement refilé le VIH au premier rang, pis de toute façon Cobra crache toujours son venin avec la croix à l'envers, alors amen et glorious satanas, mouahahahahahahhhh !!!


tumblr_nqrp1ix2ZP1tbi7hno1_500.gif

Tout de suite après, c’est TA GUEULE qui enchaîne sur une petite scène sur le côté. Le son est diamétralement trop fort, mais pour son leader charismatique et chanteur/guitariste El Conservator il faut vivre dangereusement, ceci n’est pas un conseil mais plutôt une recommandation, il est donc inconcevable pour lui de s'appareiller avec des bouchons de protection auditive pour un concert de rock. Et bien je ne suis pas du tout d'accord avec ce sympathique bourgmestre du rock’n’roll, puisque sans bouchon plus d'audition, plus d'audition aucun intérêt d'écouter Ta Gueule, CQFD. Pas con hein ?

Pour ce groupe de fantaisiste pur-jus, la question réside avant tout dans cette expertise situationniste : Comment exprimer des réflexions subversives en les hurlants sur de la musique punk et jouée à saturation ?

Forcément, la première réponse c’est : On « Samba les couilles » mais nannnnnnnn il ne faut pas, car sous des airs narquois, le cynisme jovial du groupe et son ironie mordante façon épagneul de Tricastin feront reluire la connerie monumentale d’un band fort singulier. Le trio a joué décontracté du gland, sans prise directe avec la fatuité désintéressée des soiffards et des bousculades de jneus sadomasochistes en demande de torgnolle. Le petit pit prenait souvent cette allure de cour d’école où on se chahute pendant que les instituteurs élaborent leur consternation réciproque sur les bons à rien qui leur servent de gagne-pain.

À l’oreille nu, le bassiste est un sacré instrumentiste avec du matériel pareil, et l’on se dit avec désinvolture que finalement leur grossièreté ne dérange pas plus que ça, et puis après tout, c'est un concert de punk tout de même, on ne pouvait pas non plus s’attendre à autre-chose, à mieux ? Non toi tu sors, de suite, allez ouste chenapan.

À la fin le groupe a promis de revenir pour la deuxième couche d’impression alors que la première dégoulinait encore dans les cerveaux.

Le public s'est alors éparpillé en un résidus microbien post-mortem que mon attention se porta soudainement sur les nombreux messages de soutien que je constatais sur des vestes patchées et autres éléments vestimentaires d’une vulgarité étourdissante, comme hellfest cult, turbojunged et autres...qui prouvent de la mobilisation pour un sujet capital, et de sa capacité à souder une communauté dans le firmament des joies communes comme le national-socialisme en son temps, la trivialité d'une loge maçonnique ou leur équivalent dans les confréries estudiantines, gustatives, gastronomiques, tel que la Confrérie des Chevaliers du Goûte-Boudin, la non moins sérieuse Confrérie de l'Académie universelle du cassoulet, ou la très célèbre Confrérie de la Prune et de la Quetsches Lorraine à Farébersviller.

Mais pourquoi avais-je tant ce besoin de reluquer des messages de soutien ? Et bien parce que cette soirée était organisée sous l’égide de Pollux Asso, qui œuvre pour la diffusion et la promotion des musiques actuelles sur Albi et le Nord du département du Tarn. Let's Zguen and Rock'N Roll ! Mais Pollux association se trouve dans l'escarcelle contemporaine du manque de moyen financier significatif pour poursuivre l'aventure. Il œuvre désormais vers cet appel caritatif en tapant des mains et des pieds par le biais du financement participatif (crowdfunding ou encore socio-financement). Cet acquittement philanthrope doit en plus sensibiliser l’ensemble des mécènes par la formation pure et simple d'un patronage lui-même sous l'égide d'un parrainage instituant les soubassements propre à maintenir l'édifice de façon pérenne. Ouaie comme les témoins de Jéhovah sauf que eux ne passeront pas le dimanche matin, ça c’est certain.

