Flippin__Heck_-_Cursed_Tour_EP.jpg

Salement punk, bordéliquement punk, sauvagement punk, tout chez les toulousains de Flippin'heck est punk.

Since 2009 en tant que band, le projet débute pour être plus précis en 2007 à 2, à répéter des vieux standards du punk dans la cuisine d'Eric le guitariste rythmique pour se refaire la main sur les guitares.

Leur EP « Cursed Tour » en écharpe le penchant avec la désinvolture du majeur en l'air. Munit de paroles aussi crétines que les Ramones et d'une souplesse Philippe Poutounesque, le groupe a un jeu de jambe riffique basique et une technicité portée dans son plus simple appareil. Le chant est bancal et rappe sur un gosier aussi caillouteux qu'un chemin de randonnée en montagne. Bref, Flippin'Heck est l’antithèse du groupe qui élabore une tactique d'avenir, et lui préfère le choc frontal rudimentaire du punk Hardcore et de son intégrité rebelle pounk. Ce band n'a plus rien à voir avec son époque lisse et Macronesque.

En exemple, et bien c'est même assez poilant de retrouver ce genre de clin d’œil goguenard à la Jello Biafra avec le titre « Kamikaze », qui commence avec la mélodie de « Enola Gay » le single phare d'Orchestral Manoeuvres in the Dark datant de 1980, afin de corréler avec le problème des OGM tout aussi dévastateur que la bombe A larguée le 6 août 1945 sur Hiroshima. C'est très certainement ce qui éloigne ce groupe des musiciens à frange, geek 2.0, car leur franchise punk roots fait plus qu'égratigner, et l'éloigne tout aussi bien des cagoulés fanatiques vivants en reclus en se faisant tourner la tête sur le même disque dur.

Flippin'Heck c'est combat rock, leur punk est raboteux, ouvertement sale, il ne vient pas du caniveau mais il joue sur les terrasses des cafés concerts et "Cursed Tour EP" est un véritable disque de garnement.


Flippin__Heck.gif