ARNO_DE_CEA___The_CLOCKWORK_WIZARDS_-_Flash_Freezing_The_Sun.jpg

Aloha,

Arno De Cea & The clockwork Wizards est un groupe de surf music formé en 2008 sur la French West Coast par des musiciens issus de formations Surf, Noise et Garage (The Irradiates, Stef & Arno, The Taikonauts, Antena Tres, Shunatao, Les Complications…).

Avec trois albums, « Bug Terminal », « Surf It Up », « Aloha From Cestas » (c'est l'album solo du guitariste Arno De Cea en 2003 ), un 45 tours « Bronco Royal 7" » et une Split K7 avec Demon Vendetta à leur actif pour les labels Productions de L’Impossible, Calico Records et Slime Records, on retrouve également le groupe sur les compilations “Monsters of Surf” (Ding Dong Records, USA) et “L’Appel de la Musique Surf” (Productions de L’Impossible).

L'agitateur et créateur du groupe c'est Arno, et il y a du génie chez cet homme de l’Atlantique, ainsi qu'une grandeur océanique a terrassé les fonds musicaux.

Étrillant le rêche pour lisser sa planche de salut avant de se suspendre au-dessus du vide, il descend le mur du son à coup de mélodies sauvages. Arno de Cea est une créature surfique, qui a secrété une surf-music comme l'ossature d'un squelette calcaire arborescent, susnommé de pointes traîtresses du corail par Cousteau, et qui sert de scalpel musical pour  le 4nd album du combo de la côte d'argent.

« Flash Freezing The Sun » est un disque venu d'ailleurs, et l'on cherche dans cet OVNI musical les spéculations folles permettant d'en traduire l'emportement.

Alors est-ce que l'envahisseur a été crée par la main de l'homme ? Son courroux robotique a t-il diligenté une expropriation des codes terrestres par le biais de son expansion ? Parce que les compositions élaborent ce que pourrait être le futur de la surf, jusqu'à envisager l'hypothèse d'une mutation nouvelle ou différente, inaugurant une évolution à cette anticipation.


Arno_De_Cea___The_clockwork_Wizards_-_1.gif

Arno puise son inspiration dans le réel noisy/post-röck-Punk Hardcore le plus vaste afin de faire télescoper l'ensemble, formant une caractéristique considérable de la Surf-fiction.

Le mode de narration de la Surf-fiction permet de dégager des traits majeurs pour se reconnaître dans le genre :

- L’expansion de la pensée parasitaire qui va se représenter dans notre esprit: Dès que cela commence une question inaugurale prend tout son sens : « Mais bordel que se passe-t-il ? » Cette fiction spéculative présente une situation brutale que les idées maîtresses de la composition en bâtissent le genre.

- La distanciation : nous devons être soumis à l'incertitude face à une œuvre de Surf-fiction, c’est une perte de repères afin de pénétrer dans un monde inhabituel que nous percevons mal.

- La compréhension : nous avons à reconstruire ce monde imaginaire à partir des indices donnés par son créateur tels que les spéculations surfiques portés sous un angle différent et frontalement assourdissant de délice sonique.

- La référence à une culture commune : le vocabulaire et les thèmes de la Surf-fiction forgent une culture familière et reconnaissable pour créer un lien d’intimité avec le surfeur venu d'horizon distinct.

Tout ceci formant un Incredible Söund !


Arno_De_Cea___The_clockwork_Wizards_-_3.gif

Ainsi le vintage est noyé dans les fréquences souterraines, le guitariste brutalise l'orthodoxie et décharge une noise assourdissante. La si féline ExoOotica se désaltère la croupe dans le brasier bestial que le trio fulmine sans cesse. Cette surf music franchit la vague ultime, glisse sur un tsunami d'hédonisme sonique à une vitesse vertigineuse de satisfaction et de sensation fulgurante. Avec les potards à fond la caisse, le disque casse les codes, brise les ossuaires musicaux et emplâtre les gueules cassées de l'île de pâques.

Avis aux automates ! Ce disque totalement paranormal parlera à tous les autonomes de la société civile pour qui la brutalité surfique a des nuances que ce groupe déchaîne avec contraste.

GOOD TRIP !


Arno_De_Cea___The_clockwork_Wizards_-_2.gif