Plus prosaïquement, adhérer à l’association rejoint les attentes de former une corporation stable et constante structurant un corps social, afin de relier tous les individus de cette communauté entre eux.

Vous pouvez lire le communiqué important sur la situation de Pollux Association : Communique_Pollux_12-16.pdf

Si certains se demandent encore comment aider concrètement voici quelques solutions :

1 - Adhérer à l'association

2 - Remplir le formulaire de soutien

3 - Faire des emplettes sur le merchandising

4 - Réserver votre place pour le prochain concert.


tumblr_odv43buCAL1sa11jco1_540.gif

FIN DE LA MINUTE DE SOUTIEN

Si l’on me pose la question subsidiaire, le dilemme du soir était : Doit-on faire passer des réflexions de manière faussement sarcastique en ayant l’air de s’en foutre ? Ou bien d’être réellement sérieux de manière ironique sans jamais être prit pour un escroc ? La subtilité du message ne résistera pas à la tronçonneuse sonique de toute façon puisque SIDILARSEN tchac poum uh démontera la scène avec l’attirail ad hoc.

Le groupe appelle cela du dance floor métOl.

Heinnnnnnnnnnnnn ?

Oui c’est du Rammstein électro-rock avec des soupçons de new wave, la poésie des Gold sur des textes altermondialistes. Ce n’est pas ma came, mais je reconnais volontiers que le band lustre sa faucille à coup de marteau et de cet attrait festif propre à faire bouger les foules. Leurs textes sont assez crédules mais l’efficacité d’absorption séduit les jeunes gens en quête de changer le monde pour ne plus fleurir des tombes. Mais bon, la pleine ironie de l’histoire de l’homme, c’est qu’il ne profitera jamais de la grandeur de son narcissisme le jour où il réussira enfin à faire exploser sa planète. Je pense que cela répond amplement à la question : Jusqu’où l’homme est-il capable d’aller nan ?

Quoiqu’il en soit Sidilarsen est un rouleau compresseur à dance-floor capable d’étourdir les jeunes, cela les fait danser et fait évacuer le stress de leur avenir périssable. Simone et Jeanine ont beaucoup remué du troufion pendant le set, au point que jean-pascal était tout ému dans son slip en les voyant se trémousser de la sorte. Du téton qui pointe jusqu’aux gobelets de bière renversés sur le sol devenu très glissant dès lors, le pit était devenu ce genre de patinoire de province où l’on danse sur des rythmes martiaux à s’en taper le cul au sol.


tumblr_mhqcv6Xez81qedb29o1_500.gif

Après avoir raisonné sur le dilemme du soir pendant des nuits entières, il m’est apparu prudent de vous dire que la caractéristique des groupes de cette soirée c’est qu’en tant qu’entité similaire, Sidi et Mass essayent de fédérer tandis que Cobra et Ta Gueule sont dans une attitude de dissension nihiliste (Leur haine de la société est un juron fort gracieux par ailleurs).

Ce contraste permettait d’adjoindre avec la délicatesse du punker, que d’où qu’elle vienne et qu’importe par où elle passe, la façon d’absorber des informations sur de la musique amplifiée relie des êtres différents par des points de vue qui semblent convergents de prime abord, et qui pourtant se connectent à un ensemble de communauté voisine.

Oui je sais on « Samba les couilles », du coup reprise du temps pour Ta Gueule sur le côté avec un set aussi félon que le premier, m'amenant à cette sentence primesautière que Si Jello Biafra faisait une espèce de grind’n’roll il ferait la même chose que Ta Gueule, mais en moins vulgaire. Je décerne donc au groupe le grand prix spécial d’humour noir pour sa capacité à ubériser la révolution citoyenne.

On en arrive à la fin de la soirée avec MASS HYSTERIA, la tête d'affiche. Forcément le groupe tient la scène, sa scène, il a déjà tenu en laisse de grande scène de festival, alors la poignée de merdouzil d'Albi il en a fait qu'une bouchée malléable que l'on ferre à sa guise comme un gardon de rivière. Le show est rôdé et calibré pour faire rugir la jeunesse qui ne souhaite qu’exulter, et en a marre du cynisme des vieux aigris. Ouaieeeeeee ta gueule, je sais, je sais.

