DEAD_WITCHES_-__The_Final_Exorcism.jpg

Ce disque ne laissera pas un souvenir impérissable, pourtant avec ses toiles d'araignées, son ambiance vintage, son cru malfaisant, il applique une parade à ce rituel de sorcellerie doOom cataclysmique.

6 titres dans la veine caverneuse psyché d'Electric Wizard, c'est lourd, profond, avec des relents de cinéma bis. Le maître des lieux n'est nul autre que Mark Greening ex-batteur d'Electric Wizard, de Ramassess, grand prêtre de la lose.

Leur premier album « Ouija » avec sa tendance retrocult n'avait pas convaincu, alors qu'avec ce « Final Exorcism » il renoue avec la franche poilante du tréfonds. Au chant l'arrivée de Soozi Chameleone apporte réellement un quelque chose de venimeux, qui loin d'hérisser, sonne vraiment mieux qu'avec Virginia Monti (Psychedelic Witchcraft) l'ancienne petite amie de Mark. C'est un disque signé chez la maison Italienne de qualité supérieure Heavy Psych Sounds Records.

Cet opus se compose d'une sorte d'incantation pratique et vireuse, lui permettant d'avoir plus d’efficacité en magie. Mon conseil pendant l'écoute, vous méditerez en récitant Volo efficientiam vimque in usu posito magicae disciplinae habere, et cela devrait le faire.


dead_witches.gif