ABSTRACT_VOID___Into_The_Blue.jpg

Abstract Void est le projet solo d'un gars de la planète terre qui a conçu une musique électronique triste qui fait danser. « Into The blue » est son premier opus dans lequel la synthwave y côtoie le bläck atmosphérique, où le shoegaze mélancolique révèle sa lumière au post-Rock, où la musique électro-Dark ambient pénètre sa ténébreuse torpeur au blackgaze, où le retrowave étourdie la dream Pop et manifeste le Shoegaze.

Les ambiances, harmonies, mélodies sont très bien traitées. Il y a une force centrifugeuse mélancolique à l'intérieur et sa puissance de rotation fait tourner la tête, d'autant plus que le gazier est assez malicieux pour amplifier avec des effets d'élévation. C'est vrai aussi que l'on en retrouve les atours dans pas mal de production désormais. Vous savez cette sensation de flottement, de mélodie éthérée qui vous emporte dans le confins nuageux, là où douceur et sensation de béatitude vous baignent dans sa légèreté amniotique.

Bien entendu pour cette retrowave on pense à Perturbator avec son spirit de tremolo tremens 80's, quoique son dernier opus New Model souhaite ériger une cathédrale et fini par se ramasser par son errance.

Bon ce qu'il y a de vraiment abouti et d'intéressant avec Abstract Void c'est que le beat danse sous les nappes synthétiques, que les couleurs nous apparaissent phosphorescentes, et que la dépression de contraste entre la noirceur du blackgaze et la synthwave s'accouplent merveilleusement bien.

J'ai l'impression que l'isolement des hommes entraîne cette introspection musicale qui implose littéralement en chacun de nous dans cette vie contemporaine, et de ce fait il me semble désormais que nous sommes dans le règne éphémère des contemplatifs, enfin !