Parce qu’en fait la jeunesse elle veut lever le poing et combattre un truc qui fatalement est déjà inséré en elle depuis sa naissance, et qu'elle a carrément digéré sans s'en apercevoir encore, mais ça ne va pas tarder pour commencer l'aigreur (voir ta gueule).


TODAY_SUCKS.gif

Mais quoi qu’on en dise ou fasse, la jeunesse a un grand besoin de festoyer à cet âge où les hormones de croissance font des siennes sans arrêt, et cette vérité était une fois encore là et était fortement palpable dans cette saturation électrique pour donner naissance à une énergie libre. Car même si la lutte ne dépassera pas la salle, la jeunesse de gauche avait besoin d’entendre autre-chose que les roucoulades envers le libéralisme, parce que l'opulence de la société de consommation a engendré dans l'obsession d'acquérir, la tentation du bonheur sans jamais parvenir à la rassasier. C'est une quête vers le vide et un appauvrissement existentiel par accumulation, les deux formant le non-sens parfait et l'ironie. La frustration naquit dans ce terreau de jalousie incurable, en même temps qu'une haine tenace et inextinguible. Au point que les hommes sont toujours prêts à tout dénaturer pour parvenir à ce graal, jusqu'à ce corrompre en étant aussi friables qu'une falaise de craie érodée par les marées des océans pour en satisfaire l'avidité.

Mass Hysteria a fait son taf, et je lui décerne le grand prix Arlette Laguiller.


{{ Aussitôt la fin du concert je prenais la fuite car depuis le décret du gouvernement sur la sanction de pénaliser les clients de la prostitution, la rose Albigeoise devrait baigner dans le silence religieux de sa cathédrale en brique sitôt le coucher du soleil. Hors, si je m’en réfère aux analystes cathodiques ainsi qu’aux oracles de la rue qui prédisent l’apocalypse dès que les discrets gourmands de péripatéticienne auront fui le macadam, il semblerait inconscient de s'aventurer le soir sous peine d'être violenté par des hommes peu scrupuleux de pouvoir refréner leurs pulsions malignes. Et bien je vais dire la chose d'une manière assez brute, mais comme je viens d'une contrée reculée de la civilisation où tout est bon pour affabuler avec des histoires rocambolesques digne d'un conte du moyen-âge sur les coutumes barbares des gens des villes, ce soir-là pourtant j'étais toutefois rassuré. Oui, pleinement, car je n'avais absolument aucun soucis d'être profané par un légionnaire en retraite résidant désormais loin des alpages où se terre des chèvres apeurées par un coït sauvage avec cet ancien troufion, tout comme d’être soumis comme un enfant de chœur insouciant face à la bestialité d’un ecclésiastique pendant l’apprentissage d’une catéchèse lubrique. Pour la simple et bonne raison que j'étais certain d'être épargné car il faisait vraiment froid. Du coup il aurait fallu un chalumeau au violeur pour que l'entrée de mon clapet fécal soit envisageable. Je ne vous cache pas non plus qu'un chalumeau reste un objet suffisamment encombrant et peut même paraître un tantinet assez intriguant à une heure avancée de la nuit, surtout pour la maréchaussée qui guette sur la moindre bizarrerie (caméra de surveillance à l'appui). Même si elle est coutumière des désordres moraux des noctambules, là tout de même, su été abusif toutefois. }}

En regagnant mon logis par la route de campagne, il devait être bon gré, mal gré l'heure idoine où mes collègues de travail gorgés de binasse se foutaient des pralines sur le parking du restaurant à propos des inégalités salariales, sous le regard affreusement dépité de leur conjointe, clôturant comme il se doit cette apothéose du repas d'entreprise traditionnel et du Vector Equilibrium.

Fine & see you !


tumblr_nbumwpKerB1r745vdo4_500.gif